La boutique des nouvelles musiques

Prairie orange Les Poules

Après la réédition très attendue de Les contes de l’amère loi l’an dernier, Les Poules formés de Joane Hétu, Diane Labrosse et Danielle Palardy Roger, récidivent cette année avec 9 nouvelles pièces. Prairie orange est un disque d’atmosphère. Il installe rapidement un climat méditatif bien que mordant; Les Poules ont des dents! Les 9 pièces instrumentales ont été créées en studio et soigneusement développées par les trois musiciennes. Une musique improvisée on l’on retrouve l’instrumentation habituelle du groupe, échantilloneur, percussions, saxophone alto et voix. On rejoint donc une démarche similaire à celle qui avait été mise en place avec Les contes de l’amère loi, mais 15 ans plus tard, avec tout le nouveau bagage musical et artistique de chaque interprète. Les trois complices retrouvent donc le plaisir de jouer en trio,ce que l’on avait pas vu depuis Justine.

Prairie orange

Les Poules

Joane Hétu, Diane Labrosse, Danielle Palardy Roger

La presse en parle

  • Randy Raine-Reusch, Musicworks, no 94, 1 mars 2006
    It is powerful and disturbing, yet somehow familiar and comforting at the same time…
  • Cristin Miller, Signal to Noise, no 34, 1 juin 2004
    A drama of highly attuned listening slowly emerged full of simultaneous starts, frequent finishing of each others’ sentences, and sudden collective laughter.
  • François Couture, actuellecd.com, 16 septembre 2003
  • Luc Bouquet, ImproJazz, no 98, 1 septembre 2003
    Vents et liquides se mélangent, nous offrant un continuum barbare, aride, déserté et déconstruit mais toujours ardent et vorace.
  • Bart Plantenga, wReck thiS MeSS, 20 août 2003
    … full of highly varied sounds.
  • Simon Vézina, CHOQ, 15 juillet 2003
    Ses femmes nous ont offert une solide performance à la hauteur de leur réputation. Les poules nous font traverser Prairie Orange d’un seul élan.
  • Steven Hearn, Octopus, 1 juillet 2003
    … dévouement sans faille à une musique exigeante et inventive.
  • Pierre Durr, Revue & Corrigée, no 56, 1 juin 2003
    … une multitude de variations, au gré des saisons, des variations climatiques, voire de l’activité humaine.
  • Maurice Dielemans, KindaMuzik, 2 mai 2003
  • Dolf Mulder, Vital, no 360, 20 février 2003
    … very introvert, abstract and reflective.
  • François Couture, Ici Montréal, 12 décembre 2002
    Cette musique explore des textures douces-amères…
  • François Couture, AllMusic, 21 novembre 2002
    They have reached a level of understanding, listening and complicity matched only by the best. Highly recommended.

Both Disturbing and Comforting

Randy Raine-Reusch, Musicworks, no 94, 1 mars 2006

This is the second CD from Les PoulesJoane Hétu on alto sax, Diane Labrosse on motion sampler and Danielle Palardy Roger on percussion, all three artists using their voices to create this highly organic sonic exploration. This CD rustles and sighs its way through a series of complex emotional soundscapes that reach deep into the listener’s subconscious to awaken long-forgotten sensations. It is powerful and disturbing, yet somehow familiar and comforting at the same time — perfect listening with a cup of hot tea, when trapped by a dark snowy night.

It is powerful and disturbing, yet somehow familiar and comforting at the same time…

Review

Cristin Miller, Signal to Noise, no 34, 1 juin 2004

The 19th annual Seattle Improvised Music Festival took place this winter over two week-ends in Febuary. This year brought a turning point for the festival, as the long-term orginizers turned over the reins to musicians newly very active in the scene, all of whom are directly or indirectly affialited with Open Music Workshop. Open Music Workshop (or OMW) is a relatively young entity, less than two years old, but has constitued something like a second wave in the improvised music scene in Seattle. This shift in leadership was reflected in the shape of the festival this year, which cast a wider net and included a broader range of approaches to music making.

The next weekend I also managed to catch Les Poules (Montréal) at Consolodated Works, a large warehouse-like art gallery and performance space. Les Poules have beon playing together for over a decade, and every passing minute of their long history and musical intimacy. Joane Hétu (vocals, alto sax) staked out a minimalist territory of voiceless fricatives and static noises, which she mined over the course of the performance. Diane Labrosse (electronics) explored a similarly focused territory, while Danielle Palardy Roger’s percussion poured out speechlike with orchestraly various gestures accumulating over time into a complex field. A drama of highly attuned listening slowly emerged full of simultaneous starts, frequent finishing of each others’ sentences, and sudden collective laughter. Occasionally, certain silences were allowed to move with grace to the center of the circle.

