La boutique des nouvelles musiques

All Is Bright, But It Is Not Day Fred Frith, Jean Derome, Pierre Tanguay, Myles Boisen

Les trois musiciens de ce trio se connaissent depuis longtemps, mais ce disque est le fruit d’une toute première collaboration. Enregistré en studio en Californie, ce disque est aussi le résultat singulier d’un traitement sonore exécuté sur le vif, en temps réel. Il faut écouter pour saisir toute la dimension de cet échange musical musclé et entre trois excellents musiciens aussi virtuoses de l’écoute et de l’improvisation, et un technicien impertinent.

Fred Frith a développé sa propre façon d’improviser. Depuis son premier enregistrement de guitare solo en 1974, il a été perçu comme un innovateur radical et doué. En trente ans, sa démarche l’a amené à travailler avec des artistes fameux intéressés par les mêmes processus de création et ce, partout dans le monde. Le compositeur-saxophoniste Jean Derome et le percussionniste Pierre Tanguay font partie de ce groupe d’artistes. Derome et Tanguay jouent ensemble dans une multitude de projets depuis 1980. S’appuyant sur une communication intuitive, résultat de leur longue amitié, Jean Derome et Pierre Tanguay établissent toujours une joyeuse ambiance faite à la fois de précision et de liberté. Tant qu’à lui, le preneur de son et mixeur, Myles Boisen, est à la fois sensible et audacieux.

La rencontre de Frith, Derome et Tanguay, ces trois musiciens d’expérience, avec Boisen produit une musique explosive et psychédélique. En effet, le traitement du son en temps réel est une donnée fondamentale, puisque les nouvelles matières sonores qui en résultent produisent un effet radical sur la perception de la musique.

All Is Bright, But It Is Not Day

Fred Frith, Jean Derome, Pierre Tanguay, Myles Boisen

La presse en parle

  • BLG, Downtown Music Gallery, 1 juin 2007
    Only a listen will demonstrate the breadth of this sturdy musical exchange between three excellent musicians, virtuosic with listening and improvisation, and a rogue recording engineer.
  • Pierre Durr, Revue & Corrigée, no 56, 1 juin 2003
  • Phil Zampino, The Squid’s Ear, 23 mai 2003
    The music is dramatic, playful, frightening, complex, joyous, thoughtful, accessible and a little bit tilted. All improvisations should be so successful!
  • Luc Bouquet, ImproJazz, no 95, 1 mai 2003
  • Bas Ickenroth, KindaMuzik, 8 avril 2003
  • Julian Cowley, The Wire, no 230, 1 avril 2003
    … a continual sense of solidity melting into flow.
  • Dolf Mulder, Vital, no 364, 21 mars 2003
    Yes, some brilliant moments are catched here: strange magical sounds, dark atmospheres.
  • Christian Carey, Splendid E-Zine, 19 mars 2003
    … this disc contains some fine material, played by strong exponents of the avant-garde.
  • Tom Schulte, Shzine, 3 mars 2003
    … they draw near only to receded making room for the next site on this post-psychedelic journey.
  • EN, JazzoSphère, 1 mars 2003
    … un disque organique, brut, risqué et libre…
  • Mike Chamberlain, Hour, 27 février 2003
  • François Couture, Ici Montréal, no 6:17, 30 janvier 2003
  • Gilles Tremblay, Voir, 16 janvier 2003
  • David Cantin, Le Devoir, 11 janvier 2003
    Il faut se laisser prendre au jeu de ces virtuoses…
  • Jazz Notes, no 41, 1 janvier 2003
    Totalement lumineux dans le délire.
  • Réjean Beaucage, Voir, no 6:10, 12 décembre 2002
    … on sait que Fred Frith, Jean Derome et Pierre Tanguay sont capables de déployer une assez vaste quantité de sons étranges.
  • François Couture, Ici Montréal, 12 décembre 2002
    Cette musique explore des textures douces-amères…
  • Réjean Beaucage, Voir, no 6:10, 12 décembre 2002
  • Mike Chamberlain, Hour, 12 décembre 2002

Review

BLG, Downtown Music Gallery, 1 juin 2007

The three musicians involved in this trio have known each other for a long time, but this CD is the result of a very new collaborative project. Recorded in a California studio, this CD is also the singular result of spontaneous, real-time sound processing. Only a listen will demonstrate the breadth of this sturdy musical exchange between three excellent musicians, virtuosic with listening and improvisation, and a rogue recording engineer. Fred Frith has invented his own way to improvise. Since his first solo guitar recording in 1974, he has been perceived like a radical innovator of great talent. On the course of 30 years, he has been working around the world with famous artists who are equally interested in similar creative processes. Composer and saxophone player Jean Derome, and percussionist Pierre Tanguay, are two of these artists. Derome and Tanguay have played together in a myriad of projects since 1980. Based upon intuitive communication, the result of a long friendship, Jean Derome and Pierre Tanguay continually establish a joyous ambience, blooming with precision and freedom. As for the recording and mixing engineer, Myles Boisen, he shows himself to be both sensitive and audacious. The meeting of Frith, Derome and Tanguay, three highly experienced musicians, with Boisen produces nothing less than explosive psychedelic music. Real-time processing is a fundamental asset here, as the new sound matter it brings forward have a radical effect on the perception of music.

