La boutique des nouvelles musiques

Midi tapant Pierre Tanguay, Tom Walsh

Pierre Tanguay est le batteur d’un grand nombre de projets d’Ambiances Magnétiques. Tom Walsh, quant à lui, s’illustre avec Pierre Cartier et Jean Derome et les Dangereux Zhoms. Ensemble ils travaillent depuis plus de douz ans. Ils se sont produits dans des Festivals de Toronto à Paris ainsi que dans différentes séries de musique actuelle au Québec.

Minimaliste dans sa construction, la musique de Midi Tapant est à la fois spontanée et composée, pullule de sensations et suggestions de couleurs, dans lesquelles des sonorités intenses se succèdent à des moments de musicalité légère. Un certain regard à la musique «ambiante», un état, un mouvement, un espace, une vague actuelle.

Midi tapant

Pierre Tanguay, Tom Walsh

Quelques articles recommandés

La presse en parle

  • François Couture, AllMusic, 1 mars 2001
    … makes good music to daydream on.
  • Nick Mott, Audion, no 42, 1 mars 2000
    Now, this one is excellent.
  • Alan Freeman, Audion, no 42, 1 mars 2000
  • Richard Moule, Exclaim!, 1 mai 1999
  • Dwight Loop, Earwaves Network, 1 janvier 1999
  • Michael D Hogan, Ici Montréal, no 2:12, 10 décembre 1998
    Trop peu d’attention a été accordée à ce petit bijou humoristique et envoûtant. […] Splendide.
  • Pierre Durr, Revue & Corrigée, no 38, 1 décembre 1998
  • Andrew Magilow, Splendid E-Zine, 23 novembre 1998
    this duo delivers a subtle approach to the interpretation and delivery of experimental musical stimulations
  • Henryk Palczewski, Informator “Ars” 2, no 24, 1 novembre 1998
  • Blair Thompson, Hour, 17 septembre 1998
    … This is a must-buy for musique actuelle devotees because trombonist Walsh and percussionist Tanguay are on to something important here… Outstanding.
  • Michael D Hogan, Ici Montréal, 13 août 1998
  • Jean-François Denis, SOCAN, Paroles & Musique, no 5:7, 1 juillet 1998
  • Tom Schulte, Infraction, 1 janvier 1998

Review

François Couture, AllMusic, 1 mars 2001

Pierre Tanguay and Tom Walsh appeared on many Ambiances Magnétiques releases before 1998, but mainly remained in the shadows devoted to sidemen. That was until this project, Midi Tapant [Noon Sharp], a surprising half audio art, half free improv album. Tanguay plays the drum set, various percussion (mostly African) and objects. Tom Walsh provides samples and trombone. The key part of this CD resides in the samples: strange soundscapes made of orchestral cues, TV zapping and electronic treatments upon which trombone solos are tacked or to which a sudden drum pattern will be joined, unless ethereal percussion or even toys are added to the mix. Most of the music (title track excepted) is atmospheric and slow-developing. It evokes childhood (toys, but also the title Est-ce que Marie peut venir jouer? [Can Mary Come Out and Play?], or Fred Frith’s film music, especially Middle of the Moment. Midi Tapant foretold somehow Pierre Tanguay’s solo CD La musique de mon disque. If the album received a lukewarm reception, it did however succeed to reveal another side of these two musicians too often taken for granted. The sampling work is a bit crude, but Midi Tapant still makes good music to daydream on.

… makes good music to daydream on.

Review

Nick Mott, Audion, no 42, 1 mars 2000

Now, this one is excellent. Beautifully atmospheric and melancholy, with stretched-out tones, trombone and gorgeous understated percussion all starting the proceedings. Some of this is very challenging, with brilliant use of hand percussion and odd sampled sounds, becoming like an electronic Third Ear Band, Nurse With Wound or even Negativland at times. Some of the collaged sections are tremendous, with an uneasy strangeness alongside more floating gliding movements. By the way, I swear I heard a brief snippet of Marge Simpson’s voice in this!

Now, this one is excellent.

