La boutique des nouvelles musiques

Nouvelle musique d’hiver Joane Hétu

Cet article est aussi inclus dans le coffret Tryptique musique d’hiver (AM 904).

Nouvelle musique d’hiver est constitué de quatre mouvements au cours desquels les instrumentistes improvisent à partir d’un canevas et d’un concept compositionnel.

  1. Joyeux temps: une évocation des premièrs froids, de la neige et du temps des fêtes
  2. Être dans le vent: un hommage au vent et au feu
  3. La marmotte: hibernation, ennui et plaisir
  4. Calcium sloche: un mélange de la folie de fin de l’hiver et de bardas de printemps

Avec Nouvelle musique d’hiver, Joane Hétu cherche à amplifier l’aspect microscopique des sons naturels et à les intégrer aux interventions sporadiques de sons électroniques et pré-enregistrés ainsi qu’à une narration pré-enregistrée. Délaissant l’aspect mélodique et tonal du premier volet, Hétu nous propose maintenant une évocation des sons d’hiver dans un amalgame de sonorités épuré qui constitue un véritable documentaire sonore sur l’hiver.

Enregistré en concert par Bernard Grenon, en mars 2003, dans le cadre de la première édition du Festival Montréal / Nouvelles Musiques (MNM) au Musée d’art contemporain de Montréal, Nouvelle musique d’hiver est interprété par l’Ensemble SuperMusique composé de: Jean Derome, Guillaume Dostaler, Joane Hétu, Diane Labrosse, Pierre Tanguay (qui figurent aussi sur le premier volet, Musique d’hiver) auxquels s’ajoutent Lori Freedman, Martin Tétreault et Gilles Derome.

Cet article peut être téléchargé et/ou écouté sur le site joanehtu.bandcamp.com.

Hors catalogue

Cet article n’est pas disponible via notre site web. Nous l’avons catalogué à titre informatif seulement.

Nouvelle musique d’hiver

Joane Hétu

Ensemble SuperMusique

La presse en parle

  • Gilles Boisclair, SOCAN, Paroles & Musique, no 14:3, 1 septembre 2007
    … une réflexion sonore sur l’hiver à la fois originale et nécessaire.
  • Pierre Durr, Revue & Corrigée, no 72, 1 juin 2007
    Nouvelle musique d’hiver ou l’hiver et ses beautés, ses petites et grandes misères.
  • Henryk Palczewski, Informator “Ars” 2, no 46, 1 juin 2007
  • Dionisio Capuano, Blow Up, no 107, 1 avril 2007
  • BLG, Downtown Music Gallery, 2 mars 2007
    Joane does a splendid job of directing this group, as each sound seems filled with meaning, like a great soundtrack to a marvelous movie for our minds.
  • Rigobert Dittmann, Bad Alchemy, no 54, 1 mars 2007

Lancements

Gilles Boisclair, SOCAN, Paroles & Musique, no 14:3, 1 septembre 2007

Deuxième volet de son tryptique sur l’hiver, Nouvelle musique d’hiver de Joane Hétu a le don de provoquer le sourire. On sent dans ces quatre mouvements aux titres ironiques (Joyeux temps, Être dans le vent, La marmotte, Calcium sloche) son esprit espiègle. Cherchant à amplifier l’aspect anecdotique des sons naturels et à les intégrer aux interventions électroniques ou acoustiques des musiciens, elle nous amène à une réflexion sonore sur l’hiver à la fois originale et nécessaire.

… une réflexion sonore sur l’hiver à la fois originale et nécessaire.

