La boutique des nouvelles musiques

Le bal Fanfare Pourpour

Enregistré «live» en studio, avec une joie immense, sous la direction musicale de Jean Derome, Le bal réunit seize de leurs récentes compositions. Authentique grand orchestre comme il ne s’en fait plus, avec ses quinze musiciens et ses invités; Philippe Brault, Zoé Dumais, Martin Desranleau, Tomas Jensen, Pierre Tanguay et Mara Tremblay, la fanfare vous invite avec ses cuivres, saxophones, clarinettes, guitares, banjo, accordéons, violons et percussions à la danse, à la rêverie et à découvrir leurs musiques champêtres et urbaines.

Jouant avec aisance des compositions aux arrangements fluides et colorés de Luzio Altobelli, Suzanne Babin, Philippe Brault, Guido Del Fabbro, Jean Derome, Normand Guilbeault, Stéphane Ménard, Bernard Poirier, Pierre Emmanuel Poizat, Luc Proulx, Nemo Venba, Claude Vendette, la Fanfare Pourpour nous offre, avec ce nouvel album, des valses porte-bonheur, des chansons françaises, des pièces aux accents jazzées ou cajun, des improvisations raffinées et du swing du New-Orleans.

La Fanfare Pourpour possède à la fois un esprit triste et gai; comme le goût de se mettre à danser, à pleurer ou à rire, le goût d’embrasser son amour, le goût de s’ennivrer et offre des musiques teintées d’un parfum d’Europe de l’Est, de l’esprit des films de Fellini, de l’esprit gitan et de celui de Kurt Weill, des cabarets allemands et des caf-conc, de l’esprit gavroche, de Jacques Tati, de Jean Renoir, des Enfants du paradis…

Le bal

Fanfare Pourpour

Luzio Altobelli, Lou Babin, Suzanne Babin

Quelques articles recommandés

La presse en parle

  • Luc Bouquet, ImproJazz, no 88, 1 novembre 2005
    … un orchestre souvent redoutable, qui, s’il garde la nostalgie des valses d’antan, s’est ouvert à des sonorités et textures très éloignées…
  • Muzik etc, no 17:3, 1 mai 2005
    Ils font une musique originale dans laquelle s’harmonisent joie, désordre et poésie.
  • Miller Walt, Splendid E-Zine, 7 décembre 2004
    … Fanfare Pourpour’s music is infectious and crosses all borders…
  • Patrick Plouchart, Trad magazine, 5 novembre 2004
    Alors! Prêt pour 67 minutes de grandes émotions?
  • Rigobert Dittmann, Bad Alchemy, no 44, 1 octobre 2004
  • Henryk Palczewski, Informator “Ars” 2, no 40, 1 septembre 2004
  • Dolf Mulder, Vital, no 435, 18 août 2004
    … honest and pleasant music that will please many.
  • François Couture, AllMusic, 1 août 2004
    Le Bal is highly refreshing, imaginative and creative…
  • Réjean Beaucage, La Scena Musicale, no 9:9, 1 juin 2004
    … un monde ou le bonheur marche d’un pas léger au rythme de la valse, avec un air vaguement nostalgique.
  • Frédérique Doyon, Le Devoir, 1 mai 2004
    Ce cocktail musical à la fois savant et sans prétention donne envie de descendre danser dans la rue…
  • Ève Payette, Radio-Canada: Guide culturel, 1 mai 2004
  • Antonio Pannuzo, Cittadino Canadese, 7 avril 2004
    … affiascinante disco della Fanfare Pourpour.
  • Alain Brunet, La Presse, 3 avril 2004
    … une remarquable palette sonore.
  • François Blain, Radio-Canada: Macadam tribus, 1 avril 2004
    Valse satisfaction.
  • Jean Gagnon-Doré, Bob, 29 mars 2004
    Le bal ouvre le cœur. Pour cette unique raison, achetez-le.
  • Juan Rodriguez, The Gazette, 29 mars 2004
    it’s imbued with the indomitable spirit of the 1945 resistance film Les enfants du paradis.
  • Valérie Lesage, Le Soleil, 27 mars 2004
    Entre la gaieté et la tristesse, une certaine nostalgie imprègne la musique de la Fanfare Pourpour. Pas de celle qui glorifie le passé, mais plutôt celle qui est inhérente à la vie.
  • Patrick Baillargeon, Ici Montréal, 18 mars 2004
    … la Fanfare est le meilleur remède contre la morosité et les jours de cafard…
  • Olivier Robillard Laveaux, Voir, 18 mars 2004
    Un amalgame chavirant et rafraîchissant qui jouit d’un engouement renouvelé en ce 21e siècle.
  • Aleksi K Lepage, La Presse, 2 mars 2004
    … ce nouveau disque débordant de chaleur et de sincérite…

Critique

Luc Bouquet, ImproJazz, no 88, 1 novembre 2005

Âgée d’une trentaine d’années et aujourd’hui rajeunie par l’arrivée de quelques trublions du collectif Ambiances Magnétiques (Jean Derome, Guido Del Fabbro, Normand Guilbeault), la Fanfare Pourpour n’a de fanfare que le nom. C’est en vérité un orchestre souvent redoutable, qui, s’il garde la nostalgie des valses d’antan, s’est ouvert à des sonorités et textures sans doute très éloignées de l’esthétique originale. Les bibelots sonores de Mademoiselle Rose, les traînées felliniennes de Gelsomina, les strates klezmer de La noce du brigand, le swing surréaliste de Coucou sont quelques-unes des belles réjouissances de ce disque. Rien de révolutionnaire ici mais à l’heure où fleurissent en France pléthore de fanfares (le plus souvent sans grande imagination), réjouissons-nous de la découverte de cette iconoclaste consœur québécoise.

