La boutique des nouvelles musiques

La boulezaille Pierre Langevin, Pierre Tanguay

Musicien très actif au sein de l’étiquette Ambiances Magnétiques, Pierre Tanguay nous propose un nouveau duo, avec cette fois Pierre Langevin, connu pour son implication dans le groupe Strada. Tout comme sur l’album solo de Tanguay, La musique de mon disque, l’instrumentation de «La Boulezaille» est un joyeux mélange d’instruments traditionnels et inventés qui de par sa composition propose une musique qui essaie de comprendre le passé pour mieux comprendre l’avenir.

Les instruments traditionnels de Pierre Langevin créent un univers naviguant entre la musique baroque et médiévale et la musique jazz, tandis que le bruitisme que Pierre Tanguay, créé avec une panoplie inimaginable d’instruments de percussions, d’instruments jouets, d’objets inusités et même d’outils électriques, intègre à merveille l’univers de la musique actuelle.

Pierre Tanguay nous présente son album en ces mots: «Toute l’histoire de la musique maintenant à votre portée grâce à La Boulezaille. 43 minutes 53 secondes de musique incomparable sur un seul CD, agréablement présenté par les docteurs ex-musica Tanguay et Langevin réputés internationalement pour leur précision. Décochez maintenant, et composez le 1-800-B-O-U-L-E-Z-A-I-L-L-E pour entendre la différence et découvrir une musique riche en sonorités nouvelles et anciennes. Une musique hors du temps, qui vous fera voyager à travers les âges et vivre vos plus beaux moments avec les êtres qui vous sont chers. N’attendez plus, La Boulezaille c’est pour vous!»

La boulezaille

Pierre Langevin, Pierre Tanguay

La presse en parle

  • Grisli, Infra Tunes, 1 juillet 2006
  • Randy Raine-Reusch, Musicworks, no 94, 1 mars 2006
    Their creativity is nonstop, quickly moving from instrument to instrument and style to style, creating a form of twenty-first-century folk music.
  • Rigobert Dittmann, Bad Alchemy, no 44, 1 octobre 2004
  • Gabriel Bélanger, SOCAN, Paroles & Musique, no 11:2, 1 juin 2004
    Pierre Langevin et Pierre Tanguay, transforment cet enregistrement en une symbiose d’éléments disparates qui n’aurait pu voir le jour sans leur immense talent…
  • Pierre Durr, Revue & Corrigée, no 60, 1 juin 2004
  • Dolf Mulder, Vital, no 418, 6 avril 2004
    Both gentlemen use the great many instruments in order to ‘colour’ a music that shows love for detail. Well done!
  • Philip Clark, The Wire, no 242, 1 avril 2004
    A kooky and very personal vision.
  • François Couture, actuellecd.com, 16 mars 2004
  • Henryk Palczewski, Informator “Ars” 2, no 39, 1 mars 2004
  • Kurt Gottschalk, The Squid’s Ear, 26 janvier 2004
    The surprise of this simple disc is its complexity. It seems rudimentary, but it’s never repetitive.
  • François Couture, Ici Montréal, 13 novembre 2003
    Le résultat est étonnant de richesse, divertissant et facile d’écoute.
  • François Couture, AllMusic, 1 novembre 2003
    … reminds us that improvisation and resourcefulness once were at the core of all traditional folk music. Recommended.
  • Réjean Beaucage, Voir, 23 octobre 2003
    … un festival de textures et de timbres. Reposant.
  • Ron Davies, Splendid E-Zine, 3 octobre 2003
    … a number of wonderful, thoughtful moments to be experienced here.

