La boutique des nouvelles musiques

Sautons ce repas de midi Frank Martel

Pour faire suite à leur premier album «Enjambons le désert», l’inénarrable Frank Martel et l’Ouest céleste nous propose 14 chansons inédites aux sonorités disparates et fantastiques sous la direction musicale de l’indomptable Bernard Falaise. «Sautons ce repas de midi», fou de légèreté.

Sautons ce repas de midi

Frank Martel

Michel F Côté, Bernard Falaise, Éloi Deit

La presse en parle

  • La Galère, 1 avril 2006
    Cet album est certainement l’un des plus intéressants des dix dernières années au Québec…
  • Rigobert Dittmann, Bad Alchemy, no 44, 1 octobre 2004
  • Henryk Palczewski, Informator “Ars” 2, no 40, 1 septembre 2004
  • Dolf Mulder, Vital, no 435, 18 août 2004
    … honest and pleasant music that will please many.
  • Dominique Denis, L’Express, 1 juillet 2004
    Sautons ce repas du midi…est de ces albums joyeusement déconcertants, qui méritent d’être prolongés sous les projecteurs…
  • Alain Brunet, La Presse, 3 avril 2004
    Le sens et les sens virevoltent à travers cet irrésistible répertoire, s’y déploie une manière de néo-dadaïsme…
  • Alain Brunet, Radio-Canada: Indicatif présent, 12 mars 2004
    … un imaginaire absolument déluré et quand même l’expression d’un être intelligent et doué.
  • Olivier Lalande, Nightlife, no 53, 1 mars 2004
    … on pense qu’on n’entend pas assez parler de ce gars-là.
  • Éric Parazelli, Bande à part, 30 janvier 2004
    Un pur délice!
  • François Couture, Ici Montréal, 4 décembre 2003
  • Éric Normand, Mouton Noir, 1 décembre 2003
    On pourrait parler de chansons-boutades tellement les textes fonctionnent en emboîtements et évitent tout verbiage.
  • François Couture, actuellecd.com, 25 novembre 2003

Critique

La Galère, 1 avril 2006

Après avoir publié trois recueils de poèmes dans les années 1980-90, Frank Martel se lance enfin dans la chanson avec un premier album en 2001, intitulé Enjambons le désert, malheureusement épuisé aujourd’hui. Son deuxième album, Sautons ce repas de midi paru en 2003, est marqué par l’intrusion du merveilleux dans le quotidien. Le voyage est un thème récurent, mais c’est «le genre de voyages qu’on fait nous autres!» comme dit Martel en spectacle pour présenter certaines chansons plutôt oniriques, à mi-chemin entre le récit de rêves et le manuel de zoologie, parsemé de détails d’un quotidien pittoresque à souhait. Célébration du quotidien donc, mais pas de n’importe lequel: celui des voyages immobiles, de la magie inspirée des ruelles, des fruits et des légumes aux noms qui font rêver dans des contextes pas possibles; on comprend bien que tout est affaire d’attitude face à la vie. «Je suis toujours dans tes jambes, pis jamais dans tes bras!» Voilà une des perles qu’on retrouve sur ce disque minimaliste et sans prétention, oscillant entre rock garage, musique actuelle et chanson. Inspiré du western québécois dans la façon de chanter, mais aussi dans les textes, qu’il parodie parfois d’une façon tout à fait convaincante avec des phrases courtes, parfois à double sens, souvent pleines d’esprit. «C’est du creux de ses vertèbres que provient la bonne humeur du zèbre!»

