La boutique des nouvelles musiques

The Feeling of Jazz Trio Derome Guilbeault Tanguay

Cet article est aussi inclus dans le coffret 2004-2012 (AM 906).

Après le succès fulgurant de 10 Compositions, le Trio Derome Guilbeault Tanguay nous offre un remarquable deuxième album sur Ambiances magnétiques.

Véritable groupe culte de la scène de jazz montréalaise, le Trio Derome Guilbeault Tanguay est apprécié pour son swing irrésistible, son audace, son jeu d’ensemble raffiné, l’originalité de son répertoire et l’authenticité de son style qui démontrent une vaste connaissance de l’histoire du jazz sans oublier une vigoureuse proposition quand à son renouveau.

Troisième album de la série Ambiances Magnétiques Jazz, The Feeling of Jazz propose des standards de jazz, des pièces de Fats Waller, Eric Dolphy, Duke Ellington, Misha Mengerberg, Cole Porter… «Je ne sais pas pourquoi des «blancs» francophones jouent du jazz en 2005 à Montréal. Cette musique a déjà été très bien servie par ses interprètes originaux qui ont inventé ce nouveau style de musique et en ont laissé des interprétations inoubliables sur disque. En même temps, la musique demande à s’incarner et ne peut pas survivre uniquement par le disque. Nous préservons une tradition et la maintenons vivante et vibrante. Nous évoquons la mémoire de compositeurs et d’interprètes, pour la plupart, disparus. Salutations à Misha Mengelberg et à Lee Konitz. Je ne sais pas quelle part de création et quelle part d’interprétation il y a dans l’exécution d’un morceau de jazz, mais je sais que ça nécessite mon être tout entier et que, dans mon pays, ce disque ne sera pas considéré comme de la musique canadienne. Il n’y a pas d’explication rationnelle à l’amour et au désir. Cette musique est tatouée dans nos coeurs et nous la jouons parce que nous l’aimons et que ça nous rend heureux de le faire. En plus, moi, ça me repose de ne pas jouer mes compositions.»

—Jean Derome, octobre 2005

The Feeling of Jazz

Trio Derome Guilbeault Tanguay

Jean Derome, Normand Guilbeault, Pierre Tanguay

Quelques articles recommandés

La presse en parle

  • BLG, Downtown Music Gallery, 1 juin 2007
    A complete joyride from beginning to the very end, especially if you dig many of these old songs.
  • Franck Bergerot, Jazzman, no 130, 1 novembre 2006
    Une hâte joyeuse, jamais précipitée. Un enracinement qui est sève et bourgeonnement plutôt que sclérose.
  • Luc Bouquet, ImproJazz, no 128, 1 septembre 2006
  • Kurt Gottschalk, Signal to Noise, no 42, 1 juin 2006
  • Jazz Notes, 1 mai 2006
  • Enrico Bettinello, Blow Up, no 96, 1 mai 2006
  • Bill Shoemaker, Point of Departure, no 5, 1 mai 2006
  • Margles, The WholeNote, no 11:7, 1 avril 2006
  • Margles, The WholeNote, no 11:7, 1 avril 2006
  • Dolf Mulder, Vital, no 517, 15 mars 2006
    The result is some really ‘goodtime’ and accessible jazzmusic.
  • Ken Waxman, Coda Magazine, no 326, 1 mars 2006
    … Montréal-based musique actuelle label has just set up a specific jazz imprint.
  • Réjean Beaucage, Voir, 2 février 2006
    Quand ces trois-là se décident à revisiter le grand livre du jazz américain, c’est une véritable partie de plaisir.
  • Félix-Antoine Hamel, La Scena Musicale, no 11:5, 1 février 2006
  • Michel Truchon, Le Soleil, 21 janvier 2006
    L’album le confirme comme l’un des maîtres de la note bleue au Québec…
  • Éric Norman, JazzoSphère, no 27, 1 janvier 2006
    Écoute obligée pour les amoureux du jazz.
  • Christophe Rodriguez, Le Journal de Montréal, 24 décembre 2005
    Du groove il est question, mais aussi de cette particule inhérente qui s’appelle swing et feeling of jazz, selon l’évangile de l’incontournable Duke Ellington.
  • Grisli, dMute, 23 décembre 2005
  • Irwin Block, The Gazette, 1 décembre 2005
    All are played with verve and humour, with plenty of space for edgy and soulful improvisation.
  • Serge Truffaut, Le Devoir, 3 décembre 2004
    … le DGT est en fait le groupe de l’année.

