La boutique des nouvelles musiques

Canot-camping, expédition 4 Jean Derome

Canot-camping est un vaste territoire peuplé de «Choses à savoir», de «Choses à faire», d’animaux, d’oiseaux, de lacs et de rivières, exploré par 11 canoteurs-improvisateurs chevronnés issus de la bouillonnante scène de musique actuelle montréalaise. Cet enregistrement constitue notre quatrième expédition.

Ce fut un voyage assez plaisant où nous n’avons pas trop souffert des portages, des insectes, de la pluie ou du vent et où nous avons visité plusieurs grands lacs puissants et calmes sous un ciel parfois couvert.

Canot-camping, expédition 4

Jean Derome

La presse en parle

Critique

EN, JazzoSphère, 1 mars 2003

Depuis déjà quelques années Jean Derome amène sa famille d’improvisateurs en canot-camping. Après des expéditions aux festivals de jazz d’Ottawa et celui de musique actuelle de Victoriaville, voici enfin le trajet qui se rend jusqu’à chez vous; l’expédition 4 en CD. Le canot-camping sert de tremplin métaphorique à Derome pour entraîner dix musiciens dans une aventure musicale improvisée. Il s’agit d’un véritable jeu de rôle pour musiciens dans lequel la nature à son mot à dire; aussi la température influencera l’expédition. À l’instar de John Zorn et de ces «cards games», notre Dangereux Zhom a comploté un système de soixante signes gestuels qui lui permettent de diriger les musiciens. Et dans toute cette aventure on retrouve, dans une grande cohérence, plusieurs des climats auxquels Derome nous a habitué: ambiances où se mélangent électronique, objets et instruments inventés, improvisation instrumentale délurée, parties composée, décalages (les divers canots allant à des vitesses différentes) et bien sûr des chants et divers bruits buccaux, le tout dans un climat d’humour qui réussit à exorciser l’aridité que pourrait avoir ce genre de démarche. Il en résulte une excursion des plus intéressantes pour le voyageur se passionnant pour l’improvisation sous toutes ses formes. Pour donner le ton, laissez-moi citer deux «choses à savoir», courtes phrases ready-mades que Derome a pêché dans un manuel scolaire chrétien des années 50 pour illustrer son disque: «Ceux qui sont apprivoisés interprètent les signes que nous leur faisons.» - «Le langage des animaux n’est pas très élaboré, mais il suffit à leurs besoins». Et nous n’avons besoin de rien de plus pour prendre hardiment la défense des animaux. À écouter absolument avant la fin du beau temps.

Il en résulte une excursion des plus intéressantes pour le voyageur se passionnant pour l’improvisation sous toutes ses formes.

CD Review

Thierry Lepin, Jazzman, no 84, 1 octobre 2002

Chef de file des musiques actuelles québécoises, Jean Derome poursuit avec Canot-Camping une œuvre de compositeur hors normes. Le saxophoniste et multi-instrumentiste s’entoure ici de >onze canoteurs improvisateurs chevronnés", compagnons de route du label et collectif Ambiances magnétiques (Joane Hétu, Diane Labrosse, Pierre Tanguay, Martin Tétreault) ou interlocuteurs plus récents (Nicolas Caiola, Guillaume Dostaler, Normand Guilbeault, Jean René, Tom Walsh, Rainer Wiens). Une formation hétéroclite où se mêlent instruments acoustiques (piano, violon, trombone…), électriques (guitare, tourne-disques, échantillonneur…) et inventés. De ses expéditions en canot dans le nord du Québec, Jean Derome a ramené le pari un peu fou de traduire en musique un voyage improvisé. Des sections alternées ou superposées sont dirigées par des signes suivant les aléas du parcours: Lac, Vagues, Monter la tente, Popote-vaisselle, Plongeon-baignade, Rapide… A travers le fourmillement des matières sonores, chacun se fait le porte-parole de son propre voyage, construit une trajectoire dont la résonance se veut collective. C’est pourtant ce qui peine à se faire entendre ici. Outre le manque de lisibilité, la direction d’ensemble s’avère confuse pour l’auditeur. Du projet à sa réalisation, manque l’ivresse de la découverte.