Review

Alan Freeman, Audion, no 42, 1 mars 2000

As an addenda to the above, I originally passed on these discs to Nick Mott as I was getting deluged with too many items to review, though I did review one of them, which you may find of interest in the way of comparison…

The unlikely duo of Pierre Tanguay (drums, percussion, objects) and Tom Walsh (trombone, sampling) aptly make an unlikely music. And, I mean unlikely. Believe me, this often runs close to lancu Dumitrescu in its textures and sonic counterpoints. Though the trombone takes the music elsewhere on occasions, and I can picture Conrad Bauer together with the Deep Listening Band. It’s almost as though Jon Hassell makes a guest appearance elsewhere. Despite any of those comparisons, however, this a diverse album indeed, sometimes dark and flowing music, and often challenging in its execution.

Six months on I think we’ve now got a dozen more unheard discs from the label. Busy people aren’t they?! I wonder if we’ll be able to catch up?

Review

Richard Moule, Exclaim!, 1 mai 1999

Percussionist Tanguay, and trombonist Walsh are no less ambitious on Midi tapant, blurring the lines between spontaneous music and formal composition. But while Callas was a dazzling technical feat, Midi tapant is far lower key affair. Beginning with minimalist drone patterns, the two then drop in manipulated world music samples like gamelan and chanting voices, as well as big band sounds, against which Tanguay and Walsh play and create a new sonic world that is soothing yet exhilarating, searching yet knowing, exotic yet familiar. What is real and what isn’t, Midi tapant doesn’t answer that question because it doesn’t have to. In the end, the answer begins where it ends in the listener’s imagination.

Review

Dwight Loop, Earwaves Network, 1 janvier 1999

Trombonist Walsh and percussionist Tanguay create a fascinating array of textural and melodic improvisations, more atmospheric than frantic. Excellent!

Critique

Michael D Hogan, Ici Montréal, no 2:12, 10 décembre 1998

Trop peu d’attention a été accordée à ce petit bijou humoristique et envoûtant. Tom Walsh (trombone et échantillonneur) et Pierre Tanguay (percussions) colligent depuis des années des éléments sonores qu’ils ont su marier presque entièrement en direct, tout en donnant l’impression qu’il s’agit d’un travail complexe de studio. Ambiances aériennes, aqueuses, telluriques. Splendide.

Trop peu d’attention a été accordée à ce petit bijou humoristique et envoûtant. […] Splendide.

Critique

Pierre Durr, Revue & Corrigée, no 38, 1 décembre 1998

On les a souvent entendu comme partenaires des créations des «figures de proue» du collectif québécois, tels Lussier ou Derome. Le duo qu’ils nous proposent dans cet enregistrement témoigne d’une certaine créativité. Leur musique, à base de trombone, d’échantillonnage, de percussions et d’objets divers est dense, vivante, séduisante et très construite. En effet, la où l’auditeur, à la lecture de l’instrumentation, s’attendrait a une forme de musique improvisée, il découvrira un travail cohérent et construit qui, sans être des plus innovants, renouvelle agréablement l’esthétique du label canadien, non sans se départir d’un humour quelque peu retenu.

Review

Andrew Magilow, Splendid E-Zine, 23 novembre 1998

A CD dedicated more to the voluptuousness of space and its drifting surroundings than to precision and structure, Midi Tapant is the latest electroacoustical offering from Canada. With Pierre Tanguay manning the batterie and Tom Walsh providing accompaniment on trombone et échantillonneur, this duo delivers a subtle approach to the interpretation and delivery of experimental musical stimulations. With compositions ranging from passively melodic to belligerently caustic, the CD sounds like a soundtrack to an unmade film, or perhaps an outlandish, operatic score.

this duo delivers a subtle approach to the interpretation and delivery of experimental musical stimulations

Hour Spins

Blair Thompson, Hour, 17 septembre 1998

This is a must-buy for musique actuelle devotees because trombonist Walsh and percussionist Tanguay are on to something important here. Each of the seven generous cuts feature tiny musical germs growing into sophisticated cultures before decaying with the finely mixed introduction of other directions. The samples of choirs, people and sounds are, like the trombone and percussion, neither exotic nor intrinsically dramatic, but are so tastefully incorporated into the compositions that you are surprised, but not shocked. The organicism of a musical figure running its course without the need for hip jump cuts is something in dire need of help these days, and this disc has come to its rescue in flying colours.

