La boutique des nouvelles musiques

Chansons de Douve Pierre Cartier

Pierre Cartier, compositeur et bassiste, est déjà présent dans le catalogue DAME avec l’album Les fleurs du tapis et sa participation aux ensembles musicaux Évidence et Jean Derome et les Dangereux Zhoms. Il nous présente ici un projet qu’il peaufine depuis plusieurs année, «Chansons de Douve», un album double.

Quartorze chansons sur des poèmes de Yves Bonnefoy, un cérémonial grave qui pénètre au cœur de l’investigation poétique, à la source même de ce que l’on peut appeler le sacré. Poésie de l’essentiel, dépouillée de tout ornement, charnière de l’ontologie et de la mystique.

Deux voix de femmes, une voix d’homme, trois cuivres, deux saxophones, une basse et deux batteries en dialogue. Polyphonies vocales et unissons, développements composés et solos improvisés. «Chansons de Douve» est une suite de méditations sur la présence et le vide.

Chansons de Douve

Pierre Cartier

Quelques articles recommandés

La presse en parle

  • Vincenzo Giorgio, Wonderous Stories, no 12:35, 1 mars 2008
    Una voce evanescente e calda. Sontuosi panneggi bassistici. Jazz crepuscolare. Insomma, quando ascoltai per la prima volta Pierre Cartier fu la classica Rivelazione…
  • Nick Mott, Audion, no 42, 1 mars 2000
    Sometimes the music touches into the likes of Henry Cow, Opus Avantra, and Bertold Brecht, though it has an identity of its own, fusing jazz, classical, folk and traditional French musics.
  • Francois Couture, CFLX 95.5 FM, 25 février 1999
    "Chansons de Douve" nous fait découvrir un compositeur de haut niveau. Un des meilleurs disques qu’Ambiances Magnétiques ait produit depuis quelques années.
  • Michael D Hogan, Ici Montréal, no 2:12, 10 décembre 1998
    Une merveille.
  • Henryk Palczewski, Informator “Ars” 2, no 24, 1 novembre 1998
  • GC, Minimal, no 18, 1 novembre 1998
  • Mario Cloutier, Le Devoir, 5 septembre 1998
    … l’un des plus beaux moments musicaux de l’année au Québec.
  • Jean-François Denis, SOCAN, Paroles & Musique, no 5:7, 1 juillet 1998
  • François Couture, AllMusic, 20 septembre 1996
    Impressive orchestral skills are enhanced by a soothing way of using dissonance. The usually self-effacing bassist has committed an ambitious and strongly poetic work which deserves to be discovered.

Canzoni per sperare: la crepuscolare francesità di Pierre Cartier

Vincenzo Giorgio, Wonderous Stories, no 12:35, 1 mars 2008

Una voce evanescente e calda. Sontuosi panneggi bassistici. Jazz crepuscolare. Insomma, quando ascoltai per la prima volta Pierre Cartier fu la classica Rivelazione e, da qui, l’imperativo (kantianamente) categorico di ascoltare il più possibile del musicista/cantante/bassista del Canada francofono e membro degli ottimi Dangereux Zhoms di Jean Derome.

Già perché Pierre Cartier Chansons de la belle espérance — Ambiances Magnétiques 2006 63:43 è davvero un disco affascinante grazie a quell’impasto ostinatamente melodico che Pierre riesce ad estrarre da sei testi poetici, uno dei quali firmato niente di meno che da Guillaume Apollinaire. Fin dall’iniziale Dédicace de la belle espérance si può godere della capacità di Pierre di saper declinare la forma canzone in contesto avant-jazz: undici minuti di poesia purissima dove il sax di Jean Derome disegna ampie parabole assecondato dal delicato interplay tra il trombone di Tom Walsh e la viola di Jean René. Un’atmosfera che può essere facilmente rintracciata anche nelle tracce successive: dalla quiete di Plus belle que les larmes guidata dalle percussioni arabescate di Pierre Tanguay e dagli arpeggi armonici della chitarra di Bernard Falaise fino all’ammiccante deja-vu di Il nous aurait fallu (unico brano in cui Cartier scrive anche il testo). E così La chanson de Marie dalle arcane cadenze di danza etnica, l’incontaminata fragranza di Portrait, la sinuosa Figure d’éternité e, per finire, l’intricato tessuto armonico di Mirabeau.