Only a listen will demonstrate the breadth of this sturdy musical exchange between three excellent musicians, virtuosic with listening and improvisation, and a rogue recording engineer.

Disques

Pierre Durr, Revue & Corrigée, no 56, 1 juin 2003

Ces deux enregistrements [All is bright, but it is not day et Whisperings (Wintsch, Baumann, Frith, Trontin)] sembleraient presque jumeaux. A peu de choses près. Mais ce peu de choses est toutefois fondamental. Le lecteur de ces lignes a, sans doute, remarqué sur chacun la présence de Fred Frith. Par ailleurs, la formule instrumentale basique est - presque - identique: un batteur percussionniste (Pierre Tanguay dans le premier cas, Bernard Trontin dans le second; la flûte est tenue par Jean Derome dans All is bright… , par Franziska Baumann dans Whisperings; un environnement sonore à base d’échantillonnages et de claviers avec Michel Wintch ou le traitement sonore de Myles Boisen.

Les deux productions - issues respectivement d’un enregistrement live à Oakland en février 2001 et d’un concert à Zurich en décembre 1999 - diffèrent toutefois par l’utilisation des séquences de traitements sonores. Dans le cas de All is bright… , c’est le travail du trio Frith, Derome, Tanguay qui est traité en temps reel par Boisen, et réintroduit dans la confrontation sonore, un peu comme le fit Bob Ostertag dans sa tétralogie say no more/Verbatim. Dans Whisperings, la modification électronique ne joue que sur l’instrument ou la voix de l’instrumentiste lui (elle)-même avant sa confrontation avec ses partenaires. Bref, deux démarches distinctes.

Par ailleurs la palette sonore des partenaires québécois de Frith ne se limite pas à un ou deux instruments de base mais s’étoffe d’harmonicas, de guimbardes, d’appeaux et d’objets divers. Celle des musiciens suisses est plus sobre, Franziska Baumann utilise toutefois la voix et l’électronique. Du point de vue sonore, il y a donc bien deux réalisations différentes. Et chacune présente ses spécificités. Au-delà du traitement sonore de Myles Boisen sur All is bright, but it is not day, Fred Frith semble bien contrôler la trame d’ensemble, lui insufflant sa logique de composition, sur laquelle Derome greffe ses effets tantôt bruitistes, tantôt naïvement mélodiques et que Tanguay ponctue de ses propres interventions extra-rythmiques.

Review

Phil Zampino, The Squid’s Ear, 23 mai 2003

The album opens as a sinister laugh cackles and Fred Frith saying “That’s an interesting technique you have there.” The laugh becomes oddly infectious as Tanguay pushes the first improv off with a hearty beat, interrupted by a ruptured duck call, strange wind instruments and distant guitar strumming. Interesting technique is what defines this album, and it’s no surprise that three improvisers of this stature have created a series of works that are dynamic, encompassing, humorous, psychedelic and fascinating.

Guitarist Frith and multi-wind instrumentalist Jean Derome are well known, and equally deserving of such attention is the excellent drummer Pierre Tanguay (Derome and Tanguay are each part of Montréal’s Ambiences Magnetiques collective). San Francisco-based engineer Myles Boise might also be little recognized, functioning here both as engineer and real-time sound manipulator. The musicians are all masters of their instruments and it shows as they pull off a sometimes introspective, sometimes dizzying, often melodic display of ideas. Boise intervenes, subtly shifting the sound quality of one or all of the musicians, panning and manipulating the image of the sound or even chopping the sound out to shake up the listener. Derome here would give John Zorn a run for his money, with a host of saxes, small wind instruments, hand percussions and game calls. He provides the most melodic moments of the release, generally on breathier instruments where he plays with a kind of naivety to good affect. Tanguay is very active, cutting up and holding together the improvisations, and also providing unusual percussive elements and “objets”. Frith is perhaps the most conservative on this session, more often creating underpinnings over which the ideas are developed. The works are neither predictable nor chaotic, and everyone is clearly listening closely as they move into adventurous territories or pull back to let the music surround.

