La boutique des nouvelles musiques

Wow! Trio Derome Guilbeault Tanguay

Cet article est aussi inclus dans le coffret 2004-2012 (AM 906).

Le premier disque du trio présentait uniquement 10 compositions de Jean Derome; leur deuxième, The Feeling of Jazz, une relecture de grandes compositions cueillies dans toute l’histoire du jazz; Étymologie, leur troisième parution, était en format DVD. Il s’agissait de la version en film d’un concert du Trio au Lion d’Or présenté dans le cadre de l’OFF Festival de Jazz de Montréal; Leur quatrième disque s’intitulait Danse à l’Anvers. Voici maintenant Wow!, qui nous présente: La Danse de Raphaëlle, Mes enfants et Palestine, 3 compositions de Jean Derome ainsi que 4 «standards»: The Best Things In Life Are Free, une chanson de Ray Henderson datant de 1927; Wow et Dreams, deux pièces de Lennie Tristano, un des pionniers du jazz be-bop; et The Baron, une composition de Eric Dolphy, ce géant du jazz moderne, et qu’il avait dédiée au grand Charles Mingus.

Cet album peut être téléchargé et/ou écouté sur le site trioderomeguibeaulttanguay.bandcamp.com.

Hors catalogue

Cet article n’est pas disponible via notre site web. Nous l’avons catalogué à titre informatif seulement.

Wow!

Trio Derome Guilbeault Tanguay

Jean Derome, Normand Guilbeault, Pierre Tanguay

La presse en parle

  • Dolf Mulder, Vital, no 881, 6 mai 2013
    Wow! is a fine release, because it brings a new perspective for people like me
  • Stuart Broomer, The WholeNote, no 18:7, 1 avril 2013
    It’s one of Canada’s essential bands, whatever your sub-genre of choice.
  • Serge Truffaut, Le Devoir, 2 février 2013
    … nos trois bonshommes détaillent, déclinent, sculptent une musique d’une incroyable densité. Mettons qu’ils jouent avec une conviction admirable. Une conviction qui n’est rien d’autre que le reflet de leur immense talent.
  • Marc Chénard, La Scena Musicale, 1 février 2013
    Mais tout juste un an après la sortie de sa «dernière» cuvée, Ambiances nous revient, tel un Phénix renaissant de ses cendres.
  • Bruce Lee Gallanter, Downtown Music Gallery, 25 janvier 2013
    Fun for all parties involved
  • Stanley Péan, Voir, 10 janvier 2013
    Petite formation certes, mais grands musiciens. Jubilatoire, vraiment.
  • François Couture, Monsieur Délire, 19 décembre 2012
    Wow

Review

Dolf Mulder, Vital, no 881, 6 mai 2013

New releases by well-known combinations and artists. Wow! is a fine release, because it brings a new perspective for people like me who say by impulse, exposed to traditional jazz, ‘oh yes, I know that, but please pass it to someone else’. Their interpretations are very vivid and here and now. They don’t bring old pieces to the present, but also the other way around if that makes any sense. Wow! is their fifth effort featuring three compositions by Derome and four standards: The Best Things in Life Are Free (Ray Henderson), Wow and Dreams, both written by Lennie Tristano and The Baron, a composition by Eric Dolphy. A mix we know already from their earlier releases. The players are true believers in the classic jazz material, and succeed in putting them in unpretentious and convincing jackets.

Wow! is a fine release, because it brings a new perspective for people like me

Review

Stuart Broomer, The WholeNote, no 18:7, 1 avril 2013
It’s one of Canada’s essential bands, whatever your sub-genre of choice.

Le Wow! du Très Grand Groupe

Serge Truffaut, Le Devoir, 2 février 2013

Sur le bas de la pochette, on peut lire Wow!. À cela on fera un ajout qu’on aimerait conjuguer avec tintamarre. Mais encore? Wow! il est enfin de retour, le TGG, le Très Grand Groupe qui regroupe Jean Derome aux saxos, aux flûtes et au génie, Normand Guilbeault à la contrebasse et à la puissance, Pierre Tanguay à la batterie et aux ambiances, les bonnes et belles s’entend.

On est très content et de très mauvaise humeur. Mauvaise parce qu’après tant d’années, on ne comprend pas que ce groupe ne soit pas perçu pour ce qu’il est. Ce qu’il est dans le sens le plus réel du terme, le plus concret qui soit, le plus terre à terre qui soit (bis), soit, on le répète, un très grand groupe.

Il est fort probable, pour ne pas dire certain, que si ce trio n’a pas la reconnaissance du «monde mondial» — oui, du monde mondial! — qui lui revient de droit — oui, de droit! -, c’est affaire de marketing, le paravent de la «grosse argent». Il est tout aussi probable que, s’ils n’ont pas des doses, les bonnes doses, de reconnaissance, c’est que jamais ils ne racolent. Jamais ils ne sont béni-oui-oui.