Critique

Grisli, Infra Tunes, 1 juillet 2006

Respectivement clarinettiste (mais aussi joueur de cornemuse ou de chifonie) et percussionniste (doué quand même pour la boîte à languettes ou l’harmonica), Pierre Langevin et Pierre Tanguay exposent ici un précis de boulezaille, concept musical leur appartenant, défendu à grands coups d’instruments hybrides. Convoqués pour la mise en pratique, instruments rarement utilisés (doudouk, guimbarde, douçaine…) et ustensiles de la vie domestique, au son desquels se mettent en place des titres relavant d’un nouveau folklore autant que de l’expérimentation ludique. La mélodie légère d’une flûte, que l’on dépose sur le grouillement de percussions sourdes (Le grand bonhomme de chemin) tranche avec le drone fomenté par une guitare électrique sur lequel s’installe le dialogue du tambour et de la clarinette basse (La scie voleuse). Ailleurs, le bourdon de la chifonie accueille une mélopée intuitive (Mon ami), la clarinette et la cornemuse fantasment le voyage en Algérie (Ne partez pas sans être heureux), et les percussions minuscules rivalisent d’inventions burlesques (Voilà!). Rarement l’expérimentation aura été aussi radicalement mariée à la musique populaire. Afin de mettre au jour une musique que l’on jugera nouvelle, même si Tanguay et Langevin l’ont exhumé sûrement de traditions enfouies.

Playful Québécois Innovation

Randy Raine-Reusch, Musicworks, no 94, 1 mars 2006

This CD reminds me that some of the most innovative and playfully experimental music in Canada regularly comes from Quebec. Here, two seasoned multi-instrumentalists draw on their vast experiences in musique actuelle, jazz, folk, early, new, and world music to create a playground for the ears. Their creativity is nonstop, quickly moving from instrument to instrument and style to style, creating a form of twenty-first-century folk music. Fascinating!

Their creativity is nonstop, quickly moving from instrument to instrument and style to style, creating a form of twenty-first-century folk music.

Critique

Gabriel Bélanger, SOCAN, Paroles & Musique, no 11:2, 1 juin 2004

Fin mélange d’instruments anciens et modernes ainsi que de différents bruits naturels et de sons synthétiques; cet album a un ton hautement ludique. En effet, les jeux sonores de ce duo de musiciens et créateurs hors du commun sont très divertissants. Les deux «docteurs en musique», Pierre Langevin et Pierre Tanguay, transforment cet enregistrement en une symbiose d’éléments disparates qui n’aurait pu voir le jour sans leur immense talent et leur vaste expérience.

Pierre Langevin et Pierre Tanguay, transforment cet enregistrement en une symbiose d’éléments disparates qui n’aurait pu voir le jour sans leur immense talent…

Critique

Pierre Durr, Revue & Corrigée, no 60, 1 juin 2004

Pendant ses vingt premières années d’existence, le collectif éditait principalement les réalisations de ses membres, à la rigueur celles de certains de leurs collaborateurs occasionnels. Ce n’est qu’au tournant du millénalre que peu à peu Ambiances Magnétiques décida d’ouvrir son catalogue à de nouvelles entités. C’est ainsi que l’auditeur découvrit peu à peu des musiciens tels que Mirko Sabatini, Bull/Heikalo, des formations comme Zucchini, certains déjà présents sur d’autres labels peu distribués (Sylvie Chénard, Lee Pui Ming, Lori Freedman…).

Plutôt que de sortir une énième compilation des œuvres plus ou moins inédites des artistes «maison», la dernière compilation s’attache donc, tout normalement, à faire découvrir un aspect du foisonnement musical de la province francophone. Probablement pas exhaustif, Sang 9 rassemble une vingtaine de formations qui émargent aux musiques divergentes. La dominante semble être le style proche des duos ou trios de musiques improvisées bruitistes, inspirées des Granules, par exemple (Pascal Desjardins & Frédéric Léonard) ou des bidouillages à la Tétreault (Face dans l’dash). Quelques formations utilisent toutefois des phrasés d’essence plus jazz (Torngat, Malarafe)…

Mais l’écoute d’une seule traite de l’ensemble des titres ne permet pas - c’est le lot de la plupart des compilations - d’entrer pleinement dans l’univers respectif de chaque proposition et l’auditeur, selon son état d’esprit du moment, ne retiendra qu’une ou deux propositions qui d’emblée le feront réagir. Je citerai personnellement In Vitro pour ses sonorités d’harmonica traitées, créant une atmosphére quelque peu étrange ou encore le duo Cléo Palacio Quintin & Pascal Boudreault, avec leur radioglyphe et les sons de flûte transformés par l’ordinateur.

Sang 9 reste cependant un témoignage intéressant de la relève (générationnelle?) qui s’opére autour de Montréal.

