La boutique des nouvelles musiques

Chants rupestres Bruire

Michel F. Côté dirige Bruire qui est un ensemble à géométrie variable fondé en 1989 et qui est formé cette fois de Michel F. Côté, Jean Derome, Normand Guilbeault et Martin Tétreault. Chants rupestres est un album fort attendu après la parution du dernier il y a déjà six ans, en 1995. C’est également la cinquième production en douze ans de Bruire, ce qui en fait une rareté dont il faut savoir profiter.

Chants rupestres est un clin d’oeil à l’âge de pierre et pourrait être qualifié de musique de grotte. La préhistoire y est librement retranscrite, comme un hommage à nos ancêtres, qui étaient des pionniers en matière musicale. Le quatuor s’inspire de témoignages laissés il y plus de 100 000 ans. Cette interprétation produit de curieux chants de la pierre, du roc, des chants rupestres. Comme une gravure sur un mur de roc, Chants rupestres s’impose à nous, indélébile, laissant sa marque dans le monde de la musique actuelle.

Chants rupestres

Bruire

Michel F Côté

La presse en parle

  • François Couture, actuellecd.com, 16 mars 2004
  • David Turgeon, actuellecd.com, 29 juin 2003
  • Marc Chénard, Coda Magazine, no 307, 1 janvier 2003
    … this musical project not only succeeds in tweaking our imaginations, but also offers a welcome antiddote to the masses of nimble-fingered musical demonstrations heard in every musical style, jazz and free improv included.
  • Julie Tassé, SOCAN, Paroles & Musique, no 9:3, 1 septembre 2002
  • Luc Bouquet, ImproJazz, no 88, 1 août 2002

Le folklore actuel

François Couture, actuellecd.com, 16 mars 2004

Lorsqu’on m’a demandé de plonger dans le catalogue de DAME à la recherche de points d’intersection ou de thèmes récurrents qui esquisseraient des chemins de découvertes, le filon folklorique s’est imposé de lui-même, non seulement par l’importance de la musique traditionnelle dans le développement de la musique actuelle au Québec, mais aussi parce que les disques qui s’y rattachent s’adressent à nous d’une façon qui sera plus immédiate pour certains néophytes.

Cela peut paraître paradoxal, mais folklore et innovation font bon ménage. Quand les artistes avant-gardistes d’une culture cherchent à outrepasser les diktats de l’industrie musicale, ils se tournent souvent vers les racines, les leurs et celles des autres, à la recherche de nouvelles voies à explorer. Les musiques folkloriques cachent souvent des trésors de liberté et d’improvisation. De plus, leur aspect souvent festif rend l’acceptation de nouveaux paramètres (rythmiques, mélodiques, improvisationnels) plus facile. C’est ce qui s’est passé et continue de se passer au Québec. Voici une piste d’écoute en trois temps, trois approches novatrices du folklore chez DAME: les folklores revisité, réinventé et fantasmé.

Folklore revisité

Fin des années 70: le Québec vit un renouveau folklorique grâce à une nouvelle génération de musiciens (on pense à La Bottine Souriante, au Rêve du Diable, à l’Engoulevent). Parmi ces groupes, dont plusieurs endisquent pour la défunte étiquette Tamanoir, se trouve un collectif de jeunes fous, des guitaristes qui pervertissent le reel et le folk par leurs inventions mélodiques et leurs poèmes post-modernes. Conventum compte dans ses rangs André Duchesne et René Lussier, qui co-fonderont le collectif Ambiances Magnétiques un peu plus tard (les deux albums de Conventum, À l’Affût d’un complot et Le Bureau central des utopies, sont malheureusement discontinués).

Au sein d’Ambiances Magnétiques, René Lussier a poursuivi sa relecture de l’histoire musicale du Québec et d’ailleurs. Sa discographie est parsemée de pièces folkloriques remises à nu et à neuf. Dans les trois albums des Granules (avec Jean Derome), il exacerbe son caractère dionysiaque (Le Boudin de Noël sur Soyez vigilants, restez vivants ou encore La Chicaneuse sur Au Royaume du silencieux). Avec Le Trésor de la langue, il s’est tourné vers notre folklore historique, transformant les mots de René Lévesque, du FLQ et des gens de la rue en un nouveau «Cahier de la bonne chanson». Sa récente collaboration avec le guitariste américain Eugene Chadbourne marque un retour aux sources — leur album L’Oasis sur étiquette Victo revisite plusieurs airs traditionnels des deux côtés de la frontière.

