La boutique des nouvelles musiques

Cordâme Cordâme

Cordâme propose, avec son premier disque, un voyage musical à travers les compositions de Jean Félix Mailloux. Marie Neige Lavigne au violon, Julie-Odile Gauthier-Morin au violoncelle et Jean Félix à la contrebasse, le groupe est aussi soutenu par le percussionniste Pierre Tanguay.

Un disque rempli de nouvelles musiques pour cordes d’inspirations variées, allant des folklores du monde, à la musique de film en passant par l’improvisation.

Du grand au petit, du monde au village, la musique de Cordâme est forte en images sonores et combine lyrisme, rythmes envoûtants et atmosphères planantes, le tout imprégné d’une sensualité et d’une sensibilité hors du commun.

Cordâme

Cordâme

Jean Félix Mailloux

La presse en parle

  • CISM, 12 novembre 2009
  • Piercarlo Poggio, Blow Up, no 117, 1 février 2008
    Reminiscenze classiche ben mascherate, situazioni da colonna sonora per un film esistenzialista, passi di valzer, gitanismi e profumi di musica ebraica non mancano di colorare il quadro d’insieme.
  • Rémi Leclerc, entracte, 1 décembre 2007
  • Pierre Durr, Revue & Corrigée, no 74, 1 décembre 2007
    André Duchesne use de son instrument avec une grande finesse
  • Henryk Palczewski, Informator “Ars” 2, no 47, 1 décembre 2007
  • Dolf Mulder, Vital, no 585, 17 juillet 2007
    Both Mailloux and Hébert […] are engaged in an intelligent play with of all kind of influences in a music that always remains very accessible and enjoyable without becoming “easy”.
  • Yves Bernard, Ici Montréal, no 10:26, 29 mars 2007
    On valse, on improvise, on déconstruit à petits coups d’archets, on devient lancinant et même mélancolique, on explore des aires aériennes et aérées…
  • Réjean Beaucage, Voir, 8 mars 2007
  • Irwin Block, The Gazette, 1 mars 2007

Gitano-jazz

CISM, 12 novembre 2009

- Exec Producer à Uniserval: You’ve got deux minoutes pour pitcher ton film.

- Moi: Okok, check bin ça. C’est l’histoire D’ali baba et les 40 voleurs, mais la catch c’est que ça se passe pas dans la perse ancienne, oh non monsieur! C’est à Dubai en 2015! Ça nous donne un edge futuristique que les kids adorent. Bon, Ali baba dans ce cas-ci, c’est comme Casanova… bin, plus comme Arlequin, nonon, Casanova, c’est ça. Il vole les cœurs aussi bien que les trésors des magnats du pétrole. Il a aussi une sweet voiture, comme un BMW ou quelque chose du genre, classy mais avec de la torque. Bon, tu me suis? Fak Ali Baba, on l’appelle Ali B Aba, pis on lui donne plein de swagger: une ceinture d’utilité, des souliers d’utilité, pis, tiens-toi bien, un doo-rag d’utilité qui peu le rendre iinnvviissiibbllleeeee! Fak avec tout ça, il réussiera à rentrer dans les coffre-forts des banques émirates aidé bien sûr de ses camarades: Regi, MaarKhmalah, Wali, Sammy D. Anger, bin, les 40 voleurs. C’est Ocean’s 11 qui engendre James Bond qui engendre Batman qui engendre Arsène Lupin qui engendre Ali Baba!

- Exec: Engendre?

- Moi: Euh, rencontre.

- Exec: Bof, je ne le sais pas… Cela ne est pas qui cela peuvent.

- Moi: J’ai un super groupe pour les scènes de conquêtes amoureuses!

- Exec: I’m in!

Recensione

Piercarlo Poggio, Blow Up, no 117, 1 février 2008

Un trio canadese d’archi colto al debutto. I temi sono composti dal contrabbassista Jean Félix Mailloux con mano sapiente e orecchie attente a quanto si ascolta ai nostri giorni. In certi passaggi pare di rinvenire echi della Penguin Café Orchestra come potrebbe risuonare oggi, immersa cioè nella temperie etnica che ci circonda. Reminiscenze classiche ben mascherate, situazioni da colonna sonora per un film esistenzialista, passi di valzer, gitanismi e profumi di musica ebraica non mancano di colorare il quadro d’insieme. Le percussioni di Pierre Tanguay aggiungono spessore e rendono concreto il tutto.

Reminiscenze classiche ben mascherate, situazioni da colonna sonora per un film esistenzialista, passi di valzer, gitanismi e profumi di musica ebraica non mancano di colorare il quadro d’insieme.

Disques

Pierre Durr, Revue & Corrigée, no 74, 1 décembre 2007

Parmi les nouvelles formules instrumentales qui confirment leur émargement aux musiques alternatives tout en quittant le strict domaine de la musique contemporaine écrite, il y a l’utilisation des cordes en trio ou en quatuor. Ce n’est certes pas nouveau, mais le nombre de réalisations qui en découlent se multiplie. Le Québec en fournit plusieurs exemples. Ainsi la jeune formation Cordâme, un trio violon, violoncelle, contrebasse, qui s’adjoint le percussionniste Pierre Tanguay, et, plus épisodiquement l’altiste Anit Ghosh ou le clarinettiste Guillaume Bourque, produit une musique qui s’apparente à une musique de chambre dont l’écriture (le contrebassiste Jean Félix Mailloux en est le compositeur) est nourrie d’influences rythmiques plus populaires, voire ethniques et plus particulièrement moyen-orientales titalement revendiquées par le choix des titres (Habanera 11, Au bord du Nil, Valse hébraïque…), par le phrasé de tel ou tel instrument (l’alto justement dans Eider), tout en explorant délicatement, dans des ambiances plutôt feutrées, les textures et les timbres des cordes.