The entire album was realized in one day in a California studio, and one can’t imagine that any alternate takes exist of any of these works. They are as ethereal as they are interesting, and monumental as an almost telepathic display of master improvisers working together and having a good time of it. The music is dramatic, playful, frightening, complex, joyous, thoughtful, accessible and a little bit tilted. All improvisations should be so successful!

The music is dramatic, playful, frightening, complex, joyous, thoughtful, accessible and a little bit tilted. All improvisations should be so successful!

Critique

Luc Bouquet, ImproJazz, no 95, 1 mai 2003

Le Frith de demain c’est sans doute All Is Bright, But It Is Not Day. Constatant son incapacité à brouiller les pistes, Frith trouve en l’ingénieur du son Myles Boisen, un parfait docteur Mabuse, apte à transformer, détourner, contusionner la musique du trio Frith-Derome-Tanguay. Même si le traitement de son est réalisé en temps réel et avec parfois un respect certain du cadre originel (Where Your Children Are), cette succession de triturations mentales et rhéthodiques, ces soubresauts continuels, ce brouillage des sens me semble ici terriblement stérile. C’est de l’espoir qui s’envole dans ce western métallique au casting pourtant prometteur. Trop de brouillage détourne l’auditeur, aurait pu conclure l’expert Tati.

Kritiek

Bas Ickenroth, KindaMuzik, 8 avril 2003

2003 het jaar van Fred Frith? Het lijkt er wel een beetje op. De avantgarde gitarist laat dit jaar het een en ander van zich horen: in de laatstwe week van vorige maand waren er uitvoeringen van zijn gecomponeerde stukken door het ASKO ensemble in Amsterdam en Rotterdam, in mei zal dit zich herhalen in Victoriaville, op het Hollandfestival in juni zal hij verscheidene composoties met orkest ten gehore brengen, en hij zal samen met o.a. John Zorn optreden in een hoogst unieke reunie samenstelling van het legendarische Naked City. En nu dus All is bright, but it is not day op het befaamde Ambiances Magnétiques label van Joane Hétu. Samen met freejazz duo Derome en Tanguay, en ‘real-time sound manipulator’ Myles Boisen, heeft hij de plaat vol geïmproviseerd. Met freejazz heeft het echter nagenoeg niets te maken. De heren zijn hoorbaar van alle markten thuis, maar verkiezen sfeer en instant-compositie boven vrije instrumentale expressie. Met een gedrevenheid en intensiteit die af en toe doet denken aan Frith’s impro-noiserock band Massacre (samen met Bill Laswell en This Heat-drummer Charles Hayward) rocken de mannen zich door het afwissellende materiaal dat de ene keer bijna meditatief van aard is en het volgende moment lekker hard kan blazen. De elektrische gitaar van Frith lijkt de voornaamste geluidsbron, maar vergeet niet al die bizarre blaasinstrumenten van Derome! De man kent zijn objecten door en door, en is in al zijn subtiliteit behoorlijk virtuoos. Tanguay slaat op alles wat los en vast zit, en laat zijn percussie perfect aansluiten bij de andere muzikanten. Het is echter geluidsmanipulator Boisen die voor de spreekwoordelijke krenten in de pap zorgt. Hij laat het complete groepsgeluid door filters en effecten gaan, versterkt het ene en verminderd het andere, en laat daardoor een compleet ander, en redelijk psychedelisch, geluidsbeeld ontstaan dan je op basis van vrije improvisatie zou verwachten. Indrukwekkend plaatje.

Soundcheck

Julian Cowley, The Wire, no 230, 1 avril 2003

In 2001 Canadian alto saxophonist Jean Derome and drummer Pierre Tanguay stepped across the border to Oakland, California, to link up with Frith at Mills College, where he holds a professorial post. Engineer Miles Boisen completes the quartet, engaging the others in real-time sound manipulation. Frith’s approach to improvising tends to dissolve focal points, creating a continual sense of solidity melting into flow. He leaves little for the memory to cling to, but you know you’ve been there. The sleevenotes to All is bright but it is not day speak of this CD as a “psychedelic dream”, which may point to one source of Frith’s taste for diffuseness. His electric guitar playing can be fiercely concentrated as well as nebulous and drifting, but even then it sounds like it’s on its way somewhere else. Derome and Tanguay play small instruments on the side, further decentring attention. Boisen’s processing does the rest.

… a continual sense of solidity melting into flow.

Review

Dolf Mulder, Vital, no 364, 21 mars 2003

On February 18th 2002, these four gentlemen came together in a studio in Oakland. Frith had brought his guitar with him. Derome had his saxophone and many other wind-instruments as well as some little percussion instruments in his suitcase. Tanguay arrived with his drums and all kinds of objects. The fourth musician, Boisen came with empty hands and did the real-time sound manipulation.