… This is a must-buy for musique actuelle devotees because trombonist Walsh and percussionist Tanguay are on to something important here… Outstanding.

Bonne Ambiance

Michael D Hogan, Ici Montréal, 13 août 1998

Peu de musiciens de Montréal travaillent autant que le batteur Pierre Tanguay. Il ne compte plus ses collaborations au sein de formations de jazz et de musique actuelle. Bien qu’il ne soit pas membre du collectif Ambiances magnétiques, c’est lui que l’on retrouve le plus souvent sur les disques de l’étiquette. Parmi les huit parutions récentes de la compagnie, il se produit en duo avec le tromboniste Tom Walsh, (sur Midi tapant), comme collaborateur sur le projet de Pierre Cartier (Chansons de Douve), également en duo avec le guitariste René Lussier sur La vie qui bat/chevreuil. Chaque album, très différent, est uni par l’amitié que se portent les musiciens et par un acharnement à toujours chercher de nouvelles voies à leur créativité.

«Dans les formations en duo, explique Tanguay, nous essayons de marier des matières sonores qui ne fonctionnent pas normalement, mais selon des méthodes différentes en fonction du musicien avec qui l’on travaille. Avec Tom Walsh, on peaufine Midi tapant depuis qu’on se connaît (88-89). Chacun travaille énormément de son côté à ramasser des éléments, puis on se retrouve en studio et on se met lentement à rassembler les pièces. C’est comme si, avec différents casse-tête, on essayait d’en faire un nouveau. Avec Lussier, c’est le contraire. Nous essayons aussi de transgresser les règles mais là, on entre directement en studio pour improviser. Parfois on se dit un mot avant une pièce, parfois rien du tout. On réécoute ensuite et on choisit les pièces qui fonctionnent bien.»

Il paraît en effet difficile de trouver deux albums plus différents. Avec Midi tapant, on a de superbes ambiances, en couches multiples. On croirait par moments entendre de l’électroacoustique, mais le résultat est obtenu acoustiquement et presque en direct. Les deux musiciens ont développé avec le temps une habileté à manipuler simultanément de multiples instruments. En plus de son trombone, Walsh utilise un vieil échantillonneur auquel il a ajouté du velcro sur les touches, pour pouvoir multiplier les sons au besoin. Sur Chevreuil, le son est brut. Complicité et amitié sont les mots qui viennent d’abord à l’esprit. «Acharnement et persévérance aussi, ajoute Tanguay. Notre travail n’est pas seulement ludique. Nous travaillons ensemble depuis des années et chacun des musiciens d’Ambiances magnétiques écoute les autres disques et fait des commentaires, que nous recevons avec confiance. Même les pochettes sont discutées en groupe. Robert Marcel Lepage est venu diriger une session de Chevreuil et nous a indiqué des directions dont on n’aurait pas soupçonné l’existence sans lui. Dans le groupe Les Patenteux du Québec, je fais faire à Lussier et à Jean Derome ce qu’ils n’auralent jamais pensé faire. Chacun change et repousse ses limites au contact des autres. C’est ce qui fait la qualité de nos productions par rapport à ce que I’on entend à la radio. C’est devenu plus intéressant d’aller à l’épicerie que d’écouter la radio. Au moins, là, il y a du choix. Je ne veux pas dire qu’il n’y a que de la merde sur les ondes. La Bamba, c’est une bonne toune mais répétée 100 fois, ça lève le cœur.»