Disques

Pierre Durr, Revue & Corrigée, no 72, 1 juin 2007

Sept ans après un premier quadriptyque, Joane Hétu signe ici quatre autres tableaux évoquant la saison froide au Québec. Quatre nouvelles facettes (en en attendant d’autres?) d’une saison que chacun peut percevoir à sa façon, selon son humeur.Mais l’image sonore de l’hiver que nous livre ici la compositrice/instrumentiste, soutenue par l’Ensemble SuperMusique (un octet) ne se veut pas simplement personnelle. Il y a en quelque sorte une approche exhaustive, dans la mesure où le travail de création (les textes, évidemment, mais aussi les sons produits par les instruments acoustiques) s’inspire aussi de divers auteurs de fictions ou d’essais. Le premier tableau évoque les premières neiges et les temps de fêtes (un peu comme le peintre Rémy Clark qui évoque un Québec en hiver joyeux et coloré) durant lesquels les Montréalais vont faire de la luge sur le Mont Royal ou patiner au lac des Castors, évocation réalisée furtivement au travers de divers bruitages, quelques accords de jazz quelque peu transis, des déferlements de notes de piano, des piaillements d’appeaux, des babillages d’enfants… Le deuxième volet, Être dans le vent, offre une touche plus naturelle avec les notes plus graves et monocordes du piano, le souffle éolien des anches, quelques crépitements sonores, comme sortis de la cheminée, les hurlements des loups. L’hiver, c’est aussi l’hibernation. Il n’y a pas que la chaleur de l’âtre qui protège des vents froids, mais aussi la rencontre des corps…La Marmotte, ennui et plaisir, et toujours ces hurlements de loups. Le quatrième volet est plus angoissant: grincements divers, ambiances glauques, paysages de neige fondue, voix distantes des derniers râles rappellent que l’hiver est aussi une saison où l’on meurt. Nouvelle musique d’hiver ou l’hiver et ses beautés, ses petites et grandes misères. Peut-être pas à écouter en hiver même, mais à suivre en été et à méditer?

Nouvelle musique d’hiver ou l’hiver et ses beautés, ses petites et grandes misères.

Recensione

Dionisio Capuano, Blow Up, no 107, 1 avril 2007

Qualcosa che c’è mancato, ci manca: arriva la nuova musica per l’inverno, teatro sonoro in quattro grandi quadri (Joyeux temps, Être dans le vent, La Marmotte, Calcium sloche) per un ottetto elettroacustico che comprende Joane Hétu, Jean Derome, Guillaume Dostaler, Lori Freedman, Diane Labrosse, Pierre Tanguay, Martin Tétreault e la voce (registrata) narrante di Gilles Derome. Album straordinariamente terribile e umano come solo può essere la stagione invernale, come può essere una stupefacente esecuzione live. Declama Gilles Derome: “La première adaptation des hommes au climat du Canada fût de mourir”, ma poi dice pure “L’hiver apporte de la joie, du plaisir; il encourage les hommes à se rapprocher”. Stagione-simbolo delle difficoltà della vita, stagione-essenza dell’habitus esistenziale canadese, viene cantata nelle forme d’un florilegio impro-strutturato, denso di riferimenti. Suona come il mondo che abbiamo intorno, che tanto più difficile appare tanto più vero e fertile lo sentiamo. Impressionismo fluxus nel primo quadro; estensione sperimentale delle winter songs di Art Bears (nostra sensazione, non analisi filologica); visione fantastica con gli strumenti che disegnano i paesaggi di ghiacci e gelide nevi e eppure vivaci e pieni di tensioni generative; magma di jazz extra colto che sussume nei pentagrammi alterati e nella vivacità ansiogena delle ance qualcosa che non abbiamo più: la dialettica del passaggio dall’inverno alla primavera. Oh sì, la musica-lingua di Menelik ci piace (anche quella pseudo-sperimentale), però preferiamo la gioia d’una nuova vita, il gelo della perdita e la cicatrice nell’animo, il bacio disperato che forse ti riappacificherà con la tua anima. Tutto questo c’è, tutto questo è Nouvelle musique d’hiver.

