La boutique des nouvelles musiques

Face cachée des choses Diane Labrosse

Diane Labrosse nous présente un premier disque solo — également premier disque solo chez Ambiances Magnétiques — une musique pour échantillonneur numérique. Face cachée des choses est une collection de sons bruts, parfois somptueux, non-aimables dans bien des cas. Un inventaire d’appareils, un étalage d’outils, un tas de machins, une série de traitements.

Photos de voyages, promenades solitaires, soirées euphoriques, nuits calmes, moments d’anxiété, après-midi de vie ordinaire, une toute petite touche d’exhibitionnisme et beaucoup de grenouilles. Une musique user friendly, électroacoustique ménagée, orgues de bizarreries, petits ensembles d’animaux, solistes méconnus…

«Comme la tortue, je travaille lentement et je traîne ma maison avec moi, je l’ai mise dans ce disque, mais sans le piano, pas d’instruments de musique, seulement une face cachée des choses.»

Face cachée des choses

Diane Labrosse

La presse en parle

  • François Couture, actuellecd.com, 16 septembre 2003
  • N D - Magazine, 1 juin 1997
  • Fernando Magalhäes, Quarta-feira, 8 janvier 1997
  • Elizabeth Vincentelli, Option, no 68, 1 mai 1996
    This is what experimental music should be, but so rarely is—adventurous, imaginative, poetic and sensual, as it engages both the heart and mind of the listener. With Face cachée des choses Labrosse amply demonstrates that it is indeed, possible to make new music with old pots.
  • ImproJazz, 1 avril 1996
    … le flux de chuchotements, de mélodies cachées, d’insomnies et de mirages est époustouflant.
  • The Wire, no 142, 1 décembre 1995
    … it’s particularly refreshing to hear a composer working with concrète/electroacoustic techniques who still enjoys identifiable rhythm and melody, and linear development…
  • François Couture, AllMusic, 1 juin 1995
    Think of it as a guilty pleasure…
  • Rafa Dorado, Margen, no 4, 1 janvier 1995

Les Poules et la basse-cour

François Couture, actuellecd.com, 16 septembre 2003

À l’exception de la pop sirupeuse, tous les genres musicaux sont dominés par le mâle. Qu’il grogne dans le micro, gratte sa guitare ou s’époumone au saxo, l’homme s’accapare l’image du musicien, autant dans le rock des multinationales que sur la scène des musiques actuelles. Quand la femme s’aventure dans le domaine, elle est souvent réduite à adopter les formules toutes faites de l’industrie.

C’est pourquoi il est étonnant de trouver au sein du catalogue de DAME autant de femmes à la démarche artistique novatrice. C’est que dès ses premières années, le collectif Ambiances Magnétiques a accueilli trois créatrices dont l’activité musicale, la force organisationnelle et la forte tête ont servi de pôle d’attraction. Je parle bien sûr de Joane Hétu, Diane Labrosse et Danielle Palardy Roger.

Nos trois protagonistes se sont connues au tournant des années 80 dans Wondeur Brass et ont poursuivi leur association dans Les Poules et Justine. Big band anarco-féministe à ses débuts, Wondeur Brass a servi de laboratoire à Joane, Diane et Danielle qui y ont fait leurs premières armes (Joane, autodidacte, y a littéralement appris la musique). Leur mélange de poésie moderne, de free jazz et de rock-in-opposition est déjà au centre du long-jeu Ravir. Du sextet du premier album, on passe au quatuor avec la bassiste Marie Trudeau pour Simoneda, reine des esclaves. Cette formation prend bientôt le nom de Justine pour trois autres disques (La légende de la pluie, créditée au nom de chaque musicienne, peut être abordée comme une collaboration entre Justine, Zeena Parkins et Tenko) au cours desquels le discours féministe est graduellement sublimé et laisse place à une fantaisie croissante qui connaît son apogée sur le phénoménal Langages fantastiques.

Dès la sortie de Langages fantastiques, les trois filles se consacrent à leurs carrières individuelles. Chanteuse et saxophoniste, Joane Hétu insuffle à sa musique un émerveillement langagier et une interprétation mal dégrossie qui se rapproche de l’outsider art. Elle a d’abord mis sur pied son propre groupe, Castor et compagnie (avec Diane Labrosse, Jean Derome et Pierre Tanguay), qui a commis deux albums de chansons sensuelles et tordues en filiation directe avec Justine. Par la suite elle s’est tournée vers l’improvisation, d’abord avec son compagnon Jean Derome dans le duo Nous perçons les oreilles, puis en solo avec Seule dans les chants, d’une intimité intense. Elle a récemment prouvé ses talents dans la composition à grand déploiement avec le magistral Musique d’hiver.

