La boutique des nouvelles musiques

Yé-Yi-You-Ya Frank Martel

Frank Martel et l’Ouest céleste nous offre une troisième parution avec «Yi-You-Yé-Ya» qui s’inscrit dans la continuité de «Sautons ce repas du midi» et «Enjambons ce désert». 13 courtes chansons où il est question de fruits, de légumes et d’animaux. Clin d’œil aux musiques western, guitares de Bernard Falaise et délicieux textes de Martel font de «Yi-You-Yé-Ya» un nouveau disque de chansons accrocheur.

Yé-Yi-You-Ya

Frank Martel

Michel F Côté, Bernard Falaise, Éloi Deit

La presse en parle

De zéro à disque

Nicolas Pelletier, emoRAGEi, 24 juillet 2007

Ah, l’humour surréaliste de Frank Martel est en plein ce dont j’avais besoin en cette grise matinée de semaine où je marchais en direction de l’arrêt d’autobus… Dès les premiers vers de Hahahihi, le poète de l’absurde venait d’ensoleiller ma journée! «Il me pousse des nageoires / je sens monter en moi le dérisoire / il me pousse des pétales / je sens monter en moi le végétaaaal…» lance-t-il dès le départ, comme pour donner le ton aux prochaines 36 minutes de délire qui s’amorcent. On y entend des airs de faux country (Janapapapamama), de folk déjanté (l’intense Les partitions de l’amour) ou de rockabilly de l’espace (l’obscure Cameroun). Je dis «faux country» parce que l’oreille distraite ne va qu’entendre une voix nasillarde et quelques guitares «slides» et banjos, mais en portant une attention plus soutenue, on réalise la belle variété musicale offerte ici. Frank Martel est toujours accompagné par le brillant Ouest Céleste, soit Bernard Falaise à la guitare et à la co-production, Michel F Côté aux percussions et Éloi Deit à la basse. Pour vous situer, l’œuvre de Martel se classe entre les premiers albums d’Hubert Félix Thiéfaine, de ceux de Charlebois période Wasapitchou, ou encore de Geneviève et Mathieu (en moins naïf), et même, d’une façon plus poétique et talentueuse, pas si loin de la démence de Normand L’Amour (écoutez Martel bloquer sur ces raisins verts dans Petite belette…). Pur délire, pur délice.

Pur délire, pur délice.

Festival Voix d’Amériques: Frank Martel doit chanter

Alain Brunet, La Presse, 8 février 2007

Assorties d’ornements néo-dadaïstes et d’onomatopées consonantes, ses chansons n’appartiennent qu’à lui. Jusqu’à une période récente, ce quadragénaire avait été un artiste plutôt évanescent, préférant se dissimuler derrière sa plume, ses chansons et les conseils judicieux qu’il prodiguait à ses amis créateurs.

Après tant d’années de camouflage, cet artiste doué tend enfin à se montrer la fraise sur scène. Déjà que Frank Martel aurait dû faire des disques bien avant 2001. Ses trois albums (Enjambons le désert, Sautons ce repas de midi, Yé-Yi-You-Ya) ne sont-ils pas parmi les plus intrigants à avoir été créés au Québec ces dernières années?

Ainsi, il s’est laissé convaincre de se produire au festival Voix d’Amériques, plus précisément mardi à la Sala Rossa. Frank Martel a visiblement du mal à devenir chose publique, mais voilà, son travail étant forcément public, le destin l’attendait au détour. Mardi soir à la Sala Rossa, il y faisait face.

Je l’avais déjà vu sur scène, ç’avait été clairement mauvais tant il était pétrifié par le trac. Mardi, c’était nettement meilleur. Plus détendu, plus drôle, plus apte à communiquer, mieux préparé à se produire devant une salle pleine, Martel avait la forme.

Certes, cette salle lui était rassurante puisque pleine de ses amis et autres humains de mêmes affinités. L’artiste était capable de communiquer le contexte de ses chansons, nous faire partager les émotions fondatrices de son univers si singulier.

Accompagné par Bernard Falaise et Éloi Deit, il nous a balancé en format de poche une portion probante de son répertoire. Formation réduite, instruments réduits (guitalélé, ukulélé baryton, guitare basse acoustique), tessiture réduite sur fond de country-folk afropolynésien (mettons), le tout au service d’un imaginaire on ne peut plus foisonnant.

Martel peut certes nous plonger dans l’absurde mais aussi viser directement nos plexus avec des trouvailles hypersensibles, telles: «La prochaine fois que tu me tues, moi je joue plus», «Chus toujours dans tes jambes chus jamais dans tes bras» ou encore «Les partitions de l’amour se sont envolées de chez moi.»

Visiblement, l’artiste fréquente les labyrinthes de l’amour, il sait aussi apprécier le chaos de la nature qui l’entoure, il sait se projeter dans l’absurde, nous faire voyager dans des contrées virtuelles qui ont tôt fait de s’illustrer en nous.

S’il ne chantait pas si faux (pour les notes longuement appuyées, c’est franchement agaçant), Frank Martel pourrait conquérir un public beaucoup plus vaste, bien au-delà de sa gang qui a parfaitement raison de l’admirer.

Sans vouloir le transformer en chanteur, son directeur musical (l’excellent guitariste Bernard Falaise) devrait à mon sens l’inciter à une plus grande précision vocale. Après tout, Martel ne dit pas ses textes, il ne les clame pas non plus. Il les chante. Aussi bien viser la justesse, non? Et chanter le plus souvent possible.

Assorties d’ornements néo-dadaïstes et d’onomatopées consonantes, ses chansons n’appartiennent qu’à lui.

