La boutique des nouvelles musiques

Étymologie Trio Derome Guilbeault Tanguay

Leur dernier disque The Feeling of Jazz a été encensé par la critique. Serge Truffaut du Devoir les a désignés comme groupe de l’année. Ils ont été en nomination aux National Jazz Awards dans les catégories: Meilleur groupe acoustique canadien, meilleur saxophoniste, meilleur batteur… Mais ce qui les fait vraiment vibrer, c’est le plaisir de jouer ensemble. Le plaisir de jouer le jazz de toutes les époques, des origines à l’avant-garde, avec une fougue, une ferveur, une sincérité, une passion hors du commun.

«Ce DVD enregistré à guichet fermé au célèbre Lion d’Or, le 29 juin 2006 dans le cadre du Off Festival de Jazz de Montréal, est le fruit d’une conversation entreprise depuis déjà plusieurs années entre trois grands amis et artistes. Leur jeu s’abreuve aux sources du jazz moderne et présente un jeu d’ensemble du plus haut calibre.»Mike Chamberlain, avril 2007

DVD-Vidéo [NTSC, multi-région]: Surround 5.1 (Dolby Digital) + Stéréo 2.0 (Dolby Digital) • Sous-titres anglais

Étymologie

Live • L’Off Festival de Jazz de Montréal 2006

Trio Derome Guilbeault Tanguay

Jean Derome, Normand Guilbeault, Pierre Tanguay

Quelques articles recommandés

Notes de programme

Étymologie

J’ai vu Jean Derome, Normand Guilbeault et Pierre Tanguay pour la première fois en mars 1997. C’était lors d’un concert de Réunion, un groupe sous la direction de Tanguay, qui comptait aussi le tromboniste Tom Walsh et le pianiste Guillaume Dostaler. Ce quintette interprétait des pièces de Duke Ellington, Ben Webster et Harry “Sweets” Edison. J’ai été immédiatement saisi par leur incroyable sens du swing, ainsi que par la manière dont chacun répondait aux plus subtiles variations des autres.

Avance rapide de quelques années, par-delà de merveilleux concerts du Projet Mingus de Guilbeault et du trio Évidence (Derome, Tanguay et le bassiste Pierre Cartier) consacré à la musique de Monk, pour en arriver au Trio Derome Guilbeault Tanguay. Sur son premier disque, 10 compositions, enregistré en 2003, ainsi que dans ses concerts de la même époque, le Trio relisait des compositions de Derome, dont certaines étaient âgées d’une trentaine d’années, dans un style qu’on pourrait qualifier de hard-bop sophistiqué.

Par la suite, le Trio est revenu principalement à ses activités de groupe de répertoire. Le deuxième disque, The Feeling of Jazz, échantillonne le spectre complet de l’histoire du jazz. En concert, les compositions de Derome côtoient celles d’Eric Dolphy, de Misha Mengelberg, de Lennie Tristano et de Charles Mingus. Cela dit, ces artistes accomplis ne se contentent pas de recréer les pièces originales; ils ont beaucoup trop de respect pour l’esprit et, disons-le, le «feeling» du jazz. Chaque prestation du Trio ajoute un nouvel épisode au dialogue continuel qui se développe entre ces trois musiciens et la musique. Comme dans le cas de Réunion et à travers leur travail au sein de leurs autres groupes à tendance jazz, leur jeu est chargé de l’essence même du modernisme jazz et repose sur une synergie de groupe sans pareille.

Étymologie (aussi le titre d’une pièce de Derome composée en hommage à Ornette Coleman) est le DVD-Vidéo d’un concert donné lors de l’édition 2006 de L’Off Festival de Jazz de Montréal. On y observe parfaitement la finesse, la chaleur et l’empathie musicale que partagent les musiciens. Enregistré à guichet fermé le 29 juin 2006 (le 51e anniversaire de Derome) à la salle historique qu’est le Lion d’Or, ce concert est l’incarnation même de la conversation musicale qui se poursuit entre ces trois grands amis et artistes.