… un orchestre souvent redoutable, qui, s’il garde la nostalgie des valses d’antan, s’est ouvert à des sonorités et textures très éloignées…

Critique

Muzik etc, no 17:3, 1 mai 2005

Fanfare Pourpour est un orchestre urbain montréalais. Ils sont quinze, âgés de 21 à 68 ans et le groupe se compose de musiciens, comédiens, graphistes, animateurs de radio et d’un informatien. Ils font une musique originale dans laquelle s’harmonisent joie, désordre et poésie. Leur dernier album intitulé Le Bal nous livre des valses porte-bonheur, de la chanson française, du jazz et quelques pièces aux épices Cajun. Du 14 au 25 juillet prochains, ils feront une grande tournée de la province du Québec. www.fanfarepourpour.com

Ils font une musique originale dans laquelle s’harmonisent joie, désordre et poésie.

Review

Miller Walt, Splendid E-Zine, 7 décembre 2004

Unless you speak French, information on this Montréal collective is hard to come by — but Fanfare Pourpour’s music is infectious and crosses all borders, regardless of your native tongue. Dating back to 1975, when nine of its members were in a group called L’Enfant Fort, this clique of talented musicians remains together for the pure pleasure of playing, picking up new members young and old along the way; they currently count 15 players of varying ages (22 to 70, in fact) and occupations among their ranks, all of them in ready to answer the call of duty when it comes.

Weaving a contagious web of horns, accordions and oompah band rhythms, Fanfare may initially remind you of a carousel ride, circus sounds flowing outward from the center hub to your ears as your wooden mount makes another lap. But this is no mere polka band; the group offers a subtle twist, with sweeping, sun kissed melodies and raucous bounce fashioned from old school cabaret tunesmithing, breathing new life into Europe’s hand-me-down sound. With so many instruments getting a word in at once, you’d be right to expect some sort of sonic traffic jam, but Fanfare Pourpour are a mini orchestra--everyone plays a carefully delineated role within the joyous, improv-leaning slice of mayhem. Some of the younger members have brought in new jazz styles, too; for instance, blazing trumpets with a John Zorn soul give La noce du brigand a skronking beatnik kick. The emotional payoff (a function of the occasional lyrics) is the icing on Le bal’s overall sound: their music is compelling enough to make young whippersnappers like us forget about rock and electronica for an hour or so.

… Fanfare Pourpour’s music is infectious and crosses all borders…

Critique

Patrick Plouchart, Trad magazine, 5 novembre 2004

Issu d’un libre regroupement de joyeux lurons qui paradaient déjà dans les rues de Montréal dans les années 70, et qui porta successivement les noms évocateurs de «Pouet Pouet Band» ou du «Montréal transport limité», c’est en 1995 que naît vraiment cette fanfare réunie uniquement pour le plaisir de rejouer ensemble. Ce deuxième CD, sorti en mars 2004 après cinq ans de leur première galette intitulée Tout le monde, est un vrai régal dans le genre… Les quinze musiciens, âgés entre 21 et 68 ans, au départ comédiens, graphistes, animateur radio, informaticien et retraités nous emportent au fur et à mesure de ce «bal imaginaire» dans leur univers «triste gai» des films de Fellini, Kurt Weill, Tati, Renoir ambiance de Caf’conc’ et de Band New Orleans, avec leurs compositions, mais aussi une reprise traditionnelle Cajun La valse du dimanche après-midi comme vous ne l’avez encore jamais entendue… Assez bavardé, vous l’aurez compris, je suis sous le charme de ce bal de la Fanfare Pourpour, et espère juste que vous le serez aussi comme moi, dès la première écoute. Alors! Prêt pour 67 minutes de grandes émotions?

Alors! Prêt pour 67 minutes de grandes émotions?

Review

Dolf Mulder, Vital, no 435, 18 août 2004

Monsieur Fauteux is a sublabel of Ambiances Magnétiques. It is specialised in more accessible music then normally released on Ambiances Magnétiques. Martel began as a poet and published two collections of his poetry. Later he learned playing the guitar and developped himself into a singer/songwriter. He wrote all the songs and lyrics for his third solo-album Sautons ce repas de midi. Also he plays little guitar, ukelélé, theremin and harmonica.. He is accompanied by Bernard Falaise (guitar, mandolin, keyboards, voice), Éloi Deit (basses) and Michel F Coté (drums and percussion). Martel is not a great singer. I suppose the lyrics are very important — Martel is a poet. But alas I do not speak french, so I can’t say anything about it. Happily the arrangments and playing are very funny and full of ideas. Each song has it’s own atmosphere. This make this album enjoyable and worthwhile also for those who don’t understand french. It’s especially the guitar playing of Bernard Falaise that catches the attention.

