La boutique des nouvelles musiques

Carnets de voyage Jean Derome et les Dangereux Zhoms

Cet article est aussi inclus dans le coffret 1994-96 (AM 901).

En 1992, Jean Derome s’est vu décerner le Freddie Stone Award pour son intégrité artistique et son apport à la musique nouvelle canadienne. Compositeur, interprète, multi-instrumentiste et improvisateur, il œuvre depuis maintenant plus de 20 ans dans ce domaine et on le retrouve partout où ça brasse à Montréal. Il est membre régulier d’un nombre impressionnant de groupes notamment: Évidence, Le trésor de la langue, Bruire et Les Granules (qui ont tous enregistré sur Ambiances Magnétiques) ainsi que du Lars Hollmer, Looping Home Orchestra Live 1992-93 et de Confitures de gagaku (que l’on retrouve sur étiquette Victo).

Il nous présente ici le premier disque de l’ensemble Jean Derome et les Dangereux Zhoms. Enregistré en concert à Montréal en mars 94, Carnets de Voyage est un album électrisant qui témoigne du bouillonnement créatif extraordinaire qui anime les Dangereux Zhoms, de la joie et du bonheur qu’ont ces excellents musiciens à jouer ensemble. Carnets de Voyage présente une série de 11 pièces de Jean Derome qui ont toutes été composées dans des trains, des avions ou des chambres d’hôtel pendant ses tournées musicales à travers l’Europe et le Canada entre autres avec Fred Frith, Lars Hollmer et René Lussier.

Carnets de voyage

Jean Derome et les Dangereux Zhoms

Jean Derome

La presse en parle

  • Vincent Lecoeur, Octopus, no 27, 1 mars 2004
  • François Couture, actuellecd.com, 25 novembre 2003
  • Gonzo Circus, 1 novembre 1995
  • Mario Cloutier, Le Devoir, 13 octobre 1995
    Inspiré et inspirant… Un album qui tient superbement la route, toutes tendances confondues…
  • Natasha Gauthier, Hour, 12 octobre 1995
    … Derome is renowned for his virtuoso playing and inspired improvisations…
  • Maurizio Comandini, All About Jazz Italy, 12 octobre 1995
    … cinquanta minuti appassionati…
  • Henryk Palczewski, Informator “Ars” 2, no 16, 1 mars 1995
  • Allison Cameron, Musicworks, no 57, 1 décembre 1994

Critique

Vincent Lecoeur, Octopus, no 27, 1 mars 2004

La critique internationale s’est beaucoup intéressée à ce volume enregistré en concert en mars l996 à Montréal. La basse de Pierre Cartier imprime quelque chose de beaucoup plus rock que les autres compositions de Jean Derome (saxophones et flutes), mais le désordre qui s’en dégage est à rapprocher en plus simple des prestations de Keep The Dog, groupe de tournée de Fred Frith.

En cadeau, élargir des horizons

François Couture, actuellecd.com, 25 novembre 2003

Les Fêtes approchent. Vous vous demandez quoi offrir en cadeau cette année? Vous cherchez le truc original, ce qui étonnera et fera plaisir? Pourquoi ne pas élargir les horizons musicaux d’un être cher, d’une collègue de travail ou d’un cousin que vous n’avez pas vu depuis le dernier Noël. Voici une sélection toute personnelle d’idées cadeaux pour initier quelqu’un (ou vous-même, on peut bien se faire plaisir!) à la musique actuelle.

La chanson

Cela peut paraître un peu simpliste, mais tout le monde apprécie une bonne chanson. Cela dit, nous n’avons pas tous la même définition de ce qu’est une bonne chanson. Et les artistes du catalogue de DAME prennent beaucoup de liberté avec cette forme musicale, c’est d’ailleurs ce qui rend la chose si excitante. Frank Martel et Tomás Jensen sont des chansonniers au verbe ludique et à la musique intemporelle, chacun à sa façon (les amateurs de Richard Desjardins ou d’Urbain Desbois y trouveront leur compte). Et les Chansons d’un jour de Geneviève Letarte plairont à quiconque recherche une chanson au texte poétique et à la mélodie intelligente et accessible. Pour les rockeurs dans l’âme, Locomotive d’André Duchesne (des riffs à fond de train) demeure un classique.

Castor et compagnie de Joane Hétu a déjà un côté plus pernicieux avec ses textes sensuels (voire érotiques) et ses moments de douce folie, une folie qui s’accentue dans le rock déconstruit du groupe féminin Justine: leur premier album, (Suite), tient du rock progressiste, alors que le second, Langages fantastiques, fait plutôt dans la chanson à haute teneur en improvisation. Comme va-tout, la compilation Chante! 1985-2000 offre une vaste sélection de chansons tordues et touchantes.

La fête

Moment de célébration, de carnavalesque, de transgression des interdits, la fête est aussi musicale et donne lieu dès lors à une distorsion des règles couramment admises. L’Orkestre des pas perdus insuffle à la musique de fanfare un air de cirque actuel, un R ‘n’ B (rhythm ‘n’ brass, bien sûr) qui rafraîchirait n’importe quelle parade. Son cousin Les Projectionnistes (les deux projets sont pilotés par Claude St-Jean) remplace le cirque par le rock et de fanfare fanfaronne la section de cuivres se transforme en funk frénétique. Pour sa part, la Fanfare Pourpour troque le caractère officiel des costumes de parade pour la spontanéité d’une fanfare de rue, une musique pour Tout le monde qui ne s’abaisse pas au plus petit dénominateur commun.

