La boutique des nouvelles musiques

Maison douce maison L’Orkestre des pas perdus

Ensemble de cuivre formé de six musiciens et existant depuis 1993, L’Orkestre des pas perdus nous présente un deuxième album intitulé Maison douce maison. Claude Saint-Jean, tromboniste en coulisse, signe pour la cause les compositions et les arrangements de cette musique urbaine et vivante.

De facture très variée on retrouve sur ce disque de la musique pour conduire la voiture ou pour rénover la maison, du funk pour peindre la chambre, de la fanfare-ska-house pour danser dans le salon, un truc arabe pour se faire aller le ventre et une pièce un peu épeurante pour les enfants. Une fanfare qui allie jazz et musique actuelle. Une fanfare qui propose.

Maison douce maison

L’Orkestre des pas perdus

Rémi Leclerc, Jean-Denis Levasseur, Roberto Murray

La presse en parle

En cadeau, élargir des horizons

François Couture, actuellecd.com, 25 novembre 2003

Les Fêtes approchent. Vous vous demandez quoi offrir en cadeau cette année? Vous cherchez le truc original, ce qui étonnera et fera plaisir? Pourquoi ne pas élargir les horizons musicaux d’un être cher, d’une collègue de travail ou d’un cousin que vous n’avez pas vu depuis le dernier Noël. Voici une sélection toute personnelle d’idées cadeaux pour initier quelqu’un (ou vous-même, on peut bien se faire plaisir!) à la musique actuelle.

La chanson

Cela peut paraître un peu simpliste, mais tout le monde apprécie une bonne chanson. Cela dit, nous n’avons pas tous la même définition de ce qu’est une bonne chanson. Et les artistes du catalogue de DAME prennent beaucoup de liberté avec cette forme musicale, c’est d’ailleurs ce qui rend la chose si excitante. Frank Martel et Tomás Jensen sont des chansonniers au verbe ludique et à la musique intemporelle, chacun à sa façon (les amateurs de Richard Desjardins ou d’Urbain Desbois y trouveront leur compte). Et les Chansons d’un jour de Geneviève Letarte plairont à quiconque recherche une chanson au texte poétique et à la mélodie intelligente et accessible. Pour les rockeurs dans l’âme, Locomotive d’André Duchesne (des riffs à fond de train) demeure un classique.

Castor et compagnie de Joane Hétu a déjà un côté plus pernicieux avec ses textes sensuels (voire érotiques) et ses moments de douce folie, une folie qui s’accentue dans le rock déconstruit du groupe féminin Justine: leur premier album, (Suite), tient du rock progressiste, alors que le second, Langages fantastiques, fait plutôt dans la chanson à haute teneur en improvisation. Comme va-tout, la compilation Chante! 1985-2000 offre une vaste sélection de chansons tordues et touchantes.

La fête

Moment de célébration, de carnavalesque, de transgression des interdits, la fête est aussi musicale et donne lieu dès lors à une distorsion des règles couramment admises. L’Orkestre des pas perdus insuffle à la musique de fanfare un air de cirque actuel, un R ‘n’ B (rhythm ‘n’ brass, bien sûr) qui rafraîchirait n’importe quelle parade. Son cousin Les Projectionnistes (les deux projets sont pilotés par Claude St-Jean) remplace le cirque par le rock et de fanfare fanfaronne la section de cuivres se transforme en funk frénétique. Pour sa part, la Fanfare Pourpour troque le caractère officiel des costumes de parade pour la spontanéité d’une fanfare de rue, une musique pour Tout le monde qui ne s’abaisse pas au plus petit dénominateur commun.

Dans le même esprit, mais en ajoutant un côté est-européen et une imagination débridée, le groupe Interférence Sardines (qui compte en ses rangs deux membres du groupe néo-trad Les Batinses) brasse fort. Jean Derome et les Dangereux Zhoms adoptent un angle plus jazz avec un côté frivole qui pousse parfois jusqu’à l’exubérance. Les trois albums du groupe sont hautement recommandables, mais Carnets de voyage demeure un excellent point de départ. On trouve le même esprit de démesure et d’émotion pure dans La boulezaille (Pierre Langevin et Pierre Tanguay) et Plinc! Plonc! (Jean Derome et Pierre Tanguay), des disques où s’entremêlent improvisation, musiques du monde, jazz et fantaisie libératrice.