Fanfare Pourpour reminded me of the Willem Breuker Kollektief or the belgian “ballroom” ensemble Julverne. This Fanfare has 15 members and is assisted by 5 other musicians in some of the tracks. We hear saxes, trumpette, clarinette, flutes, but also accordeon, guitar, violin, banjo, etc. On a reunion in 1995 several veteran musicians decided to play again together and Fanfare Pourpour was born. Nowadays veterans and young talents are united in this great ensemble.As the title indicates the ensemble plays a very danceable music, albeit often plunged in a melancholic atmosphere. Music from and for people. No self-indulgent art, or music for the sake of experiment, but music that wants to serve an audience, to make a party. The 16 compostions come from members Suzanne Babin, Luc Proulx, Jean Derome and others. The opening track opens very promising in a gypsy style, but halfway the piece takes another direction. We hear many waltzes, swing and more uptempo pieces, like the excellent La noce du brigand by member Guido del Fabbro. Although I’m open for this kind of music, my attention faded away from time to time. Some of the compositions are a little unsignificant, plus arrangements and playing do not sparkle throughout the ride. But surely an album of honest and pleasant music that will please many.

… honest and pleasant music that will please many.

Review

François Couture, AllMusic, 1 août 2004

The Fanfare Pourpour’s second album is not as much a leap forward from the first, but an overall solidification of the group’s assets. While remaining true to the debut CD Tout le Monde, Le Bal is more cohesive, entertaining, daring, and better recorded. Sax player Jean Derome, one of the most important artists on the Montréal avant-garde scene, produced the album and contributed five new pieces, including the brilliant title track, a painstakingly slow waltz with a Nino Rota-like melody. The line-up of the ever-changing group still features a healthy blend of amateur, semi-professional and established musicians. The core of the group is back: accordionist Lou Babin, guitarist Luc Proulx, violinist Guido del Fabbro, trumpeter Nemo Venba, valve bass player per Christine Lajeunesse, and the one-of-a-kind rhythm section of Jaco Duguay (marching bass drum and cymbal) and Jonas Slowanski (snare drum), a.o. In addition to Derome, Normand Guilbeault (the hardest-working jazz bassist in Montréal) and Claude Vendette (ex-4 Guitaristes de l’Apocalypso-Bar and other André Duchesne projects) round up the ranks. Special guests include violinist Mara Tremblay and drummer Pierre Tanguay, along with singer Tomás Jensen (of the group Les Faux-Monnayeurs) who delivers the dark “Monsieur." Whether it is a fast-paced street fanfare number or a nostalgia-tinged waltz, every song is heartwarming, entertaining, and highly creative. The group draws inspiration from musette, avant-garde jazz, Quebec and Cajun folk, and dixie, adding its own brand of street-bound big band music with a communal spirit. Certain pieces are simple to the bone, fueled only by the joy of playing together and the craft of its arrangements, while other tunes (namely Derome’s and Del Fabbro’s) push back the bounderies, toying with unusual chord changes and melodies that hide their originality in a second or third listen. Favorable comparisons to Pascal Comelade and the Japanese group Pascals are absolutely in order, as the music finds a striking balance between naive and soulful. Le Bal is highly refreshing, imaginative and creative — and despite the above mentions, one of a kind. Highly recommended.

Le Bal is highly refreshing, imaginative and creative…

Critique

Réjean Beaucage, La Scena Musicale, no 9:9, 1 juin 2004

Une nouvelle chronique pour vous présenter des enregistrements complémentaires à certains sujets abordés ailleurs dans la revue. En écho aux festivals de jazz, voici quelques suggestions pour découvrir ou pour approfondir ce genre multiforme.

…Dans un tout autre genre, mais qui demeure tout aussi rafraîchissant, la Fanfare Pourpour, de Montréal, faisait récemment paraître son deuxième disque, qui porte le titre-programme Le bal (Monsieur Fauteux m’entendez-vous?, MFMV? 09). Drôle d’ensemble de 15 musiciens (et six invités), la Fanfare Pourpour rappelle beaucoup plus l’univers du Père Ubu ou de Federico Fellini que celui de John Philip Sousa; un monde ou le bonheur marche d’un pas léger au rythme de la valse, avec un air vaguement nostalgique. Le saxophoniste et compositeur Jean Derome signe le tiers des pièces et assure la direction musicale avec un plaisir qu’il nous communique directement.

… un monde ou le bonheur marche d’un pas léger au rythme de la valse, avec un air vaguement nostalgique.

Jazz

Frédérique Doyon, Le Devoir, 1 mai 2004

Le bal est le moyen idéal de récréer dans son salon l’ambiance joyeusement délirante d’une vraie fanfare en évitant la cohue qu’y aurait causée sa ribambelle de musiciens débarquant avec sa brochette d’instruments. Sous la direction à la fois intelligente et polissonne de Jean Derome, accordéons, cuivres multiples, banjo, violon, guitare, saxophone, clarinette et percussions s’enchaînent et se déchaînent dans l’allégresse générale ou la nostalgie lancinante. L’album est majoritairement composé de pièces instrumentales, mais des voix telle celle de Thomás Jensen y surgissent le temps d’une ou deux chansons. On se croit tantôt dans les rues d’un Paris mythique, tantôt au cirque ambulant, dans un film d’Emir Kusturica ou dans un bar miteux de La Nouvelle-Orléans. Ce cocktail musical à la fois savant et sans prétention donne envie de descendre danser dans la rue en tapant sur une casserole avec une cuillère de bois. C’est ce qu’on appelle de l’enthousiasme contagieux…

Ce cocktail musical à la fois savant et sans prétention donne envie de descendre danser dans la rue…

Reportage

Ève Payette, Radio-Canada: Guide culturel, 1 mai 2004

Elle fait partie de l’histoire du Québec depuis 30 ans. Connue d’abord sous le nom de L’Enfant fort puis de la Pouet Pouet Band, la fanfare Pourpour lance un deuxième disque, Le bal.