Dans le même esprit, mais en ajoutant un côté est-européen et une imagination débridée, le groupe Interférence Sardines (qui compte en ses rangs deux membres du groupe néo-trad Les Batinses) brasse fort. Jean Derome et les Dangereux Zhoms adoptent un angle plus jazz avec un côté frivole qui pousse parfois jusqu’à l’exubérance. Les trois albums du groupe sont hautement recommandables, mais Carnets de voyage demeure un excellent point de départ. On trouve le même esprit de démesure et d’émotion pure dans La boulezaille (Pierre Langevin et Pierre Tanguay) et Plinc! Plonc! (Jean Derome et Pierre Tanguay), des disques où s’entremêlent improvisation, musiques du monde, jazz et fantaisie libératrice.

Et pour aller plus loin

Mais peut-être voulez-vous allez plus loin et donner le goût d’une musique actuelle plus audacieuse et abstraite? Voici quelques suggestions de musiques improvisées et électroniques.

Martin Tétreault est l’un des artistes expérimentaux les plus fascinants en ce moment. Son utilisation du tourne-disque projette 45 questions par minute. Son récent disque Parasites avec Diane Labrosse pose la loupe sur de petits bruits inquiétants. Et sa nouvelle collaboration avec le Japonais Yoshihide Otomo, Studio — Analogique — Numérique, offre une musique de recherche étonnante dans une présentation originale: un coffret de trois mini-disques compacts.

Actif sur la scène des musiques d’avant-garde depuis le début des années 70, Fred Frith demeure le favori de plusieurs amateurs du genre. Les deux albums de son Fred Frith Guitar Quartet (avec René Lussier, Nick Didkovsky et Mark Stewart) sont essentiels. DAME offre aussi les titres de son étiquette Fred Records.

L’un des premiers groupes de l’écurie DAME à s’être tourné vers l’improvisation électro-acoustique, Klaxon Gueule donne dans les textures bruitistes et le plaisir exigeant. Les albums Muets et Grain ont été acclamés par la critique internationale. Mentionnons aussi la compilation Ohmix, un projet électronique audacieux où une brochette d’artistes (dont Martin Tétreault, David Kristian, John Oswald, Terre Thaemlitz et Ralf Wehowsky) remixent les disques de l’étiquette Avatar.

Enfin, au lieu d’envoyer les habituelles cartes de souhaits, je vous suggère les cartes postales sonores de l’étiquette Ouïe-Dire, des cartes accompagnées de mini-disques compacts. Et bon temps des Fêtes!

Recensione

Maurizio Comandini, All About Jazz Italy, 12 octobre 1995

Il saxofonista canadese Jean Derome è da sempre al centro di progetti interessanti che spaziano da situazioni di musica d’avanguardia più legata alla musica contemporanea che non al jazz, a situazioni di appassionata dedizione al repertorio di Thelonious Monk (per leggere le recensioni dei suoi due dischi con il gruppo Évidence, Live à la Casa e Musique de Thelonious Monk clicca qui e qui).

In questo caso lo troviamo alle prese con il suo sestetto Dangereux Zhoms,impegnato in undici brani tutti composti da Derome durante le tournée, sui treni,nelle stazioni, negli aeroporti, sugli aerei. Di qui l’inevitabile titolo che cita i biglietti del viaggiatore.

La musica si staglia con grande forza in una dimensione che prende un po’ dalla musica creativa, un po’ dal rock progressivo, un po’ dal jazz. Un possibile apparentamento potrebbe essere rappresentato da certi gruppi inglesi dei primi anni settanta, ma una parte di rilevo, nelle fonti di ispirazione, dobbiamo riconoscerla anche alla musica creativa e insofferente che si sviluppava, nei primi anni novanta, nella scena downtown neyorchese che ruotava attorno alla Knitting Factory (pensiamo ad esempio ai Lounge Lizard del periodo di mezzo, quando alla chitarra era presente il bravissimo David Tronzo).

Gli intrecci timbrici fra l’aggressiva chitarra elettrica dell’ottimo René Lussier e il trombone gorgogliante di Tom Walsh sono uno dei punti di forza di questa formazione, ma non mancano le occasioni per apprezzare il contributo del tastierista Guillame Dostaler e dei due ritmi, Pierre Cartier al basso elettrico e Pierre Tanguay alla batteria. Due ritmi abituati a suonare con Derome anche in altri progetti e quindi molto ben inseriti all’interno di questo progetto.

Si parte con una sorta di finto blues (En culottes courtes, on gèle) che chiarisce subito le intenzioni ed il clima. Su un fondale dominato da un organo minaccioso si scatenano gli scatarramenti del trombone che si intrecciano con le bordate iper-elettriche della chitarra e con le frasi angolari del sax. L’elettricità è densa e pervade ogni spazio, rendendo la musica scoppiettante di energie che si disperdono nello spazio. Seguono due suite (ognuna composta da 4 brani) che portano via circa cinquanta minuti appassionati e variegati (per esempio ascoltate il divertente, ma allo stesso tempo strano, Calypso che chiude la prima suite, con quella frase di pianoforte che richiama il ritmo di base, mentre la musica attorno va per i fatti propri) e ancora due brani ’indipendenti’ che chiudono degnamente questo ottimo album.

… cinquanta minuti appassionati…

Blogue

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.