La boutique des nouvelles musiques

Musique d’hiver Joane Hétu

Cet article est aussi inclus dans le coffret Tryptique musique d’hiver (AM 904).

Récente parution de la prolifique Joane Hétu, «Musique d’hiver» est une pièce qui rend hommage aux vents noroîts frisquets, à la luminosité étincelante de l’hiver, à la lune de février et à l’ennui et la folie de mars, pour laisser transparaître l’effervescence émotionnelle de l’hiver.

Pièce de 66 minutes en quatre tableaux; La chute, On se les gèle, Lumière de février, J’ai perdu le nord, «Musique d’hiver» est orchestrée pour instruments acoustiques: piano, voix, flûtes, saxophone alto, accordéon, percussions et instruments électriques: synthétiseur, échantillonneur et manipulateur de cassettes.

C’est une invitation à une cérémonie musicale pour une saison de frimas et de grands vents; dépouillement, lumière blanche, lenteur, silence, bruit blanc. Une pièce au caractère méditatif, texturé d’espace et de son aigü, minale dans son allocution et riche dans ses sonorités qui marie la composition; thèmes, structures harmoniques, formes et l’improvisation; sons d’ambiances, textures sonores, libre interprétation, le tout dans un climat de sobriété et d’élégance.

Vous serez charmé par la fraîcheur de cette poésie hivernale et par ce tableau pittoresque pigmenté de sonorités acoustiques et métaphoriques.

Musique d’hiver

Joane Hétu

La presse en parle

Le folklore actuel

François Couture, actuellecd.com, 16 mars 2004

Lorsqu’on m’a demandé de plonger dans le catalogue de DAME à la recherche de points d’intersection ou de thèmes récurrents qui esquisseraient des chemins de découvertes, le filon folklorique s’est imposé de lui-même, non seulement par l’importance de la musique traditionnelle dans le développement de la musique actuelle au Québec, mais aussi parce que les disques qui s’y rattachent s’adressent à nous d’une façon qui sera plus immédiate pour certains néophytes.

Cela peut paraître paradoxal, mais folklore et innovation font bon ménage. Quand les artistes avant-gardistes d’une culture cherchent à outrepasser les diktats de l’industrie musicale, ils se tournent souvent vers les racines, les leurs et celles des autres, à la recherche de nouvelles voies à explorer. Les musiques folkloriques cachent souvent des trésors de liberté et d’improvisation. De plus, leur aspect souvent festif rend l’acceptation de nouveaux paramètres (rythmiques, mélodiques, improvisationnels) plus facile. C’est ce qui s’est passé et continue de se passer au Québec. Voici une piste d’écoute en trois temps, trois approches novatrices du folklore chez DAME: les folklores revisité, réinventé et fantasmé.

Folklore revisité

Fin des années 70: le Québec vit un renouveau folklorique grâce à une nouvelle génération de musiciens (on pense à La Bottine Souriante, au Rêve du Diable, à l’Engoulevent). Parmi ces groupes, dont plusieurs endisquent pour la défunte étiquette Tamanoir, se trouve un collectif de jeunes fous, des guitaristes qui pervertissent le reel et le folk par leurs inventions mélodiques et leurs poèmes post-modernes. Conventum compte dans ses rangs André Duchesne et René Lussier, qui co-fonderont le collectif Ambiances Magnétiques un peu plus tard (les deux albums de Conventum, À l’Affût d’un complot et Le Bureau central des utopies, sont malheureusement discontinués).

Au sein d’Ambiances Magnétiques, René Lussier a poursuivi sa relecture de l’histoire musicale du Québec et d’ailleurs. Sa discographie est parsemée de pièces folkloriques remises à nu et à neuf. Dans les trois albums des Granules (avec Jean Derome), il exacerbe son caractère dionysiaque (Le Boudin de Noël sur Soyez vigilants, restez vivants ou encore La Chicaneuse sur Au Royaume du silencieux). Avec Le Trésor de la langue, il s’est tourné vers notre folklore historique, transformant les mots de René Lévesque, du FLQ et des gens de la rue en un nouveau «Cahier de la bonne chanson». Sa récente collaboration avec le guitariste américain Eugene Chadbourne marque un retour aux sources — leur album L’Oasis sur étiquette Victo revisite plusieurs airs traditionnels des deux côtés de la frontière.

