La boutique des nouvelles musiques

Nous perçons les oreilles Nous perçons les oreilles

Formé du duo Jean Derome et Joane Hétu, Nous perçons les oreilles c’est deux saxophones, deux voix; deux gargouilles, deux satyres; deux forces de la nature qui se démènent, chuintent, couinent, raclent, soufflent, mordent et transforment la musique en incantation profane et en festin de sons.

«Nous travaillons à partir de chansons et d’improvisation. Nos chansons parlent de notre vie. Elles sont très ordinaires (comme nous) mais pas faciles (comme elle). Nous aimons beaucoup improviser ensemble. C’est difficile de bien vous décrire ce que nous faisons en improvisation. C’est très proche de l’animal humain que nous sommes.» —JD

Nous perçons les oreilles

Nous perçons les oreilles

Jean Derome, Joane Hétu

La presse en parle

  • Naomi Millett, The Wire, no 209, 1 juillet 2001
    … Canada’s almost unclassifiable duo Jean Derome and Joane Hétu’s appearance was a festival highlight.
  • Tom Schulte, Perfect Sound, 2 janvier 2000
    Two saxophones shriek and two voices, haunting sirens, screech on this duet of dissonance pairing of pandemonium.
  • Caroline Kraabel, Resonance, no 7:2, 1 juin 1999
  • Richard Moule, Exclaim!, 1 mai 1999
    … vocal and instrumental gestures that seem to celebrate the sheer power and poetry of the human voice.
  • Frank Rubolino, Cadence, no 25:3, 1 mars 1999
    The use of voice to complement music has become standard fare with Derome , and he and Hétu use it intelligently…
  • Pierre Durr, Revue & Corrigée, no 39, 1 mars 1999
    une confrontation ludique et presque innocente de saxophones alto, de divers instruments à vents, de percussions, de voix à l’image d’une iconographie enfantine.
  • Chris Blackford, The Wire, no 180, 1 février 1999
    … a more rough and ready celebration of unusual sound creation.
  • Noah Wane, Splendid E-Zine, 31 janvier 1999
    In a very energetic, but clearly crazy way, Jean and Joane pour out their souls through shrieking, scratching, shouting, whistling and pouting.
  • Margen, no 16, 1 janvier 1999
  • Henryk Palczewski, Informator “Ars” 2, no 24, 1 novembre 1998
  • Vincent Collard, Ici Montréal, 22 octobre 1998
    Ici, on est dans le ludisme pur.
  • Mathieu Fournier, Montréal Campus, 21 octobre 1998
  • Serge Truffaut, Le Devoir, 10 octobre 1998
  • Nicolas Tittley, Voir, 8 octobre 1998
  • François Tousignant, Le Devoir, 19 mars 1998
    … des musiciens genéreux donnent réalité à cet art mystérieux qu’est la musique, offrent leur amour profond des idées neuves et du son.
  • Michael D Hogan, Ici Montréal, no 1:25, 12 mars 1998
    On peut faire confiance à Hétu et Derome, férus de musique improvisée depuis plus de vingt ans, pour bien s’entourer et s’organiser pour se faire entendre.
  • Nicolas Tittley, Voir, 12 mars 1998

On location

Naomi Millett, The Wire, no 209, 1 juillet 2001

In terms of emotional depth and sheer exuberance, however, Canada’s almost unclassifiable duo Jean Derome and Joane Hétu’s appearance at Subiaco was a festival highlight. Whether expressing rage over political hypocrisy or celebrating the human spirit, the artists’ idiosyncratic melange of French vocals, saxophones and simple melodic instruments communicated a universality of wit and feeling that rendered any language barrier redundant.

… Canada’s almost unclassifiable duo Jean Derome and Joane Hétu’s appearance was a festival highlight.