Musicalement, outre la batterie, la basse et les guitares, on trouve de la mandoline, du ukulélé, de l’harmonica, et même un theremin, un instrument rare et particulièrement inusité dans la chanson québécoise. À noter également la présence de l’excellent guitariste Bernard Falaise, une figure bien connue du milieu jazz et expérimental québécois. En conclusion, c’est un bon disque de char, ce qui est une grande qualité en soi, qu’on pourrait dire fait sur mesure pour ceux qui n’ont pas de char, ce qui est une plus grande qualité encore. On n’a qu’à regarder défiler les paysages beaux et absurdes de ce poète à la folie douce et sincère. Cet album est certainement l’un des plus intéressants des dix dernières années au Québec, et cela malgré une diffusion plutôt confidentielle. Il ne faut pas manquer de sauter sur l’occasion pour savourer cette galette sans pareille!

Cet album est certainement l’un des plus intéressants des dix dernières années au Québec…

Review

Dolf Mulder, Vital, no 435, 18 août 2004

Monsieur Fauteux is a sublabel of Ambiances Magnétiques. It is specialised in more accessible music then normally released on Ambiances Magnétiques. Martel began as a poet and published two collections of his poetry. Later he learned playing the guitar and developped himself into a singer/songwriter. He wrote all the songs and lyrics for his third solo-album Sautons ce repas de midi. Also he plays little guitar, ukelélé, theremin and harmonica.. He is accompanied by Bernard Falaise (guitar, mandolin, keyboards, voice), Éloi Deit (basses) and Michel F Coté (drums and percussion). Martel is not a great singer. I suppose the lyrics are very important — Martel is a poet. But alas I do not speak french, so I can’t say anything about it. Happily the arrangments and playing are very funny and full of ideas. Each song has it’s own atmosphere. This make this album enjoyable and worthwhile also for those who don’t understand french. It’s especially the guitar playing of Bernard Falaise that catches the attention.

Fanfare Pourpour reminded me of the Willem Breuker Kollektief or the belgian “ballroom” ensemble Julverne. This Fanfare has 15 members and is assisted by 5 other musicians in some of the tracks. We hear saxes, trumpette, clarinette, flutes, but also accordeon, guitar, violin, banjo, etc. On a reunion in 1995 several veteran musicians decided to play again together and Fanfare Pourpour was born. Nowadays veterans and young talents are united in this great ensemble.As the title indicates the ensemble plays a very danceable music, albeit often plunged in a melancholic atmosphere. Music from and for people. No self-indulgent art, or music for the sake of experiment, but music that wants to serve an audience, to make a party. The 16 compostions come from members Suzanne Babin, Luc Proulx, Jean Derome and others. The opening track opens very promising in a gypsy style, but halfway the piece takes another direction. We hear many waltzes, swing and more uptempo pieces, like the excellent La noce du brigand by member Guido del Fabbro. Although I’m open for this kind of music, my attention faded away from time to time. Some of the compositions are a little unsignificant, plus arrangements and playing do not sparkle throughout the ride. But surely an album of honest and pleasant music that will please many.

… honest and pleasant music that will please many.

Ne sautons pas la poésie

Dominique Denis, L’Express, 1 juillet 2004

Quand un poète se met à la chanson (on pense a Péloquin, Francoeur ou, plus près de nous, Marc LeMyre), il vaut toujours la peine de tendre l’oreille. Parce que chez ces gens-là, comme disait Brel, on est sensible a la musicalité des mots.

La quarantaine bien entamée, une poignée de recueils de poésie en librairie et deux albums de poésie chantée à son actif, Frank Martel s’inscrit dans cette singulière lignée. S’il ne risque pas de concurrencer Bruno Pelletier sur le plan vocal (qui s’en plaindrait?), Martel assume ses limites en choisissant des styles - cabaret, country où l’interprétation prime sur la performance.

Récent récipiendaire d’un Mimi (les Félix de la scène alternative québécoise - pour ceux qui, comme moi, n’étaient pas dans le coup), Sautons ce repas du midi (Ambiances magnétiques/SRI) est de ces albums joyeusement déconcertants, qui méritent d’être prolongés sous les projecteurs, ne serait-ce que pour voir la tête de Martel quand il balance des perles du genre «Chu toujours dans tes jambes/Mais jamais dans tes bras», avec sa voix de Cassonade Faulkner. Faussement naïf? Peut-être. Vraiment attachant? You bet!