Ambiances Magnétiques consacrent justement une de ses récentes productions à un musicien présent sur Sang 9. Guido Del Fabbro y apparaissait au sein de Concorde Crash. Carré de sable est une œuvre soliste dans laquelle le traval du violon est confronté à divers instruments, genre tourne-disque ou machine à café. Le bidouillage y est la règle à travers raclement de cordes et autres bruitages plus ou moins percussifs, mais non exclusivement, certains titres, courts, offrant une sorte de respiration mélodique. Les pièces les plus intéressantes sont toutefois celles qui combinent les deux approches, telle «Drimarni» dans laquelle émarge l’un des deux invités Pierre Emmanuel Poizat à la clarinette basse ou dans les derniers titres aux couches sonores plus denses. Carré de sable se révéle intéressant en particulier pour le savoir-faire de Guido Del Fabbro, qui mêle adroitement un aspect ludique - le côté bac à sable? - et une volonté créatrice.

Pierre Tanguay est lui devenu un pilier du collectif. Sa batterie, ses percussions donnent la réplique à Jean Derome (Plinc! Plonc!) ou à Lussier {les deux volets de La vie qui bat), sans oubiler son délicieux et pétillant album solo, La musique de mon disque. En s’associant dans La boulezaille au souffleur Pierre Langevin (clarinette, flûte, cornemuse, chalumeau, chifonie(?)…), que l’on a pu découvrir aux côtés de René Lussier dans Tabula Rasa (La Tribu Trib21570), il renouvelle une approche intégrant la diversité de son inspiration. Cette propension à marier divers styles trouve un partenaire idéal en Pierre Langevin, lequel passe allégrement d’un contexte folk à un travall plus expérimental de ses instruments.

Review

Dolf Mulder, Vital, no 418, 6 avril 2004

Pierre Langevin studied clarinet and chamber music in Québec, Cleveland and New York. For some years he played bass clarinet in the Orchestre Symphonique de Québec. Later he developped himself into a multi-instrumentalist with a special interest in medieval music. In 1986 he formed the Strada Ensemble. He is a member and the artistic leader of the this ensemble. This ensembles focuses on medieval folklore music from Europe. But Langevin feels also attracted to new music and worked together with René Lussier and collaborated on many musical productions for dance and for film. Pierre Tanguay is also member of the Strada ensemble since it originated in 1986. It makes sense to memorate this common background of Langevin and Tanguay, as in their duo production La boulezaille, influences of medieval music are evident, like in Danse du vent comme dans le temps. Old traditional instruments are used as well. But among them also many of exotic origin. And this can be explained from another part of Tanguay’s background. As a percussionist he did additional studies in Africa, India and gathered (percussion) instruments from all over the world. Tanguay is a busy bee. He is co-founder of member of groups like Mara, Ogane Song, Trio Marc Villemure, Pierre Cartier Ensemble, Icarus, etc. Composed for theatre, film and danse productions and played with Nana Vasconcellos, NOMA, Tim Brady, John Surman, Barre Phillips, and many more. The Ambiances Magnétiques catalogue shows that Tanguay likes the duo-format as he worked together with René Lussier, Jean Derome and Tom Walsh. And now a work with Pierre Langevin. Like on his solo-album La musique de mon disque Tanguay brings a great diversity of percussive instruments to the studio as well as some self-built instruments. The last category show Tanguay’s interest in noise and sound. Langevin plays wind instruments like a duduk, bagpipes, pipe, recorders, a.o. and brings in themes reminiscent of medieaval times. Time and space barriers are broken down here, melting together in a very sympathic music that can be of no other age then ours. All eight pieces show the wit and humour both Pierres must have experienced. Surprises and inventive improvisation make it sensitive and enjoyable record. Both gentlemen use the great many instruments in order to ‘colour’ a music that shows love for detail. Well done! Jean Derome and Jean René both guest on one piece: La scie voleuse.

Both gentlemen use the great many instruments in order to ‘colour’ a music that shows love for detail. Well done!

Modern Composition

Philip Clark, The Wire, no 242, 1 avril 2004

Don’t be misled by the "Pierres" and the "Boulez" references here — this disc has nothing to do with the French avant garde. Langevin and Tanguay are French Canadians with a background in jazz and modern composition, and Tanguay describes this blend of traditional and invented instruments as aiming "at understanding the past to better our understanding of the future". The music often sounds like "invented" folk, as Langevin’s spiky reed playing is underscored by the noise Tanguay generates from percussion, toy instruments and power tools. A kooky and very personal vision.