Folklore réinventé

Le folklore d’une nation n’est pas qu’un corpus, c’est aussi un état d’esprit, un substrat dont on s’inspire à la recherche d’un nouveau folklore. Plusieurs artistes du catalogue DAME puisent à cette source et réinvente notre folklore (et parfois même celui des autres). Sur La Boulezaille, Pierre Tanguay et Pierre Langevin (eux-mêmes maîtres des musiques traditionnelles européennes dans le groupe Strada) mélangent instruments traditionnels et modernes à la recherche d’un folklore actuel, dépoussiéré du carcan dans lequel aimerait l’enfermer les traditionalistes de tout acabit. Des groupes comme Interférence Sardines et la Fanfare Pourpour donnent à leur pièces originales une forme qui rappelle ici la fougue du violoneux du diable et là la musique des fêtes de rue (la musique du peuple, folklorique par définition). Si sa Musique d’hiver n’a rien de festif, Joane Hétu y redéfinit néanmoins le folklore hivernal québécois, avec beaucoup plus de précision et de force d’évocation que le poème de Nelligan.

Folklore fantasmé

Le folklore réfère à une musique instinctive, créée hors des institutions et de leurs codes, la musique du quotidien, du carnavalesque selon Bakhtine. Et quand on veut sortir du quotidien? Il est toujours possible d’inventer le folklore, de faire de la folklore-fiction. René Lussier et Robert Marcel Lepage établissent leur musique actuelle, mélange d’impro libre à l’européenne et de relents traditionnels, comme le folklore d’un monde futuriste, dernière énigme d’un univers déshumanisé. Même chose chez Les 4 Guitaristes de l’Apocalypso-Bar d’André Duchesne qui incarnent le rock traditionaliste du futur (un futur post-apocalyptique d’ailleurs). Dans le cas des Chants rupestres de Bruire, Michel F Côté et ses acolytes cherchent à travers l’impro libre les traces de la musique folklorique des hommes des cavernes. Si nous sommes maintenant loin des airs faussement naïfs de Conventum, il s’agit encore dans l’esprit d’un retour aux sources primaires de l’expression musicale. Il y a plus d’une façon de swinger la baquèse dans le fond d’la boîte à bois.

Les Poules et la basse-cour

François Couture, actuellecd.com, 16 septembre 2003

À l’exception de la pop sirupeuse, tous les genres musicaux sont dominés par le mâle. Qu’il grogne dans le micro, gratte sa guitare ou s’époumone au saxo, l’homme s’accapare l’image du musicien, autant dans le rock des multinationales que sur la scène des musiques actuelles. Quand la femme s’aventure dans le domaine, elle est souvent réduite à adopter les formules toutes faites de l’industrie.

C’est pourquoi il est étonnant de trouver au sein du catalogue de DAME autant de femmes à la démarche artistique novatrice. C’est que dès ses premières années, le collectif Ambiances Magnétiques a accueilli trois créatrices dont l’activité musicale, la force organisationnelle et la forte tête ont servi de pôle d’attraction. Je parle bien sûr de Joane Hétu, Diane Labrosse et Danielle Palardy Roger.

Nos trois protagonistes se sont connues au tournant des années 80 dans Wondeur Brass et ont poursuivi leur association dans Les Poules et Justine. Big band anarco-féministe à ses débuts, Wondeur Brass a servi de laboratoire à Joane, Diane et Danielle qui y ont fait leurs premières armes (Joane, autodidacte, y a littéralement appris la musique). Leur mélange de poésie moderne, de free jazz et de rock-in-opposition est déjà au centre du long-jeu Ravir. Du sextet du premier album, on passe au quatuor avec la bassiste Marie Trudeau pour Simoneda, reine des esclaves. Cette formation prend bientôt le nom de Justine pour trois autres disques (La légende de la pluie, créditée au nom de chaque musicienne, peut être abordée comme une collaboration entre Justine, Zeena Parkins et Tenko) au cours desquels le discours féministe est graduellement sublimé et laisse place à une fantaisie croissante qui connaît son apogée sur le phénoménal Langages fantastiques.

