La boutique des nouvelles musiques

Live at Upstairs 2008 Normand Guilbeault Ensemble, Charles Mingus

Prix Opus 2008-09: Disque de l’année — Finaliste

«J’avais les larmes aux yeux quand j’ai commencé à lire les transcriptions par Normand Guilbeault de pièces comme What Love ou The Black Saint & The Sinner Lady. J’imagine qu’un pélerin qui arrive pour la première fois à la Mecque doit vivre des émotions semblables, ou bien un amateur d’art qui peut enfin «voir en vrai» une peinture qu’il connaît depuis longtemps. La musique de Mingus est polémique, engagée, généreuse, chaude, passionnée, elle ne s’adresse pas aux tièdes, aux indécis, elle a un côté provocant, sexuel et mystique à la fois. Elle dresse un vaste portrait de l’Amérique, une fresque épique qui plonge profondément dans les racines du jazz. Peu de compositeurs américains dépeignent leur continent aussi parfaitement, sauf peut-être Duke Ellington ou Charles Ives. On ne plonge pas dans le pays Mingus comme dans un voyage organisé ou la visite guidée d’un musée, il faut s’y lancer corps et âme. C’est un territoire immense qui compte plusieurs centaines de compositions. J’écoute la musique de Mingus depuis toujours mais je n’avais jamais sérieusement songé à explorer cette musique à fond en tant qu’interprète. Cette musique me semblait être trop viscéralement liée à Mingus lui-même et ne pas laisser de place à une interprétation. En somme, j’ai cru pendant longtemps que ce n’était pas vraiment possible de «jouer» du Mingus. Ça fait maintenant 14 ans que le Normand Guilbeault Ensemble me prouve le contraire.»Jean Derome, janvier 2009

Live at Upstairs 2008

Hommage à Mingus

Normand Guilbeault Ensemble, Charles Mingus

Matthieu Bélanger, Jean Derome, Normand Deveault

La presse en parle

  • Vincenzo Giorgio, Wonderous Stories, no 17, 1 avril 2010
  • Kurt Gottschalk, All About Jazz, 6 février 2010
    Undercutting that point, however, is the mighty baritone sax of Jean Derome; his defining of Prayer for Passive Resistance alone makes good on the sticker price.
  • Henryk Palczewski, Informator “Ars” 2, no 50, 1 janvier 2010
  • Paul Serralheiro, The Squid’s Ear, 20 octobre 2009
    The main treat of this album is that these are musicians who have a real feeling for the Mingus style and who pull it off fabulously with hot bluesy playing and off-the-beaten-track virtuosity.
  • Mike Chamberlain, Hour, 27 août 2009
    This is no routine reading of the surface particularities of Mingus, but a journey through the depths of his sound world.
  • Alain Brunet, La Presse, 24 mai 2009
    La connaissance profonde de l’esthétique mingussienne a conduit cet ensemble à de formidables résultats, comparables aux meilleurs ensembles new-yorkais…
  • Réjean Beaucage, Voir, 14 mai 2009
    Une prestation de haut niveau.
  • Félix-Antoine Hamel, La Scena Musicale, no 14:8, 1 mai 2009
    Les quatre autres plages sont des écrins pour les solistes…
  • Serge Paradis, Ici Montréal, 30 avril 2009
    Tout le monde y est impeccable, mais on remarquera le duo Jean Derome et Mathieu Bélanger, d’une intensité à couper le souffle.
  • Christophe Rodriguez, Sorties Jazz Nights, 23 avril 2009
    Des moments d’émotions, un swing tripatif, du blues qui sonne comme une «tonne de brique»…
  • Serge Truffaut, Le Devoir, 18 avril 2009
    On l’a souligné, on le répète, le résultat est splendide. Étonnant, captivant. C’est du grand jazz, très grand même. Chapeau!

Al di là delle olimpiadi… Nuovi appunti canadesi

Vincenzo Giorgio, Wonderous Stories, no 17, 1 avril 2010

Continuando a “gittare” lo sguardo Oltreoceano — grazie agli stimoli che continuano ad arrivarci copiosi dalla canadese Ambiances Magnétiques ci si imbatte, innanzitutto in qualche golosa uscita di…

Jazz deviato

Il Normand Guilbeault Ensemble pubblica un notevole Hommage à Mingus dove — grazie al sestetto allestito dal contrabbassista canadese — vengono riletti sei classici del grande musicista statunitense: molto intensa l’iniziale Passions of a Woman Loved così come il blues malato di Song with Orange.