Review

BLG, Downtown Music Gallery, 1 juin 2007

Jean Derome is one the most gifted, diverse and distinctive saxists that Canada has produced. Jean has about two dozen superb discs out on the Ambiances Magnétiques label, which cover a wealth of influences and genres: jazz, progressive, rock, folk and a good amount of humor. He has a great trio called Évidence that only cover Thelonious Monk with an electric bassist. Their set at Guelph this year was super. Trio Derome Guilbeault Tanguay is Jean’s other jazz trio with two other longtime cohorts, contrabassist Normand Guilbeault and drummer, Pierre Tanguay, both masters in their own right. This is their second disc and this is mainly jazz standards. They cover the likes of Ellington, Sonny Clark, Cole Porter, Jerome Kern, Fats Waller as well as more contemporary tunes by Misha Mengelberg and Lee Konitz. Check out their inspired version of Duke’s Jump for Joy. Here done on baritone sax, wow, it does swing hard! There is something truly joyous about this trio, they sound like they love this music, these tunes and are having a wonderful timing doing it! Jean’s tone on alto sax is just so soulful and warm that I find it quite touching, stirring and directly from his heart to us. Oh yeah! I really dig their version of Sonny Clark’s Sonny’s Crib, with Jean squeezing off those quick boppin’ lines effortlessly and both Normand and Pierre trading lines with joyful delight. Even Jean’s sly singing on Five O’ Clock Whistle has an infectious quality to it. Jean Derome plays one incredible solo after another, while the rhythm team plays inventively throughout, also tossing off a number of superb solos as well. I never knew there were lyrics to Fats Waller’s Jitterbug Waltz, thanks Jean for clueing us in and also for that fabulous flute solo. A complete joyride from beginning to the very end, especially if you dig many of these old songs.

A complete joyride from beginning to the very end, especially if you dig many of these old songs.

Critique

Franck Bergerot, Jazzman, no 130, 1 novembre 2006

Quoi de commun entre cette batterie, cette contrebasse, ces saxophones, cette flûte ou même cette voix qui proclame autant qu’elle chante? La truculence des timbres et des débits, des mélodies et des tempos. Une hâte joyeuse, jamais précipitée. Un enracinement qui est sève et bourgeonnement plutôt que sclérose. On pense à la graisse sonore d’un Hamiett Bluiett ou à la pensée zigzagante d’un John Tchicai, à la rondeur d’un Charles Mingus, à l’eclectisme et au bonheur de battre d’un Joey Baron. Dans son texte de présentation, Jean Derome s’excuse presque de ne rien inventer mais se réclame de la nécessité pour la musique de s’incarner. On l’excuse, lui et ses comparses, parce qu’ils nous font partager l’urgence brûlante qu’ils ont de rejouer Ellington, Sonny Clark, Cole Porter, Fats Waller, Jerome Kern, Lee Konitz ou Misha Mengelberg. La brutalité de la formule à trois est habillée d’arrangements discrets mais qui font la différence, ou parfois d’un simple élan straight-ahead qui n’appartient pourtant qu’à eux. (Roboratif)

Une hâte joyeuse, jamais précipitée. Un enracinement qui est sève et bourgeonnement plutôt que sclérose.

