La boutique des nouvelles musiques

Riel, Plaidoyer musical / Musical Plea Normand Guilbeault

C’est à la veille du 114ième anniversaire commémoratif de la pendaison du leader Métis franco-manitobain Louis Riel à Régina le 16 novembre 1885, que le contrebassiste Normand Guilbeault a lancé son album double Riel Plaidoyer musical / Musical Plea enregistré en février dernier au Lion d’Or à Montréal. Fruit de quatre années de recherches assidues, Riel Plaidoyer musical / Musical Plea jette un nouvel éclairage sur l’un des épisodes les plus obscurs et les plus controversés de l’histoire canadienne; celui de Louis Riel, injustement accusé et reconnu coupable de haute trahison par le gouvernement de Sir John A. MacDonald, pour avoir dirigé le soulèvement des Métis qui contestaient que les Territoires du Nord-Ouest deviennent la propriété exclusive et absolue des colons blancs.

Un livret de 72 pages accompagne le disque et comprend des photos d’archives et des textes d’époque en français, anglais de Louis Riel, de Gabriel Dumont, chef des armées métisses, de Louis Schmidt, premier secrétaire de Riel et du Père André qui a assisté Riel lors de sa dernière nuit.

Avec Riel Plaidoyer musical / Musical Plea, Normand Guilbeault et son grand ensemble, formé de musiciens remarquables nous convient donc à découvrir une fresque historique et musicale aux confins des terres manitobaines. Compositions originales, chants autochtones, gigues, reels, chansons d’époque, marches militaires et improvisations forment le tissu métissé de cette vibrante œuvre «poélitique». Musique, chants, textes poétiques et politiques s’expriment sans compromis, étonnent et ravissent.

Riel, Plaidoyer musical / Musical Plea

Normand Guilbeault

Quelques articles recommandés

La presse en parle

  • Luc Bouquet, ImproJazz, no 67, 1 juillet 2000
  • IS, Pasazer, no 14, 1 juin 2000
  • Noah Wane, Splendid E-Zine, 27 mars 2000
    Guilbeault’s musical style owes a great deal to jazz, and I noticed more than a fleeting similarity to Mingus. […] a finely crafted musical drama.
  • Mike Chamberlain, Hour, 27 janvier 2000
  • François Couture, CFLX 95.5 FM, 28 décembre 1999
    Recommandé.
  • Chris Blackford, The Wire, no 190, 1 décembre 1999
  • Alain Brunet, La Presse, 27 novembre 1999
    Il s’agit là de la plus vibrante et plus accomplie des musiques jamais composées par Guilbeault…
  • Catherine Perrey, Ici Montréal, 23 novembre 1999
    Un remarquable travail d’arrangements musicaux… 8,5 sur 10

Critique

Luc Bouquet, ImproJazz, no 67, 1 juillet 2000

Jusqu’à aujourd’hui, le nom de Louis Riel m’était tolalement inconnu. Le contrebassiste Norman Guilbeault a choisi de réhabiliter ce poète, écrivain, chef politique, défenseur des Métis canadiens et héros national. Me méfiant comme de la peste de ces derniers, on peut se demander qui était vraiment ce Monsieur Riel. Poète? Humaniste? Visionnaire? Mystique? Je me contenterai donc de jouer ce qui ici doit l’être, à savoir un énorme travail de recherche mené par le contrebassiste-historien et la grande cohésion musicale d’un projet abouti et pas pompeux pour un sou. On suit ce concert donné en février 1999 à Montréal, le livret entre les mains, essayant de s’y retrouver quelque peu au milieu de ces histoires d’arpenéeurs, de bataille du lac aux canards et de victoire de l’anse aux poissons. Musique toujours passionnante, rien ne nous interdit de plus encore nous intéresser à ces quelques faits politiques, essentiels de l’histoire du Canada. On l’aura compris, avec ces trois productions, l’été sera magnétique ou ne sera pas.

