La boutique des nouvelles musiques

Lieux-dits Isaiah Ceccarelli

Ces compositions s’inspirent de nombreux voyages dans les Alpes françaises et les Pyrénées occitanes et catalanes. Les titres découlent de recherches personnelles effectuées sur le savoyard et l’occitan suite à la rencontre du dialectologue Hubert Bessat qui a écrit, avec Claudette Germi, Les mots de la montagne autour du Mont-Blanc et Les noms du paysage alpin (Grenoble, Éditions littéraires et linguistiques de l’Université de Grenoble, 1991 et 1993). Estaoubio… vient d’une inscription lue sur une maison à Saint-Girons (Ariège, France). Certains éléments harmoniques et rythmiques ont été inspirés de l’étude de Technique de mon langage musical d’Olivier Messiaen (Paris, Éditions musicales Alphonse Leduc, 1944).

Lieux-dits

Isaiah Ceccarelli

Quelques articles recommandés

La presse en parle

  • Dionisio Capuano, Blow Up, no 112, 1 septembre 2007
    Le memorie alpestri d’Europa vengono riportate a Montreal in cianografia: scoscesi ritmi, verticalità melodiche e dissoluzione in note lunghe, come vette oramai lontane.
  • BLG, Downtown Music Gallery, 1 juin 2007
    This is the young and creative drummer, Isaiah Ceccarelli’s first disc and it is an extraordinary one.
  • Henryk Palczewski, Informator “Ars” 2, no 46, 1 juin 2007
  • Libero Farnè, Musica Jazz, no 63:6, 1 juin 2007
  • Pierre Durr, Revue & Corrigée, no 71, 1 mars 2007
    … un jazz un peu hors du temps…
  • Rigobert Dittmann, Bad Alchemy, no 54, 1 mars 2007
  • Thierry Lepin, Jazzman, no 133, 1 février 2007
    Une écriture à la personnalité rare
  • Marc Chénard, La Scena Musicale, no 12:4, 1 décembre 2006
    Une des approches les plus originales à se faire entendre dans nos parages ces derniers temps.

Altrisuoni

Dionisio Capuano, Blow Up, no 112, 1 septembre 2007

C’è un filo rosso a legare alcune produzioni Ambiances Magnétiques: l’attenzione alle valenze del topos-logos. Tale poetica-politica accomuna la nuova musica per l’inverno di Joane Hétu, le Cordes à danser di Duchesne e questi “luoghi” del batterista Isaiah Ceccarelli, in quintetto assieme a Derome, Lozano, Raegele, Clinton Ryder. Fonte d’ispirazione, alcuni viaggi sulle Alpi francesi e sui Pirenei, le suggestioni delle lingue occitana e savoiarda. Nonché la Tecnica del mio linguaggio musicale di Messiaen. Lingue e linguaggi, dunque. In un album che usa molti >dialetti sonori>. Vi sono ipotetici temi-ballata in chiave minimal-blues (La luna déssèdyanta), improvvisazioni basate su “suoni marginali”, note approssimate alla natura delle cose, stridori para-rumoristici (le quattro Peirada che imbastiscono il disco). Marce autunnali sparse, atmosfere e contrasti timbrici tra ance querule e scenari slide di chitarra (Nuèit). Estaoubio pouri na repaousa’t roussi, minjo pa quan n’as rappresenta il centro e la sintesi del lavoro. La chitarra di Raegele sviluppa una livida ipotesi di melodia che si sfrangia in climax di armonici. La musica recupera stilemi classici, riletti in chiave “in opposition” da Lozano e Derome. Poi la dialettica tra il contrabbasso di Ryder e Raegele, scivolando quindi verso complessità jazz rock sublimate dal flauto di Derome. A chiudere, ombre para-armoniche di tono spettrale, fantasmatico. Le memorie alpestri d’Europa vengono riportate a Montréal in cianografia: scoscesi ritmi, verticalità melodiche e dissoluzione in note lunghe, come vette oramai lontane (Bacan).

Le memorie alpestri d’Europa vengono riportate a Montreal in cianografia: scoscesi ritmi, verticalità melodiche e dissoluzione in note lunghe, come vette oramai lontane.