Fanfare ludique

Entendre une fanfare qui défile dans la rue, soit! Mais écouter un disque de fanfare chez soi, dans l’intimité douillette de son salon? «Il y a plusieurs types de fanfares», s’empresse de préciser le comédien Luc Proulx, qui est guitariste au sein de la fanfare Pourpour depuis 1995. «La nôtre n’est pas militaire. Notre fanfare est pleine de poésie, elle est joyeuse. C’est une musique qui invite à la fête, qui fait rêver», dit Luc Proulx de «La Pourpour», une fanfare qui tire son nom d’un poème de Claude Gauvreau.

Esprit de famille

Le plus jeune des «fanfarons» a 23 ans. Le doyen, Jonas Slowanski, qui joue de la caisse claire, en a 68. Il est l’un des neuf membres qui étaient là dès le début, il y a 30 ans. Depuis, la fanfare a changé. Elle compte 15 musiciens, parfois davantage. «Ce n’est pas un band professionnel dans le sens strict du terme. C’est un mixe hétéroclite. On y trouve des autodidactes, mais aussi des diplômés du Conservatoire, des musiciens chevronnés de jazz et de musique actuelle tels Jean Derome et Normand Guilbeault. Mara Tremblay joue aussi du violon avec nous». Seul critère d’admission? «Partager la même envie de se retrouver pour faire de la musique!», lance Luc Proulx.

Répertoire original

La fanfare Pourpour s’est d’ailleurs réunie pendant une semaine à la campagne pour répéter, avant d’enregistrer Le bal, leur deuxième album après Tout le monde, lancé en 1999. Sous la direction artistique de Jean Derome, les 15 musiciens ont joué leurs propres compositions: des valses qui rappellent l’univers d’Amélie Poulain et des pièces pleines d’humour qui évoquent la musique de Kurt Weill. «Notre musique est idéale pour mettre de la vie dans un party. En plus, les enfants adorent la fanfare Pourpour», affirme Luc Proulx.

Avec George Harrison

Le fondateur du Cirque du Soleil, Guy Laliberté, a déjà invité les musiciens à son domaine privé du mont Saint-Bruno, près de Montréal. Après le Grand Prix de Formule 1, «La Pourpour» a animé l’une de ses soirées fréquentées par la jet set internationale, dont l’ex-Beatle George Harrison. «C’est l’un de nos plus beaux souvenirs», raconte Luc Proulx. «George Harrison est venu nous écouter sous un arbre. Il a joué de l’accordéon avec nous. Il nous a dit qu’il adorait notre musique», se rappelle avec émotion Luc Proulx.

La fanfare Pourpour organise un bal du printemps le jeudi 25 mars, au cabaret Le Lion d’Or, situé au 1690, rue Ontario Est, à Montréal.

E adesso balliamo tutti

Antonio Pannuzo, Cittadino Canadese, 7 avril 2004

Proprio in coincidenza con l’entrata ufficiale della primavera, la Fanfara Pourpour ha lanciato, insieme con la casa di distribuzione discografica DAME, il suo secondo album dal titolo Le Bal. Registrato dal vivo, a Montréal (Studio Mixart) dal 12 al 18 novembre 2003, sotto la direzione musicale di Jean Derome, Le Bal raccoglie sedici brani di questa grande orchestra popolare, autentica, concepita nello stile dei tempi che furono. Essa raggruppa tromboni, sassofoni, clarinetti, chitarre, banjo, fisarmoniche, violini e percussioni, invitando a sognare e soprattutto a ballare, con musiche sia campestri che urbane. Sono dawero gradevoli gli agiamenti fluidi e colorati di Luzio Altobelli, Suzanne Babin, Philippe Brault, Guido Del Fabbro, Jean Derome, Normand Guilbeault, Stéphane Ménard, Bernard Poirier, Pierre Emmanuel Poizat, Luc Pronlx, Nemo Venba, Claude Vendette. Troveremo in questo album valzer, canzoni francesi, pezzi stile jazz, cajun e swing, a volte allegri, a volte tristi. Riscopriremo il gusto di metterci a ballare, ad abbracciare una persona cara, sentiremo il profumo dell’Europa dell’Est, lo spirito dei film di Fellini o quello gitano di Kurt Weill, dei cabaret tedeschi, di Jacques Tati, di Jean Renoir. Come il primo album Tout le monde del 1999, questo Le Bal è prodotto sotto l’etichetta Monsieur Fauteux M’entendez-Vousbo. È in vendita nei negozi di dischi, oppure sul sito di DAME (www.actuellecd.com). Del gruppo fa parte anche Guido Del Fabbro, violinista, 24enne figlio di un italiano e di una quebecchese. Un motivo in più per avere tra le mani questo affiascinante disco della Fanfare Pourpour.

… affiascinante disco della Fanfare Pourpour.