A drama of highly attuned listening slowly emerged full of simultaneous starts, frequent finishing of each others’ sentences, and sudden collective laughter.

Les Poules et la basse-cour

François Couture, actuellecd.com, 16 septembre 2003

À l’exception de la pop sirupeuse, tous les genres musicaux sont dominés par le mâle. Qu’il grogne dans le micro, gratte sa guitare ou s’époumone au saxo, l’homme s’accapare l’image du musicien, autant dans le rock des multinationales que sur la scène des musiques actuelles. Quand la femme s’aventure dans le domaine, elle est souvent réduite à adopter les formules toutes faites de l’industrie.

C’est pourquoi il est étonnant de trouver au sein du catalogue de DAME autant de femmes à la démarche artistique novatrice. C’est que dès ses premières années, le collectif Ambiances Magnétiques a accueilli trois créatrices dont l’activité musicale, la force organisationnelle et la forte tête ont servi de pôle d’attraction. Je parle bien sûr de Joane Hétu, Diane Labrosse et Danielle Palardy Roger.

Nos trois protagonistes se sont connues au tournant des années 80 dans Wondeur Brass et ont poursuivi leur association dans Les Poules et Justine. Big band anarco-féministe à ses débuts, Wondeur Brass a servi de laboratoire à Joane, Diane et Danielle qui y ont fait leurs premières armes (Joane, autodidacte, y a littéralement appris la musique). Leur mélange de poésie moderne, de free jazz et de rock-in-opposition est déjà au centre du long-jeu Ravir. Du sextet du premier album, on passe au quatuor avec la bassiste Marie Trudeau pour Simoneda, reine des esclaves. Cette formation prend bientôt le nom de Justine pour trois autres disques (La légende de la pluie, créditée au nom de chaque musicienne, peut être abordée comme une collaboration entre Justine, Zeena Parkins et Tenko) au cours desquels le discours féministe est graduellement sublimé et laisse place à une fantaisie croissante qui connaît son apogée sur le phénoménal Langages fantastiques.

Dès la sortie de Langages fantastiques, les trois filles se consacrent à leurs carrières individuelles. Chanteuse et saxophoniste, Joane Hétu insuffle à sa musique un émerveillement langagier et une interprétation mal dégrossie qui se rapproche de l’outsider art. Elle a d’abord mis sur pied son propre groupe, Castor et compagnie (avec Diane Labrosse, Jean Derome et Pierre Tanguay), qui a commis deux albums de chansons sensuelles et tordues en filiation directe avec Justine. Par la suite elle s’est tournée vers l’improvisation, d’abord avec son compagnon Jean Derome dans le duo Nous perçons les oreilles, puis en solo avec Seule dans les chants, d’une intimité intense. Elle a récemment prouvé ses talents dans la composition à grand déploiement avec le magistral Musique d’hiver.

Vers la fin de Justine, Diane Labrosse a délaissé le clavier pour lui préférer l’échantillonneur. Après un album solo, Face cachée des choses, un disque en duo avec le percussioniste Michel F Côté (Duo déconstructiviste) et une participation à son groupe Bruire (sur Les Fleurs de Léo), elle a tâté de la composition pour ensemble d’improvisateurs (Petit traité de sagesse pratique) avant de se consacrer corps et âme à l’improvisation. Parasites, avec Martin Tétreault, et Télépathie, en compagnie d’Aimé Dontigny, démontrent qu’il est possible de manier l’échantillonneur avec grâce et sensibilité.

Depuis la dissolution de Justine, la discographie de Danielle Palardy Roger progresse à petits pas (c’est qu’elle est très occupée par la direction des Productions SuperMusique). Son conte pour enfants L’oreille enflée (avec les voix et les instruments de Derome, Hétu et André Duchesne, entre autres) s’adresse au jeune public avec une rare intelligence. Et Tricotage, sa rencontre improvisée avec la contrebassiste française Joëlle Léandre, documente la finesse de son jeu de batterie.

En 1986, Joane, Diane et Danielle avaient pris un congé de Wondeur Brass pour explorer les limites de la chanson pop sous le nom Les Poules (Contes de l’amère loi, fraîchement réédité). Dernièrement, elles ont repris le collier du trio, poussant cette fois dans l’improvisation riche en textures subtiles, qui marie bruitisme, écoute et lyrisme. Prairie orange marque ce retour attendu à un travail collectif.