Su di una frequenza più elettrica si colloca il Pierre Labbé 4tet che con Manivelle sforna un lavoro molto denso ed intimista magnificamente introdotto dalla convincente — ma (pur)troppo breve — Pour le moment. In effetti Labbé si rivela fiatista e compositore molto interessante e “felpato” in grado di far emergere il lato più lirico di due musicisti davvero unici: il chitarrista Bernard Falaise (che abbiamo apprezzato sia nelle scorribande avant di Klaxon Gueule che nei suoi grandissimi lavori solisti) e il percussionista Isaiah Ceccarelli: in Corpus i due forniscono un apporto davvero convincente così come nella rarefatta La Kuchika dove emerge imperioso anche il contrabbasso di Clinton Ryder.

Per rimanere ancora in situazioni più strutturate va menzionato Nozen, (Live! au Upstairs) quartetto che ruota attorno al già noto fiatista Damián Nisenson grazie alla cui penna possiamo godere di un jazz a spiccata propensione etnica. Sorprende la duttilità dell’onnipresente Falaise così come l’efficace panneggio bassistico di Jean Félix Mailloux mentre Pierre Tanguay si conferma batterista in grado unire inventiva musicale a solida strutturazione ritmica.

Ancora più bello — nella sua esotica fragranza — Migration di Cordâme. Si tratta di un sestetto gravitante attorno al già citato Mailloux (che, tra l’altro, firma tutte le tredici tracce) dove — così come il nome del progetto allude — le corde emergono in tutta la loro fragranza mediterranea: il violino di Marie Neige Lavigne, il violoncello di Julie-Odile, le chitarre di Rémi Giguère unitamente all’onnipresente Tanguay e alle percussioni di Ziya Tabassian. Molto bella l’omonima Migration — nella sua purissima arabicità — cosi come il nervoso peregrinare di Trajet.

Review

Kurt Gottschalk, All About Jazz, 6 février 2010

It’s common, although not common enough, for the great bassist and bandleader Charles Mingus to be granted revered composer status in the jazz canon. The efforts of his widow Sue Mingus have kept the man’s name alive and music vital in the 30 years since his death but it’s rare to hear projects that seem to pinpoint with such precision particular moments in Mingus’ career as do recent tribute CDs by the Berlin quartet Dok Wallach and Montréal’s Normand Guilbeault Ensemble.

Bassist (and worthy crooner) Normand Guilbeault led his small-in-number-large-in-scope big band through a set of the big man’s songs on 2005’s Mingus Erectus and ratchets them up to a sextet for Hommage à Mingus with the addition of pianist Normand Deveault, further fleshing it with guest vocalist Karen Young on two tracks. Guilbeault might be the strongest jazz classicist in the eclectic Ambiances Magnetiques collective and is a smart arranger who gets a remarkably big sound out of his group. Which means that, while the lineup might be closer to such classic Mingus albums as Ah Um or Blues & Roots, it’s less a soloist’s session than an arranger’s album, more like the fisherman’s wife’s shoes than her orange dress, if you get my drift. Their take on the little noticed Passions of a Woman Loved, from the 1957 album The Clown, even bears some resemblance to Mingus’ final big band works. Undercutting that point, however, is the mighty baritone sax of Jean Derome; his defining of Prayer for Passive Resistance alone makes good on the sticker price.

Undercutting that point, however, is the mighty baritone sax of Jean Derome; his defining of Prayer for Passive Resistance alone makes good on the sticker price.

Heard In

Paul Serralheiro, The Squid’s Ear, 20 octobre 2009

This group of Montréal musicians, led by double-bassist Normand Guilbeault, has spent quite some time at Charles Mingus’ music. This is the second recording devoted to the late master’s work, the previous being a studio outing, whereas this Hommage a Mingus features the sextet in a live setting, which heightens the intensity of the performances of this round of tunes. There seems to be a love affair between Montréal and Mingus. Musicologist and band leader Andrew Homzy, author of Mingus: More than a Fake Book, was also the individual who dug through Mingus’ archives to resurrect Epitaph, and local Uptown records’ Bob Sunenblick released a bunch of previously unavailable Mingus Tracks (among them Song with Orange done here by the ensemble). Guilbeault’s team, which features some top-notch players from the local scene, among them Jean Derome (who appears on alto and bari saxes, flute and voice) and trumpeter and Montréal Off Festival founder Ivanhoe Jolicœur, one of the city’s most fiery players — are perfect choices for the Mingus charts. The main treat of this album is that these are musicians who have a real feeling for the Mingus style and who pull it off fabulously with hot bluesy playing and off-the-beaten-track virtuosity. This is an unusual opportunity to hear Jean Derome on baritone saxophone, which, although not his usual horn, he plays with a lot of heart. Mathieu Bélanger on clarinets, one of Montréal’s best, contributes to the rich texture to the music, and the sextet is rounded out with the solid playing of Norman Deveault on piano and Claude Lavergne on drums. This CD also offers listeners the chance to hear one of Montréal’s best jazz vocalists, Karen Young, on the chiaroscuro ballad Weird Nightmare and the impressionistic tone poem Eclipse which also has some nice chorale writing. The leader himself shines in passages where the bass takes the lead, as in the introduction to Prayer for Passive Resistance, and when driving the spirited cacophony of Sue’s changes. The transcriptions are faithful to the originals, but not pedantic, since these are all working musicians with individual styles which they bring to bear on their reading of the scores — scores that offer a good variety of material, representative of Mingus’ abilities to elicit inside and outside playing. The recording reminds us of Mingus’ importance as a composer and that, despite the loose aspect of his work-shopping approach which built on sketches for the players who took the music off with Mingus’ presence, the spirit of Mingus lives despite his absence!