Critique

Luc Bouquet, ImproJazz, no 128, 1 septembre 2006

Jean Derome nous prévient d’emblée: «il n’y a pas d’explication rationnelle à l’amour et au désir. Cette musique est tatouée dans nos cœurs et nous la jouons parce que nous l’aimons et que ça nous rend heureux de le faire». Comment, après ça, en vouloir au trio Derome, Guilbeault, Tanguay de revisiter avec un bonheur, certes irrégulier, ces douze standards (dont le Rollo II et A Beat Nervous de Misha Mengelberg)? Si Derome a été beaucoup plus convaincant dans le passé (avec le trio Évidence notamment), on ne peut passer sous silence ses dons d’altiste: frondeur, oiseau fou se lançant dans des phrasés cassés et tortueux (entre Konitz et Dolphy), sûr de lui et de ses dérapages, il se joue des écarts et des harmonies, écrabouille les grilles et les métriques (superbes You’d Be So Nice to Come Home to et It’s You or No One). Hors du moelleux originel, voici Derome le saillant. Le voici cisaillant le vif de la pierre, rabotant l’angle avec une âpreté assassine. Je serai néanmoins beaucoup plus réservé sur ses talents de saxophoniste baryton (il m’évoque ici James Carter!) et de vocaliste dans un tel contexte. Mais finalement, que reprocher à Jean Derome ici? J’ai beau chercher: rien, vraiment rien!

Review

Bill Shoemaker, Point of Departure, no 5, 1 mai 2006

Among the First World’s experimental music communities, Québec’s Musique actuelle community is one of the more insular. One might surmise that they are sufficiently supported at home, making travel less the priority it is elsewhere in North America. Certainly, developing a US audience is nowhere near the top of their list, even though most of the New England is within reasonable driving distance from Montréal. Their CDs are not covered by such basic reference books as The Penguin Guide To Jazz On CD. They are busy living and doing their work, the overwhelming bulk of which bears only a passing resemblance to that from other communities. That’s why it is intriguing that these musicians would unabashedly celebrate mid-century American jazz in three concurrently released CDs.

For many interpreters of Charles Mingus’ compositions, the depiction of volatility seems to be the bar they strive to clear. And, bassist Normand Guilbeault’s well-balanced quintet on Mingus Erectus does that time and again with disarming ease. Part of this is attributeable to his choice of compositions like Pithecanthropus Erectus, which has Mingus’ signature mix of brooding and lashing-out, and All The Things You Could Be?, which gives ample space for soloists to work off Mingus’ emotional spikes. Guilbeault’s front line of clarinetist Mathieu Bélanger, trumpeter Ivanhoe Jolicœur, and Jean Derome, who plays flute and alto and baritone saxophones, meets these demands very well (the band is rounded out by drummer Claude Lavergne, who ably plays the role of Dannie Richmond). What they do better than most, however, is convey the gush of Peggy’s Blue Spotlight and the whimsy of Tijuana Gift Shop, not as the highs of a mood swing, but as fully realized moments. Guilbeault also milks the sarcasm of Fables Of Faubus with anti-Bush lyrics like “you’re so sick and ridiculous” that actually fit the idiosyncratic melody. These facets of Mingus’ music coalesce into a vivid portrait. It may not seem so at first, but Pee Wee Russell is almost as tough to interpret as Mingus, but for a host of different reasons. The arch eccentric of the generation that came of age in the late ‘20s and early ‘30s, the clarinetist committed several endearing heresies late in life, such as playing with Thelonious Monk at Newport, and recording both Monk and Ornette Coleman tunes for Impulse. His playing was rife with odd phrases saturated by a disaffected, wobbly tone, which makes him vulnerable to bad caricature if the swing is sapped from his phrasing to emphasize his idiosyncrasies, or if his quirky intonation is overdone. Robert Marcel Lepage gets it right on Pee Wee et moi by sticking with the blues and not delving into Russell’s drink and depression riddled personal life. At his best, Russell’s playing conveyed wizened joy as it unhinges from the quotidian, which Lepage emphasizes throughout this album-length suite. He brings on a half-dozen clarinetists - Guillaume Bourque, François Houle, Jean-Sébastien Leblanc, André Moisan, Pierre-Emmanuel Poizat and Richard Simas - who hoot and wail with an appealing vigor (unfortunately, there’s no score card to tell them apart). While Guilbeault and drummer Pierre Tanguay simply steam throughout the date, the real wild card is guitarist René Lussier, whose off-kilter blues phrases and occasionally maniacal strumming frequently jolt the proceedings. Pee Wee et moi is a great wild ride. Trio Derome Guilbeault Tanguay is something of a Québécois Clusone Trio. Both groups love jazz enough to be occasionally irreverent with the genre. The comedic roles within the two trios differ: Derome is not as deadpan as Michael Moore; Tanguay’s humor is gentler than Han Bennink’s; and Guilbeault can’t match Ernst Reijseger’s ability to lay the cello across his lap like a guitar. And, their respective tastes bypass bebop, favoring the likes of Ellington, Kern and Porter. When they tap a post-war source on The Feeling Of Jazz, Trio Derome Guilbeault Tanguay tend towards the books of cool characters like Lee Konitz and Misha Mengelberg, though they also give Sonny Clark’s Sonny Crib a sufficiently gritty reading. Trio Derome Guilbeault Tanguay arguably has a tad more punch in their delivery, due to Derome’s harder-edged alto and baritone, the lower reach of Guilbeault’s bass, and Tanguay’s simmering grooves. This is an excellent album, which may pull Trio Derome Guilbeault Tanguay into the international limelight.