Review

IS, Pasazer, no 14, 1 juin 2000

Review

Noah Wane, Splendid E-Zine, 27 mars 2000

Let me state from the outset that I’m no expert on Canadian history! The whole Louis Riel affair memorialized in Normand Guilbeault’s musical drama was entirely unknown to me before I spun these two CDs, so I won’t attempt to comment on the political implications of the putting-down by English-speakers of an uprising of Franco-Manitoban Métis led by Riel in the late part of the 19th Century. Suffice it to say that the story is told from the Francophone point of view, and that the English-speakers are presented as lying, hypocritical imperialists while Riel is seen as a prophet leading his people to freedom. With good and evil so clearly defined, a rousing drama ensues. Musical Plea is essentially an instrumental work with bilingual (French/English) narration. The narration is mostly spoken, though sometimes shouted, and is drawn principally from historical documents. Occasionally a period hymn or anthem is performed. There is also a liberal sprinkling of spontaneous battle cries, whoops and hollers.

Guilbeault’s musical style owes a great deal to jazz, and I noticed more than a fleeting similarity to Mingus. Like Mingus’ more ambitious compositions, Musical Plea is at once innocent and world-stained, joyous and tragic. Sometimes it lurches along, while at other times it soars. Its substance consists of American Indian chants, gigues, reels, military marches and anthems woven together with long threads of improvisatory material. This interplay between the historical and spontaneous results in a kind of souped-up snapshot of the past — as if documentary and commentary had become one. The dramatic climax of the work comes as Louis Riel is hanged for treason, and the music comes abruptly to a halt with narration in mid-sentence. The effect is chilling indeed! Unfortunately, the schmaltzy pop ballad that follows weakens this impact. Ignore that track and I can recommend Musical Plea as a finely crafted musical drama.

Guilbeault’s musical style owes a great deal to jazz, and I noticed more than a fleeting similarity to Mingus. […] a finely crafted musical drama.

Review

Mike Chamberlain, Hour, 27 janvier 2000

A monumental undertaking requiring four years of research, Montréal bassist/composer Normand Guilbeault’s Riel debuted at Victoriaville in 1998 and played again at the Lion d’Or in February 1999, where it was recorded. Packaged beautifully, with an informative 72-page booklet, this is top shelf all around. A large cast of Montréal’s best musicians Jean Derome, Pierre Tanguay, Tom Walsh, Jean René, Mathieu Bélanger, Bob Olivier and others) tells the story of the doomed and damned Metis leader, mixing Scottish and French reels and jigs, native and Metis songs, Orangemen chants, and improvisations in a passionate tour de force that is stimulating both as musical event and history lesson. 4/5

Délire actuel: Critique

François Couture, CFLX 95.5 FM, 28 décembre 1999

La pendaison de Louis Riel par les autorités canadiennes à la fin du XIXe siècle raisonne encore dans l’imaginaire collectif québécois. Le contrebassiste Normand Guilbeault offre avec Riel: Plaidoyer musical un drame musical qui cherche à réhabiliter ce personnage historique. Traître ou héros? L’analyse historique de Guilbeault est très bien documentée et constitue une synthèse du dossier proche de la réalité, sans magnifier le personnage outre mesure. Musicalement, Guilbeault entremêle improvisation dirigée et musiques traditionnelles québécoises, irlandaises et métis, le tout étant lié par des narrations de François Gourd et de Bob Olivier qui reconstituent les événements marquants de la vie de Riel. L’enregistrment fait au Lion d’Or à Montréal en février 1999 est supérieur au spectacle présenté en première au FIMAV 98. Certaines longueurs demeurent néanmoins et l’aspect grandiose de la présentation scénique se trouve atrophié sur disque et parfois transformé en pathos. Il s’agit tout de même d’un disque accessible et le livret de 72 pages (français et anglais) éclaire l’auditeur sur les différents aspects du «dossier Riel». Recommandé.

Recommandé.