…autour des 10 ans du distributeur québécois DAME…

Luc Bouquet, ImproJazz, no 88, 1 août 2002

Canot-camping est encore une drôle d’aventure. Cette fois-ci, Derome emmène avec lui dix acolytes à la découverte des lacs et des rivières du grand nord canadien. Réflexion sur l’improvisation, les dynamiques instrumentales, l’apprivoisement du bruit, cette centième référence du label Ambiances Magnétiques surprend de nouveau; répétitions, perturbations, transgressions, forces et faiblesse, rigidité, sécheresse, flexibilité, tout ici se transforme, se déplace, s’entrechoque dans un joyeux capharnaüm dirigé par le saxophoniste à l’aide d’un langage de signes. Mais laissons à Monsieur Jean le soin de conclure: Ce fut un voyage assez plaisant où nous n’avons pas trop souffert des portages, des insectes, de la pluie ou du vent et où nous avons visité plusieurs grands lacs puissants et calmes sous un ciel parfois couvert.

Review

Luke Martin, Splendid E-Zine, 12 juin 2002

Canot-camping is a rather strange kettle of fish. Its appearance on disc marks the preservation — though I’d imagine not in the ultimate version thereof — of a composition that’s complex, frustrating, and often surprisingly rewarding. Why so? Because it’s akin to John Zorn’s Cobra (and other segments of that composer’s other, earlier work) inasmuch as it relies on a series of gestures to inform players what to play, and when. Some of these are listed in the liner notes — it’s reassuring to note that metal’s favoured devil’s horns gesture is used to symbolize “solo” — though there are over sixty of them available to choose from. So, rather than a set score or “right” way of handling Derome’s ideas, there’s only performance to use as a yardstick: this CD is a record of the fourth canoeing excursion that’d been made, though the piece has since gone through two more iterations.

Derome and the ten musicians under his direction try their damndest to bring the river into your headphones, to make you a part of their canoeing holiday. Largely, they succeed; the tones of the ensemble — winds, two contrabasses, strings, some brass and some self-constructed instruments — are broad enough that you can hear the “nature sounds” that are evoked, without being overly conscious of being able to namecheck the instrument from which they originate. There’s no feeling of avant-jazz chops-for-chops-sake showmanship: everything here sounds naturalistic. From the traffic sounds of the disc’s opener — all honking horns and traffic-jam frustration — to the glistening star-sounds of Lac 3/Constellations and the grunting-muso bestiary of Animaux, you’re there, in the boat, hearing (sometimes literally) the sound of paddle slicing into water. Admittedly, there are times when nothing makes sense — save for the rocking feeling of the music, which manifests itself as an occasional auditory seasickness — but the quality on display here, and the deft touch exhibited by the musicians, is enough to make you push on through the slacker pieces.

Like much loosely-guided improv, there are moments on this disc that’ll try your patience; hard-blown horn farts and moments that are more indicative of pissing about than of a journey by canoe occur occasionally, and frustrate immensely — though thankfully, this is rare, and a mark of the high quality captured here. There are negative aspects to this trip upriver, but the evocative soundscape that’s created by this paddle-carrying troupe is superb.

… the evocative soundscape that’s created by this paddle-carrying troupe is superb.

Lancements

Julie Tassé, SOCAN, Paroles & Musique, no 9:2, 1 juin 2002

C’est sur 21 improvisations que Jean Derome nous entraîne pour une 4e expédition sur la rivière au courant actuel. Impossible d’oublier quoi que ce soit, grâce à l’œuvre Les préparatifs qui nous fait la liste des articles essentiels à une telle expédition. Les canoteurs sont entre autres Joane Hétu, Normand Guilbeault et Diane Labrosse. Jean Derome dirige de main de maître cette aventure musicale des plus originale, au menu plein d’humour (ex. Bébittes, Partie de dominos, Popotte-vaisselle 2).