La présence de ces trois créatrices au sein d’Ambiances Magnétiques a attiré l’attention de quelques artistes aux intérêts similaires. Première autre femme à joindre l’écurie, Geneviève Letarte a produit deux superbes albums de chansons poétiques (Vous seriez un ange et Chansons d’un jour). Dernièrement, le catalogue de DAME a accueilli la performeuse Nathalie Derome, la guitariste Sylvie Chenard, la pianiste Pui Ming Lee, ainsi que Lori Freedman et Marilyn Lerner du duo Queen Mab, qui nous ont chacune donné un album solo (respectivement: À un moment donné et Luminance).

La musique actuelle, un monde de gars? Suivez ces quelques pistes, vous verrez bien.

Critique

Luc Bouquet, ImproJazz, no 98, 1 septembre 2003

Sarko, t’es foutu, Les Poules sont dans la rue! La réédition des Contes de l’amére loi (AM 009), l’année dernière l’avait laissé entendre: Les Poules sont de retour! Dix-sept ans se sont écoulés entre les deux enregistrements; de l’électro artisanale du premier disque, il reste quelques bribes étouffées ( Où est l’est?) et quelques inouïes madeleines de Proust à feuilleter (Chaud-froid). Les Poules circa 2003, c’est un trio nomade, sûr de ses souffles et de ses rebonds (Danielle Palardy Roger est exemplaire de sobriété et de rondeur d’un bout à l’autre de cet enregistrement). Joane Hétu, entre cliquetis et saxophone voilé ne cesse de pétrir, d’enflammer puis de menacer la masse sonore (Prairie orange). Vents et liquides se mélangent, nous offrant un continuum barbare, aride, déserté et déconstruit mais toujours ardent et vorace. Un kiss empoisonné en quelque sorte. Sarko, t’es vraiment mal barré!

Vents et liquides se mélangent, nous offrant un continuum barbare, aride, déserté et déconstruit mais toujours ardent et vorace.

Review

Bart Plantenga, wReck thiS MeSS, 20 août 2003

Les Poules is made up of 3 Canadian musicians who have managed a quirky and moody CD of controlled improv that avoids self-indulgence as it creates emotional landscapes composed of a sack full of highly varied sounds. Nice.

… full of highly varied sounds.

Les Poules de DAME

Simon Vézina, CHOQ, 15 juillet 2003

Jeudi soir dernier, le trio féminin les Poules se réunissait à la Casa del Popolo pour le lancement d’un nouvel enregistrement: Prairie Orange. Voilà un second disque pour elles qui déphase de leur premier réalisé 15 années auparavant. Peut-être l’ignoriez-vous? Les Poules ne font plus dans la chanson. Je suis assis dans le sofa rétro de la Casa del Popolo. J’observe les murs de granges, les vieux tuyaux, le plafond imparfaitement parfait et l’éclairage de salon. Quels fabuleux contrastes avec le théâtre moderne, néonisé, et d’apparence cartésienne qui lui fait face. Je me considère chanceux d’être dans un endroit aussi sain et Saint que la Casa del Popolo. Je dis bien Saint car c’est en ses lieux que les Poules ressusciteront après 15 années. Plus que quelques minutes encore et ça y est… les Poules, Joane Hétu, Diane Labrosse et Danielle Palardy Roger, montent sur le surélevé. Ce trio nous présente alors leur nouvel album en donnant une prestation dans l’intimité du lieu. Les membres du trio sont toutes très reconnus dans l’univers de la musique actuelle montréalaise. Ses femmes nous ont offert une solide performance à la hauteur de leur réputation. Les poules nous font traverser Prairie Orange d’un seul élan. Le paysage sonore se compose de sons électroniques et acoustiques, de crépitements, de bruissements et de jeux buccaux. Avec un saxophone, un drum et un échantillonneur, les matériaux n’impressionnent pas. Par contre, ces trois femmes-là savent au moins quoi en faire. Wow! J’oublie que Joane se joue dans la bouche pour produire ses sons et me voilà transcendé. Les Iktus de Diane ouvre la marche vers un climax sonore surréaliste. Le jeu de Danielle aux percussions teint les décors et modère la progression. Les commentaires au saxe de Joane donnent parfois dans l’humour, mais sont de bon goût. Le tout se retrouve sur un autre excellent disque de l’étiquette DAME.