Risalendo il Fiume del Tempo mi sono poi imbattuto nel più ambizioso Pierre Cartier «Dis, Blaise…» chanson du Transsibérien cd1 49:38, cd2 37:54 AM 2002 dove il musicista di Montréal si confronta con La Prose du transsibérien et de la petite Jehanne de France, poema composto da Blaise Cendrars nel 1913. L’opera presenta tutti gli elementi della poetica cartierana anche se l’elemento jazz appare più in sottofondo a favore di un’opzione oscillante tra il lied e la musica da camera di stampo tonale/novecentesco. Il risultato è, comunque, ragguardevole con le uniche riserve di una certa prolissità e qualche forzatura nella resa melodica dei testi di Cendrars. Di grande impatto il prologo En ce temps-là con quella sua repentina mutazione da sofferto lied a jazz elettrico di vago sapore post-davisiano così come le timbriche sospese di Si j’étais peintre.

Continuando ad assecondare le sue “ansie letterarie”, esattamente un decennio fa, il bassista canadese pubblica Pierre Cartier Chansons de Douve cd1 55:48 cd2 43:10 AM 1998 su testi di Yves Bonnefoy. Per il sottoscritto è stata una piacevole sorpresa scoprire inaspettate contiguità zehuliane nell’inaugurale Je te voyais, quasi quindici minuti di inquietanti cromatismi para-magmatici giocati su di una sincopata sezione ritmica dove l’impasto vocale di Angèle Trudeau e Noëlla Huet (rispettivamente soprano e mezzo-soprano) e le cadenze da big band impresse dai fiati di Jean Denis Levasseur, Ivanhoe Jolicœur, Jean Derome, Sylvain Jacob e Tom Walsh trovano una base sicura. Ma il resto dell’opera non è da meno puntando su di una musicalità rarefatta ed essenziale (Présence exacte, Vrai corps, Mais que se taise) non scevra da certi riferimenti minimalisti (Le seul témoin 1) e pre-barocchi (Vrai corps, Douve parle (passacaille)).

L’ultima speranza è che ci sia un tempo per poter ascoltare le sue tre opere più lontane nel tempo: Les fleurs du tapis (1996), Chanson du fil (1989) e Dirigeable (1987).

Una voce evanescente e calda. Sontuosi panneggi bassistici. Jazz crepuscolare. Insomma, quando ascoltai per la prima volta Pierre Cartier fu la classica Rivelazione…

Review

Nick Mott, Audion, no 42, 1 mars 2000

This release totals nearly an hour and forty minutes worth of strange, dark and sombre R10-ish French fusion. With fabulously controlled and complex drumming on the first track, it reminds me of a more restrained Magma. All of the semi-operatic vocals that appear throughout are the poems of Yves Bonnefoy, a French poet, writer and philosopher, and are extracts from a book of his poems.

Sometimes the music touches onto the likes of Henry Cow, Opus Avantra, and Bertold Brecht, though it has an identity of its own, fusing jazz, classical, folk and traditional French musics. Maybe it’s a bit over-long, but I did enjoy the majority of it.

Sometimes the music touches into the likes of Henry Cow, Opus Avantra, and Bertold Brecht, though it has an identity of its own, fusing jazz, classical, folk and traditional French musics.

Délire actuel: Critique

Francois Couture, CFLX 95.5 FM, 25 février 1999

Pierre Cartier est un bassiste/contrebassiste montréalais. Il a commis quelques disques à tendance fortement jazzée, tels Dirigeable (un vinyle indépendant) et Les fleurs du tapis (CD sur Ambiances Magnétiques), en plus de participer au groupe Les Dangereux Zhoms de Jean Derome. Si ces disques présentaient surtout le musicien et jazzman qu’est Pierre Cartier, Chansons de Douve, un double CD, nous fait découvrir un compositeur de haut niveau.

Chansons de Douve a pour assise les poëmes de Yves Bonnefoy extraits de Du mouvement et de l’immobilité de Douve, parus en 1953. Des textes dépouillés qui imagent la présence et le vide, l’existence évanescente d’une femme, Douve.

Ces textes sont chantés par une soprano (Angèle Trudeau) et une mezzo-soprano (Noëlla Huet), de même que par Cartier lui-même. Les musiciens proviennent de l’écurie d’Ambiances magnétiques: Jean-Denis Levasseur (saxo), Jean Derome (saxo et flûte), Ivanhoe Jolicoeur (trompette), Sylvain Jacob (trombone), Tom Walsh (trombone), Pierre Tanguay (batterie) et Julien Grégoire (percussions).