Fanfare «plateauïforme»

Alain Brunet, La Presse, 3 avril 2004

Descendante directe de l’Enfant Fort, du Pouet Pouet Band et de la Petite Fanfare, la Fanfare Pourpour hérite d’un riche patrimoine montréalais, «plateauiforme» pour employer un néologisme bien senti. Sous la supervision de Jean Derome, les bardes réunis dans cette fanfare font preuve d’un niveau instrumental qui va de l’acceptable à l’excellent. Cela étant, le son d’ensemble l’emporte largement sur les performances individuelles dans le cas qui nous occupe. Chacun, en tout cas, fait son job et contribue à enrichir une remarquable palette sonore. Les références de la fanfare sont diverses, témoignent d’une véritable connaissance de ce type de formation: valses, musette, jazz, influences balkaniques, couleurs maghrébines, harmonisations parfois contemporaines, on en passe. Sans prétention, pourtant, ce corpus impressionne, s’avère nettement au-dessus de la moyenne des fanfares trop souvent encroûtées dans leurs répertoires «classiques», ou les adaptations sans relief de la musique populaire. En prime, des artistes invités donnent une valeur ajoutée au produit: le percussionniste Pierre Tanguay, le chanteur Tomás Jensen ou Mara Tremblay qui s’exécute au violon à quelques reprises.

… une remarquable palette sonore.

Tam-tam Macadam: critique

François Blain, Radio-Canada: Macadam tribus, 1 avril 2004

La Fanfare Pourpour existe sous ce nom depuis 1996. Mais elle a pris différentes formes en 30 ans, soit L’Enfant Fort et le Pouet Pouet Band. Toujours, ce regroupement témoignait d’une appartenance à un quartier, à un mode de vie et à un plaisir de faire de la musique ensemble. Pour ce 2e disque, la Fanfare Pourpour a permis a 9 compositeurs différents de s’exprimer et a invité des pros comme Jean Derome et Normand Guilbeault. Sa musique évoque Nino Rota, Kurt Weill, le rêve et la mélancolie. Valse satisfaction.

Valse satisfaction.

Le Bal de la Fanfare Pourpour ouvre le cœur

Jean Gagnon-Doré, Bob, 29 mars 2004

On veut tous faire partie de la Pourpour. C’est le bonheur fait art, fanfare! Pourquoi bouder la formation quand on n’a rien contre et deux POUR?

Comme on voit dans les rapports annuels sérieux, on peut dire qu’à eux quinze, ils cumulent certainement plus de 375 ans d’expériences de la scène! Ils sont âgés entre 21 et 68 ans, avec une belle moyenne d’âge de 45. Ils s’appellent Lou Babin (Théâtre Carbone 14), Jean Derome (label Ambiances Magnétiques), Normand Guilbeault (OFF Festival de Jazz de Montréal), Roy Hubler (Journal Mouton Noir de Rimouski), Luc Proulx (cinéma, Un homme et son péché), Luzio Altobelli (groupe Manouche), etc. Sans compter la demi-douzaine d’invités prestigieux qui font la file joyeuse dans les coulisses, parmi lesquels on compte Mara Tremblay de même que Tomàs Jensen… Tassez-vous de là, ça souffle fort sous le chapiteau!

Disque plus doux que le premier (Tout le monde, 1999), Le bal est moins souvent cacophonique, toujours rempli de petits bruits, à la direction musicale plus posée (Jean Derome). Le cd compte quinze compositions et un air traditionnel cajun. Chaque pièce du grand orchestre est un bout de film rétro en noir et blanc accompagné d’instruments «avant», une expédition colorée aux épisodes gais et mélancoliques, une comédie aux scènes décousues, départ de la gare de train, chorale slave, airs «kurt-weilliens» et roum-pan-pans felliniens…

La musique de la fanfare est un rayon de soleil urbain, totalement romantique et résolument assumée. On devient possédés par leurs valses cool et déjantées, irrésistibles. Les pas de danse s’exécutent, hors contrôle: un,deux, trois, les yeux fermés, un deux trois, la tête qui tourne. C’est la mouvance circulaire…

Tout est dans le Pourpour et le Pourpour est dans tout. À la manière d’enfants, les musiciens donnent libre cours à leur plaisir. C’est la générosité du cœur, la folie contagieuse, l’invention spontanée, les joies de l’unisson.

Le CV du groupe s’étale sur le long terme, vécu trentenaire à l’appui: la Pourpour a d’abord été L’Enfant Fort (1975), puis le Pouet Pouet Band (1978), Montréal Transport Limité (1981) pour enfin devenir en 1995 la bande acoustique que l’on sait, riche tapon issu de la rue où tous aiment encore se retrouver.

Le bal ouvre le cœur. Pour cette unique raison, achetez-le. Et ne manquez pas le groupe s’il passe dans une ruelle près de chez vous: c’est en concert que cette musique enivre le plus et qu’elle confond les sceptiques les plus convaincus!

Le bal ouvre le cœur. Pour cette unique raison, achetez-le.

Review

Juan Rodriguez, The Gazette, 29 mars 2004

Fanfare Pourpour: Bal (Monsieur Fauteux/DAME). This 15-plus-member co-operative is on a roll, embodying a bygone spirit of wayfaring melancholia, when music was played on the streets. Fanfare Pourpour is not about flashy arrangements or speed but, rather, informed by Weill/Brecht and Fellini and New Orleans marches. Humanism unfettered by slavish devotion to "style," it’s imbued with the indomitable spirit of the 1945 resistance film Les enfants du paradis.