The main treat of this album is that these are musicians who have a real feeling for the Mingus style and who pull it off fabulously with hot bluesy playing and off-the-beaten-track virtuosity.

Spins

Mike Chamberlain, Hour, 27 août 2009

The music of Charles Mingus is both visceral and intellectually stimulating. Bassist Normand Guilbeault has been investigating the rich legacy of Charles Mingus for almost 15 years now, and in the company of long-time musical running mates Jean Derome, Ivanhoe Jolicœur, Mathieu Bélanger and Claude Lavergne, Guilbeault is able to tease out the panorama of nuances in Mingus’s compositions. This recording is also the debut of pianist Normand Devault with the ensemble, as well as vocalist Karen Young. This is no routine reading of the surface particularities of Mingus, but a journey through the depths of his sound world.

This is no routine reading of the surface particularities of Mingus, but a journey through the depths of his sound world.

Dans le plus pur esprit mingussien

Alain Brunet, La Presse, 24 mai 2009

Au sein de cet ensemble se trouvent les deux plus éminents spécialistes montréalais de l’œuvre du grand Charles Mingus: le contrebassiste Normand Guilbeault et le saxophoniste/flûtiste Jean Derome, auxquels se joignent le clarinettiste Mathieu Bélanger, le trompettiste Ivanhoe Jolicœur, le pianiste Normand Deveault, le batteur Claude Lavergne et la chanteuse Karen Young. La connaissance profonde de l’esthétique mingussienne a conduit cet ensemble à de formidables résultats, comparables aux meilleurs ensembles new-yorkais qui perpétuent l’œuvre et l’esprit du légendaire contrebassiste, leader visionnaire, indéfectible militant. L’ancrage dans le swing et le blues, les débordements extatiques, l’engagement viscéral, la modernité des ouvertures atonales, le puissant soutien rythmique, ce chaos organisé dans la grande virtuosité que préconisait Mingus, tout est là dans cet enregistrement public réalisé en 2008 à l’Upstairs. Album généreux s’il en est, cet Hommage à Mingus procède ainsi à de magnifiques relectures, de Passion of a Woman Loved à Weird Nightmare en passant par Sue’s Changes.

La connaissance profonde de l’esthétique mingussienne a conduit cet ensemble à de formidables résultats, comparables aux meilleurs ensembles new-yorkais…

Critique

Réjean Beaucage, Voir, 14 mai 2009

Il y a 30 ans que Charles Mingus nous a quittés, mais le contrebassiste Normand Guilbeault prouve encore une fois, avec le troisième disque de son projet Hommage à Mingus, que sa musique est toujours bien vivante. Entouré de quelques-uns des meilleurs musiciens montréalais (des vents d’enfer avec Jean Derome aux saxophones, Ivanhoe Jolicœur à la trompette et Matthieu Bélanger aux clarinettes, l’excellent Normand Deveault au piano et le tout aussi habile Claude Lavergne à la batterie), Guilbeault leur laisse de la place en masse, et on s’en réjouit, parce qu’ils savent quoi faire avec! Karen Young chante aussi sur deux titres. Une prestation de haut niveau.

Une prestation de haut niveau.

Critique

Félix-Antoine Hamel, La Scena Musicale, no 14:8, 1 mai 2009
Les quatre autres plages sont des écrins pour les solistes…

Critique

Serge Paradis, Ici Montréal, 30 avril 2009
Tout le monde y est impeccable, mais on remarquera le duo Jean Derome et Mathieu Bélanger, d’une intensité à couper le souffle.