Et pour aller plus loin

Mais peut-être voulez-vous allez plus loin et donner le goût d’une musique actuelle plus audacieuse et abstraite? Voici quelques suggestions de musiques improvisées et électroniques.

Martin Tétreault est l’un des artistes expérimentaux les plus fascinants en ce moment. Son utilisation du tourne-disque projette 45 questions par minute. Son récent disque Parasites avec Diane Labrosse pose la loupe sur de petits bruits inquiétants. Et sa nouvelle collaboration avec le Japonais Yoshihide Otomo, Studio — Analogique — Numérique, offre une musique de recherche étonnante dans une présentation originale: un coffret de trois mini-disques compacts.

Actif sur la scène des musiques d’avant-garde depuis le début des années 70, Fred Frith demeure le favori de plusieurs amateurs du genre. Les deux albums de son Fred Frith Guitar Quartet (avec René Lussier, Nick Didkovsky et Mark Stewart) sont essentiels. DAME offre aussi les titres de son étiquette Fred Records.

L’un des premiers groupes de l’écurie DAME à s’être tourné vers l’improvisation électro-acoustique, Klaxon Gueule donne dans les textures bruitistes et le plaisir exigeant. Les albums Muets et Grain ont été acclamés par la critique internationale. Mentionnons aussi la compilation Ohmix, un projet électronique audacieux où une brochette d’artistes (dont Martin Tétreault, David Kristian, John Oswald, Terre Thaemlitz et Ralf Wehowsky) remixent les disques de l’étiquette Avatar.

Enfin, au lieu d’envoyer les habituelles cartes de souhaits, je vous suggère les cartes postales sonores de l’étiquette Ouïe-Dire, des cartes accompagnées de mini-disques compacts. Et bon temps des Fêtes!

Review

Steve Pedersen, Halifax Sunday Herald, 20 février 2000

Pas Perdus can mean lost steps, mad steps — take your choice — it all fits this wacky band. The word «perdu» also resonates in French with words like lost, ruined, distracted, doomed, and reckless. They call themselves a marching band-ska-house.

Such a description, if you didn’t hear them two years ago at the Atlantic Jazz Festival, will prepare you for this marvellously unbuttoned Montréal horn band who are brassy in every sense of the word.

The compositions and arrangements are all by trombonist, musical saw-yer, and player of various small percussion bric-a-brac, Claude St. Jean. The CD starts with a 5 second welcome track — the sound of a tone arm tracking a vinyl disc leads to a laid back 40s dance band playing You’re Driving Me Crazy. Then the tone arm scratches across the record, the hissing and popping disappears and the trombone/saxes start a typical Pas Perdu intro to Acetaminophene.

A characteristic funky rock-fusion bass line, eventually taken over by the tuba, supports solos and ensemble riffs over ricky-ticky sticks on muted cymbal and snare rim. The band is hot and cheeky, a wild thing, kind of a brass band dixie mix.

Sometimes, as in Route 20, with its deep 60s kind of mayhem, it is hard to believe there are only six players: trombone, alto sax (piccolo, clarinet) tenor sax (flute, mouth noises), sousaphone, trumpet/flugelhorn, percussion/drums and almost everybody plays a noisemaker or rattle of some description. It can be hair-raising.

Alto sax player Levasseur is a dangerous man (a dangereux zhom bloodline?). Typically the band begins a chart by establishing an off-kilter rhythmic lattice-work into whose spaces the melody instruments dodge in and out. This band is about rhythm and sheer for-the-hell-of-it playing, yet it is a very disciplined band. They play apart together.

Every track jumps to a different rhythmic groove, some with a sort of tangoish rhythm stitched together by the tuba and the sticks on the cymbals, and all of it sounding that gapped syncopated line. Incidentally on Arabesque, Levasseur plays a great, meaty piccolo solo. Piccolo may not be your normal jazz voice, though, in his too-refined way, Hubert Laws used to dazzle us with it. The substantial sound of Levasseur is a different animal altogether.