The idea was to spend the day with spontaneous improvisations, to be processed in real time by engineer Myles Boisen. 8 pieces found their way to the CD format and are availbale now on this new release on Ambiances Magnétiques.

Frith’s first release of improvised music was his album “Guitar Solos”, released in 1974. This one was engineered by David ‘White Noise’ Vorhaus. The liner notes say: “No overdubs were used, the music is heard as it was played… The only sounds not produced ‘naturally’ by guitar or prepared guitar are those of the fuzz box… ” So the task of the engineer here was only to register. To the listener these quotes want to make sure that he trusts his ears: yes, you hear it as it was played. And yes, it is the guitar that produces all these strange sounds. So don’t question it.

With All is bright, but it is not day we have a situation that is very different. Here the engineer is the fourth musician. “Real-time processing is a fundamental asset here, as the new sound matter it brings forward have a radical effect on the perception of music.” I’m not sure what kind of technology is involved here and what use Boisen made of it. I suppose that during the playing of the trio he alters the music according to his own musical intuitions and gives the music it’s definite shape. So on the one hand it may remain a question if we hear the music as it was played by Derome, Frith and Tanguay. But on the other hand it is no question at all if we emphasize the role the fourth player: engineer Boisen. He is responsible not only as an engineer but also as a musician in the recording of the music.

By the way Myles Boisen is also guitarist, member of the Splatter Trio and played with many West Coast improvisors, Rova, Club Foot Orchestra, etc. As a recording engineer, Myles started in 1979 and worked since on about 150 productions. Derome and Tanguay know each other from numerous cooperations since 1980. Allthough the four know each other from other occasions, they work together here for the first time. Together these four musicians present here their first cooperation. The cd opens with somebody laughing painfully. Another voice says: “that’s an interesting technique” Gradually the laughing is adopted by the players and the music starts to develop.

Does all technique and technology end up in interesting music? Yes, some brilliant moments are catched here: strange magical sounds, dark atmospheres. At other moments humour and childlike tunes takes over. But I like it most because it is an convincing experiment. Ending up in interesting blend of live impro music and real time processing.

Yes, some brilliant moments are catched here: strange magical sounds, dark atmospheres.

Review

Christian Carey, Splendid E-Zine, 19 mars 2003

From the first sounds on All Is Bright, But It Is Not Day, Jean Derome’s extremely prolonged maniacal laughter through a megaphone, it’s clear that there is rough terrain ahead. But for those who don’t mind the musical equivalent of off-roading, this disc contains some fine material, played by strong exponents of the avant-garde.

When Montréal-based musicians Derome, Tanguay were playing on West Coast of the US last year, they teamed up with guitarist Frith at his home base, Mills College, to produce some improvised pieces. In addition to the copious presence of live electronics, the tracks were subsequently given additional electronic treatments by engineer Miles Boisen. The results bring together a myriad of approaches to music-making. Much of the disc seems to be influenced by the sounds of post-War electronic music — Stockhausen, Varèse, Xenakis, etc. There are even jocular moments which resonate in the realm of psychedelia and Zappa’s Freakout, music also heavily influenced by the aforementioned electronic pioneers. This evocation of analog-era electronic music is perhaps most due to the skillful blend of live instrumentation and electronics, which gives the material a more organic sound than many digital efforts. Some of the pieces, especially the studiously Coleman-esque “Ornettology” (a pun on the Bird tune “Ornithology”), also show the influence of ’60s-era free jazz.

The players use a wide range of instruments, from guitars, synths, and saxes to the more exotic, such as game calls and Jew’s harp. Vocal yowls and screams are present in the texture as well. As with most improvisation, some moments seem more inspired than others, but the high caliber of the players involved and, undoubtably, the post-production phase have given this album a strong sense of formal design and musical continuity. It also has tons of personality and a liberal dose of humor — both qualities sorely needed in today’s somber musical landscape. If you hang in there, Frith and company may yet persuade your ears to become the musical equivalent of All Wheel Drive.

… this disc contains some fine material, played by strong exponents of the avant-garde.

Review

Tom Schulte, Shzine, 3 mars 2003

In the performing trio, Fred Frith plays guitars; Jean Derome is on reeds instruments and more and Pierre Tanguay provides the percussion. The trio extemporaneously creates sound experiments which are so artfully used by recording and mixing engineer Myles Boisen that he is credited as a fourth member. Using real-time processing, this album is a string of sparse and languid improvisations where episodes of sound appear on the horizon to grow in clarity as they draw near only to receded making room for the next site on this post-psychedelic journey.

… they draw near only to receded making room for the next site on this post-psychedelic journey.