Review

Tom Schulte, Perfect Sound, 2 janvier 2000

Two saxophones shriek and two voices, haunting sirens, screech on this duet of dissonance pairing of pandemonium. Jean Derome and Joane Hétu are obviously improvising here in a tradition employed by Eugene Chadbourne, Derek Bailey, etc. Abrasive and subversive, these wicked wizards of wail put first a gateway, the lead two songs Nous perçons and Le poinçon. At this entrance they stand, a two-headed Cerebus barking fear into the fainthearted. Inside a rugged landscape of occasional firm footing gibes unexpectedly way to brass-barbed, jagged promontories. Instead of liner notes, the disc is decorated with telling child drawings of dynamic and jarring contrast. Simultaneously, Ambiances Magnétiques has released solo discs (of equal challenge) on each bizarre musician. 3/5

Two saxophones shriek and two voices, haunting sirens, screech on this duet of dissonance pairing of pandemonium.

Review

Caroline Kraabel, Resonance, no 7:2, 1 juin 1999

The combination of sax and voice is a hard one, particularly in a duo — it reminds me of something Raymond Chandler had Philip Marlow say about a client’s interior decoration "The curtains were white and the carpet was cream — the curtains made the carpet look dirty and the carpet made the curtains look washed out" Nous perçons les oreilles is a duo CD with both musicians playing alto sax and voice (Derome also plays various small instruments) and consists of a series of live improvisations recorded mostly in 1996, some as long ago as 1994 — and it is a brave attempt at something quite difficult Hétu and Derome use interesing and diverse techniques, and lots of humour, but rarely transcend the impression of an eclecuc series of varied sounds with uansinons often accomplished via mimicry Jonquille is an exception to this, with both musicians gently and soberly reciting a list of unconnected words, but even then, just as I relax into the weird hypnotic simplicity of it, a jaw harp breaks the spell and introduces an instrumental and vocal improvisation — which diminishes, rather than enhances, the preceding section. Perhaps the fact that Hétu and Derome have been or are a couple is part of the reason for a shamelessness about sounds which works better with the vocals: a playful intimacy that allows all sorts of silly voices to come out — on Léa, a vocal duet this is paracularly effective they seem to be playing a game of verbal tag and mockery. This impression of a kind of mocking recurs often elsewhere when Derome breaks off and plays kazoo or whist e or other petits instruments a vent, but is less successful in these cases, because the transitions are too marked and seem kitsch without being genuinely funny. The eclectic and fast-changing nature of many of the rest of these improvisations, and the fact that some were recorded in 1994, made me wonder whether a pertinent question about improvising now is no longer so much. "How to change as quickly as possible?" and include as much as possible?" as "How to improvise without changing?" Listening to this CD I often wished that the players would stick a bit instead of twisong.

Review

Richard Moule, Exclaim!, 1 mai 1999

Equally as playful and no less challenging and complex are these series of improvised vocal and alto sax duets from this couple. Though, that doesn’t by half begin to explain what happens here. Alternating between alto sax and voice, Hétu and Derome indulge in some highly dextrous and hilarious sonic explorations. Hétu slides masterfully between primal grunts, groans, ahs, ehs and other gutteral throat twisters and brilliantly constructed word rhythms, while Derome accompanies her on sax and other wind instruments. There is a raw spontaneity but also slapstick quality to these vocal and instrumental gestures that seem to celebrate the sheer power and poetry of the human voice.

… vocal and instrumental gestures that seem to celebrate the sheer power and poetry of the human voice.

Review

Frank Rubolino, Cadence, no 25:3, 1 mars 1999

Joane Hétu (alto and voice) and Jean Derome (alto, small instruments, percussion, and wice) appear as a duet on Nous perçons les oreilles (Ambiances magnétiques). This time, the music is the more dominant influence, with the vocals adding color and texture to the fierce alto screams rather than acting as a story-telling device. Hétu again uses scatting vocal utterances in conjunction with the music, but she devotes equal concentration on this set to the alto that she blows with reckless abandon on many of the selections (Nous Perçons / Le Poinçon / Jonquille / Les osselets / Lea / Les oreilles / L’enclume et le marteau / L’étrier / La ouate / Les orteils / Ça va pas). The use of voice to complement music has become standard fare with Derome (he scripted all the text), and he and Hétu use it intelligently on this date as an alternate for additional instrumentation. Their voices interact with their instruments in staccato fashion to provide a diverse sound stage of irregular beat and freedom playing. When the two are in tandem on alto, they play either a cat and mouse sound game or blow intensely in freeform style. The cacophony of the horns melts into screechy vocal outbursts or guttural tones to yield strange but musical results. This recording is unusual but certainly excitinq and original.