Dès la sortie de Langages fantastiques, les trois filles se consacrent à leurs carrières individuelles. Chanteuse et saxophoniste, Joane Hétu insuffle à sa musique un émerveillement langagier et une interprétation mal dégrossie qui se rapproche de l’outsider art. Elle a d’abord mis sur pied son propre groupe, Castor et compagnie (avec Diane Labrosse, Jean Derome et Pierre Tanguay), qui a commis deux albums de chansons sensuelles et tordues en filiation directe avec Justine. Par la suite elle s’est tournée vers l’improvisation, d’abord avec son compagnon Jean Derome dans le duo Nous perçons les oreilles, puis en solo avec Seule dans les chants, d’une intimité intense. Elle a récemment prouvé ses talents dans la composition à grand déploiement avec le magistral Musique d’hiver.

Vers la fin de Justine, Diane Labrosse a délaissé le clavier pour lui préférer l’échantillonneur. Après un album solo, Face cachée des choses, un disque en duo avec le percussioniste Michel F Côté (Duo déconstructiviste) et une participation à son groupe Bruire (sur Les Fleurs de Léo), elle a tâté de la composition pour ensemble d’improvisateurs (Petit traité de sagesse pratique) avant de se consacrer corps et âme à l’improvisation. Parasites, avec Martin Tétreault, et Télépathie, en compagnie d’Aimé Dontigny, démontrent qu’il est possible de manier l’échantillonneur avec grâce et sensibilité.

Depuis la dissolution de Justine, la discographie de Danielle Palardy Roger progresse à petits pas (c’est qu’elle est très occupée par la direction des Productions SuperMusique). Son conte pour enfants L’oreille enflée (avec les voix et les instruments de Derome, Hétu et André Duchesne, entre autres) s’adresse au jeune public avec une rare intelligence. Et Tricotage, sa rencontre improvisée avec la contrebassiste française Joëlle Léandre, documente la finesse de son jeu de batterie.

En 1986, Joane, Diane et Danielle avaient pris un congé de Wondeur Brass pour explorer les limites de la chanson pop sous le nom Les Poules (Contes de l’amère loi, fraîchement réédité). Dernièrement, elles ont repris le collier du trio, poussant cette fois dans l’improvisation riche en textures subtiles, qui marie bruitisme, écoute et lyrisme. Prairie orange marque ce retour attendu à un travail collectif.

La présence de ces trois créatrices au sein d’Ambiances Magnétiques a attiré l’attention de quelques artistes aux intérêts similaires. Première autre femme à joindre l’écurie, Geneviève Letarte a produit deux superbes albums de chansons poétiques (Vous seriez un ange et Chansons d’un jour). Dernièrement, le catalogue de DAME a accueilli la performeuse Nathalie Derome, la guitariste Sylvie Chenard, la pianiste Pui Ming Lee, ainsi que Lori Freedman et Marilyn Lerner du duo Queen Mab, qui nous ont chacune donné un album solo (respectivement: À un moment donné et Luminance).

La musique actuelle, un monde de gars? Suivez ces quelques pistes, vous verrez bien.

Review

Jim Barker, Rubberneck, 23 septembre 2002

More interesting noises from the excellent French Canadian label, Ambiances Magnétiques, this time a concept album about winter. Each of the four tracks is intended to represent one of the four months of winter (December to March) and all the various guises of cold, ice, snow, social interaction, isolation and visual imagery that this entails. The usual crew of the AM company are here with Joane Hétu: Pierre Tanguay, Jean Derome, Diane Labrosse and Guillaume Dostaler, and the music is both accomplished and imaginative. The group really do move through every possible aspect of winter, at times engaging in a Satie-like sense of melancholy isolation, which reminds me of that Scandinavian feeling known as ‘Heikko valo’, which means ‘weak light’. That early morning/late night transition from day to night and back again that never quite gets there, never gets dark enough. There are also elements of folk dancing, fairgrounds, children at play, and wrapped up families trudging through brightly lit snowscapes. This snow is fun too. Moments of isolated anguish are broken by a bunch of giggling children shooting across your path. The French vocalising is strange to non-Canuck ears, adding a misleading European slant to the North American feeling. Luckily, the vocals are imaginative and not intrusive like so many other CDs that would be perfectly fine if people didn’t feel the need to stick poetry all over them. These are song moments in large pieces, and they work fine. This CD really covers every aspect of winter in Canada, from the cheerful harshness of the daylight or the majestic power of a mighty landscape to the deceptive warmth of the deadly cold and the true warmth of hearth and kin. File under Baked Alaska.