Sautons ce repas du midi…est de ces albums joyeusement déconcertants, qui méritent d’être prolongés sous les projecteurs…

Médecine douce et folle

Alain Brunet, La Presse, 3 avril 2004

Selon les dires du principal intéressé, Frank Martel a vachement encouragé Urbain Desbois à mettre de l’avant ses miniatures, celles de ses deux premiers disques. On ne s’en étonnera pas, car le Martel en question fait exactement dans le même format: chansons courtes, minimalistes, rapidement dégainées, pleines de substance, arrangées par le très doué guitariste Bernard Falaise. Paru il y a quelques mois (on en échappe parfois, que voulez-vous), Sautons ce repas de midi est le disque d’un remarquable sauté. Et puisque quelques centaines de personnes en connaissent le talent, des milliers d’autres méritent d’absorber cette médecine douce et folle. La comparaison avec l’ami Urbain se limite à la taille et la propension à l’humour absurde: Frank Martel use d’un français plus international (moins «queb», si vous préférez) et d’un humour encore plus abstrait que celui de son collègue. Ce n’est pas peu dire! Le sens et les sens virevoltent à travers cet irrésistible répertoire, s’y déploie une manière de néo-dadaïsme qui fait bon ménage avec un Iyrisme étrange. Sur une mélodie bucolique, par exemple, un narrateur sous hypnose se voit agrippé dans un sablier géant, salue un crabe qui danse, placarde une lézarde et recoud de ses doigts une toile d’araignée.

Le sens et les sens virevoltent à travers cet irrésistible répertoire, s’y déploie une manière de néo-dadaïsme…

Critique

Alain Brunet, Radio-Canada: Indicatif présent, 12 mars 2004

… donc bon pourquoi pas en parler parce que y a peut-être quelques centaines de personnes, de fans de Frank Martel, ben il faudrait peut-être qu’y en ait quelques milliers parce que ce personnage, car il en est un, est vraiment doué.

… Finalement qui se révèlent comme de très jolis portraits, enfin, d’un imaginaire absolument déluré et quand même l’expression d’un être intelligent et doué. Donc j’aime bien, moi, Frank Martel.

… un imaginaire absolument déluré et quand même l’expression d’un être intelligent et doué.

Critique

Olivier Lalande, Nightlife, no 53, 1 mars 2004

Difficile de ne pas se laisser aspirer par l’univers fascinant du poète local, sur ce second album qu’on espère promis à un maximum de reconnaissance. Usant à bon escient du profil de ses collègues, des vétérans du monde de la musique actuelle (Bernard Falaise, Michel F Côté), Martel livre une chanson rock aussi planante que dépouillée, aussi expérimentale qu’accessible. On pense à Urbain Desbois, les grimaces en moins et le troisième œil en plus, et on pense qu’on n’entend pas assez parler de ce gars-là.

… on pense qu’on n’entend pas assez parler de ce gars-là.

Disque de la semaine

Éric Parazelli, Bande à part, 30 janvier 2004

Je m’en serais voulu de fermer les livres de 2003 sans vous parler de cette petite perle rare de Frank Martel et l’ouest céleste. Si vous êtes de ceux qui pensent que le country-folk ne recèle plus de surprises, Sautons ce repas de midi devrait vous faire changer d’avis. C’est que ce maître brasseur (il est copropriétaire du Cheval Blanc à Montréal) et poète déluré a su s’entourer d’un trio du tonnerre (Bernard Falaise, Michel F Côté et Éloi Deit) que l’on rencontre plus souvent dans les territoires de la musique actuelle que dans le terroir musical québécois. Il en résulte une poignée de chansons bourrées d’un imaginaire débordant, comme autant de rêves animaliers, exotiques ou quotidiens, auxquels on aurait fait faire un tour de manège dans une foire agricole sous une pluie d’aurores boréales! Sans parler de la voix «approximative» mais émouvante de Martel, qui s’amuse à parodier le genre country sans jamais s’en moquer. Et ces mélodies qui s’immiscent dans notre cerveau comme autant d’antidotes à la grisaille de l’hiver… Un pur délice!