A kooky and very personal vision.

Le folklore actuel

François Couture, actuellecd.com, 16 mars 2004

Lorsqu’on m’a demandé de plonger dans le catalogue de DAME à la recherche de points d’intersection ou de thèmes récurrents qui esquisseraient des chemins de découvertes, le filon folklorique s’est imposé de lui-même, non seulement par l’importance de la musique traditionnelle dans le développement de la musique actuelle au Québec, mais aussi parce que les disques qui s’y rattachent s’adressent à nous d’une façon qui sera plus immédiate pour certains néophytes.

Cela peut paraître paradoxal, mais folklore et innovation font bon ménage. Quand les artistes avant-gardistes d’une culture cherchent à outrepasser les diktats de l’industrie musicale, ils se tournent souvent vers les racines, les leurs et celles des autres, à la recherche de nouvelles voies à explorer. Les musiques folkloriques cachent souvent des trésors de liberté et d’improvisation. De plus, leur aspect souvent festif rend l’acceptation de nouveaux paramètres (rythmiques, mélodiques, improvisationnels) plus facile. C’est ce qui s’est passé et continue de se passer au Québec. Voici une piste d’écoute en trois temps, trois approches novatrices du folklore chez DAME: les folklores revisité, réinventé et fantasmé.

Folklore revisité

Fin des années 70: le Québec vit un renouveau folklorique grâce à une nouvelle génération de musiciens (on pense à La Bottine Souriante, au Rêve du Diable, à l’Engoulevent). Parmi ces groupes, dont plusieurs endisquent pour la défunte étiquette Tamanoir, se trouve un collectif de jeunes fous, des guitaristes qui pervertissent le reel et le folk par leurs inventions mélodiques et leurs poèmes post-modernes. Conventum compte dans ses rangs André Duchesne et René Lussier, qui co-fonderont le collectif Ambiances Magnétiques un peu plus tard (les deux albums de Conventum, À l’Affût d’un complot et Le Bureau central des utopies, sont malheureusement discontinués).

Au sein d’Ambiances Magnétiques, René Lussier a poursuivi sa relecture de l’histoire musicale du Québec et d’ailleurs. Sa discographie est parsemée de pièces folkloriques remises à nu et à neuf. Dans les trois albums des Granules (avec Jean Derome), il exacerbe son caractère dionysiaque (Le Boudin de Noël sur Soyez vigilants, restez vivants ou encore La Chicaneuse sur Au Royaume du silencieux). Avec Le Trésor de la langue, il s’est tourné vers notre folklore historique, transformant les mots de René Lévesque, du FLQ et des gens de la rue en un nouveau «Cahier de la bonne chanson». Sa récente collaboration avec le guitariste américain Eugene Chadbourne marque un retour aux sources — leur album L’Oasis sur étiquette Victo revisite plusieurs airs traditionnels des deux côtés de la frontière.

Folklore réinventé

Le folklore d’une nation n’est pas qu’un corpus, c’est aussi un état d’esprit, un substrat dont on s’inspire à la recherche d’un nouveau folklore. Plusieurs artistes du catalogue DAME puisent à cette source et réinvente notre folklore (et parfois même celui des autres). Sur La Boulezaille, Pierre Tanguay et Pierre Langevin (eux-mêmes maîtres des musiques traditionnelles européennes dans le groupe Strada) mélangent instruments traditionnels et modernes à la recherche d’un folklore actuel, dépoussiéré du carcan dans lequel aimerait l’enfermer les traditionalistes de tout acabit. Des groupes comme Interférence Sardines et la Fanfare Pourpour donnent à leur pièces originales une forme qui rappelle ici la fougue du violoneux du diable et là la musique des fêtes de rue (la musique du peuple, folklorique par définition). Si sa Musique d’hiver n’a rien de festif, Joane Hétu y redéfinit néanmoins le folklore hivernal québécois, avec beaucoup plus de précision et de force d’évocation que le poème de Nelligan.