Mike Chamberlain, Montréal [traduction française: François Couture, iv-07]

La presse en parle

  • Kurt Gottschalk, Signal to Noise, no 48, 21 décembre 2007
    a standout release in the label’s ever-growing catalogue.
  • Henryk Palczewski, Informator “Ars” 2, no 47, 1 décembre 2007
  • Dolf Mulder, Vital, no 603, 26 novembre 2007
    … they show their deep affinity with the material. They stay close to the original pieces, but not in a nostalgic way.
  • Bill Shoemaker, Point of Departure, no 14, 1 novembre 2007
    … it is the trio’s Marxist chemistry (that would be Groucho, not Karl) that keeps the viewer glued to the screen.
  • Vincenzo Giorgio, Wonderous Stories, 1 novembre 2007
    Infatti, buona parte dell’energia profusa in quel giugno canadese rimane felicemente impressa nell’ora abbondante che questa nuova uscita dell’Ambiances Magnetiques ci regala.
  • Réjean Beaucage, Voir, 6 septembre 2007
    Il faut voir la facilité déconcertante avec laquelle ce Dangereux Zhom souffle les passages les plus ardus à la flûte ou aux sax (…)
  • Glen Hall, Exclaim!, 1 septembre 2007
    The performances are uniformly strong…
  • Marc Chénard, La Scena Musicale, no 13:1, 1 septembre 2007
    On ne peut qu’apprécier la ferveur de cette prestation…
  • SP, Ici Montréal, 19 juillet 2007
    Pour ceux qui ne les ont jamais vus, voici l’occasion d’être soufflé par leur intensité
  • Len Dobbin, Montreal Mirror, no 23:3, 5 juillet 2007
  • Serge Truffaut, Le Devoir, 30 juin 2007
    … un immense groupe du monde mondial. Point barre.

CD/DVD/LP/MP3

Kurt Gottschalk, Signal to Noise, no 48, 21 décembre 2007

Lately some members of Montréal’s endlessly inventive Ambiances Magnétiques collective have been turning to songbooks south of their border. Last year saw a tribute to Charles Mingus by bassist Normand Guilbeault and clarinetist Robert Marcel Lepage’s excellent Pee Wee Russell album, as well as the second CD by the Trio Derome Guilbeault Tanguay, which included pieces by Sonny Clark, Duke Ellington, Lee Konitz and Cole Porter. The latter’s new release is a live DVD that captures a strong set featuring compositions by Ellington, Eric Dolphy, Lennie Tristano and Fats Waller, as well as a piece by pianist Misha Mengelberg, who certainly deserves to be in such company. Derome himself is no stranger to jazz standards — his longstanding Évidence trio (with Tanguay and bassist Pierre Cartier, who’s proven to be something of a crooner as well in the last couple years) is built from the Thelonious Monk repertoire. The new trio started out performing original compositions (and two Derome pieces are included here), but it’s more than welcome to hear a band this strong taking on the classics. And if their The Feeling of Jazz lacked a little oomph, in front of an audience they are solid and graceful, and the set list is well-chosen. Derome takes on Ellington’s Fleurette Africaine and Waller’s Jitterbug Waltz (hands down two of the loveliest melodies of their era) on flute, and plays a confident saxophone on Dolphy’s Miss Ann and 245 (another nice choice) and Guilbeault is lyrical (if a bit under-miked) throughout. But the main reason to watch (as opposed to simply listening) this set is Tanguay. Like New York’s Tom Rainey, he is subtle yet always pushing; his finesse is easy to miss on record, but watching him just affirms how on his toes he always is. The video is well-shot, with multiple cameras, soft white lighting and very good sound, a standout release in the label’s ever-growing catalogue.

a standout release in the label’s ever-growing catalogue.