Bref, ils sont exigeants dans le sens le plus noble du terme. Autrement dit, leur musique commande de l’attention, de la curiosité, de l’ouverture d’esprit, ainsi qu’un refus des poncifs, des lieux communs de la vulgarité.

Autrement dit (bis), dans leur catégorie, soit celle rassemblant des trios dont l’architecture est identique à la leur, ils sont les alter ego du groupe Air du saxophoniste Henry Threadgill, de celui animé par Oliver Lake, Reggie Workman et Andrew Cyrille et bien d’autres de cet acabit. Pour faire court, on ne sait plus qui est en bonne compagnie. Passons à l’album.

Wow! se décline en six morceaux seulement. On écrit «seulement» parce que question temps, il est un peu court, l’album. Passons. Il y a donc six pièces. Trois signées par Jean Derome. Les autres? Earl Hines, Lennie Tristano, Ray Henderson, et bien sûr Eric Dolphy, à qui nos trois artistes sont d’une fidélité d’autant plus remarquable que ce cher Dolphy est quelque peu dans l’oubli actuellement.

À l’instar du précédent album, Wow! démarre sur les chapeaux de roues et se conclut dans le bon et juste fracas. Entre les deux, nos trois bonshommes détaillent, déclinent, sculptent une musique d’une incroyable densité. Mettons qu’ils jouent avec une conviction admirable. Une conviction qui n’est rien d’autre que le reflet de leur immense talent.

… nos trois bonshommes détaillent, déclinent, sculptent une musique d’une incroyable densité. Mettons qu’ils jouent avec une conviction admirable. Une conviction qui n’est rien d’autre que le reflet de leur immense talent.

Ambiances nouvelles

Marc Chénard, La Scena Musicale, 1 février 2013

À l’automne 2011, le mot courait depuis un moment dans le milieu des musiques actuelles de Montréal que l’étiquette maîtresse du genre, Ambiances magnétiques, cesserait ses activités. Fondée en 1983 par un noyau de musiciens novateurs, la maison allait établir un style aux confins de tous les autres: loin du jazz, mais zyeutant la musique improvisée libre, se tenant loin de la pop la plus rock, mais attirée tout de même par ses tendances plus expérimentales, cette jeune cohorte ne dédaignait pas non plus les recherches de pointe en musique contemporaine, sans toutefois se camper dans des partitions entièrement écrites.

De ses débuts modestes, l’étiquette prit son plein essor en 1992 avec l’établissement de sa maison de distribution Dame Distribution musique actuelle. D’une vingtaine de titres à cette époque, le catalogue passa à plus de 200 titres, comptant plusieurs parutions incluant des grandes pointures internationales en musiques de création.

Mais tout juste un an après la sortie de sa «dernière» cuvée, Ambiances nous revient, tel un Phénix renaissant de ses cendres. En effet, trois nouveaux titres s’ajoutent à son catalogue, ceux-ci lancés en public à la mi-décembre. Profitant de l’occasion, on signalait la reprise de ses activités mais à un rythme réduit, trois ou quatre nouveautés par an au plus. Sans plus tarder, passons à ces trois albums en question.

Quatrième document issu du trio Derome-Guilbeault-Tanguay, Wow! (AM209) confirme la merveilleuse confrérie de ces trois complices empreints de jazz jusqu’aux bouts de leurs phalanges. Se vouant bien sûr au répertoire de la note bleue, le groupe propose également des compositions tout aussi convaincantes de Derome, qui excelle toujours à la flûte, tout comme à ses deux saxos. Guilbeault, de sa pulsation de roc, est un véritable Gibraltar, Tanguay est un modèle de swing et d’inventivité. Que vous ayez entendu les autres enregistrements, peu importe, tout fana de jazz ne saurait se passer de ce disque au titre des plus pertinents.

Autre disque, autre proposition musicale, celle-ci nous vient de l’Ensemble SuperMusique (Bruit court-circuit AM210). Cette formation «toutes étoiles» (à défaut d’un meilleur descriptif) incarne comme nulle autre l’esthétique de ce collectif. Six titres s’étalent sur cette surface d’un peu plus de 50 minutes, l’un d’eux offert en deux versions d’ailleurs si dissemblables qu’il est difficile de reconnaître leur parenté. Outre Derome (qui, chose intéressante, joue du saxo ténor ici), on retrouve les Martin Tétreault, Joane Hétu, Danielle Palardy Roger et des plus jeunes comme Guido del Fabbro (vln), Émilie Girard-Charest (vcl.) et Virgil Sharkya (synthé.) Les habitués seront comblés.

La Femme territoire (AM211), enfin, est une œuvre de plus d’une heure de Joane Hétu, créée à l’Agora de la Danse en 2010. J’ai assisté au spectacle et apprécié, mais il manque ici la dimension visuelle de cet événement pluridisciplinaire (dont on peut voir quelques photos dans le livret incluant tous les textes lus et chantés). Je laisse donc aux auditeurs le soin de former leur propre opinion sur ce disque.