Charged with giving shape to this rag-tag collection of instrumentalists - bass drum, euphonium, banjo, accordion, many horns and percussions - is saxophonist-flutist Jean Derome, fresh off his magnificent Trio set (on Ambiances Magnetiques) with bassist Normand Guilbeault and drummer Pierre Tanguay, who also play for Pourpour.Mara Tremblay adds her estimable violin to several tunes. With its circus-theatre cover art and catchy CD booklet, Bal has been selling well.

Currently on a Quebec-wide tour, Fanfare Pourpour is doing numerous outdoor and club dates locally, including free shows at the chalet on Mount Royal (Sunday at noon and 1:45 p.m.), St. Louis Square (May 15 at noon) and dates at the Lion d’Or (May 15) and Le-Va et-Vient (May 29).

it’s imbued with the indomitable spirit of the 1945 resistance film Les enfants du paradis.

Les mélodies du bonheur

Valérie Lesage, Le Soleil, 27 mars 2004

C’est une grande famille de musique comme il en existe très peu. Une famille qui se fréquente pour le seul bonheur de jouer ensemble. Et aussi, devrait-on ajouter, pour partager ce bonheur avec qui veut y prêter l’oreille.

Sur des airs qui évoquent le cirque et les grandes fêtes foraines, la Fanfare Pourpour réunit ses l5 musiciens et quelques invités (dont Mara Tremblay et Tomás Jensen) pour offrir un deuxième album, Le bal, qui semble venir d’un autre monde et d’une autre époque.

«C’est une musique qui appartient à un autre temps, oui, mais surtout qui est en-dehors du temps, remarque le directeur musical, Jean Derome.

«D’accord, il y a des influences d’Europe de l’Est, des gitans ou des films de Fellini, mais ce n’est pas ça non plus. Ce sont des pièces qu’on a l’impression d’avoir connues, mais pourtant c’est nouveau» ajoute-t-il, lors d’une entrevue téléphonique qui suit de quelques heures le concert du lancement à Montréal.

Entre la gaieté et la tristesse, une certaine nostalgie imprègne la musique de la Fanfare Pourpour. Pas de celle qui glorifie le passé, mais plutôt celle qui est inhérente à la vie.

«Je suis pas un nostalgique qui pense que tout était mieux avant. Notre musique n’est pas un revival de quelque chose qu’on a aimé pendant notre adolescence. Il y a une nostalgie propre à notre musique comme il y en a dans le fado ou le flamenco. Ce n’est pas une musique sentimentale, mais une musique avec des sentiments.»

Au départ, dans les années 70, la Fanfare était un regroupement spontané, I’Enfant fort, qui paradait le samedi après-midi dans les rues de Montréal, avec tambours, trompettes et grosse caisse. C’est devenu le Pouet Pouet Band, puis Montréal Transport Limité, troupe de cabaret underground.

Neuf des membres actuels de la Fanfare Pourpour étaient du premier orchestre. Les autres se sont greffés au fil du temps. Le plus vieux a 68 ans, Ie plus jeune, 21 ans. On entre dans le groupe par parrainage et avec l’accord de tout le monde. C’est ainsi que la famille s’agrandit! C’est parce qu’il a été séduit par l’aspect pétillant de la musique de la fanfare que Jean Derome, multi-instrumentiste dans la musique de création, a rejoint la formation en 1995.

«Dans ma musique à moi, la présentation et le rapport entre musiciens a quelque chose de plus austère, de plus figé», explique-t-il.

«Dans la Fanfare, on a une sensation de communication très profonde. Le rapport entre les musiciens est très attirant, presque irremplaçable. On est vraiment fondus dans la musique. Il y a des solos ici et là, mais c’est toujours l’esprit du collectif qui prévaut et qui est très touchant. On est tellement contents de jouer!„

Les musiciens de la Fanfare Pourpour mènent tous des carrières en-dehors de l’orchestre—on comprendra qu’un cachet partagé en 15 ou 20 parts ne rapporte pas beaucoup de beurre sur la table… Jean Derome joue notamment avec les Dangereux Zhoms et Évidence, I’accordéoniste Lou Babin et le violoniste Guido Del Fabbro ont fait la tournée nord-américaine de Cheval Théâtre, le contrebassiste Normand Guilbeault est un compositeur-interprète de jazz ct de musique actuelle. Et parmi les membres, il y a aussi des comédiens, des graphistes, un animateur de radio, un informaticien. Bref, comme dans une vraie famille, il y a une histoire commune et des univers paraIlèles.

Défi logistique

C’est par Lou Babin et Luc Proulx que la troupe est liée. Ils aiment tellement la fanfare qu’ils ont même réhypothéqué leur maison pour financer Le bal. Aussi, c’est Lou Babin qui organise les concerts et les répétitions, c’est elle qui appelle tout Ie monde pour vérifier s’il y a la masse critique pour monter sur scène. Un défi logistique extrêmement compliqué vu la quantité de gens à réunir.

«C’est assez drôle car il y a plusieurs musiciens qui connaissent les partitions des autres. Si un soir la ligne de basses est faible, ils vont prendre le relais des absents. La Fanfare a un aspect très vivant. C’est un organisme qui réagit aux changements de climat», explique le directeur musical.