La musique tient fortement de la musique pour petit ensemble, épicée à l’occasion de jazz. Des influences de Philip Glass s’entendent distinctement. On pourrait aussi faire d’importants rapprochements avec les Bradyworks du guitariste Tim Brady (principalement ses Revolutionary Songs). Des ambiances feutrées, parfois chaleureuses, parfois inquiètantes. Une grande maîtrise de l’orchestration. Il se dégage de cet album une beauté qui rayonne des poêmes et s’amplifie à travers la musique.

Chansons de Douve constitue une grande œuvre de la musique contemporaine, un projet de grande envergure qui séduit en tous points. Ce disque devrait consacrer Pierre Cartier comme un des grands compositeurs et musiciens québécois. Et Chansons de Douve est un des meilleurs disques qu’Ambiances magnétiques ait produit depuis quelques années. À découvrir.

"Chansons de Douve" nous fait découvrir un compositeur de haut niveau. Un des meilleurs disques qu’Ambiances Magnétiques ait produit depuis quelques années.

Jazz, blues et musique actuelle

Michael D Hogan, Ici Montréal, no 2:12, 10 décembre 1998

L’année 1998 a été un cru exceptionnel pour cette étiquette fondée sur la base de l’aventure et de l’amitié. Ceux qui s’y frottent sont aussitôt gagnés par la contagion. Le bassiste Pierre Cartier, qui s’intéresse aux textures de la voix depuis plusieurs années, a créé là des musiques qui transportent voluptueusement la poésie sombre et inmressionniste d’Yves Bonnefoy. Une merveille

Une merveille.

Review

GC, Minimal, no 18, 1 novembre 1998

Quem conhecesse já os álbuns Chanson du fil (1989) ou Les fleurs du tapis (1997) e as colaborações de Pierre Cartier nos ensembles Évidenoe ou Les Dangereux Zhoms, nunca esperaria um disco tão surpreendente quanto este. Ao baixista quebequense junta-se uma formação de mais nove elementos, em que predominam as vozes de Angèle Trudeau (soprano) e Noëlla Huet (mezzo soprano). Algures (não perdido) entre as estéticas do jazz e da música clássica contemporãnea, os poemas de Yves Bennefoy assentam na tapeçaria romãntica sugerida pela música. Do poeta, diga-se que ele é de origem francesa, onde nasceu em 1923. Da poesia, que ela foi culdadosamente recolhida da obra Du mouvement et de l’immobilité de Douve, publicada em 1953. Um belissimo disco que canta o amor e a morte aos ouvidos daqueles que vivem a expressão do jazz no plural.

Critique

Mario Cloutier, Le Devoir, 5 septembre 1998

La mort et le deuil. Les mots manquent, les musiques aussi. Inspiré du poète et philosophe français Yves Bonnefoy, le compositeur québécois Pierre Cartier a écrit Chansons de Douve, œuvre sensible et émouvante qui saisit toute la douleur, le mystère, la solitude, le désespoir mais aussi l’espoir suscités par le mourir… Brillamment, Pierre Cartier a transposé avec le plus grand respect tous ces moments de dénuement en une musique, inspirée notamment du jazz, qui oscille, creuse, fouille, monte et descend, procédant d’un souci constant de purété, de gravité, de recueillement. Œuvre sans compromis, cet album unique a d’abord été un spectacle in 1996 et Ambiances Magnétiques a eu l’heureuse idée d’en préserver la subtile et précieuse trace avec la collaboration de Radio-Canada. Soulignons d’ailleurs l’excellence de la prise de son. On trouve sur Douve la basse électrique de Cartier et le jeu de sept musiciens, dont cinq souffleurs, qui soutiennent les voix superbes de Noëlla Huet et d’Angèle Trudeau.

La musique de Cartier est simple sans être simpliste. Elle va directement au coeur de l’émotion sourde. Spirale nostalgique et descente aux enfers, onde de fond et douce tristesse, dure réalité et limpide cristal émergeant du silence, ce disque s’avère sans aucun doute l’un des plus beaux moments musicaux de l’année au Québec.

… l’un des plus beaux moments musicaux de l’année au Québec.

Pour les amateurs de musique actuelle

Jean-François Denis, SOCAN, Paroles & Musique, no 5:7, 1 juillet 1998

Au cours des derniers mois le collectif de musique actuelle Ambiances Magnétiques a produit une série de disques portant son catalogue à plus de 60 titres. Le premier de cinq nouveautés brièvement présenté ici s’intitule Inédits et est la troisième compilation des membres d’Ambiances Magnétiques: Michel F Côté, Jean Derome, André Duchesne, Joane Hétu, Diane Labrosse, Robert Marcel Lepage, René Lussier, Danielle Palardy Roger et Martin Tétreault. Contrairement aux deux premières compilations constituées de repiquages, Inédits présente justement 24 œuvres qui se trouvent sur disque pour la première fois.