Review

Dolf Mulder, Vital, no 603, 26 novembre 2007

This trio is around for more then a decade now, and two CDs preceded this dvd. The first dvd-release by Ambiances Mangétiques if I’m not mistaken. The three musicians need no further introduction. All three of them are veterans of the Montréal jazz and impro scene. Most of the time they play their own work or any other modern music. But from time to time all three of them show their love for the tradition of jazz. Guilbeault did a project on Charles Mingus. With his quintet Réunion Tanguay played work from Duke Ellington and Ben Webster. And also in this trio-format they concentrate on the history of jazz, although on their first CD 10 compositions, they did only pieces by Derome that he composed during different stages of his career. On this dvd they play compositions by Eric Dolphy, Duke Ellington, Lennie Tristano, Misha Mengelberg, a.o. Plus 2 compositions by Derome. One of them is Etymologie, a piece dedicated to and composed in the style of Ornette Coleman. Tanguay plays drums, Guilbeault doublebass and Derome plays saxes, flute and voice. In their interpretations they show their deep affinity with the material. They stay close to the original pieces, but not in a nostalgic way. In their reworking labour they try to proof the relevance and beauty if these pieces for the present time. From what I read, they are successful in reaching a younger public and younger jazz musicians. I don’t know why they chose the dvd-format for this particular release. But it opens the opportunity not only to hear but also to see the interplay between these three gifted musicians during a concert at the L’Off Festival de Jazz de Montréal in 2006.

… they show their deep affinity with the material. They stay close to the original pieces, but not in a nostalgic way.

Page One

Bill Shoemaker, Point of Departure, no 14, 1 novembre 2007

[…] Even when musicians have even an iota of Ahmed’s magnetism they can be persuasive on DVD because of their wit and pluck, Trio Derome Guilbeault Tanguay’s straight-up concert film, Étymologie (Ambiances Magnétiques), and eyenoises… the paris movie, director Süsanna Schonberg 1994 doc about Tim Berne’s Bloodcount (released with 2 CDs in the Screwgun collection, Seconds), are cases in point. The fact that the Québécois trio simply burns through a program predominated by chestnuts by Dolphy, Waller and others notwithstanding, it is the trio’s Marxist chemistry (that would be Groucho, not Karl) that keeps the viewer glued to the screen. Saxophonist/flutist Jean Derome, grins as if he’s about to spring a well-planned jape; drummer Pierre Tanguay, exudes mirth even when he’s burning down the house; and bassist Normand Guilbeault is the straight man essential to the set-up. […]

… it is the trio’s Marxist chemistry (that would be Groucho, not Karl) that keeps the viewer glued to the screen.

Recensione

Vincenzo Giorgio, Wonderous Stories, 1 novembre 2007

C’è chi dice che il dvd tolga qualcosa alla magia dell’ascolto. Forse può essere vero in alcuni casi ma non per questa documentazione video del concerto tenuto dal trio francofono Jean Derome, (sassofoni, flauto, voce), Normand Guibeault (contrabbasso) e Pierre Tanguay (percussioni) il 29 giugno 2006 al Festival del Jazz di Montréal che risulta essere particolarmente preziosa e coinvolgente. Infatti, buona parte dell’energia profusa in quel giugno canadese rimane felicemente impressa nell’ora abbondante che questa nuova uscita dell’Ambiances Magnetiques ci regala. Innanzitutto è molto suggestivo assaporare il modo con cui questo combo “borderline” si confronta con alcuni classici (più o meno recenti) della storia del jazz: come la selvaggia essenzialità dell’approccio a due “mitiche” composizioni di Eric Dolphy: Miss Ann e 245, mentre è il drumming scrosciante di Tanguay ad introdurre il più classico degli autori classici: Duke Ellington con la sua Fleurette Africaine ovvero il blues africaneggiante del Duca passato con lo “scanner destrutturate” dei Nostri attraverso un inedito tappeto percussivo argutamente rinforzato dai densi panneggi contrabbassistici di Guibeault ed il flauto stralunato di un Derome semplicemente strepitoso! Non da meno la riproposizione della sommessa contabilità di A Bit Nervous del grande pianista olandese Misha Mengelberg tutta giocata sulla felpata sezione ritmica e il baritono di Jean che non smette di stupirci con la sua performance vocal-recitativa-flautistica di Jitterbug Waltz di Fats Waller. Poi è il bebop più rassicurante del dittico My Melancholy Baby (dove c’è lo zampino del grande Lennie Tristano) mentre viene lasciato uno spazio piuttosto marginale alle composizioni originali del gruppo: solo due ed entrambe firmate dallo stesso Derome: la spumeggiante Étymologie (manifesto tributo a Ornette Coleman) e la conclusiva Fluide che combina elementi più free a spasmi dal vago sapore bandistico. Ottimo strumento per chiunque voglia ricostruire l’etimologia del Derome & Co!