The use of voice to complement music has become standard fare with Derome , and he and Hétu use it intelligently…

Critique

Pierre Durr, Revue & Corrigée, no 39, 1 mars 1999

Justement, c’est le registre qu’a choisi — encore elle — Joane Hétu dans un second opus en compagnie de Jean Derome (par ailleurs compagnon de Castor et compagnie) Nous perçons les oreilles s’inscrit en effet dans la suite logique des récents enregistrements bruitistes de Lussier / Tétreault ou de Labrosse / Mori / Tétreault, avec une approche nettement plus acoustique: ici ni échantillonnages, ni tourne-disques, mais une confrontation ludique et presque innocente de saxophones alto, de divers instruments à vents (appeaux, etc.), de percussions, de voix à l’image d’une iconographie enfantine.

une confrontation ludique et presque innocente de saxophones alto, de divers instruments à vents, de percussions, de voix à l’image d’une iconographie enfantine.

Soundcheck

Chris Blackford, The Wire, no 180, 1 février 1999

Derome’s duo album with Joane Hétu is also suffused with playful elements, especially Jonquille. In which a list of single words is recited to charming rhythmic effect. Mostly however the duo explores abstract improv. Hétu’s wordless vocals (and occasional,alto sax) rising expressively against Derome’s alto sax and numerous small wind instruments. Use of the latter lends the improvising a refreshing anti-virtuosic feel, where technical polish is abandoned for a more rough and ready celebration of unusual sound creation. L’étrier typifies the physical thrill of extreme sounds in extraordinary juxtapositions. Fans of Phil Minton and Doger Turner’s duo will welcome this equally adventurous Canadian pair with wide open minds.

… a more rough and ready celebration of unusual sound creation.

Review

Noah Wane, Splendid E-Zine, 31 janvier 1999

Two crazy saxophone-players from Montréal, Joane Hétu and Jean Derome, do their crazy thing on Nous perçons les oreilles. What their crazy thing is, is free improvisation that slants in an insane direction. Imagine music therapy for psychotics or for rabid dogs and then say to yourself, “Nous perçons les oreilles goes beyond even this!” In a very energetic, but clearly crazy way, Jean and Joane pour out their souls through shrieking, scratching, shouting, whistling and pouting. There are actual saxophones involved, but not in the Charlie Parker or Ravel kind of way (not even in the John Coltrane/Ornette Coleman way!). It’s more in the really wild experimental music kind of way (sort of the John Zorn way).

In a very energetic, but clearly crazy way, Jean and Joane pour out their souls through shrieking, scratching, shouting, whistling and pouting.

Discos

Margen, no 16, 1 janvier 1999

Compact

Vincent Collard, Ici Montréal, 22 octobre 1998

Ici, on est dans le ludisme pur. Un duo d’improvisation où la complicité du couple est un sine qua non. Les ressources sonores de la voix, des instruments à vent et de toutes les «gogosses» possibles pouvant produir un son quelconque sont exploitées à outrance, sans compromis. Le plus aigu, le plus grave, le plus fort, le plus doux; tout s’enchaîne dans la spontanéité folle de ces deux enfants qui déconnent, comme sans se rendre compte qu’on les observe. Forcément, tout n’est pas d’un égal intérét. Mais cette façon de faire les choses donne parfois des résultats étonnants…

Ici, on est dans le ludisme pur.