The band is hot and cheeky, a wild thing, kind of a brass band dixie mix. […] This band is about rhythm and sheer for-the-hell-of-it playing, yet it is a very disciplined band. They play apart together.

Critique

Pierre Durr, Revue & Corrigée, no 41, 1 septembre 1999

A côté des figures emblématiques du collectif québècois, Lussier, Derome, Joane Hétu, Diane Labrosse, Robert Marcel Lepage, et désormais Martin Tétreault, gravitent quelques musiciens, rencontrés au hasard des enregistrements des surnommés, tels Rémi Leclerc («Locomotive» et «Les Quatre Guitaristes» de Duchesne) ou Bernard Falaise («Klaxon Gueule» avec Michel F Côté), partenaires d’autres formations. L’Orkestre des pas perdus en est ainsi a sa deuxième réalisation et il cultive toujours son goût pour la fanfare.

Review

Richard Moule, Exclaim!, 1 mai 1999

Literally translated to mean Orchestra With Nothing to Lose, L’Orkestre des pas perdus is the most straightforward of the three artists. That is not to slight this six-piece brass ensemble. Indeed, on Maison douce maison, they move effortlessly from funk to New Orleans marching band style to Arabic-like melodies and even throwing in some ska. The album works fine on the feet, though perhaps, next time they could concentrate more on the head.

Review

Matthew Martens, New Island Voice, 1 avril 1999

For some years now Québec has been host to a thriving, all but indefinable music scene called Musique Actuelle, which is a constantly mutating hybrid of various kinds of avant-jazz, traditional folk styles and contemporary classical composition. No two artists under this rubric sound the same, some veering close to the plink-plonk free-improv of Derek Bailey, and others cozying up to the herky-jerky hyper-complexity of progressive rock bands like Henry Cow and Universe Zero. One thing they all share is a sense of fun and an irreverence toward their influences. Both qualities are evident in abundance on this second album by the all-instrumental, many-horned sextet L’Orkestre des Pas Perdus. From trumpet to trombone to sax, from flugelhorn to clarinet to sousaphone, brass and reeds rule. The drummer even plays a snare-piccolo contraption, so everyone’s blowin’ wind here somehow or other. The music is an infectious, rhythmically tricky conflation of Zappa, Ska and Count Basie, and all but begs to be dug. So dig.

Le Noir compact

Annie Landreville, Mouton Noir, 1 décembre 1998

Jazz, improvisations et funk débridés pour une musique des plus urbaines et exubérantes. Les joyeux fous de l’Orkestre des pas perdus qui compte dans ses rangs les, entre autres, tromboniste Claude St-Jean et le batteur Rémi Leclerc, ont concocté un deuxième album bourré d’énergie, de mélodies et d’éléments inusités qui arrive à la fois à surprendre, à intriguer et à amuser. Jouissif.

Avec tambours et trompettes

L’Express, 10 novembre 1998

Pour une raison ou une autre, peut être à cause de mauvais souvenirs de ces fanfares d’école, il se trouve encore des tas de gens pour reléguer les cuivres au rang des instruments indigestes. Ils acceptent volontiers le saxo, la trompette du jazz, qui jouent sur un autre registre, tirent d’autres cordes sensibles. Mais ces cuivres tonitruants, encore plus menaçants lorsqu’ils se retrouvent en bande - en brass band, pour être précis - très peu pour eux.

Pourtant, il suffit de jeter un coup d’oeil du côté de la tradition italienne de la banda, ces fanfares de village qui ont longtemps servi de courroie de transmission entre le grand répertoire (I’opéra, surtout) et les petites gens, de s’ouvrir au charme vieillot des orchestres de l’armée du salut ou à l’irrésistible pulsion des marching bands de la Nouvelle-Orléans (dont le Dirty Dozen Brass Band serait l’incarnation moderne) pour comprendre qu’il n’y a rien de monolithique là-dedans.

