La boutique des nouvelles musiques

3 musiques pour UBU Jean Derome

Jean Derome a composé pour le Théâtre UBU (Denis Marleau) de 1990 à 1992; 3 musiques pour UBU réunit la presque totalité des ces musiques.

3 musiques pour UBU

Jean Derome

Quelques articles recommandés

La presse en parle

  • Nick Mott, Audion, no 42, 1 mars 2000
  • Alexandre Pierrepont, Jazz Magazine, no 485, 1 octobre 1998
  • Art Lange, Pulse!, 1 septembre 1998
  • George Zahora, Splendid E-Zine, 29 juin 1998
    … smashing stuff… Despite being separated from the performances they were written to enhance, “3 musiques pour UBU” offers a broader than average look at Derome’s work…
  • François Couture, CFLX 95.5 FM, 14 avril 1998
  • Diane Jean, Ici Montréal, 19 février 1998
    … les créations de Derome sont des musiques qui, comme des personnages forts, ont leur vie propre et possèdent une âme vigoureuse et tonique.

Review

Nick Mott, Audion, no 42, 1 mars 2000

3 Musiques pour Ubu comprise almost all of Jean Derome’s compositions written for Denis Marleau’s Théâtre Ubu. The first disc was inspired by reading the complete works of Beckett. Typical to other music on the label, it is very brassy, Iyrical and sombre. My interest waned, though there are some brilliant Art Zoyd/Univers Zero type moments with dramatic chopping strings and winds, interspersed with dead-stops for added tension. Disc 2, containing the works Les Ubs and Luna-Park, I found more enjoyable, more typically French, with Eric Satie like playful melodies, and some fine vocals, going on to wonderfully strange realms, almost sounding like The Residents at the end.

Critique

Alexandre Pierrepont, Jazz Magazine, no 485, 1 octobre 1998

Chez les Contemporains (une ethnie), on connaissait le goût de John Zorn pour les musiques de films ou celui de Fred Frith pour les pas et figures des chorégraphes. L’étroite collaboration du saxophoniste, flûtiste et homme à tout faire Jean Derome avec la compagnie du Théâtre Ubu basée à Montréal agrandit ce cercle d’équilibristes. Au cours des dernières années, trois collages de textes ont donné lieu à autant de pièces et de musiques qui, sans tout à fait se soumettre à l’écrit, au jeu de scène, les relancent peut-être, généralement par annotations, précisément par morceaux, comme elles le feraient avec un partenaire supplémentaire et irrésistible Cantate grise s’inspire de Beckett et prête à ses divulgations oppressantes les miroirs tournants et les effacements d’un basson, d’un trombone, d’un violon et de flûtes. Luna Park reprend les chamboulements méthodiques des constructivistes russes du début du siècle et leur fait faire quelques tours de manège musical sous les commandes du trio Derome-Lussier-Tanguay, de leur ménagerie musicale, de leurs munitions bruitistes. Les Ubs, se mesurent inévitablement à l’innommable Jarry et à son très grotesque très mauvais et très ressemblant tigre de papier. Le sextette envoyé sur scène par Derome pour jouer les musiciens et les soldats des armées russe et polonaise fait le choix logique de la grandiloquence: il badine, fanfaronne et prend aux cheveux. L’irrévérencieuse «musique actuelle» serait-elle le meilleur souffleur que l’art dramatique ait connu?

Review

Art Lange, Pulse!, 1 septembre 1998

This CD set of witty, moody and atmospheric scores you for Montréal theatrical productions of Beckett, and Jarry and Russian Futurist/Constructivists.