Soundcheck Review

Chris Blackford, The Wire, no 190, 1 décembre 1999

Louis Riel (1844-1885) is one of the most controversial figures in Canadian history, regarded by some as a hero, by others, a traitor. In January 1869 the Hudson Bay Company sold most of its land in the north-west to the Canadian government without regard for the territorial rights of the resident, French-speaking, half-breed Métis, who appealed to the well-educated Métis, Louis Riel, to lead them in their struggle. As secretary of the Métis movement, Riel organised blockades against government surveyors and was instrumental in the formation of a provisional government for the Métis of which he became president. The problem soon escalated into armed conflict. Normand Guilbeault’s Riel/Musical Plea dramatises these Métis uprisings in Manitoba (1869-70) and Saskatchewan (1885), culminating in the trial and execution of Riel in 1885. Guilbeault’s position is pro-Riel and he offers this nearly two-hour work as a “fair tribute to this national hero, unjustly accused of high treason.”

A patchwork of styles, including rousing native chants, French-Canadian songs, military marching themes, jazz and free improvisation, Riel appears, on first hearing, an uneven experience, though greater familiarity with Guilbeault’s polystylistic method reveals a work of considerable emotional power, rooted in the musical landscape of Riel’s time. Narrators (in English and French) speak for the principal participants in the action; the accompanying booklet contains relevant historical documents, but non-French readers will have problems understanding about half of this material. The improvising, which accounts for the radical aspects of the "soundtrack", functions as superior mood music and is at its most dissonant when describing conflict or the threat of it. However, Lou Babin’s vocal and accordion improvisation on L’exil, one of the work’s highlights, is both lyrical and memorably poignant, later supported by the enchanting flute of Jean Derome. Batoche with its solemn processional tempo and eruptive military horns has an Ayleresque flavour. The excellent live recording matches the performance of a 12-piece ensemble which includes some of the finest musicians in Canadian New Music.

Critique

Alain Brunet, La Presse, 27 novembre 1999

Le combat de Louis Riel pour son peuple aux sangs mêlés demeure l’un des plus spectaculaires de l’histoire canadienne. Le contrebassite Normand Guilbeault s’est pris de passion pour ce chapitre déterminant, ce qui l’a conduit à imaginer une musique résolument métisse. Ainsi, il s’est inspiré de chants autochtones, de rigodons francophones ou autres formes populaires résolument américaines qu’il a injectés dans son jazz contemporain. Il s’agit là de la plus vibrante et plus accomplie des musiques jamais composées par Guilbeault mais… comme je l’avais noté Iors de la création de Riel (en mai 1998 au festival de Victo, le livret de ce «plaidoyer musical» à tout le moins romantique, fort bien documenté au demeurant, ainsi que la qualité discutable de la narration, alourdissent la livraison musicale. Un double CD néanmoins essentiel. 3,5

Il s’agit là de la plus vibrante et plus accomplie des musiques jamais composées par Guilbeault…

Critique

Catherine Perrey, Ici Montréal, 23 novembre 1999

Normand Guilbeault, contrebassiste et compositeur, a commencé à travailler sur ce que l’on a longtemps appelé le «projet Riel» en 1995. Ce double disque représente quatre années de dur labeur. Des recherches historiques et musicologiques ont été menées pour tracer l’épopée des dernières années de Louis Riel, métis, singulier personnage pendu en 1885 et dont la trouble histoire a toujours empoisonné la mémoire historique canadienne. Le résultat: une œuvre en 20 tableaux enregistrée live au Lion d’Or en février 1999. Un remarquable travail d’arrangements musicaux, mêlant musique moderne, jazz et musique traditionnelle, soulevée par 14 musiciens (dont deux narrateurs) littéralement soudés par la foi de Guilbeault. Une œuvre empreinte d’émotions fortes malgré une narration quelquefois flottante. Ajoutons une mention speciale pour le livret, épais et très fouillé, rassemblant textes de chansons d’époque et documents historiques. 8,5/10

Un remarquable travail d’arrangements musicaux… 8,5 sur 10

Blogue

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.