Infatti, buona parte dell’energia profusa in quel giugno canadese rimane felicemente impressa nell’ora abbondante che questa nuova uscita dell’Ambiances Magnetiques ci regala.

Disques de la semaine

Réjean Beaucage, Voir, 6 septembre 2007

Première sortie d’un DVD (stéréo et 5.1) chez Ambiances Magnétiques, La Mecque de la musique actuelle d’ici, mais dans la série «jazz». Quel jazz? Le meilleur: celui d’Eric Dolphy et de Duke Ellington, de Misha Mengelberg ou de Fats Waller (ces deux dernières pièces déjà entendues sur le précédent CD du trio, The Feeling of Jazz). On a aussi deux titres de Jean Derome. Il faut voir la facilité déconcertante avec laquelle ce Dangereux Zhom souffle les passages les plus ardus à la flûte ou aux sax, et apprécier le soutien actif de ses collègues, Pierre Tanguay à la batterie et Normand Guilbeault à la contrebasse. Concert enregistré en juin 2006 au Off Festival de Jazz. Le début d’une tradition, souhaitons-le. (4/5)

Il faut voir la facilité déconcertante avec laquelle ce Dangereux Zhom souffle les passages les plus ardus à la flûte ou aux sax (…)

Music DVD Reviews

Glen Hall, Exclaim!, 1 septembre 2007

Veteran collaborators Jean Derome (reedist), Normand Guilbeault (bassist) and drummer Pierre Tanguay have spent years evolving into a musical “organism,” an organic melding of the identities of the individuals into a seamless, distilled creative entity. And this DVD of their live performance at L’Off Festival de Jazz de Montréal captures them in situ in that most naturalistic jazz setting: the crowded club. The repertoire is drawn from compositions the group have long been exploring and the results show a deep understanding of the material. The performances are uniformly strong, with Derome’s alto, flute and baritone leading the way, displaying a formidable technical fluency, a deep emotional core and a profound respect for his musical forebears Eric Dolphy and Anthony Braxton. Some highlights include Guilbeault’s stunning arco solo in 245, Tanguay’s compellingly melodic Ed Blackwell-like stick work and Derome’s affecting flute playing on Fleurette Africaine and raucous alto on Miss Ann. Two problems with the disc: Derome’s remarks are mixed too low and the hyperactive editing is annoyingly distracting in spots. Besides that, this DVD is the next best thing to seeing the group live.

The performances are uniformly strong…

Échos d’été

Marc Chénard, La Scena Musicale, no 13:1, 1 septembre 2007

On connaît bien ces trois lascars, tous de bons (on ne dira pas encore «vieux») routiers de la scène jazz et musique actuelle de chez nous. Comptant deux disques à leur crédit (Dix Compositions et The Feeling of Jazz), ils reviennent à la charge avec une préstation de concert, reproduite presque intégralement. On y retrouve, entre autres, des reprises de leurs disques (Jitterbug Waltz, Fleurette Africaine d’Ellington, la pièce titre Étymologie et Fluide, tous deux de Derome), deux pièces d’Eric Dolphy et une de Tristano. Réalisée en 2006 au Off Festival de Jazz, cette captation nous en met plein les oreilles… et les yeux. Côté sonore, on peut accorder bien des dièses à cette production, même dans les morceaux avec plusieurs bémols à la clef. M. Derome proclama jadis qu’il refusait de jouer la musique de gens qu’il ne pouvait pas joindre au téléphone. Cela exclurait pratiquement tous les morceaux de ce disque de 68 minutes, la seule exception étant A Bit Nervous du pianiste batave Misha Mengelberg. Mais qui ne finit pas par changer son fusil d’épaule avec le temps? Côté visuel, on nous autorisera une ou deux réserves: les prises de caméra multiples qui deviennent étourdissantes à la longue, surtout quand elles changent aux cinq secondes (ou moins). Le jeu nerveux de Derome (surtout à l’alto) est déjà vertigineux, faut-il l’amplifier davantage par un tel montage? Et que dire de ces prises de vue du bassiste Guilbeault, isolé à droite ou à gauche de l’écran, devant un arrière-plan noir comme la nuit? De plus, on voit le trio entier au milieu de la salle, mais l’éclairage sombre détone avec les plans rapprochés, nettement mieux éclairés. Certes, ce n’est pas une mince affaire que de synchroniser son et image dans ce genre de montage et, sur ce plan, le coup est bien réussi. En terminant, retenons qu’il s’agit d’une production musicale d’abord, et cinématographique ensuite. On ne peut qu’apprécier la ferveur de cette prestation, quitte à se ferner les yeux de temps en temps pour mieux se laisser transporter par les gaillardises des musiciens. Quatre étoiles pour le son, trois pour l’image.