Review

BLG, Downtown Music Gallery, 1 juin 2007

These compositions were inspired by numerous voyages in the French Alps and the Pyrenees. Certain rhythmic and harmonic concepts were inspired by the study of Technique de mon langage musical by Olivier Messiaen. This is the young and creative drummer, Isaiah Ceccarelli’s first disc and it is an extraordinary one. It is not a completely improvised affair, as it sounds as if Isaiah spent a good deal of time writing and focusing the talents of his inspired quintet. Although we know of the great Jean Derome from the dozens of great discs he has on this same label, as well as great sets at Victo throughout the years, I am not familiar with the other three players here. Isaiah’s writing has a rich chamber-jazz sound on many of the pieces here. Some of these pieces sound like lower case improv, while others blend rich arrangements with colorful textures. Isaiah often uses the contrabass and drums to provide a thick, haunting bottom while both the reeds and guitar play his exquisite and often gripping harmonies. I am most impressed with the way that Isaiah gets the quintet to shift dynamics and blend sounds somewhere between charted and freer territories. This is a most impressive debut from a most promising young composer and drummer.

This is the young and creative drummer, Isaiah Ceccarelli’s first disc and it is an extraordinary one.

CD e DVD

Libero Farnè, Musica Jazz, no 63:6, 1 juin 2007

Il batterista, cresciuto in California e residente a Montréal dal 2003, è alla testa di un singolare quintetto (due sax-clarinetti-flauti, chitarra elettrica e contrabbasso) in un lavoro ispirato ai numerosi viaggi effettuati nei Pirenei e nelle Alpi francesi. La pulizia del suono e le movenze circospette tratteggiano un’improvvisazione cameristica, meditativa, che può far balenare l’immagine di un’atmosfera lacustre, immersa in una luce perlacea, tranquilla ma insidiosa: tant’è vero che verso la fine del Cd le acque si increspano leggermente, per poi appiattirsi definitivamente nel brano conclusivo.

Critique

Pierre Durr, Revue & Corrigée, no 71, 1 mars 2007

Avec cet enregistrement, le label québécois accueille en son sein un musicien (batteur) dont on aura du mal à souligner les attaches culturelles. Né en Colombie-britannique (côte ouest du Canada) de parents russse et italien, sa musique s’inspire, nous informe-t-il, de ses voyages dans les Alpes et les Pyrénées françaises et catalanes, notamment à travers divers idiomes et langages de ces régions montagneuses (cela apparaît évident dans certains passages, et plus particulièrement dans Bruine, qui clôt l’enregistrement). La musique qu’il nous propose ici - avec l’appui de Jean Derome (saxophone alto et flûte), Francesco Lonzano (saxophones soprano et ténor), Steve Raegele (guitare électrique et effets) et Clinton Ryder (contrebasse) -relève toutefois d’un jazz un peu hors du temps, un peu mélancolique, sinon nonchalant, et par moment perverti par quelques pratiques instrumentales moins conventionnelles, également nourries par les théories musicales d’Olivier Messiaens. Lieux-dits est en ce sens une musique typiquement européenne.