Hétu, Derome et ses Zhoms

Mathieu Fournier, Montréal Campus, 21 octobre 1998

Les 11 et 12 octobre derniers, Ambiances Magnétiques, principale étiquette de musique actuelle à Montréal, y allait d’un trois pour un en lançant ses plus récentes productions: Nous perçons les oreilles, Mets ta langue et Torticolis. Le couple Joane Hétu / Jean Derome, créateurs reconnus de la scène «actuelle», nous propose le premier de ces diques qui constitue, avec son concert de cris, de chuchotements et de jeux gutturaux, une expérience des plus audacieuses.

Jours fastes!

Serge Truffaut, Le Devoir, 10 octobre 1998

Quoi d’autre? Ils sont très travailleurs. À preuve, ce duo propose un album intitulé Nous perçons les oreilles. Cette histoire de petits trous effectués dans l’un des cinq sens, cette histoire de piques, c’est un peu, beaucoup, une histoire faite de vies enfantines. Nous perçons les oreilles est le premier album du duo Hétu-Derome.

Critique

Nicolas Tittley, Voir, 8 octobre 1998

Comme c’est la tradition, c’est par grappes que sortent les disques chez Ambiances Magnétiques. Les trois plus récentes parutions de l’étiquette montréalaise appartiennent au couple Joane Hétu-Jean Derome, saxophonistes spécialistes de l’improvisation au long souffle et de la chanson débridée. Les deux travaillent ensemble sous le nom Nous perçons les oreilles, duo bien nommé qui improvise librement autour de petites tranches de la vie à deux. Aux saxophones, s’ajoutent un attirail d’objets et d’appeaux auxquels Hétu répond par des sons étranges qui évoquent des poèmes lettristes. C’est sur scène que ce projet trés visuel prend tout son sens, car sur disque, cette accumulation de couinements stridents devient par trop hermétique. 2,5/4

La modernité n’est pas morte!

François Tousignant, Le Devoir, 19 mars 1998

Loin, loin, trés loin des hauts endroits où l’on étudie des choses qu’on aime limiter à un état cadavérique pour s’emparer d’elles comme objet loin. Loin, très loin de ceux qui savent, il existe un jardin enchanté et secret, pas toujours raffiné ou très beau, mais où la musique vit celui de ceux qui la font. En cet enclos particulier, des musiciens genéreux donnent réalité à cet art mystérieux qu’est la musique, offrent leur amour profond des idées neuves et du son.

Le premier spectacle de Nous perçons les oreilles, sorte d’édition-festival de fin d’hiver des «actualistes» montréalais, s’est révélé un franc succès. Il est malaisé de tenter de rendre justice à ce qui s’est passé mardi soir, à la Maison de la culture Plateau Mont-Royal; tout au plus peut-on essayer d’en témoigner.

La modernité revient!, enfin!, et de la plus belle manière. Loin des circuits savants (et fermés), l’héritage des Cage, Kagel, Berio reste bien vivant et fertile. Il fallait entendre la première «improvisation» de Jean Derome et Joane Hétu pour comprendre ce qu’est la musique vivante, celle qui s’imagine avec des petits riens, qu’on invente sans jamais l’apprendre parce qu’on l’a prise à bras-le-corps avec amour et passion.

Sur le fil tenu de l’instant fugace qui jamais ne reviendra s’élève un torse magnifique qui tire tout son pouvoir expressif de ses fulgurances géniales et de ses faiblesses décevantes. Au crépuscule d’un art encroûté dans l’académie se dressent les turions d’une nouvelle forme provocante et revendicatrice par sa simple existence: jouer de la musique. Dans ces constructions sonores de Jean Derome résonne le plus bel écho soixante-huitard: l’imagination au pouvoir!

Terrains et émotions vierges, voilà ce qu’on entend. Magie de la poésie et du sens renouvelés. Impossible d’analyser cela de l’épingler pour objet d’étude. Il faut y être, se soumettre à ses méandres, oser se tromper — ou triompher — en direct. Derome remporte la palme, dominant sa matière magistralement. Sa compagne reste plus en retrait. Elle essaie trop de le rejoindre plutôt que de se laisser aller.