… at times engaging in a Satie-like sense of melancholy isolation…

Review

Geert De Decker, Sztuka Fabryka, 1 janvier 2002

Joane Hétu (alto saxophone & vocals) is assisted with 4 other musicians who plays several instruments. This resulted in a very intimate CD. The music is a combination of improvisation music and contemporary classical music. The large compositions are build on tunes and melodies repeated several times, with in between short interruptions of sounds. All in such a tranquillity that it becomes almost immortal music from past ages with a dada attitude. The piano and the vocals are the main instruments which gives to the music its atmosphere. In the enclosed booklet you find the text of the vocals. Vocals in French language which fits very carefully with the music highlighted with the same intimate atmosphere as the music is.

… such a tranquillity that it becomes almost immortal music from past ages with a dada attitude.

Disques

Pierre Durr, Revue & Corrigée, no 49, 1 septembre 2001

Joane Hétu nous avait plutôt habitués à des pièces fortement expressives, tant par le travail instrumental que par les textes et chants. Sans renier tous les aspects de cet expressionnisme (contenus surtout dans les textes), Musique d’hiver use aussi de touches plutôt impressionnistes, en particulier les deux premières pièces La chute et On s’les gèle. Avec leurs sonorités suggestives, les timbres colorés et variés des différents instruments, Joane Hétu et ses partenaires créent, tel un Signac abandonnant ses paysages maritimes, un quadriptyque d’espaces hivernaux marqués aussi bien par la rigueur du climat que par la chaleur des rapports humains.

… espaces hivernaux marqués aussi bien par la rigueur du climat que par la chaleur des rapports humains.

Reviews

Noah Wane, Splendid E-Zine, 13 août 2001

Musique d’hiver (winter music) is an evocative four-movement work intended to portray various aspects of the coldest season of the year. It is imaginative stuff, more delicate than Ms. Hétu’s usual spastic fare. The music is made by a small group of musicians playing a bevy of instruments (among them accordion, saxophone, Jew’s harp, prepared piano, foot tapping and "soundscapes"), with Hétu covering sax and vocals. Her vocal style is as affected and mannered as ever, consisting of growls, whistles, shivering, screeching etc — bel canto it is not! In the context of this piece, she controls herself pretty well, though, which allows the music to take on a magical, ethereal quality more fitting its theme than would be, say, monkeys squabbling over scraps of food. I haven’t been overly fond of some of Joane Hétu’s past work, but Musique d’hiver is just restrained enough and moody enough to win me over.

Musique d’hiver is just restrained enough and moody enough to win me over.

Lancements

Julie Tassé, SOCAN, Paroles & Musique, no 8:2, 1 juin 2001

Les Scandinaves ont leur étiquette de Jazz ECM pour rendre hommage à l’hiver, ici nous avons Joane Hétu avec Musique d’hiver. Son plus récent album présente une seule pièce comprenant quatre mouvements (La chute, On s’les gèles, Lumière de février, Perdu l’nord). Joane Hétu s’y est entourée d’excellents collaborateurs qui ont fait la marque de l’étiquette Ambiances Magnétiques, soit Jean Derome, Pierre Tanguay et Guillaume Dostaler. Des compositions signées Joane Hétu qui nous rappellent les rafales de neige, entremêlées de sa poésie hivernale, à déguster maintenant qu’il fait chaud.

… à déguster maintenant qu’il fait chaud.

