La boutique des nouvelles musiques

Les clarinettes ont-elles un escalier de secours? Robert Marcel Lepage

Cet article est aussi inclus dans le coffret Le Robert illustré de la clarinette (AM 046-B).

«Les clarinettes ont-elles un escalier de secours? Ça fait vingt ans que je me pose cette question. Au début, alors que tous les gars de mon âge se mettaient à la guitare, j’ai choisi la clarinette. J’ai d’abord appris dans la fanfare du collège, puis j’ai formé mon premier band de rock… où je jouais la basse… à la clarinette.

Depuis, je n’ai jamais vraiment fait ce qu’il fallait sur cet instrument. J’ai d’abord commencé par imiter les solos de Jimi Hendrix, puis la voix de Joe Cocker. Un peu plus tard, ce sont les solos de synthétiseurs analogiques que j’ai copiés—au lieu de pratiquer les études de Klosé et le concerto de Mozart…

L’histoire veut donc que je demeure un clarinettiste marginal, mais je me sens mieux dans ma peau et j’ai même commencé à pratiquer le dixseptolet de l’intro de la Rhapsody in Blue de Gershwin. C’est maman qui serait fière!» —Robert Marcel Lepage

Musicien polyvalent qui travaille énormément en musique de cinéma et de télévision, Robert Marcel Lepage, accompagné par plus de vingt musiciens, nous offre un véritable voyage au travers le monde à bord de la clarinette.

Aussi disponible en version avec livre.

Les clarinettes ont-elles un escalier de secours?

Robert Marcel Lepage

La presse en parle

Robert Marcel Lepage: la polyvalence assuméé. Les clarinettes ont-elle un escalier de secours?

Alain Brunet, La Presse, 13 juin 1998

Quelques semaines plus tôt, Robert Marcel Lepage lançait un disque solo, intitulé Les clarinettes ont-elles un escalier de secours?

«Le titre provient d’un rêve, nous apprend l’interviewé. Ma femme s’est réveillée au milieu de la nuit, m’a réveillé en me posant la question suivante: «Robert, les clarinettes ont-elles un escalier de secours?» Le lendemain, elle ne se souvenait de rien. Son inconscient avait parlé; elle sentait bien que j’étais à la fois passionné et prisonnier de la clarinette.» Et puisque Lepage était à concocter un album sur le concept même de clarinnte, cette question (onirique) tombait pile. «Il s’agissait de remettre dans leur contexte original les influences que j’ai eues au cours de mon apprentissage de l’instrument. Une espèce d’hommage à ces influences. L’idée était de rassembler ça dans des contextes extrémes de musique world.» Le spectre d’influence de disque (superbe au demeurant) est large: tsifteteli («musique grecque de club»), musiques hébraïques, gaita du Maroc, clarinettes triples de Sardaigne, clarinette pour samba, wedding bands du Rajasthan, énumère entre autres le principal intéressé dans ses notes de pochette. L’écoute de ce disque ne nocessite d’ailleurs, aucun escalier de secours.

Disques

Nicolas Tittley, Voir, 6 juin 1998

C’est par nécessité que le clarinettiste Robert Marcel Lepage s’est mis à voyager, cherchant à trouver la place de son instrument de predilection. On ne s’étonnera donc pas de retrouver ici differentes variantes ethniques (grecque, africaine, juive, égyptienne, etc. ) et stylistiques (on passe du hard rock au klezmer), executées en compagnie d’une brochette de musiciens, amis de la scène actuelle et autres (de Jean Derome à Said Mesnaoui). Amusant exercice de style, Les clarinettes ont-elle un escalier de secours? se veut un regard sur une carrière passée à decouvrir la personnalité propre et les innombrables possibilités de linstrument. 3/5

Discos

Rafa Dorado, Margen, no 13, 1 juin 1998

El sello Ambiances Magnétiques sigue poniéndonos al tanto de la escena musical de Québec, una de las más activas del continente americano. Estas son sus nuevas producciones.

De Robert Marcel Lepage, al que entrevistamos en nuestro n° anterior, se reedita Les Clarinettes ont-elles un escalier de secours?, acompañado de una veintena de buenos intérpretes entre los que destacamos a Jean Derome, Pierre Tanguay o Martin Tetreault. De nuevo, la música versátil de este compositor canadiense que bascula entre la clásica contemporánea y la tradición musical de su pais. Un viaje insólito por un mundo desconocido con el sonido de un clarinete como compañero de viaje.

Critique

Francine Grimaldi, 7 jours, 16 mai 1998

Robert-Marcel Lepage est un clarinettiste marginal et pratiquement incomparable. Son style est ludique, contemporain, joyeuse-ment imagé et multiethnique. Son œuvre est inclassable et rafraîchissante. Quelles que soient vos préférences, vous trouverez votre bonheur dans une des 22 plages de cet album. Une dizaine de pièces proviennent de musiques de films qu’il avait composées pour Bruno Canière (L’art n’est point sans Soucy), pour Carlos Ferrand (Clip Art), pour Jacques Godbout (Pour l’amour du stress) et pour Jean-Philippe Duval (Sobo). Lepage est entouré d’une vingtaine de musiciens de premier ordre, comme le trompettiste Louis Babin; Tom Walsh, au trombone; Jean Derome, au saxo, à la flûte, à la ocarina et au piccolo; Serge Lépine et Rick Haworth aux guitares; Iain Booth à la cornemuse. 4/5

… quelles que soient vos préférences, vous trouverez votre bonheur dans une des 22 plages de cet album. Très bon.