Review

Margles, The WholeNote, no 11:7, 1 avril 2006

[…] The Feeling of Jazz showcases the work of 3 pillars of the Quebec musique actuelle scene (Normand Guilbeault on bass, Pierre Tanguay on drums and reedman Jean Derome) in a set of swing jazz standards with a modern twist. Derome attacks Ellington, Cole Porter and Fats Waller with a gritty tone and adventurous angular lines while the rhythm section swings freely underneath. The band draws an immediate comparison to Henry Threadgill’s 1980’s group Air, as the trio approaches the tradition with equal parts respect and irreverence. The energy is infectious, but Derome’s awkward swing feel over the prickly groove of the rhythm section starts to wear thin. The saving grace comes as the band gets down and dirty on a Misha Mengelberg cha cha called A Bit Nervous and when Derome switches to flute on Jitterbug Waltz, but then defeat is snatched from the jaws of victory when Derome sings, adding high camp to the already full dance card.

Review

Dolf Mulder, Vital, no 517, 15 mars 2006

Veterans of the new music/jazz scene of Montréal honor some of their jazz idols. The trio presents 11 standards of Duke Ellington, Lee Konitz, Sonny Clark and even Misha Mengelberg. Why record these standards that have been played and recorded by the composers and others so well and so often? Derome simply states “music needs to exist in the flesh” which is undeniably so. Jean Derome plays flute, saxes and also sings. Normand Guilbeault plays bass and Pierre Tanguay percussion. They really enjoy playing these standards and play them with verve. Robert Marcel Lepage concentrates on the work of Pee Wee Russell (1909-1969) a composer and clarinet player in the ragtime and swing-period. Not by playing his compositions, except one (Muskogee Blues). But by evoking his music through his own bluesy compositions. The pieces are played by Tanguay (drums) and Guilbeault (doublebass), René Lussier (guitar) plus Lepage and six other musicians on clarinets. In each track Lepage explores an aspect of Pee Wee’s legendary phrasing and tonal language. The result is some really ‘goodtime’ and accessible jazzmusic. Only by the complex and freaky guitarwork by Lussier - as in track 2 - we know life is more complicated.

The result is some really ‘goodtime’ and accessible jazzmusic.