Vers la fin de Justine, Diane Labrosse a délaissé le clavier pour lui préférer l’échantillonneur. Après un album solo, Face cachée des choses, un disque en duo avec le percussioniste Michel F Côté (Duo déconstructiviste) et une participation à son groupe Bruire (sur Les Fleurs de Léo), elle a tâté de la composition pour ensemble d’improvisateurs (Petit traité de sagesse pratique) avant de se consacrer corps et âme à l’improvisation. Parasites, avec Martin Tétreault, et Télépathie, en compagnie d’Aimé Dontigny, démontrent qu’il est possible de manier l’échantillonneur avec grâce et sensibilité.

Depuis la dissolution de Justine, la discographie de Danielle Palardy Roger progresse à petits pas (c’est qu’elle est très occupée par la direction des Productions SuperMusique). Son conte pour enfants L’oreille enflée (avec les voix et les instruments de Derome, Hétu et André Duchesne, entre autres) s’adresse au jeune public avec une rare intelligence. Et Tricotage, sa rencontre improvisée avec la contrebassiste française Joëlle Léandre, documente la finesse de son jeu de batterie.

En 1986, Joane, Diane et Danielle avaient pris un congé de Wondeur Brass pour explorer les limites de la chanson pop sous le nom Les Poules (Contes de l’amère loi, fraîchement réédité). Dernièrement, elles ont repris le collier du trio, poussant cette fois dans l’improvisation riche en textures subtiles, qui marie bruitisme, écoute et lyrisme. Prairie orange marque ce retour attendu à un travail collectif.

La présence de ces trois créatrices au sein d’Ambiances Magnétiques a attiré l’attention de quelques artistes aux intérêts similaires. Première autre femme à joindre l’écurie, Geneviève Letarte a produit deux superbes albums de chansons poétiques (Vous seriez un ange et Chansons d’un jour). Dernièrement, le catalogue de DAME a accueilli la performeuse Nathalie Derome, la guitariste Sylvie Chenard, la pianiste Pui Ming Lee, ainsi que Lori Freedman et Marilyn Lerner du duo Queen Mab, qui nous ont chacune donné un album solo (respectivement: À un moment donné et Luminance).

La musique actuelle, un monde de gars? Suivez ces quelques pistes, vous verrez bien.

Review

Fernando Magalhäes, Quarta-feira, 8 janvier 1997

Diane Labrosse, fazendo jus ao seu nome de caçadora, não hesita em avançar tão longe quanto possivel na experimentação e na sedução do som pelo som. Face cachée des choses, primeiro trabalho em solo absoluto da sua autoria, é uma armação sinfónica para "sampler" e gravações de fita, inventário de ruídos e músicas microscópicas, fommas biológicas e mecãnicas em evolução, etnomistificações, apontamentos de ornitologa, memórias traficadas pela informática. O sentido deste movimento em tomo das sambras sonoras das coisas poderá ser o do acaso e da sua ordem sobrenatural. Música que cura a doença dos Biota, música da música, reveladora do quotidiano como colagem, fomecendo estimulos renovados a cada audição.

Review

Elizabeth Vincentelli, Option, no 68, 1 mai 1996

Review

François Couture, AllMusic, 1 juin 1995

A keyboardist who turned to the sampler in the early 1990s, Diane Labrosse offered with Face cachée des choses her first solo album. She crafted 13 pieces out of found sounds, mostly domestic or environmental. On a few tracks she added her felt voice or a simple keyboard part. Although this is a sampler album, it has very little to do with the deconstructionist approach of one Bob Ostertag, the roughness of Ikue Mori or even musique concrete. Labrosse’s music remains close to the song format, it feels like instrumental music made with anything but musical instruments. From tenderness (Nénuphar) to downright sillyness (Île de Pâques), Face cachée des choses unfolds like a collection of 13 poems. Each one of them conjures emotions, memories, reactions, but its meaning often lingers out of reach. Later Labrosse will release more substantial and experimental albums, such as the free improvisation trio Île Bizarre and the large-scale project Petit traité de sagesse pratique, but this one feels more intimate and surely is her most accessible CD. Think of it as a guilty pleasure between her work in the avant-rock groups Wondeur Brass and Justine, and her later efforts.

Think of it as a guilty pleasure…

Discos

Rafa Dorado, Margen, no 4, 1 janvier 1995

Autres textes

Border Zone Zero

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.