Review

François Couture, AllMusic, 1 mars 2001

This album stands aside in Joane Hétu’s discography. Even though the lineup is similar to the one in her avant rock group Castor et Compagnie (Jean Derome, Diane Labrosse, Pierre Tanguay, plus Guillaume Dostaler), Musique d’hiver (Winter Music) showcases a very different approach. Pianist Dostaler was brought in so that usual samplist/keyboardist Diane Labrosse could concentrate exclusively on her accordion. Alto saxophone (both by Hétu and Derome), flute (Derome), percussion (Tanguay), vocals (Hétu), and various tapes (situational recordings) complete the all-acoustic instrumentation. Musique d’hiver is a cycle of four pieces, one for each month from December to March, each about 16 minutes in duration. They are delicately crafted, slow-paced compositions for improvisers and include short sections with lyrics in the middle. Themes and melodies are spartan, slow, and reminiscent of Phillip Glass, and mostly played on flute and/or accordion. The atmosphere of snow, ice, and cold always remains tangible. La chute ("The Fall") opens on a light, serene cascading motif announcing the arrival of winter, while Perdu l’nord ("Lost the Way") is the craziest piece, with themes running into each other and free improvisation taking more room, picturing the relentlessness of one’s soul as spring (and with it deliverance) approaches. The maturity found in Musique d’hiver recalls the softer passages on Mets ta langue, Hétu’s second CD with Castor et Compagnie. But here her approach takes a whole new dimension as she eludes any extremes, taking the listener on a one-hour trip into Québécois winter, music that oscillates between sound art, minimalist songwriting, and composition for improvisers. Strikingly beautiful, this CD could very well become Joane Hétu’s finest hour. The booklet includes English translations of the lyrics. Very strongly recommended.

Strikingly beautiful, this CD could very well become Joane Hétu’s finest hour

Critique

Francine Charrette, Club-culture, 1 mars 2001

Voilà certainement un album pour les initiés. Joane Hétu nous présente une œuvre poétique sur le thème de l’hiver. Une poésie musicale hivernale sans parole, un tableau pittoresque pigmenté de sonorités acoustiques et métaphoriques. Une musique actuelle explorative. Une pièce en quatre mouvements qui rend hommage aux vents du nordet, les bourrasques de neige, la luminosité étincelante de l’hiver, la lune cristalline de février, les grands froids, l’ennui et la folie de mars, pour laisser transparaître l’effervescence émotionnelle de l’hiver.

Elle s’est entourée de Jean Derome au saxophone alto, flûtes, ambiances sonores, voix; Guillaume Dostaler au piano; Diane Labrosse à l’accordéon et voix; Pierre Tanguay à la batterie, guimbarde, pieds et voix.

Ce n’est certainement pas une musique aux harmoniques traditionnelles et aux constructions mélodiques auxquelles nous sommes quotidiennement conviées. L’univers sonore et musical de Joane Hétu provoque, suggère des ambiances, des couleurs et des sentiments. Dissonances, explosions, sons, amalgame complexe. Voilà ce que vous propose Musique d’hiver.

Bonne écoute!

Dissonances, explosions, sons, amalgame complexe.

Ambiances magnétiques:triple lancement!

Nicolas Tittley, Voir, no 728, 22 février 2001

L’infatigable Joane Hétu, l’une des artistes les plus productive d’un label qu’elle doit aussi gérer, présentera quant à elle Musiques d’hiver, une œuvre pour cinq musiciens (Hétu, Derome, Dostaler, Labrosse, Tanguay) qui avait été présentée il y a un an au Centre Calixa-Lavallée. Au programme: un paysage de vents frisquets, crissements de neige et craquements de glace. Madame Hétu est aussi une grande voyageuse, puisque Nous perçons les oreilles, le duo qu’elle forme avec Jean Derome, se rendra en Australie dans quelques semaines.

Au programme: un paysage de vents frisquets, crissements de neige et craquements de glace.

Musique d’hiver entre deux bordées

Alain Brunet, La Presse, 17 février 2000

On vous l’a déjà dit, les Productions Super-Mémé roulent cette année sur des quatre saisons. Les Musiques d’automne ont été un franc succès au Centre culturel Calixa-Lavallée, on enchaîne ce soir et demain avec Musique d’hiver, gracieuseté de Joane Hétu.

«Craquement et sifflements. Tempête, souffles et froidures, dépouillement, lumière blanche, lenteur, silence, bruit blanc. Cérémonie musicale pour une saison de frimas et de grands vents», annonce le communiqué. Le Canal Météo confirme, Joane Hétu ne pouvait mieux tomber: deux tempêtes ont précédé ses concerts, une autre bordée risque de leur succéder.

Musique d’hiver est une pièce comportant quatre mouvements: La Chute évoque la première chute de neige de l’année, On se les gèle est un tableau de froid et de vent, Lumière de février s’inspire du blanc resplendissant et du bleu métallique qui illuminent nos paysages d’hiver, Perdu le nord se veut l’expression sonore de cette perte d’énergie, voire cette déprime généralisée au terme de la saison froide.