Label Spotlight: Ambiances Magnétiques Jazz, Jazz becomes Actuelle

Ken Waxman, Coda Magazine, no 326, 1 mars 2006

Need further proof that Quebec is a province pas comme des autres? At a time when jazz record labels and musicians lament lack of acceptance and opportunities, Ambiances Magnétiques, the longestablished, Montréal-based musique actuelle label has just set up a specific jazz imprint.

The reason is partially artistic and partially marketing, explains Joane Hétu, founder member of the AM collective, and artistic director of DAME, its distribution and marketing wing.

Musique actuelle as defined by our community implies that the composer is also performer of his music,” she says, elaborating the philosophy that has guided AM since its inception in 1983. Yet with many of AM’s founders recently involved with projects honoring the compositions of jazz icons, such as bassist Normand Guilbeault’s new CD, Mingus Erectus, the need for a specific jazz label became apparent.

“Montréal’s jazz community is active all year long,” she notes. “With l’Off Festival de jazz de Montréal, a new Regroupement des artistes de jazz et de musique actuelle du Québec and a new interest in jazz from many musicians, now seemed as good a time as ever to support these artists.”

However, after having released more than 150 CDs, AM has established a certain reputation and market, the couple of jazz sessions previously released by the label “often ended up in the wrong sections in stores or in the hands of reviewers more interested in musique actuelle,” she adds. “Ambiances Magnétiques Jazz (AMJ) allows our jazz releases to be clearly identified, categorized, reviewed and marketed in the jazz family.”

Although AMJ’s first CDs — clarinetist Robert Marcel Lepage’s Pee Wee et Moi and reeds-bass-drums Trio Derome Guilbeault Tanguay’s The Feeling of Jazz are the others — came out at the same time as Mingus Erectus in late 2005, this clustering was “just luck,” she concedes. Each artist, an AM founding member, happened to have a project ready, although Hétu adds “having many releases over a short time period should help put our jazz label on the map.”

It’s too early to gauge AMJ sales, but like most of the label’s product, there’s a close correlation between live performance and a CD’s popularity. “It’s all about playing live,” she declares. “The more concerts the more sales.”

Among the 10 or so CDs AM releases each year, she expects that two to four will be jazz. But since AM is designed to give artists mastery over their work, it depends on what projects are offered to the label. Already scheduled for spring release is a trio disc by Quebec guitarist Antoine Berthiaume with bassist Michel Donato and drummer Pierre Tanguay and another by Italian pianist Gianni Lenoci’s Ensemble. Lenoci’s CD will be AMJ’s first disc by a nonCanadian. However since the parent label’s releases aren’t limited by geography, Hétu suspects AMJ will follow the same policy.

Again though, Hétu cautions that AM’s overriding raison d’être is to release, distribute and market CDs by its founding members or those recommended by a member committee. Busy with its own projects, AMJ won’t go out of its way to seek out new jazz talent. “We’ll leave the creation of a Canadian Jazz Idol to someone else,” she jokes.

… Montréal-based musique actuelle label has just set up a specific jazz imprint.

Critique

Réjean Beaucage, Voir, 2 février 2006

Voici trois musiciens rompus aux techniques de l’improvisation la plus expérimentale et dont la palette stylistique est reconnue pour son éclectisme. Quand ces trois-là se décident à revisiter le grand livre du jazz américain, c’est une véritable partie de plaisir. Le son du saxophoniste (et flûtiste) Jean Derome s’embellit à chaque nouvel enregistrement et le baryton de Jump For Joy, par exemple, est tout simplement magnifique. Et puis il chante aussi, et d’une voix de crooner que l’on découvre avec joie. Le batteur Pierre Tanguay se fait discret tout en se rendant indispensable, comme le contrebassiste Normand Guilbeault, qui place aussi quelques solos bien sentis. Ellington, Porter ou Waller sont très bien servis.

Quand ces trois-là se décident à revisiter le grand livre du jazz américain, c’est une véritable partie de plaisir.