Folklore fantasmé

Le folklore réfère à une musique instinctive, créée hors des institutions et de leurs codes, la musique du quotidien, du carnavalesque selon Bakhtine. Et quand on veut sortir du quotidien? Il est toujours possible d’inventer le folklore, de faire de la folklore-fiction. René Lussier et Robert Marcel Lepage établissent leur musique actuelle, mélange d’impro libre à l’européenne et de relents traditionnels, comme le folklore d’un monde futuriste, dernière énigme d’un univers déshumanisé. Même chose chez Les 4 Guitaristes de l’Apocalypso-Bar d’André Duchesne qui incarnent le rock traditionaliste du futur (un futur post-apocalyptique d’ailleurs). Dans le cas des Chants rupestres de Bruire, Michel F Côté et ses acolytes cherchent à travers l’impro libre les traces de la musique folklorique des hommes des cavernes. Si nous sommes maintenant loin des airs faussement naïfs de Conventum, il s’agit encore dans l’esprit d’un retour aux sources primaires de l’expression musicale. Il y a plus d’une façon de swinger la baquèse dans le fond d’la boîte à bois.

Review

Henryk Palczewski, Informator “Ars” 2, no 39, 1 mars 2004

Wydaje sie ze ie mniej znana, nam postacia jest Pierre Langevin. Ma on za soba gruntowne wyksztalcenie w zakresie klarnetu i kompozycji w Conservatoire de Musique de Québec, granie w Orchestra symphonique du Québec, Ensemble Anonymus a takze artystyczne kierownictwo Ensemble Strada. Jako tancerz i mim wystepowal w Théâtre du Trident. Przez wiele lat wystepowal w Europie.

Duet LANGEVIN-TANGUAY proponuje nam awangardowa improwizacje na instrumenty i przedmioty mocno umocowana w tradycji nieokreslonej muzyki plemiennej jakiegos plemienia uwiedzionego przez rytm. Mimo to, nie jest to muzyka etniczna lub folkowa. To calkowicie wspólezesna muzyka. Wyrafinowana, dojrzala, zmyslowa, rytualna, zagadkowa, intrygujaca. Hipnotyzne ale z reguly powolne rytmy zakotwiczaja opowiadanie czarujac nas. Tematy i dramaturgia narastaja powoli i mistycznie blakaja sie od ducha Afryki az po niespokojne piesni Celtów. Nic nie jest czyste ale wsystko klarowne. Uporzadkowany chaos jest porzadkowany niezauwazalnie wsród misternych improwizacji. Kazdy dzwiek wydaje sie najistotniejszy i przewodni. Rytual, magia, zaklinanie.

Review

Kurt Gottschalk, The Squid’s Ear, 26 janvier 2004

In his duo with Pierre Tanguay, Pierre Langevin is the exception that proves the rule. Or if not him, then in any event his clarinet. When his licorice stick twists through polyrhythms and ethnic pretensions, it serves to illustrate that otherwise la boulezaille is a world of percussion. From the two whistles that start the disc to the coughs that conclude it, the two Pierres find rhythm around every turn. The recording is a moody piece of work, using vaguely familiar melodies to suggest different weathers in different lands, and comes off something like Henry Kaiser’s world music forays (although there is only guitar on one track, played by Jean René, with Jean Derome also sitting in on sax). Otherwise, hand drums, thumb pianos, harmonicas, childrens’ toys and cocktail shakers form the charming and seemingly preconceived backdrop. The surprise of this simple disc is its complexity. It seems rudimentary, but it’s never repetitive. It comes off as abstract, but is immensely listenable. And while you might think you get it, there might not be anything to get.

The surprise of this simple disc is its complexity. It seems rudimentary, but it’s never repetitive.

Compact!

François Couture, Ici Montréal, 13 novembre 2003

Pierre Tanguay est un percussionniste d’avant-garde exceptionnel. Mais on oublie parfois qu’il est aussi actif du côté des musiques du monde, en particulier dans le groupe Strada dont fait aussi partie Pierre Langevin. Pour La Boulezaille, les deux compères mettent à profit leur connaissance des traditions du monde pour partir à la recherche d’une nouvelle musique traditionnelle, celle d’un monde fabuleux où l’invention et l’émotion règnent. Clarinettes, flûtes à bec, chalumeau et autres instruments à vent rencontrent un fouillis de percussions de main, ethniques ou inventées, de jouets et d’objets hétéroclites. Le résultat est étonnant de richesse, divertissant et facile d’écoute. 9

Le résultat est étonnant de richesse, divertissant et facile d’écoute.