Pierre Tanguay, batteur vedette des musiques actuelles, et Tom Walsh, tromboniste éclaté, ont enregistré Midi tapant. Des musiques qui sont à la fois planantes—par accumulation de couches sonores—et très dynamiques: Tanguay et Walsh jouent à plein poumon, à bras raccourcis.

Un trio ad hoc de bruististes improvisateurs électroacousticiens, Diane Labrosse, (échantillonneur}, Ikue Mori (percussions électroniques} et Martin Tétreault (tourne-disques) offrent Île bizarre où l’oreille est attirée, menée dans tous les recoins de ce monde inventé, purement sonore, dont les sources sont méconnues. C’est un travail sur la surface des haut-parleurs et pour l’imaginaire qu’il déclenche dans mon écoute.

Chansons de Douve est un album double présentant la grande œuvre poétique de Pierre Cartier (sur des textes de Yves Bonnefoy). Hybride de musique ancienne et jazz improvisée, Chansons de Douve est constitué de 14 pièces strictement composées, mais laissant place aussi à l’instantanéité des interprètes, pour un ensemble de dix musiciens: Angèle Trudeau (soprano), Noëlla Huet (mezzo-soprano), Pierre Cartier (basse électrique et voix), Jean-Denis Levasseur (saxophone alto), Jean Derome (saxophone alto, flûte et flûte en sol), Ivanhoe Jolicæur (trompette), Sylvain Jacob (trombones alto et ténor), Tom Walsh (trombone), Pierre Tanguay (batterie), Julien Grégoire (percussions).

Finalement, le cinquième disque est le dernier à ce jour de l’Orkestre des Pas Perdus, sous la gouverne de Claude Saint-Jean, Maison douce maison avec des musiques de jazz… dansantes… qui toujours suscitent l’écoute. Avec les excellents et solides musiciens Rémi Leclerc (batterie), Jean-Denis Levasseur (sax alto, piccolo), Roberto Murray (sax ténor, flûtes), Jean Sabourin (sousaphone), Claude Saint-Jean (trombone) et Maxime Saint-Pierre (trompette, flugelhorn).

Review

François Couture, AllMusic, 20 septembre 1996

Pierre Cartier is a bassist based in Montréal. He has released a handful of records in the jazz spectrum like Dirigeable (an independant LP release) and Les fleurs du tapis (a CD on Ambiances Magnétiques), while being part of Jean Derome’s Dangeureux Zhoms band and performing the music of Thelonious Monk with the trio Evidence (with Derome and drummer Pierre Tanguay). If these records showcased Pierre Cartier mostly as a jazzman, Chansons de Douve (Songs of Douve) reveals a very gifted composer. This 2-CD set revolves around excerpts from Yves Bonnefoy’s 1953 book Du mouvement et de l’immobilité de Douve (“Of Movement and Stillness of Douve”), stripped-down poems evoking presence and emptyness, the ghostly existence of a woman: Douve. These poems are sung by soprano Angela Trudeau and mezzo-soprano Noëlla Huet, along with Cartier himself who also plays electric bass. The other musicians were mostly recruited from the Ambiances Magnétiques roaster: Jean-Denis Levasseur (sax), Jean Derome (sax and flute), Ivanhoe Jolicoeur (trumpet), Sylvain Jacob (trombone), Tom Walsh (trombone), Pierre Tanguay (drums) and Julien Grégoire (percussion). The music maintains strong connections to chamber and small orchestra contemporary music spiced up with jazz. The influence of Philip Glass and Thelonious Monk are the most obvious. Other references would have to include Montréal guitarist Tim Brady, especially for his cycle Revolutionary Songs, written for his similar Bradyworks ensemble. The beauty emanating from the poems gets amplified through the music: textured moods, at times warm, at times disquieting. Impressive orchestral skills are enhanced by a soothing way of using dissonance. The usually self-effacing bassist has committed an ambitious and strongly poetic work which deserves to be discovered. Strongly recommended.

Impressive orchestral skills are enhanced by a soothing way of using dissonance. The usually self-effacing bassist has committed an ambitious and strongly poetic work which deserves to be discovered.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.