Critique

EN, JazzoSphère, 1 mars 2003

Voilà que Fred Frith se paie l’une de ses trop rares mais régulières visites chez Ambiances Magnétiques. Cette fois-ci. il y retrouve Jean Derome et Pierre Tanguay qui le suivront aux Etats-Unis pour enregistrer en une seule joumée, All is bright, but it is not day. Au programme: improvisation. Pas de thème. pas de réelle ligne mélodique, on travaille en abstraction, en paysages sonores parfois très violents, parfois paisibles avec, à la fois, le côté sombre et grinçant que Frith cultive avec brio et l’humour que l’on connaît à ces trois oiseaux rares. À la manière de la musique électroacoustique, Ie trio nous propose une multiplication de sources, d’événements, de timbres et de textures. Aussi, frottements, chuintements, clapotis, sifflements s’ajoutent aux saxophones (que l’on n’entend que très peu), flûte, guitare, batterie, hammonica, appeaux… sollicités. La conception du disque fait intervenir un quatrième musicien, celui qui capte le son, Myles Boisen. En effet, I’ingénieur intervient en temps réel sur l’improvisation musicale, offrant ainsi divers changements de points de vue - ou de points d’écoute (la fonction créative de la prise de son rappelle encore une fois les préoccupations de la musique électroacoustique). Deux courtes pièces sont principalement basées sur ces opérations de mixage (Pachinko et Ornettology), tandis que le reste de l’enregistrement se déploie en de longues pièces texturées où se mélangent habilement les références les plus incongrues; depuis le rock psychédélique (Canadian psycho) jusqu’à la musique électronique et concrète en passant par une sorte d’ambiant brut (Cutting to the chase, Élégie électrique) et par tout ce qui s’appelle «musique libre». All is bright but it is not day est un disque organique, brut, risqué et libre: un disque qui, déboussolant à première écoute, sait se renouveler à chaque nouvelle écoute afin de dévoiler un peu plus ses subtilités.

… un disque organique, brut, risqué et libre…

Review

Mike Chamberlain, Hour, 27 février 2003

The real-time improvisations of Fred Frith (guitar), Jean Derome (reeds) and Pierre Tanguay (percussion) were processed by sound engineer Myles Boisen in his Oakland studio in 2001. There is a dark funhouse atmosphere to the music with snatches of silliness (the laughing that opens the album), whimsy (Where Your Children Are) and skronk (Canadian Psycho). The process is as interesting as the results at times, which is part oF the danger of improvisation. So the album is uneven, but the high moments are high enough to make the wait worthwhile.

Compact!

François Couture, Ici Montréal, no 6:17, 30 janvier 2003

Ce disque a été enregistré à Oakland, alors que les Montréalais Jean Derome et Pierre Tanguay rendaient visite au guitariste Fred Frith. Dans le studio, l’ingénieur Miles Boysen est devenu le quatrième membre du groupe en triturant les sons des improvisateurs en temps réel. Le résultat est étonnant, captivant et amusant. Le jeu entre réalité (performance) et virtualité (manipulation, montage) ne cesse d’étonner tant la frontière devient floue. Surtout, ce disque allie avec brio musique exigeante et divertissement. Très fort.9/10

Disques

Gilles Tremblay, Voir, 16 janvier 2003

All is bright, but it is not day est le fruit d’une première collaboration de trois musiciens qui se connaissent depuis longtemps. Fred Frith, innovateur radical, Jean Derome et Pierre Tanguay partagent la même vision de l’improvisation et une totale liberté du jeu. Une liberté accentuée par les interventions en temps réel du preneur de son Myles Boisen, sorte de programmation improvisée. Il en résulte une musique explosive, presque psychédélique. À l’exception de Landscape with Fire, que l’on peut presque qualifier de mélodique, l’écoute de l’album peut se révéler déroutante, voire éprouvante pour le profane. Pour mélomanes avertis.

Critique

David Cantin, Le Devoir, 11 janvier 2003

Pour les amateurs de musique actuelle, cette combinaison de musiciens possède les attributs nécessaires pour convaincre sans la moindre hésitation: d’un côté, le guitariste-compositeur Fred Frith, de l’autre, les Québécois Jean Derome au saxophone ainsi que Pierre Tanguay à la batterie. On tient là des improvisateurs de haut calibre avec, comme membre en retrait, le preneur de son Myles Boisen. Enregistré directement sur deux pistes, All Is Bright, But It Is Not Day témoigne d’une rencontre intéressante entre le jazz expérimental, le rock avant-gardiste et les dernières trouvailles en matière d’électroacoustique. Est-ce facile d’accès? Pas vraiment. Il faut se laisser prendre au jeu de ces virtuoses qui inventent un registre austère et précis. Après quelques écoutes, la spontanéité du contenu se libère d’un certain poids compassé. Par la suite, on se demande pourquoi cette musique ne se libère pas davantage de ses racines européennes. Une recherche impeccable, peut-être un peu trop soucieuse de son passé iconoclaste. Entre improvisation contemporaine et effets psychédéliques.