Review

BLG, Downtown Music Gallery, 2 mars 2007

The last release of Joane Hétu, Nouvelle musique d’hiver, which you may want to listen to while watching a bonfire, is a real audio documentary about winter in Quebec and is constructed in four sections: Joyeux temps (Happy Times), Être dans le vent (Standing in the Wind), La marmotte (The Groundhog) and Calcium sloche (Calcium Slush). Featured here are the musicians of the Ensemble SuperMusique: Jean Derome on flutes, objects & samples, Guillaume Dostaler on piano & synth, Joane Hétu on alto sax, voice & direction, Diane Labrosse on accordion & sampler, Lori Freedman on clarinets, Martin Tétreault on turntables, Gilles Derome on narration and Pierre Tanguay on drums. It gets mighty cold in the long winters of Quebec and I should know, as my fiancé lives year-round in Victoriaville, where the temperature drops to 20 below. Joane Hétu runs the grand Ambiances Magnétiques label, which has some 160 discs out. This label is the most formidable and engaging one in Canada and continues to challenge us all with numerous great discs, perhaps a dozen per year. Joane takes her time and works hard on each of her own discs, so that each one is special, unique in it own way. Nouvelle musique d’hiver is another fascinating work that unfolds slowly and winds its way through four long sections. Each section describes a part of the winter with words narrated in French, but with the English translation included in the liner notes. The difficulties and occasional happy moments of winter are described in Happy Times. It is the actual sounds that do the best in evoking the realities of winter with stark flutes, sax sonics, vocal snippets, layers of samples, piano bits and clarinet swirls. The closest thing I can compare to this is The ResidentsEskimo album, another bleak yet astonishing disc of alien wonders. Joane does a splendid job of directing this group, as each sound seems filled with meaning, like a great soundtrack to a marvelous movie for our minds.

Joane does a splendid job of directing this group, as each sound seems filled with meaning, like a great soundtrack to a marvelous movie for our minds.

Kritik

Rigobert Dittmann, Bad Alchemy, no 54, 1 mars 2007

Wie nennt man ein Stück der Neuen Musik, bei dem ein Erzähler eine Hauptrolle spielt? Joane Hétu hat mit der Nouvelle musique d’hiver, der 2001 schon ihre Musique d’hiver voraus ging, so ein Stück komponiert und auch das Libretto geschrieben. Unter der Überschrift L’Hiver arrive rien qu’une fois par année malt sie vier Szenen: Joyeux temps (Evocation of the first snowfalls and the Holiday season) - Être dans le vent (A tribute to wind and fire) - La Marmotte (Hibernation, boredom and pleasure) - Calcium sloche (A blend of winter-end madness and springtime activity). Man hört die Live-Aufführung auf dem MNM-Festival 2003 durch das Allstar-Ensemble SuperMusique: Jean Derome (flute, objects, soundtrack), Guillaume Dostaler (piano, synthesizer), Lori Freedman (clarinets), Diane Labrosse (sampler, accordion), Pierre Tanguay (drums, objects), Martin Tétreault (turntables) & Gilles Derome (narration) unter Leitung der Komponistin, die selbst auch mit Stimme & Altosax mitwirkt. Das Programmatische wird vor allem durch die elektronischen Geräusche suggestiv vermittelt, Frost klirrt, Wind faucht, Eis knackt, Mensch bibbert, Schnee ödet. Aber auch die Phantasie der Nichtelektroniker vermittelt den Biss und Glanz von Eis, das Weiß, den Geruch von Schneeluft (mit dem frankokanadischen Ohr für Le Bruit de la neige). Aber Hétu fängt nicht nur impressionistisch oder naturalistisch die kanadische Wintersaison ein. Ihre Musik versucht das Flair der Winterwelt zu vermitteln, hinter der narrativen Oberfläche die Symbol- und Stimmungswerte, Weihnachten und Murmeltiertag, Ski- und Schlittschuhlaufen, Eisfischen, Schlittenrennen, Schneeblindheit draußen, Eishockey und Bullerofen drinnen. Aber auch “dirty snow, slush, dog poop bags, debris, grey waters, gravel, mud, garbage, swamps.” Gegen zuviel Winterkitsch - Matsch. Musica Nova wird unter Hétus Händen tatsächlich “actuelle” und “populär”. Die gute Justine- & Les Poules-Schule.

Blogue

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.