Review

George Zahora, Splendid E-Zine, 29 juin 1998

Despite several years of high school and university French courses, I can barely speak a word of the language. This failing is thrown into sharp relief by discs like 3 musiques pour UBU, which are so aggressively “in-French” (well, Québécois, actually) that only a uniquely foreign and incompatible CD shape would rankle more. I’m literate enough, however, to determine that this double-disc consists of musical scores that Jean Derome created for three early-nineties productions by Montréal’s Théatre UBU — but as the CD booklet is entirely in French, those of us who are Gallic-challenged must make do with vague guesses about subject matter. The first disc contains the score to Cantate grise, which is based on several works by Samuel (Waiting for Godot) Beckett. Not too surprisingly, it sounds something like a fever dream — a seductive yet dischordant mix of strings and wind instruments that lapses between harmony and outright musical schizophrenia. Moments of gentle calm segue rapidly into vague unease and outright paranoia — smashing stuff. Les Ubs, based on the works of Alfred Jarry, is perhaps the most accessible piece on the disc, as well as the one with the most lyrics. Bearing a passing resemblance to the Brecht/Weill pantheon, it is upbeat and martial, full of steady, straightforward rhythms — complete with tuba oompahs — and hummable melodies. From the pictures, it looks pretty satirical, too. Luna Park, the final production, is also the most modern; in addition to highly stylized costumes and sets, it makes use of a mixture of traditional instruments and found and ambient sounds. Electronic noises, woodland sounds, tocsin bells, squeeze toys, chanting, a calliope and a plane crash all find their way into these tracks, making it the most challenging and intriguing of the three compositions. Despite being separated from the performances they were written to enhance, 3 musiques pour UBU offers a broader than average look at Derome’s work, and should intrigue fans of the hard-to-define electroacoustic genre as well as devotees of avant-garde theatre.

… smashing stuff… Despite being separated from the performances they were written to enhance, “3 musiques pour UBU” offers a broader than average look at Derome’s work…

Délire actuel: Critique

François Couture, CFLX 95.5 FM, 14 avril 1998

Jean Derome touche à tout. Des côtés vieux swing de son Je me souviens — Hommage à Georges Perec aux dissonances de Nous perçons les oreilles, Derome surprend souvent, tout en demeurant égal à lui-même. Son amour de la musique n’a d’égal que celui qu’il entretient aussi pour la littérature et le théâtre. De 1990 à 1992, il réunissait tout cela en tâtant surtout de la musique de scène. 3 musiques pour UBU est un album double qui regroupe trois œuvres écrites pendant cette période pour le Théâtre UBU de Denis Marleau.

Le premier disque présente Cantate Grise (50 minutes). Cette musique est inspirée de l’œuvre complète de Samuel Beckett et se veut un hommage à cet auteur. Pièce à l’écriture à la fois dépouillée et exubérante, réflétant bien le minimalisme parfois verbeux de Beckett (non, ce n’est pas contradictoire!), Cantate Grise est intimiste et introspective. On y trouve Jean Derome, bien sûr, mais aussi Allan Laforest (flûtes baroque et autres) Shannon Peet (basson), Chantal Rémillard (violon baroque et moderne), Alain Trudel (trombone, etc. ) et plusieurs voix. Il s’agit de l’œuvre de Derome se rapprochant le plus de la musique de chambre. Intéressant, bien que comprenant certaines longueurs.

Le second disque contient deux œuvres d’environ 30 minutes chacune. On trouve d’abord Les UBS, une musique pour fanfare de 6 musiciens et choeur des comédiens. Il s’agit d’un clin d’oeil à Alfred Jarry et à toute la pataphysique. Plusieurs textes de Jarry servent de canevas à des chansons fanfaronesques (à la fois fanfares et bouffonnes). Beaucoup plus légère que Cantate Grise, Les UBS décontenance par sa simplicité et son humour absurde. On y trouve Allan Laforest (flûtes), Carol Bergeron (percussions), Ivanhoe Jollicoeur (trompette et flugelhorn), Stéphane Jalbert (clarinettes), Jean-Denis Levasseur (clarinette, sax) et Jean Sabourin (sousaphone).

La dernière pièce s’intitule Luna-Park et gravite autour des années d’ébullition sociale et artistique d’avant la révolution russe. Il s’agit de l’effort le plus intéressant de Derome dans le domaine de la musique de scène. Complexe, évocatrice, vibrante et nouvelle, la musique de Luna-Park met en scène pour la première fois le trio des Patenteux du Québec (Jean Derome, René Lussier et Pierre Tanguay sur différents instruments inventés et modifiés) auquel s’ajoutent Allan Laforest, Jean-Denis Levasseur, Jean Sabourin, Allyson Lyne (violon) et Pierre Olivier (synthétiseur). Une ode à l’invention et au renouveau, Luna-Park est le point d’intérêt principal de ce disque.

En conclusion, il s’agit d’un disque qui plaira grandement aux amateurs de musique de scène et un bon complément à La Bête, l’effort précédent de Derome dans ce domaine. Néanmoins, 3 musiques pour UBU n’est pas un essentiel de la discographie de ce grand musicien. Plutôt un agréable complément.

Critique

Diane Jean, Ici Montréal, 19 février 1998

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.