«J’ai choisi une instrumentation acoustique pour une une musique très épurée»! amorce Joane Hétu. «Les mélodies y sont simples, les rythmes y sont lents, j’y greffe des matières sonores étonnantes et des paroles assez directes.» Joane Hétu jouera du sax alto et chantera, Jean Derome jouera les flûtes (alto, basse et piccolo), Guillaume Dostaler s’occupera du piano, Diane Labrosse de l’accordéon, Pierre Tanguay des percussions.

Il y aura peu d’improvisation au menu de Musique d’hiver. «Mes partitions, dit la musicienne, ne comportent peut-être pas les nuances qu’on retrouve dans la musique contemporaine; elles sont plus simples mais elles s’appuient sur des interprètes avec qui je travaille depuis longtemps, dont je sais exactement le jeu et les possibilités. Ma musique repose sur des artistes qui connaissent ma musique et qui savent en faire quelque chose.»

Autodidacte, Joane Hétu a construit son affaire lentement. Au fil des ans, au fil de Wondeur Brass, Les Poules, Justine, Nous Perçons les oreilles, Castor et compagnie, elle a fait sa petite bonne femme de chemin pour atteindre une certaine maturité.

Progression

«J’ai l’étrange impression de toujours recomposer la même affaire, avec chaque fois un peu plus de maîtrise, une meilleure connaissance du médium. J’arrive de mieux en mieux à faire passer ce que j’entends dans ma tête. «Ma progression n’est pas rapide, admet-elle néanmoins. J’ai de plus en plus confiance en moi mais je n’ai pas encore le sentiment d’avoir atteint ma vitesse de croisière. Mais je suis fière de Musique d’hiver qui, je crois, est la plus achevée de mes pièces.»

Joane Hétu présente Musique d’hiver

Manon Guilbert, Le Journal de Montréal, 17 février 2000

Année après année, les productions SuperMémé défendent leurs visions de la musique actuelle. Un nouveau projet, Les Saisons, se poursuit avec Musique d’hiver les 17 et 18 février.

Joane Hétu signe cette œuvre en quatre mouvements. Elle y décrit le dépouillement, la lumière blanche, la lenteur, le silence, le bruit blanc inhérents à cette saison nordique.

Depuis plus d’un an, Joane Hétu avait cette musique en tête. Elle a passé plusieurs mois à composer la pièce. «J’avais besoin de ce nouveau défi, explique-t-elle lors d’un entretien téléphonique. Mon écriture s’est améliorée. c’est tout à fait cette pièce que j’entendais. En 70 minutes, quatre blocs sont développés. La Chute. On se les gèle. Lumière de février et Perdu le nord, dans cette musicale description de l’hiver.»

Cette œuvre sera interprétée par Joane Hétu elle-même, Jean Derome, Guillaume Dostaler, Diane Labrosse et Pierre Tanguay au Centre culturel Calixa-Lavallée au cœur du parc Lafontaine. On y accueillera les gens à compter de l9h avant chaque concert. Un feu de foyer extérieur y sera allumé sur le parvis.

En première partie, trois D. J. feront une démonstration de «platinage artistique». «Nous courons certains risques, commente Joane Hétu. Notre musique ne suit pas les mêmes règles que la musique populaire. On travaille à développer le public.»

La semaine prochaine, quelques jours après les exécutions publiques de l’œuvre, les musiciens entreront en studio, profitant du momentum, à Radio-Canada, pour l’enregistrement de Musique d’hiver.

Tempête de sons

NM, Montréal Campus, no 10:11, 9 février 2000

En deuxième partie sera créée Musique d’hiver, une œuvre de Joane Hétu pour voix et instruments acoustiques: saxophone, flûtes, piano, accordéon et batterie. Joane Hétu, Jean Derome, Guillaume Dostaler, Diane Labrosse et Pierre Tanguay sont tous des artistes éclectiques, actifs et reconnus sur la scène de la musique actuelle, qui ont trempé dans les milieux de la danse, du théâtre et du cinéma. Un feu de foyer extérieur sera allumé chaque soir, avant le début du concert et à l’entracte. Chaleur en perspective pour musique de froidure.

Autres textes

Euro-Rock Press no 12, Informator “Ars” 2 no 31, KindaMuzik, Le Devoir

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.