Un pur délice!

Guide CD 2003

François Couture, Ici Montréal, 4 décembre 2003

Le charme intemporel d’une chanson à la fois impertinente et empreinte d’émotions. La fébrilité d’accompagnateurs (Bernard Falaise, Éloi Deit, Michel F Côté) qui refusent de se laisser mettre en cage. Il y a dans ce disque de la finesse, de l’intelligence et un désir de vous surprendre sans vous perdre. Boris Vian doit sourire dans sa tombe.

Le Noir compact

Éric Normand, Mouton Noir, 1 décembre 2003

Avec à leur tête (le poète) Frank Martel, ménestrel verbulateur, les hors-la-loi de L’Ouest Céleste sont de retour. Au programme: «chansons-comptines, rock poignard et pastiches country». La première formule est sans doute la plus heureuse pour décrire les quatorze (dont 12 ont moins de 3 minutes) courtes pièces qui composent Sautons ce repas de midi. On pourrait parler de chansons-boutades tellement les textes fonctionnent en emboîtements et évitent tout verbiage. M. Martel connaît bien l’art de la phrase, du jeu de mot et du non sens. En fait preuve le choix du nom de son groupe: L’Ouest céleste, référence ironique à la dynastie Martel? Les airs de Martel s’inspirent néanmoins des musiques américaines: folk, guitare surf, country, rock et blues autant que de la chanson. Afin de concocter ces petits univers pastichés, Martel s’adjoint les services de musiciens hors-pairs: Bernard Falaise (guitare, direction musicale), Michel F Côté (batterie) - que l’on retrouve aux côtés de Marie-Jo Thério et dans divers projets d’improvisation (Klaxon Gueule, Buire…) - et Éloi Déit (Urbain Desbois) à la basse. Malgré une voix au registre limité, Martel sait nous entraîner dans ses fantaisies ludiques avec des intonations qui, au passage, rappellent Claude Dubois, André Duchesne ou Faulkner. Musicalement difficile à étiqueter, Martel propose une chanson rock poético-absurde, une sorte de mélange risqué entre Thomas Jensen, Urbain Desbois, Sttella et Bobby Lapointe: plus maîtrisé et moins international que le premier, plus absurde que le second et moins barbu que le dernier.

On pourrait parler de chansons-boutades tellement les textes fonctionnent en emboîtements et évitent tout verbiage.

En cadeau, élargir des horizons

François Couture, actuellecd.com, 25 novembre 2003

Les Fêtes approchent. Vous vous demandez quoi offrir en cadeau cette année? Vous cherchez le truc original, ce qui étonnera et fera plaisir? Pourquoi ne pas élargir les horizons musicaux d’un être cher, d’une collègue de travail ou d’un cousin que vous n’avez pas vu depuis le dernier Noël. Voici une sélection toute personnelle d’idées cadeaux pour initier quelqu’un (ou vous-même, on peut bien se faire plaisir!) à la musique actuelle.

La chanson

Cela peut paraître un peu simpliste, mais tout le monde apprécie une bonne chanson. Cela dit, nous n’avons pas tous la même définition de ce qu’est une bonne chanson. Et les artistes du catalogue de DAME prennent beaucoup de liberté avec cette forme musicale, c’est d’ailleurs ce qui rend la chose si excitante. Frank Martel et Tomás Jensen sont des chansonniers au verbe ludique et à la musique intemporelle, chacun à sa façon (les amateurs de Richard Desjardins ou d’Urbain Desbois y trouveront leur compte). Et les Chansons d’un jour de Geneviève Letarte plairont à quiconque recherche une chanson au texte poétique et à la mélodie intelligente et accessible. Pour les rockeurs dans l’âme, Locomotive d’André Duchesne (des riffs à fond de train) demeure un classique.