Il faut se laisser prendre au jeu de ces virtuoses…

Critique

Jazz Notes, no 41, 1 janvier 2003

Friths’entoure de Derome (sax, fl, divers), Tanguay (dr) plus un preneur de sons Myles Boisen très inventif. Notre génial bricoleur et sa guitare, assisté de ses deux autres acolytes font dans le délire, un impressionnant voyage. C’est tout à fait déjanté. On les entend créer in situ un enchaînement d’assemblages totalement iconoclastes. C’est totalement hybridé. En fait, Frith dont l’aisance dans la technicité et le gag démontre tout son talent, soutenu par deux compères qui ne se forcent pas pour en rajouter. Totalement lumineux dans le délire.

Totalement lumineux dans le délire.

Critique

Réjean Beaucage, Voir, no 6:10, 12 décembre 2002

Si on les connaît un peu, on sait que Fred Frith, Jean Derome et Pierre Tanguay sont capables de déployer une assez vaste quantité de sons étranges. Le guitariste, le saxophoniste et le percussionniste ne s’en tiennent pas souvent qu’à ces seuls instruments et aiment utiliser de nombreux gadgets qu’ils triturent par des techniques connues d’eux seuls. Si en plus le preneur de son, en l’occurrence Myles Boisen, se met de la partie pour maquiller les sons et les balader d’un haut-parleur à l’autre, improvisant en direct avec le trio comme matière première, le résultat est assez surprenant. Enregistré directement sur deux pistes, il combine la spontané de l’improvisation instrumentale avec un travail sur la texture sonore proche de l’électroacoustique. À expérimenter en concert à la Sala Rossa le l3 décembre.

… on sait que Fred Frith, Jean Derome et Pierre Tanguay sont capables de déployer une assez vaste quantité de sons étranges.

Frith alors!

François Couture, Ici Montréal, 12 décembre 2002

Le guitariste Fred Frith fait une rare visite à Montréal, le temps d’une rencontre, de deux concerts et du lancement de l’album All Is Bfight, But It Is not Day en compagnie de Jean Derome et de Pierre Tanguay.

Pilier de la musique actuelle internationale, rénovateur ds la guitare électrique depuis la parution du premier disque de Henry Cow en 1973, Fred Frith est un compositeur et improvisateur dont la renommée n’est dépassée que par celle de John Zorn. Au cours des 30 dernières années, il a gravé plusieurs classiques, dont Gravity (1980), Step across the Border (1990) et Stone, Brick, Glass, Wood, Wire (1999).

Frith entretient une relation privilégiée avec le Festival international de musique actuelle de Victoriaville, mais ses passages à Montréal se font rares. «Je ne me rappelle plus à quand remonte ma demière visite. Je suis assez souvent à Victo, mais Montréa… peut-être avec le quatuor de guitares à New Music America, en 1989? Non, je suis sûr qu’il y a eu quelque chose depuis, mais je l’ai oublié!> Cela dit, Frith comme Jean Derome depuis ses premiers contacts avec la scène montréclaise, au milleu des annéss 80. Interviewé d’Oakland (Californie) où il enseigne la composition au Mills Colleges, il explique la naissance de ce nouveau trio: «Jean m’a contacté parce qu’il venait avec Pierre Tanguay à Vancouver, pour me demander s’il y avait une possibilité de jouer à Mills. On en était trés content car […] justement j’étais en train de parler du Qébec dans mon séminaire sur la musique et l’identité culturelle. Ils ont fait un concert avec mon ensemble d’étudiants, c’était fabuleux. Et puis nous avons joué en trio dans un petit club à Oakland le jour suivant. Je voulais profiter de leur présence pour enregistrer quelque chose, mais cela me semblait plus intéressant d’explorer un autre genre d’expérience que l’improvisation pure.»

Cette expérience consistait à laisser à l’ingénieur assis au pupitre de mixage la possibilité de traiter ies improvisations en temps réel par des manipulations par ordinateur. Frith a utilisé le même concept pour le disque Digitol Wildlife de son trio Maybe Monday, paru l’an demier. Dans les deux cas, I’ingénieur Myles Boisen est devenu un membre du groupe à part entière: all improvisait et nous étions ses instruments», confirme le guitariste.