Critique

Le Musicien, no 10:3, 1 mai 1998

Le musicien mélodiste montréalais Robert Marcel Lepage présente son sixième album, Les clarinettes ont-elles un escalier de secours?, sur étiquette Ambiances Magnétiques. On y reconnait sa touche particulière, son sens mélodique, ses orchestrations colorées, ses sonorités inspirées des musiques du monde, son talent de conteur et son humour. Cette dernière création de Lepage explore avec bonheur les multiples influences qui ont forgé sa musique. De ces sources d’inspiration, le musicien a réussi le pari de réunir différents genres musicaux pour en faire une musique vivante et cohérente, une musique métissée, texturée, dense, typique de notre époque. Quelque vingt musiciens ont participé à la réalisation de ce disque.

Critique

Michel Harvey, Décibels, 29 avril 1998

Personnage discret, mais musicien perspicace, depuis plus de vingt ans, le clarinettiste Robert Marcel Lepage explore tout un monde à partir de cet instrument à vent hors du commun. À travers sa musique, il nous convie à une véritable apologie de la sympathique clarinette, qui a déjà eu le privilège d’être à la tête des gros orchestres de jazz de la belle époque du swing. Il a été bien négligé depuis ce temps béni. Supplanté par le saxe soprano dans son registre de sonorités, il demeure cependant toujours synonyme de jeu et d’énergie. C’est du moins ainsi qu’on l’entend entre les doigts de Robert Marcel Lepage. Depuis Chants et danses du monde inanimé qu’il a concocté avec René Lussier en ’84, ou l’inoubliable La traversée de la mémoire morte en ’87 et de nombreux autres titres tout aussi remarquables les uns que les autres, comme Adieu Léonardo en ’92, Les choses dernières en ’95 et La Plante humaine en ’96, Lepage ne cesse de nous séduire avec ses mélodies et ses airs issus de son imaginaire fertile. Tous ces titres sont disponibles sur Ambiances Magnétiques et représentent des moments musicaux uniques et irrésistibles. Le talent de Lepage réside entre autres dans sa capacité de rendre légère, subtile et expressive toute note sortie de l’embouchure de sa clarinette.

Chez lui, la performance se définit en termes de vivacité, d’humour et de style. La clarinette a quelque chose proche de la candeur et de la fraîcheur de l’enfance. Lepage sait bien faire profiter du bonheur de cette sonorité ronde et joyeuse, particulièrement avec les pièces regroupées sur ce nouveau CD, dont le titre évoque une boutade qui exprime bien le rapport ambigu et dynamique qui existe entre lui et cet instrument, mal-aimé certes, mais surtout franchement surréaliste, quand on le compare aux autres instruments plus communs de la musique populaire.

De nos jours, la clarinette est beaucoup associée à la musique klezmer, qui jouit d’une popularité universelle. Il va sans dire que Lepage exploite cette esprit avec beaucoup de variété à travers des pièces qui nuancent les influences du Moyen-Orient, de la Grèce ou de la Roumanie. Son voyage ne s’arrête toutefois pas là, puisqu’il exploite tout autant les élans de la valse musette, les accents de l’espace celtique ou même l’univers de la fanfare. Le périple auquel il nous convie est fascinant: ballade enjôleuse, Satie, exploration plus libre venant du jazz ou d’ailleurs. Sa méthode, tient pour une bonne part, d’une forme de recherche généalogique où il joue un rôle de conteur qui nous fait visiter tout un monde de sonorités. La grande richesse de sa musique, réside dans cette capacité de s’approprier des influences, mais aussi dans sa création de textures et couleurs fantaisistes. Je vous recommande cet album adroitement orchestré avec plus d’une vingtaine de musiciens, où le talent de ce compositeur-clarinettiste, particulièrement pridé pour ses musiques de film, s’exprime avec beaucoup de désinvolture et de perspicacité.

Lepage ne cesse de nous séduire avec ses mélodies et ses airs issus de son imaginaire fertile.

Compact

Michael D Hogan, Ici Montréal, no 1:25, 16 avril 1998

Il a joué pour le cinéma, pour la danse, pour la radio, mais par dessus tout, il joue pour la clarinette. Sur les ailes de l’humour et en compagnie d’une vingtaine de collaborateurs issus de tous les horizons musicaux (a-t-on déjà vu réunis sur un même disque Rick Haworth et Martin Tétreault?), Lepage nous fait passer par tous les pays, tous les rythmes. On craque pour Rock around the cloche. Sa livraison la plus facile d’accès à ce jour.

Sa livraison la plus facile d’accès à ce jour.

Review

Mark Miller, The Globe and Mail, 5 mars 1998

If John Zorn plays off two traditions on Het, then the Montréal clarinetist Robert Marcel Lepage takes on a dozell or so with Les clarinettes ont-telles un escalier de secours?. (En anglais: Do clarinets have a ladder of escape?) It’s quite brilliant in a whimsical sort of way. But the humour here, both in the music and in tho wonderful cartoons that Lepage has drawn for his insert notes, belies the gentle desperation of his larger plaint: Whal does one do with this curious instrument in ]998? Lepage reviews the possibilities, applying his clarinet(s) to familiar rock, R & B and classical settings as well as a variety of ethnic song and dance forms. Some of the titles of his tunes tell the story: Mustang Dimitri, Zorbanlieu, Tintin au Rajasthan and Sahararinette. Wisely, he does not belabour these odd notions; the 22 tracks, some less than a minute in length, draw to a close well before their cleverness turns against them. And quite apart from the issues that they raise about the clarinet, they put Lepage himself on very impressive display. Among Canadian clarinetists, Vancouver’s François Houle gets all the press these days, but Lepage is equally worthy of notice. Indeed, he goes Houle one better this time, demonstrating how well the clarinet can be played with tongue planted firmly in cheek.

… it’s quite brillant in a whimsical sort of way…

Autres textes

Revue & Corrigée no 35, Hallandsposten

Blogue

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.