Au risque de passer pour snob, je trouve qu’il manque encore un peu de verni, voire de respect (Derome par moment, semble maladroit avec ce statut d’artiste qu’il invente — plus de fierté de votre part, s’il vous plait, vous y avez droit!) envers l’acte qui se pulvérise en son. La présence du magnifique texte de Sylvie Massicotte (efficacement lu par l’auteure) a prouvé que la prestation musicale doit aspirer à un «niveau» plus responsable, ce qui veut dire qui n’a plus honte d’être ce qu’il est. Derome et Hétu méritent mieux que ce qui leur est généralement reconnu, ne serait-ce que pour les vertiges du cœur qui, tout à coup, emplissent nos oreilles.

Cette première soirée dialoguait avec le cinéma. L’idée est naïvement mignonne. MacLaren a déjà fait cent fois mieux et le processus est stérile. On sourit à la tentative, sans plus. Mercredi, nos acolytes se colletteront avec la danse puis, ce soir, entre eux. Ce dernier spectacle musique-musique sera repris vendredi à la Maison de la culture Villlerav/Saint-Michel/Parc-Extension. À prendre un risque, vous serez peut-étre déçu, mais vous serez peut-étre aussi complétement ébloui.

… des musiciens genéreux donnent réalité à cet art mystérieux qu’est la musique, offrent leur amour profond des idées neuves et du son.

Improvisation sur un t’aime

Michael D Hogan, Ici Montréal, no 1:25, 12 mars 1998

Les saxophonistes Joane Hétu et Jean Derome, complices dans la vie comme en musique, présentent une série de quatre concerts en deux parties, pour lesquels ils ont invité des artistes de différentes disciplines à improviser, par paires, en leur compagnie. «Méme si c’est un spectacle qu’on ne présente pas souvent, c’est un projet très vivant pour nous, raconte la musicienne. Ce n’est pas quelque chose qui est dans l’agenda. Nous sommes conjoints dans la vie et on se retrouve parfois le soir, quand les enfants sont couchés, pour improviser et composer. A la diffêrence de Castor et compagnie[son dernier CD], où l’on retrouve mes musiques et mes textes, ici, le résultat se développe à la faveur de notre rapport. C’est une façon de travailler qui me permet beaucoup de liberté et qui suppose énormément de complicité. Nous perçons les oreilles, ce sont des chansons très courtes, naïves et humoristiques. accompagnées de musiques bruitistes radicales. Ça porte bien son nom.»

Chaque soir, un autre duo se joindra aux musiciens en deuxième partie. Pierre Hébert et Sylvie Massicotte, dans une rencontre musique-cinéma-littérature, ont déjà travailié ensemble et avec Derome. Louise Bédard et Andrew de L. Harwood sont rompus à l’improvisation en danse. De leur côté, Danielle Palardy Roger et Pierre Tanguay sont deux percussionnistes bien connus de la scène de la musique actuelle. «Nous trouvions intéressante l’idée de réunir différentes disciplines artistiques pour montrer comment elles peuvent influer l’une sur l’autre. Par exemple, la musique ne sera pas reçue de la méme façon si elle est mise en rapport avec la danse ou l’image cinématographique. On pourrait dire que le duo de saxophones reste le pilier du spectacle, mais qu’il prend un éclairage dffférent chaque soir. Tout dépend du rapport qui s’installera avec les autres. L’improvisation, qu’elle soit musicale ou multimédia, reste un art de la conversation, Chacun doit être à l’écoute des autres et ne pas avoir d’idées préconçues. Sinon, on prend le champ dès le départ.»

On peut faire confiance à Hétu et Derome, férus de musique improvisée depuis plus de vingt ans, pour bien s’entourer et s’organiser pour se faire entendre. A preuve, cette série de concerts est le prélude à la sortie d’un album, et le premier de trois événements qu’organisent cette année Les Productions Super Mémé, la boïte qui met en scène les musiques audacieuses à Montréal.