Critique

Félix-Antoine Hamel, La Scena Musicale, no 11:5, 1 février 2006

Après nous avoir offert un splendide premier album l’an dernier (10 Compositions de Jean Derome), ces trois grosses pointures des musiques créatives québécoises récidivent avec un second opus. Cette fois, point de compositions originales, mais 11 lectures comprenant des pièces familières (comme You’d Be So Nice To Come Home To) ou des plus obscures (dont deux compositions du pianiste hollandais Misha Mengelberg). Il y a certainement ici un sentiment de légèreté, renforcé par le commentaire de Derome dans la pochette: «Ça me repose de ne pas jouer mes compositions». Le répertoire est assez varié pour maintenir l’intérêt, avec des pièces signées Duke Ellington, Sonny Clark, Fats Waller, Lee Konitz, celles-là intercalées de standards éprouvés, mais intelligemment réinterprétés. Le caractère informel de la session est souligné par les vocaux de Jean Derome, qu’on aurait toutefois pu distribuer plus judicieusement tout au long de l’album plutôt que de les concentrer dans la deuxième moitié. Trois étoiles et demie pour la musicalité. 4/6

Saxo ensorceleur

Michel Truchon, Le Soleil, 21 janvier 2006

Quel souffle chez le Québécois Jean Derome! Au fil de 11 pièces judicieusement choisies parmi les classiques du jazz, ce saxophoniste et flûtiste nous envoûte littéralement, avec la complicité de Normand Guilbeault (contrebasse) et de Pierre Tanguay (percussion), évoluant avec son aisance coutumière dans des airs plus proche du jazz grand public que de la musique actuelle et de l’improvisation qui sont l’une des étiquettes de cet homme à tout faire. «Cette musique est tatouée dans nos cœurs et nous la jouons parce que nous l’aimons et que ça nous rend heureux de le faire», écrit-il dans la présentation de l’album. Un bonheur partagé par l’auditeur qui ne peut que se délecter à l’écoute notamment de Jump for Joy et de The Feeling of Jazz. Sublime interprétation aussi de A Bit Nervous de Misha Mengelberg et de I Won’t DanceDerome peut faire valoir ses talents de chanteur. L’album le confirme comme l’un des maîtres de la note bleue au Québec et peut sans peine être conseillé comme un outil d’apprivoisement et de démystification de cette musique parfois déroutante.

L’album le confirme comme l’un des maîtres de la note bleue au Québec…

Critique

Éric Norman, JazzoSphère, no 27, 1 janvier 2006

The feeling of jazz du trio Derome-Guilbeault-Tanguay transpire aussi à la joie de vivre. Sur des thèmes et standards, le trio fait montre de son énergie inimitable et de la passion pour tous les jazz. Fat Waller, Duke Ellington, Misha Mengelberg, Cole Porter sont au menu de ce disque sans prétention qui témoigne de la joie communicative caractéristique des prestations du mythique trio montréalais. Les trois maîtres prennent un malin plaisir à jouer un répertoire tout jazz, avec aisance, intensité et puissance. N’oublions pas que nous avons affaire à trois musiciens énormes qui se paient le bonheur d’un répertoire plus ou moins «standard». «Cette musique est tatouée dans nos cœur et nous la jouons parce que nous l’ainons et que ça nous rend de le faire» lance Derome dans le texte personnel et quelque peu revendicateur qui habille la jaquette. Celul-là même que l’on prend à chanter les I won’t dance ou Jitterburg waltz, défend l’intégrité de cette musique: «Je ne sais pas quelle part de création et quelle part d’interprétation il y a dans l’exécution d’un morceau de jazz, mais je sais que ça nécessite mon être tout entier et que, dans mon pays, ce disque ne sera pas considéré comme de la musique canadienne.» Écoute obligée pour les amoureux du jazz.

Écoute obligée pour les amoureux du jazz.