Il y a deux ans, la bande-son de Chacun cherche son chat nous donnait l’occasion de découvrir Ceux Qui-Marchent-Debout, fébrile fanfare française qui véhiculait une sorte de folie populaire (dans le sens populo), mais surtout, une façon d’enrichir la tradition néo-orléanaise susmentionnée en l’ouvrant à d’autres influences.

Aujourd’hui, c’est au tour de L’Orkestre des Pas Pcrdus de reprendre le flambeau. Fondé par le tromboniste Claude St-Jean, ce sextuor québécois nous arrive avec Maison douce maison (Amblances Magnétiques Etcetera AM 060 /Distribution SRI), un premier album qui s’éloigne lui aussi des chemins trop balisés pour se perdre dans les ruelles du funk à la James Brown (le premier à avoir exploité le potentiel purement rythmique des cuivres), pour s’approprier les fébriles syncopations du ska et, sur l’étourdissant Spirale (où le saxophoniste Roberto Murray s’en donne à cæur joie), le délire onirique de Nino Rota, le compositeur-fétiche de Fellini.

Parfaitement équilibré entre l’écriture et l’improvisation (ce qui permet à chaque musicien de baliser son propre espace de liberté à l’intérieur d’un ensemble cohérent), Maison douce maison est le genre d’aventure à la fois ambitieuse et accessible qui risque fort de réconcilier les réfractaires précités aux plaisirs tonitruants de la fanfare - avec ou sans les majorettes.

Review

GC, Minimal, no 18, 1 novembre 1998

Review

Andrew Magilow, Splendid E-Zine, 19 octobre 1998

Another entertaining adventure from a fine collective of Canadian musicians who are obvious admirers of the American jazz scene. With the brazen rhythm of the trombone and the tooting of accompanying saxophones, Acetaminophene has the resiliency of the American Big Band jazz sound, yet proves to be exceptionally well versed in modern jazz techniques and sounds as well. Bopping, shuffling and improvising are all parts of the whole with Route 20 as a rhythmically tight groove dissolves into a noisy multi-horn solo ensemble, and then tightens back into shape as quickly as a cracked whip. Unlike the majority of DAME releases, L’Orkestre avoids aggressive, experimental noise and instead opts for discriminating jazz passages that are familiar enough to please the young jazz fan, yet entice the seasoned listener as well, with complex structures and well played solos. However, as soon as L’Orkestre appears to have played all of their musical cards, they ease into Bricolage, in which flute and trumpet produce an ethereal and eerie feeling of Third Stream and 70s Miles Davis. Perhaps it’s a genre identity crisis? Nonetheless, this amalgamation of styles and ideas proves to be favorably entertaining, stylistically spicy and remarkably well rounded — a treat for any jazz fan.

Another entertaining adventure… a treat for any jazz fan

Disque de la semaine

Nicolas Tittley, Voir, 8 octobre 1998

Contrairement à ce que leur nom indique, Ies membres de L’OPP ne perdent jamais pied. Ils ne manquent surtout pas d’air dans cette fanfare de cuivres rutilants, seul le batteur Rémi Leclerc ne souffle pas dans son instrument, mais il déplace tellement d’air que ça ne se voit pas. Ici, le jazz se frotte avec bonheur au funk, au swing et même à la musique arabo-andalouse (voir Arabesque C). Non content de faire du trombone un instrument sexy et explosif, le compositeur Claude St-Jean sait aussi faire chanter la scie (tout comme son comparse Jean-Denis Levasseur) avec aplomb. Si ce disque vous laisse froid, vérifiez votre pouls. Vous étes peut-être déjà mort. Vous pouvez voir L’OPP pendant le FIJM. 4/5

Sunday picks

CY, Montreal Mirror, 2 juillet 1998

You could see L’Orkestre des Pas Perdus as true to its name: a brass band that’s wandered off the parade route and lost its way. But of course, that’s how some of the best music is made—by not following the route, or the rules. So Montréal’s L’Orkestre des Pas Perdus finds itself somewhere producing the jazz you might expect five homs and a drummer to make and this city’s vibrant musique actuelle. Now see if you can find them.