Review

François Couture, AllMusic, 1 novembre 2003

Pierre Langevin and Pierre Tanguay are one half of the Mediterranean traditional music ensemble Strada. Tanguay is also the busiest avant-garde jazz drummer/experimental percussionist in Montréal. For La Boulezaille, they bring to the table their inventory of traditional instruments (wind instruments like a duduk, bagpipes, pipe, recorders, etc. for Langevin; all kinds of hand-held percussion and toy instruments for Tanguay), a bunch of found and invented instruments, and an urge to improvise. The resulting music is fanciful, cheerful, witty and strange, driven by the pleasure to discover new sounds and literally play with them. The duo taps into traditional music currents from all over the world, integrating culture upon culture — or more exactly ignoring them — to come up with a form of music that sounds traditional in a multi-dimensional way but is in fact traditional only to Langevin and Tanguay. Each piece is full of surprises, new odd instruments joining in all the time, but this project is not about novelty. These pieces have depth, sensitivity, and a down-to-earth fairy tale vibe — it’s not an oxymoron since the music evokes both faraway lands and the local junkyard. One thinks of Mike Adcock and Clive Bell’s beautiful duo album Sleep It Off. La Boulezaille has that kind of indescribable magic, magic that makes you feel close to the true essence of music: emotion in invention. And it reminds us that improvisation and resourcefulness once were at the core of all traditional folk music. Recommended.

… reminds us that improvisation and resourcefulness once were at the core of all traditional folk music. Recommended.

Disques

Réjean Beaucage, Voir, 23 octobre 2003

Drôle de couple que celui-là, qui relie musique médiévale et musique, actuelle pour en faire une tapisserie sonore sans âge, grouillante d’une faune de bruits et de sons qui n’ont pas l’habitude de fréquenter les mêmes pistes. Les clarinette, chifonie ou cornemuse de Pierre Langevin et les madriophone, boîte à languettes et harmonica banane de Pierre Tanguay transplantent l’ère médiévale sur la planète Mars. On est aussi loin de l’ensemble de folklore moyenâgeux Strada, dont Langevin est directeur et Tanguay percussionniste, que des concoctions actualistes d’un René Lussier, que les deux Pierrots ont beaucoup fréquenté. Une très belle prise de son de Robert Langlois transforme le tout en un festival de textures et de timbres. Reposant.3,5/5

… un festival de textures et de timbres. Reposant.

Review

Ron Davies, Splendid E-Zine, 3 octobre 2003

Opening with a discordant flute, this disc initially leads the listener to expect the mind-bending found-sound experiments for which Ambiances Magnétiques are deservedly known. Instead, this pair of Pierres take listeners on a relatively grounded exploration of classical Indian music. The eight compositions abound with drones and delicately shaded textures, combining low-pitched wind drones with melodies just foreign enough to induce thought, but not confusion. I find it particularly pleasing that many of the disc’s soft sounds mimic those just outside my door. For example, the low pan flute notes that open Voila! are mirrored by the whistle of a train rolling through town. Elsewhere, a clank, a cough or an indefinable hum could easily be coming from my speakers or from the hallway. This type of sonic serendipity achieves a delicate balance between the inner and outer ear, mimicking the meditative balance between mind and body. This warrants the comparison to classical Indian music as much as the sound sources themselves do. More importantly, they demand repeated listens in order to fully explore the sounds on the record, as opposed to the sounds that exist in the environment or in my own head.

This repetition serves to bring out the subtle textures of the recording itself. The slow, insinuating introduction of a tabla in Voila!, or the nearly subliminal kalimba counterpoint to the birdsongs in Le Grand Bonhomme de Chemin, initially go unnoticed. However, just as the trained mind notices subtle patterns after repeated examination, so do seeming minor variations in the music become large and meaningful with additional listens.

Although the disc offers little of the frantic playing that tends to attract Western ears to Eastern music, there are nevertheless a number of wonderful, thoughtful moments to be experienced here. True, this music comes by way of two French Canadians, but the tradition and intent behind La Boulezaille are derived directly from India.

… a number of wonderful, thoughtful moments to be experienced here.

Blogue

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.