La boutique des nouvelles musiques

I’m a Navvy Barnyard Drama

Top 10 disques de l’année 2006, Délire actuel, CFLX FM, Québec

The music’s already leaving the human scale behind, floating off into the zero-gravity dark, the stars twinkling all around in detached bemusement Paris Transatlantic, France

Les nouveaux labels canadiens semblent relativement ouverts et non dévolus à quelques formes musicales très précises, à la manière de nombreux petits producteurs européens. Revue & Corrigée, France

I’m a Navvy

Barnyard Drama

La presse en parle

  • Nate Dorward, Paris Transatlantic, 12 décembre 2008
    The music’s already leaving the human scale behind, floating off into the zero-gravity dark, the stars twinkling all around in detached bemusement
  • Pierre Durr, Revue & Corrigée, no 77, 1 septembre 2008
    Les nouveaux labels canadiens semblent relativement ouverts et non dévolus à quelques formes musicales très précises, à la manière de nombreux petits producteurs européens.
  • Richard Moule, Signal to Noise, no 50, 1 juin 2008

On Barnyard

Nate Dorward, Paris Transatlantic, 12 décembre 2008

Barnyard Drama is the Toronto husband-and-wife duo of singer Christine Duncan and drummer/multi-instrumentalist Jean Martin, though more recently the group has doubled in size with the addition of guitarists Justin Haynes and Bernard Falaise (the latter on loan from Montréal’s musique actuelle scene). The churning guitars and dark, hallucinatory sound of I’m a Navy set it apart from other offerings on Barnyard Records, which generally tend towards quiet, everyday surrealism (as the punning title of one release on the label puts it, “piano music”). Some of the pieces are too arch, especially the overripe The Blues and Duncan’s faux-naive ballad about “that butt’ry burning feeling”, sung in a butter-wouldn’t-melt-in-her-mouth British schoolgirl accent. But the air of wicked mischief is generally quite engaging, the musicians conjuring up a black magic rite out of grungy blues, snarling electronica, and the guitar-driven meltdown at the end of The Big Gundown. Duncan’s voices range from gorgon to sexpot to blithering idiot to chanteuse, but isn’t mere grotesquerie (which tends to wear thin very quickly, as witness countless free-improv vocal albums); she takes the trouble to really occupy these different personae, until the music becomes a dizzying meditation on female innocence and experience. Great choice of cover tune, too: the lyrics of Noel Coward’s Little Girl Blue may express bemused pity for the girl, but the music’s already leaving the human scale behind, floating off into the zero-gravity dark, the stars twinkling all around in detached bemusement.

The music’s already leaving the human scale behind, floating off into the zero-gravity dark, the stars twinkling all around in detached bemusement

Critiques de disques

Pierre Durr, Revue & Corrigée, no 77, 1 septembre 2008

Est-ce circonstantiel ou serait-ce une orientation plus générale? Toujours est-il que les nouveaux labels canadiens semblent relativement ouverts et non dévolus à quelques formes musicales très précises, à la manière de nombreux petits producteurs européens.

Barnyard Records, à travers ces quatre enregistrements, s’inscrit un peu dans la lignée d’Ambiances Magnétiques par un éclectisme évident, non sans humour d’ailleurs, côtoyant aussi bien le rock (avec une approche évidemment déstructurée), le jazz et l’improvisation. Basé à Toronto, il est une émanation du batteur Jean Martin, qui émarge dans les trois premières références citées.

Barnyard Drama a tout du happening rock, dans lequel l’improvisation suit une ligne directrice assez concise, véhiculée par les entrelacs des deux guitares aux sons incandescents, elles-mêmes propulsées par la batterie de Jean Martin. L’un des deux guitaristes n’est autre que Bernard Falaise, souvent présent sur les enregistrements québécois. L’auditeur pense parfois aux délires d’Amon Düül (celui de Paradieswärstdüül ou de Collapsing) avec plus de rigueur, d’autant plus que la voix de Christine Duncan adopte aussi (en particulier sur Invisible) les intonations de Renate Knaup (référence cette fois-ci à Amon Düül II).

Si le duo de Jean Martin avec le saxophoniste Evan Shaw relève plutôt d’un jazz assez cool (c’est sans doute le sens du titre Piano Music sur un enregistrement dépourvu de notes issues d’un clavier) malgré un jeu de percussion assez atypique, celui que présente le batteur (ici usant d’autres instruments) avec Colin Fisher (saxophoniste lui aussi multi instrumentiste) s’inscrit davantage dans l’univers des musiques de traverses (pour reprendre un vocable des années 80) avec une variété d’approches, passant du bruitisme atmosphérique (et mélodieux) à une sorte de jazz rock électrifié, ou à des séquences hautement improvisées.

C’est à des improvisations plus nettement dissonantes et sans assise rythmique, que l’on pourrait presque qualifier d’intégristes, que s’attaquent la clarinettiste montréalaise Lori Freedman et le tromboniste de Toronto, Scott Thomson, mêlant, sauf dans l’une ou l’autre pièce en soliste, les effets peu conventionnels tirés de leurs instruments respectifs, en jouant aussi bien de leur timbre spécifique que des sonorités annexes qu’ils suscitent. Parfois sèches et âpres, celles-ci peuvent aussi ^tre empreintes d’humour, voire de tendresse.

Les nouveaux labels canadiens semblent relativement ouverts et non dévolus à quelques formes musicales très précises, à la manière de nombreux petits producteurs européens.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.