Critique

Christophe Rodriguez, Le Journal de Montréal, 24 décembre 2005

Le feeling est quelque chose qui se ressent mais qui ne s’apprend pas! À une journée de Noël, la petite maison de disques Ambiances magnétiques nous gâte vraiment avec l’un des plus importants trios montréalais. Nos trois compères, Jean Derome, saxophone, Normand Guilbeault, contrebasse, et Pierre Tanguay, batterie, ont puisé avec joie dans les grands classiques du jazz et c’est toute une surprise qu’ils nous offrent. Délaissant presque le saxophone alto, Derome fait revivre au baryton l’âme des Harry Carney, Serge Chaloff et, surtout, Pepper Adams. Du groove il est question, mais aussi de cette particule inhérente qui s’appelle swing et feeling of jazz, selon l’évangile de l’incontournable Duke Ellington. Une petite merveille par des «p’tits gars d’ici». 5

Du groove il est question, mais aussi de cette particule inhérente qui s’appelle swing et feeling of jazz, selon l’évangile de l’incontournable Duke Ellington.

Critique

Grisli, dMute, 23 décembre 2005

Dans le livret de The Feeling of Jazz, le saxophoniste Jean Derome écrit: «Je ne sais pas pourquoi des blancs francophones jouent du jazz en 2005 à Montréal.» Plus loin, au lieu de se satisfaire d’un expéditif «Pourquoi pas?», il trouve une réponse d’une simplicité qui le pare de toute attaque critique: «Cette musique est tatouée dans nos cœurs et nous la jouons parce que nous l’aimons et que ça nous rend heureux de le faire.»

Ce discours, vomitif lorsqu’il est tenu par un musicien dont la médiocrité de l’étoffe est aussi discernable que l’ignorance qu’il a d’un art qu’il s’autorise à transformer en addition de propositions vulgaires et vides, porte ici l’entier album avec conviction. Et trois blancs de Montréal d’investir des standards avec insouciance, animés non par le désir de bien faire, mais par celui de le faire, tant qu’il leur plaira.

Alors, avec Jump for Joy, on entame une sélection ouverte, prônant la diversité la plus libre: Ellington, donc, se trouve ici repris, mais aussi Sonny Clark (le swing brillant de Sonny’s Crib), Misha Mengelberg (A Bit Nervous, Rollo II), ou quelques thèmes issus du répertoire de Dolphy (Jitterbug Waltz) ou Billie Holiday (Getting Some Fun Out of Life). A chaque fois, la section rythmique, assurée par Normand Guilbeault (contrebasse) et Pierre Tanguay (percussions), est irréprochable — classique, certes, mais efficace.

Quant à Derome, il pose sans paraître concéder le moindre effort son saxophone, sa flûte, ou sa voix. Car le jazz n’est pas qu’instrumental, et comme le trio l’apprécie dans sa globalité, il lui faut aborder la sous-section vocale. Faisant peu de cas de ce qu’on pourrait facilement lui reprocher, Derome frotte ses cordes à un thème de Cole Porter (Five O’Clock Whistle), repeint en noir You’d Be So Nice To Come Home To, ou inocule un peu de rock — voire, de punk — au mille fois ressassé I Won’t Dance. Sur les paroles défendues jadis par Billie Holiday, le trio persiste: «May be we do the right thing, May be we do the wrong», répétant qu’il ne sert à rien de chercher à estimer la valeur des résultats.

C’est d’ailleurs dans cette certitude qu’il faut repérer la pièce maîtresse de la mécanique de The Feeling of Jazz, d’où aura découlé toute la qualité. Générant le plus souvent quelques gènes porteurs de tares abîmant l’oreille, la priorité du désir sur tout le reste trouve chez Derome, Guilbeault et Tanguay, l’exception confirmant sa règle dommageable.