Pour les amateurs de musique actuelle

Jean-François Denis, SOCAN, Paroles & Musique, no 5:7, 1 juillet 1998

Au cours des derniers mois le collectif de musique actuelle Ambiances Magnétiques a produit une série de disques portant son catalogue à plus de 60 titres. Le premier de cinq nouveautés brièvement présenté ici s’intitule Inédits et est la troisième compilation des membres d’Ambiances Magnétiques: Michel F Côté, Jean Derome, André Duchesne, Joane Hétu, Diane Labrosse, Robert Marcel Lepage, René Lussier, Danielle Palardy Roger et Martin Tétreault. Contrairement aux deux premières compilations constituées de repiquages, Inédits présente justement 24 œuvres qui se trouvent sur disque pour la première fois.

Pierre Tanguay, batteur vedette des musiques actuelles, et Tom Walsh, tromboniste éclaté, ont enregistré Midi tapant. Des musiques qui sont à la fois planantes—par accumulation de couches sonores—et très dynamiques: Tanguay et Walsh jouent à plein poumon, à bras raccourcis.

Un trio ad hoc de bruististes improvisateurs électroacousticiens, Diane Labrosse, (échantillonneur}, Ikue Mori (percussions électroniques} et Martin Tétreault (tourne-disques) offrent Île bizarre où l’oreille est attirée, menée dans tous les recoins de ce monde inventé, purement sonore, dont les sources sont méconnues. C’est un travail sur la surface des haut-parleurs et pour l’imaginaire qu’il déclenche dans mon écoute.

Chansons de Douve est un album double présentant la grande œuvre poétique de Pierre Cartier (sur des textes de Yves Bonnefoy). Hybride de musique ancienne et jazz improvisée, Chansons de Douve est constitué de 14 pièces strictement composées, mais laissant place aussi à l’instantanéité des interprètes, pour un ensemble de dix musiciens: Angèle Trudeau (soprano), Noëlla Huet (mezzo-soprano), Pierre Cartier (basse électrique et voix), Jean-Denis Levasseur (saxophone alto), Jean Derome (saxophone alto, flûte et flûte en sol), Ivanhoe Jolicæur (trompette), Sylvain Jacob (trombones alto et ténor), Tom Walsh (trombone), Pierre Tanguay (batterie), Julien Grégoire (percussions).

Finalement, le cinquième disque est le dernier à ce jour de l’Orkestre des Pas Perdus, sous la gouverne de Claude Saint-Jean, Maison douce maison avec des musiques de jazz… dansantes… qui toujours suscitent l’écoute. Avec les excellents et solides musiciens Rémi Leclerc (batterie), Jean-Denis Levasseur (sax alto, piccolo), Roberto Murray (sax ténor, flûtes), Jean Sabourin (sousaphone), Claude Saint-Jean (trombone) et Maxime Saint-Pierre (trompette, flugelhorn).

Review

François Couture, AllMusic, 20 décembre 1997

Maison douce maison is a literal translation of “Home Sweet Home.” On this second album, L’Orkestre des Pas Perdus’ sound has crystallized into something more powerful, driving and accessible. A better sound, a tighter rhythm section, a enhanced in-your-face approach, and more focused writing from leader Claude St-Jean all make this CD superior to the band’s first effort. The recipe remains essentially the same: a cross between fanfare instrumentation and hot funk licks. The more avant-gardist elements found on T’auras pas ta pomme have been rerouted to St-Jean’s other outfit Les Projectionnistes. Rémi Leclerc’s drumming is inventive and precise, Jean Sabourin has better control over his sousaphone (not the easiest instrument to establish a groove). Each track will get you on your feet, but when the music’s over, you probably won’t remember a single melody from it. That’s because all tunes sound pretty much alike. Nevertheless, Maison douce maison is thoroughly enjoyable toe-tapping brass funk. Fun for the whole family.

Maison douce maison is thoroughly enjoyable toe-tapping brass funk. Fun for the whole family.

Autres textes

Gränslöst

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.