Folklore réinventé

Le folklore d’une nation n’est pas qu’un corpus, c’est aussi un état d’esprit, un substrat dont on s’inspire à la recherche d’un nouveau folklore. Plusieurs artistes du catalogue DAME puisent à cette source et réinvente notre folklore (et parfois même celui des autres). Sur La Boulezaille, Pierre Tanguay et Pierre Langevin (eux-mêmes maîtres des musiques traditionnelles européennes dans le groupe Strada) mélangent instruments traditionnels et modernes à la recherche d’un folklore actuel, dépoussiéré du carcan dans lequel aimerait l’enfermer les traditionalistes de tout acabit. Des groupes comme Interférence Sardines et la Fanfare Pourpour donnent à leur pièces originales une forme qui rappelle ici la fougue du violoneux du diable et là la musique des fêtes de rue (la musique du peuple, folklorique par définition). Si sa Musique d’hiver n’a rien de festif, Joane Hétu y redéfinit néanmoins le folklore hivernal québécois, avec beaucoup plus de précision et de force d’évocation que le poème de Nelligan.

Folklore fantasmé

Le folklore réfère à une musique instinctive, créée hors des institutions et de leurs codes, la musique du quotidien, du carnavalesque selon Bakhtine. Et quand on veut sortir du quotidien? Il est toujours possible d’inventer le folklore, de faire de la folklore-fiction. René Lussier et Robert Marcel Lepage établissent leur musique actuelle, mélange d’impro libre à l’européenne et de relents traditionnels, comme le folklore d’un monde futuriste, dernière énigme d’un univers déshumanisé. Même chose chez Les 4 Guitaristes de l’Apocalypso-Bar d’André Duchesne qui incarnent le rock traditionaliste du futur (un futur post-apocalyptique d’ailleurs). Dans le cas des Chants rupestres de Bruire, Michel F Côté et ses acolytes cherchent à travers l’impro libre les traces de la musique folklorique des hommes des cavernes. Si nous sommes maintenant loin des airs faussement naïfs de Conventum, il s’agit encore dans l’esprit d’un retour aux sources primaires de l’expression musicale. Il y a plus d’une façon de swinger la baquèse dans le fond d’la boîte à bois.

Michel F Côté

David Turgeon, actuellecd.com, 29 juin 2003

Alors que nous entamons cette série d’articles sur divers thèmes en rapport avec la musique de notre catalogue, pourquoi ne pas commencer avec le plus difficile à cerner des artistes du collectif Ambiances Magnétiques, le prolifique et éclectique batteur Michel F Côté.

Membre tardif d’Ambiances Magnétiques (il se joignit au groupe en 1988), Côté se plaça lui-même d’emblée en exergue, au sein de groupes à géométrie variable. On put l’entendre pour la première fois dans le premier album de Bruire, Le barman a tort de sourire, une boîte à surprise avec pas moins de 14 musiciens invités. Bruire est le très poétique groupe-projet de Côté, dans le cadre duquel il joue avec les codes de l’avant-garde, de la chanson et de la musique d’ambiance. Cet album inaugura d’ailleurs une trilogie qui se continua de manière toujours plus mature avec Les Fleurs de Léo, pour conclure avec l’inoubliable L’âme de l’objet. Ce voyage en trois étapes nous aura permis d’entendre des collaborateurs tels que Geneviève Letarte, Jerry Snell, René Lussier, Ikue Mori, Claude St-Jean et Jean Derome, tous contribuant à nourrir l’imagination fertile du batteur.

Il fallut plus de six ans pour entendre un nouveau projet de Bruire, celui-là fort différent: Chants rupestres, quatuor d’improvisation avec Jean Derome, Normand Guilbeault et Martin Tétreault. C’est qu’entretemps, Côté s’est adonné à des activités passablement plus… déconstruites. On peut en voir les premières séquelles dans une collaboration avec Diane Labrosse, un CD quelque peu obscur, justement intitulé Duo déconstructiviste. Et si le premier disque (double) de son nouveau projet Klaxon Gueule, Bavards, garde une énergie «rock» très reconnaissable, c’est ce projet qui poussera Côté dans ses retranchements les plus abstraits.

Car le moins que l’on puisse dire, c’est que la sortie de Muets, joli brûlot minimaliste complètement à l’opposé de Bavards, en surprit plus d’un. Il faut dire que ce disque, paru en 1999, était déjà plus en phase avec son époque que le Duo déconstructiviste qui était, en rétrospective, peut-être un peu trop en avance sur son temps. Mais ce changement était également dû à l’évolution esthétique du contrebassiste, Alexandre St-Onge, qui, d’un jeu relativement «classique», se tourna du jour au lendemain à une approche autrement plus conceptuelle de l’instrument. Côté et le guitariste Bernard Falaise le suivirent allègrement dans cette direction. Leur dernier disque en date, Grain (enregistré en compagnie de Sam Shalabi et Christof Migone), confirma cette tendance tout en la poussant plus loin encore dans la sophistication, faisant de cette œuvre l’une des plus abouties du corpus de Côté.