Pour les amateurs de musique actuelle

Jean-François Denis, SOCAN, Paroles & Musique, no 5:7, 1 juillet 1998

Au cours des derniers mois le collectif de musique actuelle Ambiances Magnétiques a produit une série de disques portant son catalogue à plus de 60 titres. Le premier de cinq nouveautés brièvement présenté ici s’intitule Inédits et est la troisième compilation des membres d’Ambiances Magnétiques: Michel F Côté, Jean Derome, André Duchesne, Joane Hétu, Diane Labrosse, Robert Marcel Lepage, René Lussier, Danielle Palardy Roger et Martin Tétreault. Contrairement aux deux premières compilations constituées de repiquages, Inédits présente justement 24 œuvres qui se trouvent sur disque pour la première fois.

Pierre Tanguay, batteur vedette des musiques actuelles, et Tom Walsh, tromboniste éclaté, ont enregistré Midi tapant. Des musiques qui sont à la fois planantes—par accumulation de couches sonores—et très dynamiques: Tanguay et Walsh jouent à plein poumon, à bras raccourcis.

Un trio ad hoc de bruististes improvisateurs électroacousticiens, Diane Labrosse, (échantillonneur}, Ikue Mori (percussions électroniques} et Martin Tétreault (tourne-disques) offrent Île bizarre où l’oreille est attirée, menée dans tous les recoins de ce monde inventé, purement sonore, dont les sources sont méconnues. C’est un travail sur la surface des haut-parleurs et pour l’imaginaire qu’il déclenche dans mon écoute.

Chansons de Douve est un album double présentant la grande œuvre poétique de Pierre Cartier (sur des textes de Yves Bonnefoy). Hybride de musique ancienne et jazz improvisée, Chansons de Douve est constitué de 14 pièces strictement composées, mais laissant place aussi à l’instantanéité des interprètes, pour un ensemble de dix musiciens: Angèle Trudeau (soprano), Noëlla Huet (mezzo-soprano), Pierre Cartier (basse électrique et voix), Jean-Denis Levasseur (saxophone alto), Jean Derome (saxophone alto, flûte et flûte en sol), Ivanhoe Jolicæur (trompette), Sylvain Jacob (trombones alto et ténor), Tom Walsh (trombone), Pierre Tanguay (batterie), Julien Grégoire (percussions).

Finalement, le cinquième disque est le dernier à ce jour de l’Orkestre des Pas Perdus, sous la gouverne de Claude Saint-Jean, Maison douce maison avec des musiques de jazz… dansantes… qui toujours suscitent l’écoute. Avec les excellents et solides musiciens Rémi Leclerc (batterie), Jean-Denis Levasseur (sax alto, piccolo), Roberto Murray (sax ténor, flûtes), Jean Sabourin (sousaphone), Claude Saint-Jean (trombone) et Maxime Saint-Pierre (trompette, flugelhorn).

Review

Tom Schulte, Infraction, 1 janvier 1998

Drummer / percussionist Pierre Tanguay has worked with trombonist and programmer (samplist) Tom Walsh for over six years. On Midi Tapant the pair present seven original compositions. The cuts are mood pieces featuring mostly found objects and cymbal percussion behind eerie samples and Doppler effect, lachrymose trombone legato. These pieces take us to several locations each. For instance, the singular Une Petite Douleur begins with a pipe organ in conversation with a duck call to a mid-piece space of a cavernous union of girlish vocalizations and children’s room chimes. We are left with those voices aged and disappearing into a siren drawing near. The organic harmony of xylophone and plastic balls in Ping Pong makes a bubbly and warm coating for the sonorous exhalations of a foghorn. Loosely composed, these largely improvised tracks become episodes in a boundless exploration of technology and the duo’s instrumentation. Minimalist in its simplicity and airiness, Midi Tapant is richer and more thought provoking than most spare constructions of the genre. Take the title track for instance, with its clamorous contest between free jazz and a corral of captured sounds. On the closing Madame Duluth an amorphous crowd of French voices contains treated harmonica that varies from familiarity to electronically transmogrified oddity. As with each piece here, the elements are simple, maybe even mundane, but the experiment’s results are memorable and surreal. These pieces affect a room, populating with sudden sonic visitors that dash upon the walls new color.

Autres textes

emoRAGEi no 6, Rubberneck no 28

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.