Castor et compagnie de Joane Hétu a déjà un côté plus pernicieux avec ses textes sensuels (voire érotiques) et ses moments de douce folie, une folie qui s’accentue dans le rock déconstruit du groupe féminin Justine: leur premier album, (Suite), tient du rock progressiste, alors que le second, Langages fantastiques, fait plutôt dans la chanson à haute teneur en improvisation. Comme va-tout, la compilation Chante! 1985-2000 offre une vaste sélection de chansons tordues et touchantes.

La fête

Moment de célébration, de carnavalesque, de transgression des interdits, la fête est aussi musicale et donne lieu dès lors à une distorsion des règles couramment admises. L’Orkestre des pas perdus insuffle à la musique de fanfare un air de cirque actuel, un R ‘n’ B (rhythm ‘n’ brass, bien sûr) qui rafraîchirait n’importe quelle parade. Son cousin Les Projectionnistes (les deux projets sont pilotés par Claude St-Jean) remplace le cirque par le rock et de fanfare fanfaronne la section de cuivres se transforme en funk frénétique. Pour sa part, la Fanfare Pourpour troque le caractère officiel des costumes de parade pour la spontanéité d’une fanfare de rue, une musique pour Tout le monde qui ne s’abaisse pas au plus petit dénominateur commun.

Dans le même esprit, mais en ajoutant un côté est-européen et une imagination débridée, le groupe Interférence Sardines (qui compte en ses rangs deux membres du groupe néo-trad Les Batinses) brasse fort. Jean Derome et les Dangereux Zhoms adoptent un angle plus jazz avec un côté frivole qui pousse parfois jusqu’à l’exubérance. Les trois albums du groupe sont hautement recommandables, mais Carnets de voyage demeure un excellent point de départ. On trouve le même esprit de démesure et d’émotion pure dans La boulezaille (Pierre Langevin et Pierre Tanguay) et Plinc! Plonc! (Jean Derome et Pierre Tanguay), des disques où s’entremêlent improvisation, musiques du monde, jazz et fantaisie libératrice.

Et pour aller plus loin

Mais peut-être voulez-vous allez plus loin et donner le goût d’une musique actuelle plus audacieuse et abstraite? Voici quelques suggestions de musiques improvisées et électroniques.

Martin Tétreault est l’un des artistes expérimentaux les plus fascinants en ce moment. Son utilisation du tourne-disque projette 45 questions par minute. Son récent disque Parasites avec Diane Labrosse pose la loupe sur de petits bruits inquiétants. Et sa nouvelle collaboration avec le Japonais Yoshihide Otomo, Studio — Analogique — Numérique, offre une musique de recherche étonnante dans une présentation originale: un coffret de trois mini-disques compacts.

Actif sur la scène des musiques d’avant-garde depuis le début des années 70, Fred Frith demeure le favori de plusieurs amateurs du genre. Les deux albums de son Fred Frith Guitar Quartet (avec René Lussier, Nick Didkovsky et Mark Stewart) sont essentiels. DAME offre aussi les titres de son étiquette Fred Records.

L’un des premiers groupes de l’écurie DAME à s’être tourné vers l’improvisation électro-acoustique, Klaxon Gueule donne dans les textures bruitistes et le plaisir exigeant. Les albums Muets et Grain ont été acclamés par la critique internationale. Mentionnons aussi la compilation Ohmix, un projet électronique audacieux où une brochette d’artistes (dont Martin Tétreault, David Kristian, John Oswald, Terre Thaemlitz et Ralf Wehowsky) remixent les disques de l’étiquette Avatar.

Enfin, au lieu d’envoyer les habituelles cartes de souhaits, je vous suggère les cartes postales sonores de l’étiquette Ouïe-Dire, des cartes accompagnées de mini-disques compacts. Et bon temps des Fêtes!

Blogue

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.