Critique

Pierre Durr, Revue & Corrigée, no 52, 1 juin 2002

Dans le second enregistrement, Jean Derome convie une dizaine de ses amis du collectif dont Joane Hétu, Diane Labrosse, Martin Tétreault, Tom Walsh, et Pierre Tanguay à l’accompagner dans une expédition en Canot-camping.

Le parcours, les rencontres, les paysages ou tout simplement le quotidien d’une telle expédition - monter la tente, faire la popote, se baigner, se repérer sur une carte… - constituent autant de prétextes à formuler d’autres textures musicales, ouvertes aux initiatives de chaque “randonneur”, dans le cadre d’un itinéraire prévu par le tour-opérateur. Plus que Le magasin de tissu, cette expédition, dont le présent recueil en constitue la quatrième édition (les trois premières furent proposées sur trois scènes: Montréal, Victoriaville et Ottawa), est apte à susciter l’intérêt des auditeurs / randonneurs virtuels, par l’imaginaire qui s’attache à chacune des textures proposées.

Compact!

Catherine Perrey, Ici Montréal, 14 mars 2002

Cette expédition 4 est à parcourir d’une traite. Une musique d’ensemble, interprétee par dix instrumentistes, et, comme c’est toujours le cas avec Jean Derome, une musique dessinée sur mesure. Les amateurs en conviendront, les subtilités de cette activité, tout entière tournée vers les bruits extérieurs, la nature sauvage, décoifferont peut-être les trop citadins d’entre nous, coincés entre l’asphalte et l’humus. Sous le signe de la métaphore. Le tout est de bien se concentrer sur le thème du disque, sinon, on perd le contrat! L’impressionnisme sonore est ici à tout crin, confinant quelque part à l’életroacoustique (comparaison très élastique), et commençant par un inventaire conçu à la mode Perec. 8

L’impressionnisme sonore est ici à tout crin, confinant quelque part à l’életroacoustique… et commençant par un inventaire conçu à la mode Perec.

Pagayer sur les ondes sonores

Alain Brunet, La Presse, 13 mars 2002

Chaque été, Jean Derome se paie immanquablement une semaine de canot-camping avec sa tendre moitié, la saxophoniste Joane Hétu. Sacs en bandoulière, le couple prend l’autobus au terminus Voyageur. Les tourtereaux traversent ainsi les Laurentides et descendent au Domaine du parc de La Vérendrye afin d’y louer une embarcation et y vivre un rituel de quelques jours en pleine nature, sans l’intention de se prendre pour l’explorateur dont le fameux parc national porte le nom. «On se remarie chaque année, on signe pour une autre», blague le compositeur et multi-instrumentiste, à la veille d’une nouvelle expédition. Sonore, cette fois: ce soir et demain à la Cinquième Salle de la Place des Arts, 10 instrumentistes-improvisateurs regroupés sous la bannière Super Musique seront conviés aux cinquième et sixième expéditions de Canot-camping.

«Tout dépend du climat, de la température, de l’humeur des acteurs, explique Jean Derome. C’est donc comme une expédition. En canot-camping, tu es obligé d’inventer sans cesse car tu n’as que peu de moyens pour réagir aux éléments. Tout est toujours sommaire, rien n’est établi. J’y vois beaucoup de rapports avec l’improvisation. «Ce qui est transposé à la musique, ajoute le musicien ce n’est pas tant de reproduire les sons perçus lors des vraies expéditions de canot-camping que les idées qui s’en dégagent -vagues des lacs, courant des rivières, vent, pluie, orages, insectes, etc. Ce qu’on écoute au parc de La Vérendrye n’est, d’ailleurs, pas si riche, c’est pourquoi les pièces improvisées par l’ensemble Super Musique s’avèrent souvent contemplatives.»

Ce qui n’empêche aucunement une variété de climats sonores, assure l’interviewé. Les 11 improvisateurs réunis autour de Jean Derome (le contrebassiste Normand Guilbeault, la claviériste-échantillonneuse Diane Labrosse, le tromboniste Tom Walsh, la saxophoniste Joane Hétu, on en passe) n’essaient pas de reproduire des sons perceptibles dans les Hautes-Laurentides.