All Is Bright, But It Is not Day a été enregistré en février 2001. Depuis, le trio ne s’est produit qu’une seule fois, au festival de Guelph (Ontario), en septembre. Boisen ne fera pas partie du voyage, mais pour le concert du 13 à la Sala Rossa, le trio sera complété par Bernard Grenon à la prise de son et aux manipulations. Le concert du 14 prendra une tout autre allure. Dans l’ambiance intime du Va-et-Vient, Frith, Derome et Tanguay seront laissés à eux-mêmes, sons électronique, voire carrément détranchés: «Je jouerai de la guitare acoustique. Au point de vue approche, ce sera très différent.»

À l’ecoute du disque, on constate que ce trio n’a pas peur de s’amuser. Les appeaux, jouets et petits objets de Derome ainsi que les crocs-en-jambe rythmiques de Tanguoy peuvent parfois pousser l’improvisotion jusqu’au ludisme enfantin (voir leur duo Plinc! Plonc! paru l’an dernier). Y a-t-il encore une place pour la joie de vivre et l’humour dans les musiques créatives en 2002? «Ah, l’humour, soupire Fred Frith. L’artiste Richard Long à dit quelque chose que j’aime beaucoup: «Je ne crois pas que l’on puisse séparer l’enfance de l’âge adulte. Je crois que l’on demeure la même personne tout au long de notre vie. Avoir de l’humour ne veut pas dire que notre musique ne peut pas être «sérieuse» ou «profonde». Cela veut seulement dire que l’on ne se prend pas au sérieux!»

Cette musique explore des textures douces-amères…

Steak Frith

Réjean Beaucage, Voir, no 6:10, 12 décembre 2002

Improvisateur, compositeur et aujourd’hui professeur, le Britannique Fred Frith est une figure incontournable de la musique actuelle depuis trois décennies. Il débarque chez nous avec une toute nouvelle parution bien québécoise, enregistrée en compagnie de musiciens d’ici pour le compte de l’étiquette Ambiances Magnétiques.

Fred Frith est certainement l’un des musiciens les mieux connus de la scène de la musique actuelle. A travers des dizaines de collaborations avec la crème des improvisateurs et des artistes parmi les plus créatifs, il a élaboré une impressionnante discographie où Henry Cow, Art Bears, Skeleton Crew et Massacre côtoient Étron Fou Leloublanc, The Residents et John Zorn, entre beaucoup d’autres. Il sera à Montréal ce vendredi 13 pour le lancement du disque All is bright but it is not day; qu’il a enregistré avec Jean Derome, Plerre Tanguay et le préneur de son Myles Boilsen. Le disque paraot chez Ambiances Magnétiques (voir chronique Disques).

Je l’ai joint à son bureau de Mills College, à Oakland en Californie, où il enseigne la composition, la littérature musicale du 2Oe siècle («et du 21e!») et les techniques d’improvisation. Vraiment, la musique actuelle mène à tout! Mills College est un peu le centre du courant expérimental en musique moderne, explique-t-il. Il y avait Lou Harrison et John Cage dans les années 50, Steve Reich aussi un peu plus tard, et au poste que j’occupe, mon predécesseur était Anthony Braxton, et le sien, terry Riley.» Le moins qu’on puisse dire est que Frith est en bonne compagnie sur cette liste. Parmi ses fonctions, ii dirige le Contemporary Music ensemble de Mills, qui compte 25 musiciens auxquels il apprend ies vertus respectives des musiques écrite et improvisée. «Et tout ce qu’il y a entre les deux, ajoute le guitariste. Parce qu’à mon avis, des deux côtés il y a un mouvement vers un terrain commun. Les musiciens de formation classique veulent de plus en plus connaître l’improvisation parce que c’est de plus en plus fréquemment demandé dans le répertoire contemporain. Ça ne se voit pas encore beaucoup dans les salles de concert, mais la prochaine génération le verra davantage. Et ceux qui sont plutôt dans l’électronique et la récupération ont aussi intérêt à pouvoir traduire leur pensée dans plusieurs contextes musicaux, parce que s’il y a une chose qui est sûre, c’est que pour survivre dans le monde de la musique, il est préférable de ne pas être trop specialisé! Moi, par exemple, je suis performer, compositeur de musiques de concert et de musiques de film, professeur, etc. Ça me permet une vie confortable, parce que je ne voudrais pas avoir à me débattre uniquement avec la compétition féroce qui existe dans le monde des musiques de film, par exemple, mais, aussi, chacune de mes activites informe les autres et les enrichit.»

On ne reprochera pas à Fred Frith de se confiner dans un seul univers, c’est certain. Son emploi à Mills College ne l’empêche pas de donner régulièrement plusieurs concerts par mois un peu partout en Amérique et en Europe, en solo ou avec les formations les plus diverses. «Mais ça a toujours été comme ça, enchaîne-t-il. En 1974, j’étais avec Henry Cow, je faisais un disque solo de musique improvisée et j’étais soliste au London Philharmonic Orchestra. Ce n’est probablement pas très différent de l’agenda de Jean Derome ou René Lussier. Je crois que j’ai beaucoup d’affinités avec ces deux-là; on s’intéresse à plein de choses différentes et ce n’est pas par obligation, mais par choix.»