Mais tout juste un an après la sortie de sa «dernière» cuvée, Ambiances nous revient, tel un Phénix renaissant de ses cendres.

Review

Bruce Lee Gallanter, Downtown Music Gallery, 25 janvier 2013

Trio Derome Guilbeault Tanguay is a longtime working trio featuring Jean Derome on alto & bar sax & flute, Normand Guilbeault on contrabass and Pierre Tanguay on drums. I’ve always had a soft spot for this trio since they do jazz standards, with equal amounts of reverence and humor. For this, their fifth disc on the AM label, they cover songs by Earl Hines, Lennie Tristano & Eric Dolphy as well as a few originals by Mr. Derome. Starting with an Earl Hines song called You Can Depend on Me, which features Mr. Derome on bari sax with a warm, charming tone. This song interpolates into Lennie Tristano’s Wow which works quite well. Tristano tunes are often quirky and challenging and incorporate elements of bebop. The next piece is also a Tristano song called, Dreams. This tune soars and swings like the finest of any bop songs, the trio is in fine form here. Québécois drummer Pierre Tanguay is an under-appreciated master and his playing here and throughout is consistently inspired and uplifting. He takes a couple of solos here which are riveting, extending the melody with his ever-sympathetic drumming. Mr. Derome is featured on flute on his own La Danse de Raphaelle. Derome is also an exceptional flutist and is completely enchanting on this slow-burning gem, his solo one of the best flute solos I’ve heard in recent memory. On Mes Enfants the bari sax and bowed bass shadow each other perfectly, creating lush, enchanting harmonies. The very first jazz album I bought (in 1972) was a 2-LP reissue of Eric Dolphy’s Outward Bound and Out There. It completely blew my mind and it changed my life. The trio cover one of the gems from that album, The Baron and do an amazing job! No easy feat with Derome’s alto swinging hard, it makes me smile just to hear that familiar riff once more. Although Derome penned Palestine, it does sound like a standard. His tone and playing on the bari sax is exemplary, touching and beyond belief. This disc ends with a rather charming version of a silly old standard called, The Best Things in Life are Free, which Mr. Derome sings on. Corny but cute and a nice way to bring this entire affair to a humble close. The cover features a humorous picture of the Trio smiling like naughty children on a sunny day outside. Fun for all parties involved.

Fun for all parties involved

Critique

Stanley Péan, Voir, 10 janvier 2013

Après deux albums et un DVD en concert, l’iconoclaste trio nous revient avec cet opus réunissant trois thèmes originaux du saxophoniste Jean Derome (notamment l’envoûtant Palestine, tellement à propos ces jours-ci), un emprunt au répertoire de Broadway (The Best Things in Life Are Free) relu avec inventivité, mais sans irrévérence, ainsi que des clins d’œil à Lennie Tristano et Éric Dolphy (superbe pièce The Baron, dédiée au mentor du contrebassiste Normand Guilbeault, l’immortel Charles Mingus). Nourri par l’indispensable pulsation rythmique du batteur Pierre Tanguay, l’ensemble déploie sur ces canevas ses audaces, sa bonne humeur et sa créativité habituelles. Petite formation certes, mais grands musiciens. Jubilatoire, vraiment.

Petite formation certes, mais grands musiciens. Jubilatoire, vraiment.

Journal d’écoute

François Couture, Monsieur Délire, 19 décembre 2012

Ce Wow du titre, quant à moi, vaut aussi pour “wow! Ambiances Magnétiques est toujours en vie!”. Après un silence de plus d’un an, voici que l’auguste étiquette de musique actuelle montréalaise publie trois disques à l’aube de 2013. À commencer par ce Wow!, quatrième album du Trio Derome Guilbeault Tanguay (cinquième si on compte le DVD en concert). Pour cet album, le trio de jazz actuel reprend la recette utilisée sur Danse à l’Anvers, le disque précédent, soit un mélange de standards, presque-standards et compositions originales de Jean Derome. Lennie Tristano et Eric Dolphy s’ajoutent au répertoire du groupe, ainsi que The Best Things in Life Are Free, qui perpétue la tradition qu’ont adopté ces compères et qui consiste à faire chanter Derome une fois par disque. Palestine et La danse de Raphaëlle de Derome sont des moments forts, le medley You Can Depend On Me & Wow aussi. Derome alterne entre un saxo baryton chaud à souhait et une flûte gaillarde — pas d’appeaux et autres objets sur ce disque, on s’en tient à une instrumentation jazz traditionnelle. Le contrebassiste Normand Guilbeault est particulièrement en forme sur cet enregistrement, et Pierre Tanguay fait des miracles pour détourner ses idées au lieu de les suivre. Wow.

Wow

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.