«Il ne s’agit pas d’une description sonore, tranche Derome. Toutefois, plusieurs idées de mes voyages en canot-camping me servent d’images. Par exemple, il m’arrive de diviser la formations en parties distinctes; dans chaque «canot», un leader émet une consigne visuelle et déclenche une pulsation qui rappelle le coup d’aviron. Cette métaphore est le point de départ d’un travail de pulsation en déphasage - puisque chaque canot a son rythme propre. «Les idées du canot-camping, donc, sont fertiles pour les improvisateurs. En fait, ce n’est pas tant le canot-camping qui m’intéresse, mais faire en sorte que les musiciens soient stimulés et puissent improviser un matériel riche. Tu peux ainsi faire en sorte que leur jeu se modifie à chaque expédition.»

Encore faut-il distribuer des consignes précises, voire évocatrices. Les Butch Morris, John Zorn et autres Fred Frith ont leurs codes distincts lorsqu’ils mettent en branle ce qu’ils nomment des game pièces, jeux d’improvisation sonore répandus au sein des avant-gardes sonores. Or, puisque les consignes de tels jeux improvisés ne sont pas universelles, chaque leader doit inventer les siennes. Jean Derome y a vu: «Nous nous sommes entendus sur une soixantaine de signes visuels, dont plusieurs s’inspirent du langage des sourds-muets.» Voilà qui ajoute à la dimension visuelle!

On rappellera que la première expédition sonore avait eu lieu en avril 2000 au Théâtre La Chapelle, Jean Derome y était alors artiste en résidence. Puis l’équipée a pagayé sur les ondes sonores au Festival international de musique actuelle de Victoriaville, une autre fois au Festival de jazz d’Ottawa avant d’enregistrer un disque l’automne dernier à la Société Radio-Canada -lancé tout récemment sur l’étiquette Ambiances Magnétiques. Compte-t-on reproduire cette quatrième expédition? Pas du tout, improvisation oblige. «Les expéditions 5 et 6 seront différentes, de garantir Jean Derome. Tout ce qu’on y conservera, ce sont les préparatifs du voyage… qui sont toujours les mêmes lorsque je me rends avec ma blonde au parc de La Vérendrye. Cette approche musicale, en somme, est aussi vaste que le parc lui-même; à chaque représentation, on en explore un coin, on y effectue un trajet différent.»

… une variété de climats sonores…

Critique

Dominique Olivier, La Scena Musicale, no 7:6, 1 mars 2002

L’«instrumentiste-compositeur-chef d’orchestre-improvisateur» Jean Derome nous a habitués à des événements musicaux inusités, et, surtout uniques, débordants d’imagination et de surprises. Mettant à profit l’art du compositeur, la personnalité des musiciens qui l’accompagnent dans ses expérimentations, les aléas du hasard et bien d’autres choses encore, Derome, récipiendaire du Prix Opus 2001 «Rayonnement à l’étranger», nous invite cette fois à une expédition (ou plutôt à deux) en canot-camping.

Présenté à la Cinquième salle de la Place des Arts et produit par SuperMémé, Canot-camping, Expéditions 5 et 6 nous invite à partager un voyage à l’itinéraire imprévisible et soumis aux intempéries avec 11 musiciens improvisateurs membres de l’Ensemble SuperMusique. Les 13 et 14 mars, Jean Derome et ses accompagnateurs parcourront un «réseau de pièces» appelé Canot-camping et que son créateur accepte (un peu malgré lui) de comparer à une courtepointe aux morceaux de dimensions variables. «Il s’agit en fait de plusieurs pièces reliées. Chacune est appelée par une série de gestes qui annoncent les éléments à venir, les sections libres ou la continuation d’une même action. Chaque fois que j’ai repris Canot-camping, l’itinéraire a été différent. Je fais moi-même du canot dans une immense réserve, le parc de La Vérendrye. Il est impossible de tout visiter en une fois. Dans nos expéditions musicales, le pourcentage d’improvisation est à peu près le même que dans un voyage. Ça permet de ne pas rester pris dans une pièce fermée (à comprendre dans les deux sens du terme…)».