… un jazz un peu hors du temps…

Kritik

Rigobert Dittmann, Bad Alchemy, no 54, 1 mars 2007

Der Schlagzeuger Isaiah Ceccarelli stieß 2003, aus Kalifornien kommend, zur Montréal-Szene. Für den eigenen Ton, den sein Debut Lieux-dits zeigt, holte er sich die Stimmen von Jean Derome an Altosax & Flöte, Francisco Lozano an Soprano- & Tenorsax, Bassklarinette und Altoflöte, Steve Raegele an der E-Gitarre und am Kontrabass Clinton Ryder, Ceccarellis Partner auch im Trio Steppe. Zu den Kompositionen ließ sich der Pavese - und Cioran - Leser anregen durch Reisen in den französischen Alpen und den Pyrenäen, den dortigen Resten savoyischer und okkzitanischer Kultur und die musikalische Sprache Olivier Messiaens. Das Jazz-Idiom, das die Instrumentierung verspricht, ist daher überhaucht von “Imaginärer Folklore” und Spielweisen, die, wenn nicht vom Denken, dann von der Erinnerung traurig gemacht scheinen. Mit Musik von ähnlich gedämpfter und mondstichiger Eigenart hat mich zuletzt Roland Ramanan berührt. Die vier je ca. 2-minütigen, kollektiv improvisierten Peirada-Miniaturen tasten sich durch sperrige, diskante, aber gerade deswegen geheimnisvoll lockende No Go-Zonen. Den Zungenbrecher Estaoubio pouri na repaousa’t roussi, minjo pa quan n’as buchstabieren zuerst Drums, Bass und Gitarre, den beiden Bläsern geht er leichter von den Lippen, aber die Drei beharren auf der rauen, der alten Manier. Bei Nuèit verschluckt die Nacht die Noten, die diesen Tanz einst tanzbar gemacht hatten. So bleibt als Faszinosum ein seltsames Fragment von Heiterkeit. Bèç ist eine Träumerei von Flöte, Bassklarinette und Gitarre, die auf halben Weg fast Tritt fasst, aber durch ein Gitarrensolo die Geradlinigkeit gleich wieder in Frage stellt und Einklang nur verhalten wagt. Bacan tastet erst durch einige tote Arme eines Labyrinths, bevor sich ein geradezu freejazziger Durchgang findet. Das abschließende Bruine besteht nur noch aus brütenden Dröhnwellen und dem Nieseln von dunkelbraunen Haltetönen - ein gesummtes Abschiedslied von Mahler’scher Wehmut. Das letzte Reservat des Schönen - Melancholie.

Critique

Thierry Lepin, Jazzman, no 133, 1 février 2007

Né au Canada (Colombie-Britannique), grandi en Californie, Isaiah Ceccarelli — sans lien de parenté avec André — a un parcours riche en rebondissements: éleve de la Berklee de Boston à la fin des années 1990, puis du CNSM parisien au début de la décennie suivante, il n’a pourtant rien du profil du premier de la classe. S’il a suivi l’enseignement d’Ed Shaughnessy, s’il affectionne Paul Motian ou Ed Blackwell, il cite tout autant Lê Quan-Ninh parmi ses références. Installé à Montréal depuis 2003, il multiplie les rencontres au sein de la scène des musiques actuelles, avant de confectionner ces Lieux-dits comme un ouvrage de compositeur. Ce premier album à l’univers singulier conjugue thématiques et fenêtres d’improvisation libre. Dans chaque pièce, l’amplitude dramatique développe avec minutie une tension à la fois intimiste et abstraite. Leader plus percussionniste que batteur, Isaiah Ceccarelli offre une palette de coloriste en parfaite adéquation avec le choix des timbres des vents. Chacun s’affirme dans le jeu collectif sans perdre le fil des idées, une mise en place privilégiant les petites formes, le découpage érudit des scénarios proposés. Une écriture à la personnalité rare dans ce contexte musical.

Une écriture à la personnalité rare

Au rayon du disque

Marc Chénard, La Scena Musicale, no 12:4, 1 décembre 2006

Il y a des musiques qui suscitent le mystère, comme celle du batteur Isaiah Ceccarelli. Dans ses brèves notes, il souligne que ses sources d’inspiration sont ses voyages dans les Alpes françaises et des éléments de théorie musicale puisés chez Olivier Messiaen. Il en résulte alors une musique qui, par endroits, a un relent de terre et, à d’autres, des souffles aériens proches d’un état d’apesanteur. Mais ces termes cernent à peine cette musique aux frontières floues, où les lignes entre composition et improvisation se fondent souvent entre elles. Hors du jazz en quelque sorte, du moins selon ses poncifs, mais pas complètement étrangère à lui non plus, cette musique est rare chez nous en ce qu’elle traduit une sensibilité bien plus européenne qu’américaine (ce qui ne surprend pas compte tenu des influences citées). Saluons le travail de ses acolytes, Frank Lozano et Jean Derome (anches), Steve Raegele (guitare, effets) et Clinton Ryder (contrebasse), qui se mettent totalement au service du concept (si ambigu soit-il). Une des approches les plus originales à se faire entendre dans nos parages ces derniers temps. (4/6)

Une des approches les plus originales à se faire entendre dans nos parages ces derniers temps.

Blogue

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.