On peut faire confiance à Hétu et Derome, férus de musique improvisée depuis plus de vingt ans, pour bien s’entourer et s’organiser pour se faire entendre.

Pas de deux

Nicolas Tittley, Voir, 12 mars 1998

Joane Hétu et Jean Derome seraient-ils échangistes? À en juger par la série de rencontres organisée par le couple d’actualistes montréalais — sous le nom de groupe, Nous perçons les oreilles -, on pourrait bien le croire. Trois soirs durant, les deux musiciens multiplieront les échanges à quatre sur la scène de la maison de la culture du Plateau Mont-Royal, et confronteront leurs méthodes d’improvisation à celles d’artistes issus de disciplines différentes. Arméss de leurs saxos, de leur voix et de la fameuse collection de flûtes et d’apppeaux en tous genres de Jean Derome, les deux artistes de musique actuelle livreront chaque soir le fruit de leur collaboration intime d’être rejoints sur scène par des tandems de cinéastes, d’écrivains, de danseurs et bien sûr de musiciens. «On voulait travailler avec l’idée de couple et, chaque soir, on va collaborer avec un homme et une femme explique Joane. Le premier soir est consacré à la littérature et au cinéma avec les textes de Sylvie Massicotte et les grattages de pellicule en direct dc Pierre Hébert. Dans le deuxième, on aborde la danse avec Louise Bédard et Andrew Harwood; et le troisième est une rencontre entre nos deux sax et deux percussionnistes Danielle Palardy Roger et Pierre Tanguay.»

Comme les deux membres du couple sont constamment occupés par des projets divers Nous perçons les oreilles n’a donné que quelques rares performances underground jusqu’à présent mais il s’agit d’un projet en constante évolution auquel Hétu et Derome semblent consacrer beaucoup d’énergie. «C’est quelque chose qui est assez facile à garder vivant du fait qu’on habite ensemble», explique Joane. «Ça se fait spontanément le soir quand les enfants sont couchés; on se met à faire de la musique ensemble.»

Leurs échanges se font généralement sur le terrain de l’improvisation musicale mais Joane a aussi un fort penchant pour la chanson comme elle l’a démontré brillamment avec l’un de ses autres groupes (Castor et compagnie). Elle s’empresse toutefois de piéciser que les deux formations fonctionnent de façon complètement différente. «Castor est vraiment un groupe de chanson alors que Nous perçons les oreilles est un ensemble musical dans lequel on retrouve des chansons nuance-t-elle. Dans Nous perçons les oreilles les textes sont surtout choisis en fonction de leur musicalité parfois, il s’agit de simples listes d’objets de tous les jours.» Quant à la musique elle semble suivre des voies plus imprévisibles mais la complicité entre les deux artistes/amoureux est telle que l’improvisation semble couler de source. «Il v a deux plans distincts dans ce groupe» poursuit Derome. «D’un côté on développe un répertoire de chansons écrites et de l’autre on expérimente en improvisation avec toutes les combinaisons imaginables entre nos instruments que ce soit à deux voix, une voix et un sax, deux sax et toutes les possibilités que nous permettent les flûtes et les appeaux. Ce qui est intéressant, c’est le contraste entre les chansons — qui sont à la fois complètement absurdes et très proches du quotidien — et les improvisations qui sont plus près du côté hard de la musique actuelle»

Même si Hétu et Derome se proposent d’explorer à fond les deux pôles de Nous perçons les oreilles au cours de leurs spectacles ils ont choisi la voie instrumentale pour leur premier album qui devrait paraitre sous peu chez Ambiances Magnétiques. Mais comme tout semble arriver par paires chez ces deux-là on aura aussi droit à un disque mettant l’accent sur la version chantée avant longtemps.

Autres textes

Audion no 42, Ici Montréal, The Gazette

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.