En ce moment, Lou Babin tente de mettre en branle une tournée gaspésienne en juillet. Un autre défi puisqu’il y a beaucoup de monde à loger et à déplacer de village en village! Il y aura donc un peu de camping… Mais les membres de Ia Fanfare Pourpour sont prêts à sacrifier un peu de confort pour le plaisir de jouer ensemble.

«C’est tellement précieux, cette énergie. J’adore ça la Fanfare et j’espère que ça peut durer longtemps encore» souhaite Jean Derome.

Pas impossible que la caravane de la Fanfare s’arrête aussi à Québec cet été. Un concert avec Urbain Desbois est envisagé. Croisons-nous les doigts parce que sa musique fait rêver d’une grande fête familiale un après-midi ou un soir d’été juste avant le coucher du soleil.

Entre la gaieté et la tristesse, une certaine nostalgie imprègne la musique de la Fanfare Pourpour. Pas de celle qui glorifie le passé, mais plutôt celle qui est inhérente à la vie.

Fanfarons

Patrick Baillargeon, Ici Montréal, 18 mars 2004

Qui ne connaît pas la Fanfare Pourpour? Qui n’a jamais vu cette joyeuse bande à une occasion ou une autre? Collectif à géometrie variable, la Fanfare est le meilleur remède contre la morosité et les jours de cafard, toujours partante pour jouer partout, pour une cause qui lui tient à coeur ou tout simplement pour le plaisir de faire de la musique entre amis et en famille. Parce que, depuis ses debuts en 1975 (sous le nom de L’Enfant Fort puis du Pouet Pouet Band), cette fanfare est surtout une histoire d’amour et d’amitié. Une longue histoire de sons et de sens, marquée parles allées et venues d’un tas de musiciens et de tripeux, une histoire qui dure encore aujourd’hui avec la sortie du bal, deuxieme album du collectif. La Pourpour, c’est un collectif mais c’est d’abord une gang de chums qui ne cesse de grandir,insiste Lou Babin, accordeoniste et membre de la première heure avec quelque huit autres musiciens toujours à bord. La Pourpour, c’est une histoire d’amitié et de projets communs. C’était ça au départ, et ça l’est toujours aujourd’hui. Reste que, si le passé nous a tissés, c’est ce qu’on fait aujourd’hui qui nous définit.»

Le bal, voilà ce qu’elle fait aujourd’hui,la troupe. Et elle valse. Elle valse entre le swing, le jazz de Nouvelle-Orleans, le cajun, le ragtime, la chanson française et la musique klezmer ou arabe avec une belle aisance et un plaisir toujours contagieux. «Avec ce disque, on est en train d’écrire une autre page de l’histoire de la Pourpour, s’enthousiasme Lou. Il y a plus de chansons, plus d’improvisation, plus de couleur aussi. Le plus étonnant, c’est qu’on a enregistre tout l’album live en sept jours! On voulait le feeling d’un concert ou d’une répétition et c’est Jean Derome, qui fait partie de la Fanfare, qui a dirigé un peu tout ça. Il a amené beaucoup de calme et d’humour en studio. Y’a une espèce de spontanéité qui nous sied bien dans toute cette entreprise, poursuit la musicienne. Un album, c’est une empreinte, un témoignage et, ce disque, on trouve qu’il représente bien ce qu’est la Fanfare aujourd’hui. Avec Le bal, on sent qu’on n’a pas terminé et que l’aventure risque de se poursuivre encore longtemps.»

… la Fanfare est le meilleur remède contre la morosité et les jours de cafard…

La Fanfare Pourpour

Olivier Robillard Laveaux, Voir, 18 mars 2004

En 1975, l’Enfant Fort est devenue sur le Plateau-Mont-Royal une fanfare symbo lique de la contre-culture; une forme orchestrale évoluée pour qui le temps ne semble pas avoir d’existence. Jouant dans les rues pour les enfants, les nouveaux mariés et les vieilles sur leur balcon, pour eux, seuls la fête et le plaisir comptent. Se rebaptisant ensuite Pouet Pouet Band, Montréal Transport Limité et aujourd’hui La Fanfare Pourpour, la troupe de musiciens (environ une quinzaine, âgés entre 18 et 63 ans) lance le lundi 22 mars au Lion d’or son deuxième album, sous la direction de Jean Derome. Intitulé Le bal, il vous transporte avec finesse grâce à ses valses et ses airs aux accents jazz; cajun et swing. Un amalgame chavirant et rafraîchissant qui jouit d’un engouement renouvelé en ce 21e siècle.

Un amalgame chavirant et rafraîchissant qui jouit d’un engouement renouvelé en ce 21e siècle.

Musique pourpour tous!

Aleksi K Lepage, La Presse, 2 mars 2004

Il était une fois dans les années 70… Au coeur du Plateau Mont-Royal, alors encore grouillant d’authentiques bohèmes, s’attroupaient tous les samedis après-midi quelques musiciens — plus ou moins improvisés — pour aller défiler dans les rues avec trompettes, guitares et tambours, sous les yeux des passants amusés et des autorités suspicieuses.