La formule utilisée par André Duchesne est toutefois plus courante. Celle d’une formation plus ou moins classique dans son instrumentation (guitare, basse, batterie), épaulée par un quatuor à cordes, histoire de donner plus d’ampleur aux compositions du guitariste tout en développant la palette sonore mise en œuvre. on y retrouve cette volonté de se confronter à des ensembles plus larges (tel L’ ou ‘L) et d’inscrire une musique assez jazz dans un environnement plus contemporain. Moins novateur dans son jeu de guitare que son ancien acolyte, René Lussier, au sein de Conventum, André Duchesne use de son instrument avec une grande finesse, sans chercher l’esbroufe, n’hésitant toutefois pas dans l’un ou l’autre titre (Cowboy ahuri dans une fôret de cheminées) à recourir à quelques sonorités plus expérimentales. Enfin, l’ensemble de l’enregistrement offre une vision apaisée, parfois humoristique, de la vie, peut-être inspirée par le lieu (Saguenay-Saint-Jean).

André Duchesne use de son instrument avec une grande finesse

Review

Dolf Mulder, Vital, no 585, 17 juillet 2007

The young Malasartes Musique label, is an initiative by Damian Nisenson, a composer and saxophonist from Argentina who settled down in Canada some years ago. The second release was a CD by a trio of Jean Félix Mailloux, called Aurores boréales. Mailloux now returns again in trio format with Cordâme. Himself playing doublebass, the trio is completed by Marie Neige Lavigne on violin and Julie-Odile Gauthier-Morin on cello. Pierre Tanguay helps out on percussion, plus Guillaume Bourque on clarinet on Au bord du Nil and Anit Ghosh on viola on Eider. All compositions and arrangements are again from Mailloux. In many tracks there are influences of folk music to be traced, especially from the middle east as title as Au bord du Nil and Valse hébraique suggest. Some of the compositions lack a own face and are a bit stereotype, others however are very good. The musicians give a dedicated and warm interpretation of the pieces. Similar in mood and atmosphere is the music on L’autre. At work is now a quartet of Jean-Marc Hébert (electric guitar), accompanied by Christophe Papadimitriou (bass), Pierre Tanguay (drums, percussion) and Marie-Soleil Bélanger (violin, ehru). All compositions come from Hébert, who studied guitar and composition in Toronto. With his group Skalène he already released three CDs. Also he participated in a project with Indian musicians. Like in the compositions of Mailloux we hear influences from other parts of the world, but, again like by Mailloux, the music breaths an unmistakably francophone atmosphere. This is due to their lyric and sensual approach Melancholy comes from the ehru, a chinese violin, played by Bélanger. We first heard this instrument on the duet cd of Bélanger and Normand Guilbeault, reviewed earlier for Vital Weekly. The playing of Hébert is sober but effective, and reminds sometimes of Antoine Bethiaume. Both Mailloux and Hébert make no drastic maneuveurs as composers. They are not into avant garde, rather they are engaged in an intelligent play with of all kind of influences in a music that always remains very accessible and enjoyable without becoming ‘easy’.

Both Mailloux and Hébert […] are engaged in an intelligent play with of all kind of influences in a music that always remains very accessible and enjoyable without becoming “easy”.

Critique

Yves Bernard, Ici Montréal, no 10:26, 29 mars 2007

Premier album de ce trio montréalais regroupé autour des compositions de Jean Félix Mailloux, soutenu par le violon de Marie Neige Lavigne et le violoncelle de Julie-Odile Gauthier-Morin. Que des cordes pour l’âme? Surtout, mais pas tout à fait, puisque trois invités confèrent parfois à cette musique lyrique des accents moyenorientaux et discrètement indiens. On valse, on improvise, on déconstruit à petits coups d’archets, on devient lancinant et même mélancolique, on explore des aires aériennes et aérées, sans que jamais se perde le côté accessible. Le 31 mars au Studiothéâtre de la PdA.

On valse, on improvise, on déconstruit à petits coups d’archets, on devient lancinant et même mélancolique, on explore des aires aériennes et aérées…

Disques de la semaine

Réjean Beaucage, Voir, 8 mars 2007

Voici un trio dont la musique (que signe le contrebassiste Jean Félix Mailloux) baigne une patte dans une ambiance importée du Moyen-Orient en balançant l’autre d’un petit swing jazzé. On pense quelques fois en l’écoutant à ce que fait John Zorn avec son projet Masada, mais sans l’espèce d’urgence en feu qui caractérise la production du saxophoniste. On est davantage ici dans l’évocation d’atmosphère, ça sent le soleil du désert et les mirages enfumés. Le dialogue permanent entre la violoncelliste Julie-Odile Gauthier-Morin et la violoniste Marie Neige Lavigne donne lieu à de beaux échanges, auxquels participent aussi le percussionniste Pierre Tanguay et d’autres invités. (3,5/5)

Blogue

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.