«Faire quelque chose d’aussi ouvert avec 11 instrumentistes n’est pas de tout repos, souligne Jean Derome. Il est difficile, lorsque la polyphonie devient très complexe, de suivre les mouvements de chaque musicien. Dans un orchestre symphonique, les musiciens sont nombreux à jouer la même ligne. Ici, la grande complexité ne permet pas toujours d’analyser ce que les autres font. La pièce balise un peu le travail et façonne ce qui se passe». Pour ce faire, Derome et ses complices ont conçu un système de signes, inspirés à la fois du langage de l’improvisation et de celui des sourds-muets. Ce système compte maintenant plus de 60 signes. «Nous avons passé bien des répétitions à simplement apprendre les signes. Maintenant, je peux faire des choses assez intéressantes: m’adresser aux musiciens avec des consignes sur le temps, les pulsations, enfin des choses relativement précises. Ça n’est pas encore suffisamment précis à mon goût, mais nous continuons à développer le système pour qu’il s’accorde à nos besoins.»

Dans ce contexte, Jean Derome assume plus que jamais le rôle de chef d’orchestre, tout en restant un des acteurs sonores importants de l’expédition. «En général, j’essaie de faire des choses qui se passent de chef, parce que j’accepte très difficilement de tourner le dos au public. Dans Canot-camping, je suis un des joueurs, mais je consacre aussi beaucoup de temps à donner les consignes aux autres musiciens.»

Sa quatrième version est celle qui a le plus fait évoluer Canot-camping (après une première dans le cadre d’une Exposition de musique au Théâtre de la Chapelle, une deuxième, au Festival de musique actuelle de Victoriaville et une troisième, au Festival de jazz d’Ottawa). Canot-camping, Expédition 4, le 100e disque à paraître sous étiquette Ambiances magnétiques, sera lancé dans le cadre des concerts Expéditions 5 et 6. «Nous avons accompli en studio un vrai travail de fond», précise Jean Derome, ce qui a fait considérablement évoluer notre musique. «C’est pour moi une approche beaucoup plus abstraite qu’avec les autres productions que j’ai réalisées: il y a eu une recherche profonde sur les textures, les rythmes, le côté aquatique des sonorités et du déroulement. Après Expédition 4, je voulais abandonner le projet. J’étais donc très content que SuperMémé veuille le produire.» Peu optimiste sur l’avenir de Canot-camping en tournée, Jean Derome, à nouveau très motivé par la nouvelle existence de la pièce, rêve maintenant de poursuivre le projet… sur disque. Alors, à bientôt, peut-être, pour d’autres expéditions sonores.

Recent CD’s

James Hale, Coda Magazine, 1 novembre 2001

Like fellow alto player John Zorm, Jean Derome can seem so ubiquitous in his corner of the music scene that it’s difficult to imagine what the music would be without him. For 25 years, Derome has been at the heart of improvised music in Quebec, collaboring with a revolving cast of characters and leading projects that reflect both his own individualistic approach to instrumental expression and culture of his province. Featuring 10 members of his musical circle, his “canoe camping” series is both representative of his distinctive approach and of how his work parrallels Zorn’s. Like Zorn’s “game pieces”, Canot-camping is a highly variable conducted work of collective improvisation. Mirroring the unpredictability of a canoe trip, the work relies on a set of 60 hand gestures and the reactions of improvisers as skilled as bassist Normand Guilbeault, percussionist Pierre Tanguay and trombonist Tom Walsh, all in pursuit of Derome’s key question: “Do we tame noise, or does noise tame us?” From pre-departure parking to a climatic encounter with some rapids, the fourth expedition in Derome’s series combines small instrumental gestures and responses into an evocative adventure.

… series combines small instrumental gestures and responses into an evocative adventure.

Blogue

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.