Les poules ne font plus dans la chanson. À en juger par le nombre de gens sortant avant même la moitié de la prestation, cela a probablement déplu à plusieurs. Un fan possible de leur premier album est demeuré lui jusqu’à la fin et a risqué de demander en rappel la Ballade du pain. La demande fut ignorée. Par contre, le touriste belge de ma droite et les trois suffragettes de ma gauche semblaient eux comblés de bonheur. Moi de même par ailleurs.

Merci aux Poules pour cette soirée unique et fabuleuse.

Ses femmes nous ont offert une solide performance à la hauteur de leur réputation. Les poules nous font traverser Prairie Orange d’un seul élan.

Critique

Steven Hearn, Octopus, 1 juillet 2003

Les Poules, c’est Joane Hétu, Diane Labrosse et Danielle Palardy Roger. Les Poules jouent respectivement au saxophone alto, à l’échantillonneur et aux percussions. Les Poules viennent de Montréal. Les trois Poules ont de la voix, c’est sûr. Elles ont également de l’imagination! Ce disque d’atmosphère, méditatif et incisif, répond à de premiers méfaits, il y a quinze ans, dans Les Contes de l’amère loi. C’est de la musique improvisée, assurément. Ce qu’il y a en plus dans la basse-cour? Quinze ans de recherche, d’expérimentations, de tâtonnements éclairés, de dévouement sans faille à une musique exigeante et inventive. Quinze ans de collaboration avec des musiciens ou artistes qui ont considérablement enrichi leurs vocabulaires sonores, précisé leurs saveurs bruitistes, leurs manières de structurer un propos musical, de construire des pièces introspectives et souvent abstraites. Les voix ne disent plus de textes écrits mais sont devenues des instruments à part entière. L’attention, accrue, est portée sur les textures, la couleur, le potentiel musical du son… Nos trois Poules, qui ont désormais l’habitude de travailler sur des projets de danse, des pièces radiophoniques, des pièces de poésie, des films, ont gagné en épaisseur… Aussi, ce disque possède tour à tour des accents lyriques et incongrus, harmoniques et dissonants, structurés et anarchiques, doux et énervants.

… dévouement sans faille à une musique exigeante et inventive.

Disques

Pierre Durr, Revue & Corrigée, no 56, 1 juin 2003

Les Poules des Contes de l’amère loi furent à leur époque (milieu des années 80) un avatar passablement déjanté de Wondeur Brass, mais la structure d’ensemble restait peu ou prou rock, avec chansons et textes. Avec leur renaissance un peu plus d’une quinzaine d’années plus tard, I’auditeur se demande à quel caquetage il allait être soumis. Les musiciennes du trio, de Justine en île bizarre, de parasitages en tricotages divers, de perçage d’oreilles en accoutrement de castor, avec divers partenaires endogènes ou exogénes, ont ouvert leur horizon: la basse-cour s’ouvre sur une vaste prairie - orange, of course! - en cours de défrichement. Ici, il n’y a point de textes, ni de structure classique de la chanson rock, même iconoclastes, mais davantage un travail de confrontation sonore entre instruments et voix, entre sons acoustiques et sons synthétiques, de chuintements en frottages; au final, neuf peintures sonores impressionnistes convient l’auditeur à saisir des paysages qui, derrière une certaine uniformité apparente - les prairies canadiennes sont vastes - présentent une multitude de variations, au gré des saisons, des variations climatiques, voire de l’activité humaine (les glaneuses).

… une multitude de variations, au gré des saisons, des variations climatiques, voire de l’activité humaine.

Kritiek

Maurice Dielemans, KindaMuzik, 2 mai 2003

Les Poules is het improvisatieproject rondom een Canadees trio, bestaande uit de dames Joane Hétu (zang, saxofoon), Diane Labrosse (keyboards) en Danielle Palardy Roger (drums). Het collectief was al eerder actief onder het theatergezelschap Wondeur Brass, maar met Les Poules verkennen ze alweer enige tijd hun muzikale talenten.

Prairie orange telt negen atmosferische werken, waarbij samplers, percussie, saxofoon in verschillende toonsoorten een prominente rol spelen. Met popmuziek heeft het echt totaal niets van doen en zingen doet Joane Hétu niet. In het weidse muzieklandschap van elektronische en akoestische hoorspel maakt ze eigenzinnige klanken met haar mond, die variëren van klikgeluiden tot gehijg in de verte. Uiteindelijk smelt dit alles weer op een sluwe manier samen tot een filmisch klankentapijt.