Mais le batteur ne s’arrête pas là et retontit encore là où on ne l’attend pas. Ainsi, avec Éric Bernier et Guy Trifiro, il crée un nouveau groupe, Bob, dont le nouveau disque, Unstable Friends, vient tout juste de paraître. Sous une pochette plutôt déviante et très attrayante se profile une sorte de retour à la «pop» bizarre des débuts de Bruire! On connaît également l’existence, à travers les branches, d’un nouveau projet intitulé Mecca Fixes Clock (on y reconnait en tous cas les initiales du compositeur!) lorgnant davantage vers l’ambient orchestral. Côté reviendrait-il donc à ses premières amours?

S’il est si ardu de dresser un portrait de Michel F Côté musicien, c’est peut-être aussi que son activité s’étend au-delà de la musique comme tel. En effet, il n’est pas rare d’entendre notre protagoniste au théâtre et à l’art performance, notamment en compagnie de Robert Lepage et de Catherine Tardif. Cette face de son travail trouve son écho sur Compil zouave, seul disque édité au nom du compositeur jusqu’à maintenant. Il faut mentionner également que Côté a débuté comme animateur de radio, entre autres à Radio-Canada, et qu’il a également écrit pour la revue Esse.

On peut voir Michel F Côté comme une sorte de baromètre de l’activité du collectif Ambiances Magnétiques à travers les années: aux expérimentations avec la chanson des années 1980 succède l’impro-composition lyrique qui marqua le catalogue AM des années 1990, suivi elle par un type d’improvisation plus extrême, basée sur la présence physique de l’instrument.

Review

Marc Chénard, Coda Magazine, no 307, 1 janvier 2003

The second disc, Chants rupestres, is quite a different proposition, because it is essentially programmaric. The titles of the 15 tracks resemble primitive-looking hieroglyphs and are virtually impossible to reproduce here. To quote the short insert blurb, this is "quartet born of haircovered and primeval sinew; cave music, prehistoric ageless and archaic. Casting our thinking about music back 100,000 years, perhaps to its very birth, to those first true pioneering musical experimenters, our ancestors.

Given much of the debate raging these days about reclaiming musics of the past, one has to commend drummer Michel F. Côte for outdoing everybody in that department, yet one has to wonder if there is some sort of underlying irony also at work in this. In this most unusual project of his group "Bruire", he produces an imaginary primitive music with the help of bassist Normand Guilbeault, reedist Jean Derome (on baritone sax throughout, an appropriate horn to capture the lumbering ways often attributed to our earliest ancestors) and Martin Tétreault (whose turntable playing blends so seamlessly into the whole). As in the first disc reviewed, it’s unlikely that there are compositions worked out in any pre-ordained or notated ways, but there are definite frameworks which allow for collective structuring and individual expression alike. In the 48 minutes of this disc, this musical project not only succeeds in tweaking our imaginations, but also offers a welcome antiddote to the masses of nimble-fingered musical demonstrations heard in every musical style, jazz and free improv included.

… this musical project not only succeeds in tweaking our imaginations, but also offers a welcome antiddote to the masses of nimble-fingered musical demonstrations heard in every musical style, jazz and free improv included.

Lancements

Julie Tassé, SOCAN, Paroles & Musique, no 9:3, 1 septembre 2002

Sons caverneux angoissants et d’avant-garde, voici ce qui ressort du plus récent opus de Bruire, ensemble dirigé par Mlchel F. Côté et réunissant cette fois Jean Derome, Normand Gulibeault et Martin Tétreault. Par ce projet fort audacieux, ces créateurs respectés de la scène de la musique actuelle québécoise rendent hommage aux musiciens de l’âge de pierre. Une démarche musicale intéressante et qui ne laisse personne indifférent.

…autour des 10 ans du distributeur québécois DAME…

Luc Bouquet, ImproJazz, no 88, 1 août 2002

Bruire, formation à geométrie variable dirigée par le batteur Michel F Côté pose ici une question passionnante: qu’a pu être l’art musical de la préhistoire? Comme il est fort peu probable qu’un archéologue retrouve enfoui au fin fond d’une grotte un DAT ou un Mini-Disc enregistré il y a 100 000 ans lors d’un concert privé, I’imaginaire musicaI peut s’exer er ici sans retenue. Les improvisations ne portent pas de titre ou de numéro mais représentent des signes préhistoriques que les musiciens ont pour charge de commenter. Nulle improvisation primitive ou scénario grottesque ici (quoique la réverbération sombre de certaines plages nous transporte en plein cœur d’un abri de l’âge de pierre.) mais une improvisation qui prend le temps de, s’installer entre silence et chaos orchestral. Ecartèlemen ts, martèlements rythmiques, barbare baryton, Summertime et Evidence (celui de Monk auquel Jean Derome rend dommage au sein du trio Evidence) suggères ici et là (plages 7 & 14), frayeurs et joies ancestrales, cris lointains, autant de preuves et de témoignages imaginaires à saisir. Pochette cartonnée soignée (plusieurs versions proposées) avec signes, dessins et fins collages végétaux. Bruire ou l’art de la grotte bien temperée.

Blogue

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.