CDJazz

Christophe Rodriguez, Sorties Jazz Nights, 23 avril 2009

Chose promise, chose due, la saison jazz reprend de plus belle avec ce trépidant hommage au contrebassiste et compositeur Charles Mingus. À la tête de cette aventure, il y a bien entendu le contrebassiste montréalais Normand Guilbeault, maître es arts de l’univers «mingusien» et meneur d’hommes intrépides. Bien que ce ne soit pas le premier disque consacré à Mingus, cette nouveauté revêt un caractère particulier puisqu’elle a été enregistrée devant public au Upstairs, d’où l’effet d’entrainement et les quelques solos presque hors du commun. Comme le souligne si bien le multi-instrumentiste et arrangeur Jean Derome dans la préface: «On ne plonge pas dans le pays Mingus comme dans un voyage organisé ou la visite guidée d’un musée. Il faut s’y lancer cops et âme». Amis du jazz, vous voilà prévenu et croyez-en votre signataire, l’achat vaut amplement le détour. Des moments d’émotions, un swing tripatif, du blues qui sonne comme une «tonne de brique»: Song With Orange et en plus, la lumineuse Karen Young sur deux pièces: Weird Nightmare et Eclipse. Remercions ces corsaires qui arrivent avec les beaux jours! Disponible le 5 mai.

Des moments d’émotions, un swing tripatif, du blues qui sonne comme une «tonne de brique»…

Le salut de Guilbeault à Mingus

Serge Truffaut, Le Devoir, 18 avril 2009

Reprendre Duke Ellington, comme c’est bien écrit, bien arrangé, ça peut aller même si ce n’est pas évident. Reprendre Thelonious Monk, si on a le sens du contre-pied, de la déstabilisation, le souci de l’originalité, ça peut fonctionner même si ce n’est pas facile. Reprendre Charlie Parker, ça commande une sacré dose de culot, une dose de cheval sauvage. Mais reprendre Charles Mingus

Reprendre Mingus, le Falstaff du jazz, le grand énervé, l’ultra de la passion, l’alchimiste des musiques de Stravinski, de Bartók avec le gospel, celui des saints des derniers jours, le blues des champs, le «bi-beaupe» de Bird et des chants d’oiseaux chers à Eric Dolphy, ça exige tout ce qui a été mentionné plus haut avec en sus une observation constante de la ténacité. Bref, en plus d’avoir une maîtrise musicale hors du commun, il faut être un peu fou, un tantinet déjanté. C’est ce qu’est Normand Guilbeault, grand contrebassiste devant l’Éternel, formidable chef de bande, grand défricheur des terres chaotiques.

Trois fois plutôt qu’une

C’est la troisième fois qu’il s’attaque à Mingus. La deuxième fois pour Ambiances magnétiques, la première ayant été pour Justin Time. Pis? C’est réussi, au-delà, bien au-delà de nos espérances. Et ce, tout d’abord parce qu’il s’est entouré de musiciens aussi redoutables qu’étonnants.

Aujourd’hui comme hier, Jean Derome est à l’alto, aux flûtes et au baryton. En fait, au baryton il est aussi profond que Pepper Adams et aussi fonceur que Hamiet Bluiett. À la trompette, Ivanhoe Jolicœur déploie une chaleur et une sensualité entremêlées des bâillements de crocodile chers aux souffleurs de La Nouvelle-Orléans qui laissent pantois. Tellement que Jolicœur est peut-être bien le grand méconnu du jazz de Montréal, du Québec, du Canada, de ce que vous voulez.

À la clarinette, la normale comme la basse, Mathieu Bélanger s’avère comme toujours la valeur ajoutée à la puissance dix. Il est en tout cas le frère d’armes de David Murray, qui proposa il y a quelques années de cela un album consacré à… Mingus. À la batterie, il y a Claude Lavergne qui pousse les autres et les retient comme et quand il faut, Lavergne qui a juste ce qu’il faut de fougue, d’énergie, d’à-propos, Lavergne qui est maître des ponctuations. Et il y a enfin la grande et splendide surprise.

Il s’agit de Normand Deveault, pianiste de son état, qui a intégré le groupe de Guilbeault après un très long séjour en Guadeloupe. Deveault a ceci d’extraordinaire qu’il descend en droite ligne de Don Pullen. Et alors? Entre Horace Parlan, Jaki Byard et Pullen, qui tous ont été les pianistes de Mingus, on a toujours eu un faible pour ce dernier parce qu’il n’avait pas son pareil pour mettre en relief les inclinations que Mingus avaient pour Stravinski et Bartók. C’est pas compliqué, Deveault a ceci d’admirable que, contrairement à bien des pianistes, il dépasse la technique. Comme si celle-ci était loin, très loin derrière.

Pour confectionner cet album enregistré live au Upstair’s, Guilbeault a réarrangé six compositions de Mingus: Passions of a Woman Loved, Song with Orange, Weird Nightmare, Prayer for Passive Resistance, Eclipse et Sue’s Changes. Sur deux de ces pièces, Karen Young chante avec beaucoup de sensibilité et de justesse des pièces réputées difficiles.

On l’a souligné, on le répète, le résultat est splendide. Étonnant, captivant. C’est du grand jazz, très grand même. Chapeau!

On l’a souligné, on le répète, le résultat est splendide. Étonnant, captivant. C’est du grand jazz, très grand même. Chapeau!

Autres textes

Touching Extremes

Blogue

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.