Disques de la semaine

Réjean Beaucage, Voir, 1 février 2007

On a pu voir Frank Martel en joueur de thérémin dans différents projets de musique actuelle, mais il troque une fois de plus l’impalpable instrument contre le ukulélé et la guitare, et passe d’un rôle muet à celui de poète country sur son troisième effort. Comme ses mots, sa musique n’est pas aussi simplette qu’elle le laisse d’abord croire, et la présence du guitariste Bernard Falaise (aussi arrangeur et réalisateur) garantit une certaine subtilité dans les mélodies. Dans tous les cas, malgré le fond country, on reste loin de Marcel Martel; ici, l’ensemble dérive entre le surréalisme urbain et la divine inspiration des «last calls».

l’ensemble dérive entre le surréalisme urbain et la divine inspiration des «last calls».

Critiques de disques

Yadeleine Yarcand, Bande à part, 16 janvier 2007

Ayant connu un accueil chaleureux de la part des critiques pour ses deux albums précédents (Enjambons le désert en 2001 et Sautons ce repas de midi en 2003), Frank Martel récidive avec une troisième parution étrangement intitulé Yé-Yi-You-Ya. Signant les textes et la musique, le frère spirituel d’Urbain Desbois, avec qui il partage l’amour des mots, poursuit sur sa lancée country-folk entouré de son fidèle équipage composé de Bernard Falaise (réalisation, guitares et claviers), Michel F Côté (percussions) et Éloi Deit (basses et guitares).

De prime abord, la voix nasillarde (HahaHihi), roulant les “r” (Les partitions de l’amour), tout près de fausser de Martel peut nous faire croire a la parodie, en plus d’agacer l’oreille. Mais rapidement, les textes ludiques, bien que parfois absurdes (“Des bigoudis dans un baril de poulet frit Kentucky” (Petite belette), ou encore, “Moi ce que j’aurais préféré, c’est être une orange ou un hortensia” (Janapapapamama), nous rapproche davantage de la poésie fantaisiste que de la parodie. Résolument surprenant, chaque texte nous ouvre la porte d’un petit monde fabuleux qu’il faut apprivoiser. Martel est indéniablement un passionné de la langue. Pensons a la pièce Le Tambour des escargots dans laquelle il énumère les 86 possibilités de mots a partir des lettres de Tambour; matroub, bourtam, barmotu, aturmob…

Yé-Yi-You-Ya nous propose toujours un son country-folk, mais, contrairement a ses prédécesseurs, il fraye désormais avec l’électro (Voilà l’obscure), l’ambiant (Les grands échassiers), la musique actuelle et même la musique du monde (Cameroun), de façon hautement originale. Les arrangements de Bernard Falaise et l’Ouest Céleste, tout en pureté et en subtilité, font de chaque pièce un univers insolite en soi.

En somme, bien que loin du chef-d’œuvre, le monde insolite, inimitable et ô combien authentique dans lequel nous convie Frank Martel et l’ouest céleste, mérite toute notre attention. Mais prenez garde, Yé-Yi-You-Ya peut, au départ, sembler imperméable. Plusieurs écoutes seront donc nécessaires afin d’en apprécier la profondeur et l’originalité.

Stéréo. Frank Martel: à l’Ouest de l’accent circonflexe

Alain Brunet, La Presse, 13 janvier 2007

Il lui pousse des nageoires, il sent monter en lui le dérisoire. Il recense des bigoudis dans un baril de poulet frit. Il y a aussi un carouge à épaulettes, un chat boiteux qui boite de bas en haut. Les partitions de l’amour se sont envolées de chez lui. Et pleuvent les onomatopées: wa-na-hi-wa-na! Rien à piger? Toujours absurde? Post-automatiste? Who cares. Pris hors contexte, ces fragments de chansons ne riment à rien. Dans leur contexte, ils sont parmi les matériaux d’un univers aussi foisonnant que fascinant. Ce jeu de niveaux n’est peut-être pas toujours d’une cohérence exemplaire, il demeure épidémique du début à la fin. À mon sens, le principal élément irritant demeure la voix du chanteur, qui manque parfois de justesse lorsque les notes sont appuyées. Pour un tel zigoto, remarquez, ce n’est pas un irritant majeur mais puisque Frank Martel choisit de se frotter à des musiciens de talent (le guitariste et réalisateur Bernard Falaise, le percussionniste Michel F Côté et autres membres de l’Ouest céleste) qui savent déconstruire ces références populaires qui lui vont comme un gant (country, folk, bluegrass, ballades africaines, avantrock bruitiste, etc.), il aurait intérêt à parfaire sa technique vocale. Ce qui n’est pas un must absolu à l’Ouest de l’accent circonflexe. (4/5)

un univers aussi foisonnant que fascinant.

Sélection CD

SP, Ici Montréal, 11 janvier 2007

Un album joyeux, à la poésie fantasiste, dans la lignée de ses deux prédécesseurs. Frank Martel nous surprend encore avec ses chansonnettes étranges qui frisent parfois le non-sens. Plus qu’un poète, c’est un maître des ambiances,bien appuyé en cela par le fidèle Ouest Céleste et son guitariste-arrangeur-réalisateur Bernard Falaise. Une écriture fort ludique enrobée d’une musique aux influences très diverses, chaque pièce est comme un petit univers que l’on doit apprivoiser afin d’être séduit par sa beauté. Magnifique pochette sérigraphiée de Simon Bossé (Mille Putois).

Frank Martel nous surprend encore avec ses chansonnettes étranges…

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.