Pour ces étranges menestrels, il était plus important d’être ensemble et de s’éclater que de savoir vraiment bien jouer. C’était d’ailleurs un jeu; ils jouaient à la musique. C’étaient les belles annees de L’Enfant Fort, rassemblement originel qui va devenir, après 1000 transformations, la Fanfare Pourpour telle qu’on la connaît aujourd’hui.Ils sont 15 «fanfarons» en tout. C’est-à-dire 16, depuis hier, puisque la charmante Mara Tremblay vient d’ajouter son nom à côte de ceux de Lou Babin, Jaco Duguay, Jean Derome, Jonas Slowanski, Luc Proulx, Nemo Venba et les neuf autres qu’on ne peut malheureusement nommer, question d’espace. La plupart sont issus de L’Enfant Fort et d’autres regroupements éclatés comme la Pouet Pouet Band et Montréal Transport Limité. Sont venus les rejoindre plus récemment quelques jeunes musiciens attirés par l’aventure. Pourpour couvre donc trois générations, l’aîne ayant soufflé ses 68 chandelles et le cadet n’ayant vu passer que 23 printemps.

En guise d’ambassadeurs, Babin, Proulx et Derome ont bien voulu accueillir un journaliste pour promouvoir la parution de leur deuxieme album intitulé Le bal, qui sera lancé dans le monde au Lion d’or jeudi prochain. Deux disques en 30 ans? On ne pourra les accuser de surexposition. «On n’a jamais pensé en termes de réussite; au départ, ce n’était pas notre projet de faire des disques, explique Babin. On faisait de la musique pour les gens, en plein milieu de la rue. Des fois, on bloquait la circulation. On allait jouer comme ca, juste parce qu’il faisait beau. On allait répéter dehors, au grand plaisir des gens. On voulait leur donner le goût de faire de la musique.

Proulx se rappelle qu’au tout début, rue Duluth, n’importe qui voulait participer à l’expérience, avec n’importe quel instrument jusqu’à des chaudrons, si bien qu’ils ont dû être selectifs: «Il y avait des gens qui voulaient faire de la musique avec nous, mais ça ne marchait pas. C’était cruel parfois, on commençait à nous trouver un peu «sectaires». C’est une question d’affinité.

Les cancres n’entrent pas dans la Fanfare Pourpour, mais Babin admet que, si elle apprécie le jeu d’un musicien, elle doit d’abord aimer sa personnalité.

Jean Derome, compositeur multi-instrumentiste accompli et improvisateur très respecté, agit pour ce nouveau disque en tant que grand superviseur. II s’opère selon lui, qu’importe que les musiciens soient professionnels ou amateurs, une sorte de magie au sein de la Fanfare: «On arrive a un jeu d’ensemble qui dépasse la performance, dit-il. Le fait qu’un musicien soit très bon ou un peu moins bon n’a pas d’importance. On a enregistré tout le monde ensemble, on n’a pas mis d’écouteurs, on enregistre comme on pratique. Ça sonne super bien comme ça.»

Musique du peuple

Ils n’iront pas nécessairement faire leur numéro sur les planches du Téléthon de la dystrophie musculaire, mais les gens de la Panfare n’en demeurent pas moins doucement engagés, certains enjeux sociaux leur tiennent à coeur: «On joue pour les causes qui nous touchent et qui nous préoccupent, précise Proulx, par exemple la Journée sans auto. C’est vrai que c’est une bonne idée d’enlever ces paquets de voitures de notre centre-ville une fois de temps en temps.» On a pu les voir et les entendre dans les tentes de l’ATSA (Action terroriste sociaiement acceptable) au parc Émilie-Gamelin ou—si vous êtes vraiment mal pris dans la vie—à la Old Mission Brewery. «C’est une façon d’aider un peu, comme on peut, de faire sourire, d’aileger la souffrance», ajoute Babin.

Leur musique est d’ailleurs proche du peuple, populaire dans le sens premier, dans le sens de noble. Des airs faciles a fredonner, sans artifices, parfois dansants, parfois mélancoliques (souvent les deux en même temps), une musique qui emprunte à certaines traditions européennes et qu’on dirait presque anti-techno, comme une sorte de folklore qui n’a pas tout à fait existé: «C’est la musique du peuple, qui vient du peuple, mais ce n’est pas la musique qu’on vend généralement au peuple», dit Derome, qui déplore ces nouvelles manufactures de vedettes à la Star Académie: «On fonctionne de plus en plus par sondages. Ça donne l’impression aux gens d’avoir vraiment choisi. Vous avez voté pour tel ou tel? Maintenant, achetez son disque, venez voir son show. J’ai l’impression que les gens qui votent à Star Academie pensent avoir enfin de l’influence, plus qu’en politique.»

Ces boomers atypiques sont-ils nostalgiques? Regrettent-ils les folles annees 70? Pas tout à fait, même si Proulx admet que le Plateau Mont-Royal, où tout a commencé, a beaucoup changé, et pas pour le mieux, lui qui vivait alors dans un logement de 45,50$ — qui doit coûter 4550$ aujourd’hui, en exagérant à peine!

Pour Derome, le fameux «esprit du Plateau» n’est plus qu’une espèce de piège à touristes, d’autres choses se feront ailleurs d’où il émergera des phénomènes aussi gratuits, jouissifs et spontanés que L’Enfant Fort de 1975. En attendant, l’aventure Pourpour continue, vers Dieu sait quoi. Sans doute la Fanfare va-t-elle gagner, par ce nouveau disque débordant de chaleur et de sincérite, les coeurs d’un jeune public fatigué par la chanson pop usinée.

… ce nouveau disque débordant de chaleur et de sincérite…

Blogue

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.