Le plus récent disque laisse une grande place au preneur de son Myles Boisen, qui agissait avec les trois autres improvisateurs comme un quatrième musicien, mélangeant les pistes et sélectionnant ies effets pour un mixage définitif sur deux pistes. Frith a ensuite repris l’enregistrement pour le recomposer (sans pour autant le remixer). «Je pense, depuis le premier moment où je suis entré en ,studio avec Henry Cow au début des années 70, que 1’enregistrement est la grande révolution musicale du 20e siècle. Ça a changé la musique pour toujours. Je pense aussi que faire un disque d’improvisation pure est un acte un peu contradictoire, qui dénature autant l’improvisation, vivante par nature, que l’enregistrement, qui est fixe, comme une composition écrite. Si on ne tient pas compte de cette spécificité de l’enregistrement, on renie le médium même. Je m’intéresse de plus en plus à l’utilisation de l’improvisation comme base de la composition.»

Lors du concert du 13, c’est Bernard Grenon qui prendra la relève de Myles Boisen pour un «mixage extrême» du trio Frith-Derome-Tanguay. Si vous n’y avez jamais réfléchi, vous comprendrez très bien tout le pouvoir qu’a entre les mains le type un peu effacé assis derrière la console dans le fond de la salle… Je demande à Frith quel genre de consignes se donne le trio avant de se lancer dans une improvisation: «Des consignes? Avec des musiciens comme Jean et Pierre, on n’a pas besoin de consignes, ce sont des maitres.» Vous en êtes un autre, professeur.

Review

Mike Chamberlain, Hour, 12 décembre 2002

There’s a scene in the 1990 film Step Across the Border that shows Fred Frith playing with his daughter. The two take turns shaking a rattle and the child pecks away at a keyboard to Frith in clear delight.

In another scene, Frith buys supplies in a Japanese grocery - chopsticks, rice, etc. - but when he gets home, he doesn’t use them to prepare dinner. Instead, he experiments with the sounds his groceries make when they are brought in contact with his guitar.

Taken together, the two scenes illustrate as much or more about Frith is music than any two or three of the hundreds of recordings he has had a hand in over the past 30-odd years, beginning with Henry Cow in the late ’60s and continuing since in collaborations with virtually everyone in the international "popular" avant-garde.

For at the heart of everything that Frith does is a sense of playfulness, and a curiosity about just what he can make happen in the world of sound.

Had he wanted to, Frith, who grew up with a classical education on the violin, could have been a successful rock guitarist. But his restless curiosity and aversion to tried-and-true habits made that question moot from the start. He has been inclined to dissolve projects when they seem to be slipping into formula, without regard for the critical or commercial success involved.

This is not to say that Frith doesn’t have precccupations that have remained consistent over the years. One is the possibility of the recording studio. Another is a concern for the relationship between composifion and improvisation. Which brings Frith to Montréal this week for a pair of concerts and a CD launch with Jean Derome and Pierre Tanguay, as well as a lecture / workshop on improvisafion titled Trouble With Traffic as part of the inaugural week of Project Improvisation, organized by McGill professor Eric Lewis.

The recording with Derome (reeds) and Tanguay (drums) came out of a workshop and concert that the two Montréalers did with Frith’s improv students at Mills Colleqe in Oakland, California. Following the student performance of Derome’s Canot Camping, the three decided to do an improvised performance at a club in Oakland. The next day, they got together at the recording studio of Myles Boisen, with whom Frith has worked since the 1970s.

Frith explains his approach to the recording: "I’m interested in the idea of taking improvised music and composing with it after the fact. Every once in a while I come back to this idea, which I first did with Henry Cow.

"This time, I wanted to do something a little different, so I allowed Myles free rein to do what he wanted with what we were playing by mixing it live and recording it directly to two-track. So as we were playing, we didn’t really know what the final product was going to sound iike, even though there were no overdubs or anything else afterward."

In Montréal, Derome / Frith /Tanguay will perform twice. The first, Dec. 13, 9 p.m., at La Sala Rossa (the lecture/workshop is at La Sala at l p.m.) will use the same process as on the album, with Bernard Grenon electronically manipulating what the trio plays in real time. The second 2 performance, at Va-et-vient on Saturday evening, will be an "acoustic" presentation.

All the music is improvised, so don’t expect to hear them play it "just like the record." Not that Frith ever would. But he will make one concession to commercialism." I think it’s a great idea if people go to both concerts."

Autres textes

La Scena Musicale no 8:8

Blogue

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.