Review

Irwin Block, The Gazette, 1 décembre 2005

The Montréal-based trio of reedman Jean Derome, bassist Normand Guilbeault and drummer Pierre Tanguay bring their perspective, as musicians associated with the avant-garde, to a mainly mainstream display of intimate knowledge of the music and the culture it represents. The 11 selections - Ellington’s The Feeling of Jazz, Fats Waller’s Jitterbug Waltz, Cole Porter’s You’d Be So Nice to Come Home To, and lesser- known tunes by pianist Mischa Mengelberg - are chosen for their joy. All are played with verve and humour, with plenty of space for edgy and soulful improvisation. Derome also sings or intones on several cuts; his voice is honest, though he shouldn’t give up his reeds. 3 1/2

All are played with verve and humour, with plenty of space for edgy and soulful improvisation.

TGD, le groupe de l’année

Serge Truffaut, Le Devoir, 3 décembre 2004

Le trio Derome-Guilbeault-Tanguay est un grand groupe. De jazz, de swing, de jitterburg. Autrement dit, c’est joyeux, drôle et plein de rondeurs. Chose certaine, il est le groupe, toutes tailles confondues, de l’automne. Et comme la saison de l’Halloween et de l’Armistice se distingue habituellement des autres par un nombre de publications plus imposant que le reste de l’année, le DGT est en fait le groupe de l’année. Ceci n’est pas une opinion mais bien la solution d’une équation.

Qui dit équation dit évidemment, et non naturellement, facteurs et variables. Déclinons-les. Mettons la table. Depuis quelque temps déjà, le jazz n’est pas en grande forme. Par peur de l’aventure, par culte du mimétisme, beaucoup de ces quidams qui se prétendent producteurs font ce que les autres ont fait et font. Tenez, cette année il y a avalanche de chansons de Noël fondues dans le jazz. Cela ne relève plus du pathétique mais de la bêtise.

Lorsque ce n’est pas Noël, c’est Monk. On ne compte plus le nombre d’albums de pianistes jouant — encore-là c’est beaucoup dire — les petites histoires contées par le pianiste Monk, qu’on nous vend à un prix établi à l’aune de l’inflation. Imaginez, ils nous refilent des copies à un coût supérieur à l’original. CQFD: en plus d’être bêtes, ils nous prennent pour des imbéciles.

Un travail de fourmi

Le nouvel album de DGT est le contraire de tout cela. Il est donc intelligent, très intelligent. Il y a en tout cas une intelligence de ce qu’est le jazz qui mérite toutes les salutations, les discrètes comme les plus percutantes. Car ces trois-là se sont approprié des pièces écrites par d’autres pour les transformer. Pour les remanier de manière à ce qu’elles soient le reflet de leur personnalité musicale, de leurs penchants. Ils ne les ont pas vampirisés, ni piratés, les morceaux en question. Ils ne les ont pas rénovés, mais bien restaurés.

Le disque, c’est à noter, s’intitule The Feeling Of Jazz, oœuvre composée par Duke Ellington. Qui d’autre aurait pu composer la nature du «jaser» à part lui? Passons. En tout, ils ont enregistré 11 pièces signées par d’autres. À la contrebasse et à l’intensité, on retrouve Guilbeault. À la batterie et à l’architecture sonore, il y a Pierre Tanguay. Aux saxophones, à la flûte, aux nuances et à la finesse, il y a Jean Derome, qui…

Qui chante! Yes! «Oui, j’ai appris les textes des standards. J’aime les chansons. Tous les grands saxophonistes connaissaient les paroles par coeur. Pierre veut toujours qu’on fasse des chansons. Depuis le temps qu’on joue ensemble [six, sept ans], j’ai remarqué que, lorsqu’on donne des shows, la voix favorise un rapport plus direct avec le public. Il écoute autrement les solos qui suivent.»

Parmi les pièces chantées, on retient l’interprétation que le trio signe du savoureux Jitterbug Waltz de Fats Waller. «La première fois que j’ai entendu ce morceau, c’était sur un disque d’Eric Dolphy. Ce qui m’avait frappé et qui m’est resté à l’esprit, c’est que Dolphy le jouait à la flûte.»

… le DGT est en fait le groupe de l’année.

Blogue

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.