On ne peut qu’apprécier la ferveur de cette prestation…

DVD

SP, Ici Montréal, 19 juillet 2007

Avec seulement 2 albums en 12 ans, c’est en concert que ce trio d’excellents musiciens déploie sa redoutable efficacité. Pour ceux qui ne les ont jamais vus, voici l’occasion d’être soufflé par leur intensité: pas de réchauffement ici, tout est à fond dès la première pièce. Enregistré au Lion d’Or pendant l’Off Festival de Jazz 2006, la prise de son est très bonne (disponible en 5.1) et les images de qualité. Ces géants du jazz d’ici n’hésitent pas à revisiter les Dolphy, Ellington, Tristano, Waller, Mengelberg et, bien sûr, Derome de façon très convaincante. Leurs sourires sur la pochette démontrent leur satisfaction autant que la nôtre.

Pour ceux qui ne les ont jamais vus, voici l’occasion d’être soufflé par leur intensité

Mini CD Reviews

Len Dobbin, Montreal Mirror, no 23:3, 5 juillet 2007

A DVD of one of the city’s finest trios shot live at last year’s Off Festival, doing material by Dolphy, Mengelberg, Tristano, Ellington, Waller and Derome. (9.5 / 10)

Jazz: Le DGT, le très grand groupe

Serge Truffaut, Le Devoir, 30 juin 2007

On ne le dira jamais assez… Non! C’est pas ça. On n’insistera jamais assez: le trio formé de Pierre Tanguay, Normand Guilbeault et Jean Derome est un grand groupe. Pas un grand trio ou quartet moins un, un très grand groupe. Pas un grand groupe montréalais, québécois, canadien ou nord-américain, mais bien un immense groupe du monde mondial. Point barre.

Cette semaine, dans le cadre du Off Festival de jazz de Montréal, le Trio Derome Guilbeault Tanguay a publié un DVD enregistré lors de l’édition antérieure de cet événement. C’est un bijou, un régal, si on aime le jazz évidemment. Plus précisément si on aime le jazz qui décape au quart de tour parce que décliné sur le mode de la passion. De la passion et de l’intégrité. On s’explique.

Tout d’abord, il faut évoquer le programme du spectacle. Il faut le souligner parce qu’il met en relief l’extraordinaire habileté du groupe à détailler, et non pas relire, les moindres beautés du jazz. Qu’on y songe: en guise d’introduction ils nous servent Miss Ann d’Eric Dolphy. Puis ils enchaînent avec 245 du même immense Dolphy, le saxophoniste qui adorait les pinsons. Et c’est pas une blague.

Ensuite? Fleurette africaine de Duke Ellington, Étymologie de Jean Derome, A Bit Nervous de Misha Mengelberg, Jitterbug Waltz de Richard Malby, Baby de Lennie Tristano et Fluide de Derome. Bref, un programme de rêve, sauf qu’on aurait adoré qu’il glisse entre deux morceaux une pièce de Roland Kirk, que les musiciens décomposent à souhait.

Leur jeu? Ils est à hauteur d’homme. Et comme ils sont longs… Concrètement, empiriquement, comme au ras des pâquerettes, leur jeu a ceci de bien comme de bon que les trois musiciens ne font pas de la gestion de risque mais qu’ils le cultivent, le risque. Résultat: ils ne captent pas, ils kidnappent plutôt notre attention. Et ça, c’est du grand art. Intitulé Étymologie, ce DVD a paru sur étiquette Ambiances Magnétiques.

… un immense groupe du monde mondial. Point barre.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.