Zestien lange jaren moest het duren voordat deze cd als opvolger van het debuut Contes de l’amère loi uitkwam. Het lijkt mij onnodig om vergelijkingen te maken, daarvoor is teveel gebeurd in die tussentijd. Maar als improvisatiecollectief is Les Poules met Praire Orange erin geslaagd om een boeiend en soms zelfs broeiend geheel aan elkaar te breien. De tracks blijven zonder uitzondering binnen een uithoudbare lengte, dus als luisteraar raak je nauwelijks verveeld. Of je nu meteen overdonderd wordt door de geluidsbrij is weer net iets anders.

Review

Dolf Mulder, Vital, no 360, 20 février 2003

In 1986 Les Poules debuted with the LP Les contes de l’amère loi. This LP was rereleased in 2001 on CD and maybe it is because of this that the members of Les Poules thought by themselves: “Why not make a second work?” Anyway Les Poules had some reason after an interval of some 15 years, for sticking together again. Of course differences between two albums are obvious and big. There are more differences then similarities in my perception. The first album has song-structured pieces. The music is extravert, loud, often melodic. Quirky and jumpy saxplaying. Electronics are played by keyboards. They sing self written texts. Prairie orange shows in some aspects an opposite face: the music now is very introvert, abstract and reflective. It has a non-verbal use of voice.

Comparing both albums it is also possible to demonstrate or illustrate a development that has taken place in the more experimental regions of jazz and rock in the last 20 years. Conventional musical forms and techniques have been left behind, due to integration of what radical improvised music and noise music has brought to us. The focus is more on texture, colour, musical potential of sound. For this purpose all kind of extended techniques are discovered and used.

Another point is that the pool of Ambiances Magnétiques musicians has many women amidst them. It is an important characteristic for this scene that women form a considerable part of this family. Some groups or projects have - intented or by coincidence - an all-women line up (Wondeur Brass). This is also the case for Les Poules. In 1986 and now in 2003 Les Poules is formed by: Joane Hétu (alto sax, voice), Diane Labrosse (electronics, voice) and Danielle Palardy Roger (percussions, voice). Together they succeeded in this phase of their careers and development in making an interesting album again. In 9 pieces they evoke what they experienced being in a desert, a Prairie orange.

… very introvert, abstract and reflective.

Guide CD

François Couture, Ici Montréal, 12 décembre 2002

Rares sont ceux qui croyaient voir un jour un nouveou disque des Poules, 16 ans après leurs premiers coquètements. Depuis, nos chers volatiles ont connu plusieurs aventures, ensemble et séparément, au sein des différents projets d’Ambiances Magnétiques. Il faut donc comprendre que le nouveau poussin piaille de façon bien différente. On nous présente neuf improvisations en demi-teintes, prolongement du travail de Diane Labrosse avec Martin Tétreault dans Parasites et de la Musique d’hiver de Joane Hétu. Cette musique explore des textures douces-amères sans sombrer dans le réductionnisme européen. Et les vocalisations de Hétu restent l’un des trésors les plus déstabilisants de la musique actuelle d’ici.

Cette musique explore des textures douces-amères…

Review

François Couture, AllMusic, 21 novembre 2002

16 years. It took Les Poules (“the chicks”) 16 years to record a follow-up to the 1986 LP Les contes de l’amère loi. Of course we can’t consider Prairie orange a true follow-up. Too much water has passed under the bridge and Joane Hétu, Diane Labrosse and Danielle Palardy Roger have played together in too many projects to let the quantum jump between the two discs sound anything but natural - or even the same band. This opus, marvelously titled Prairie Orange, presents the three musicians engaged in intense quiet free improvising: no lyrics, no song structures. Roger’s angular beats on the first opus have been replaced by delicate percussion work reminiscent of Roger Turner or Paul Lovens at their quietest. Labrosse works her sampler in much the same way as in her duo Parasites with Martin Tétreault. Treated water sounds, electrical glitches and the occasional recognizable sample (like foghorns) play hide and seek with the scraped and brushed percussion and Hétu’s ghostly, hesitant alto sax. The latter vocalizes on half of the album, her quiet screams and wails as profoundly disturbing as ever - why? Because they sound utterly alien, all the while tapping into something atavistically human. Each piece has been carefully edited and shaped out of longer improvisations to produce a spellbinding set that knows when to stop (a few seconds short of 50 minutes). These three have been sharing stages for 20 years. They have reached a level of understanding, listening and complicity matched only by the best. Highly recommended.

They have reached a level of understanding, listening and complicity matched only by the best. Highly recommended.

Blogue

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.