La boutique des nouvelles musiques

Soyez vigilants, restez vivants… Les Granules

Hybride de multiples traditions musicales: de l’Inuit-Spirituals au Reel-rock en passant par le Boudin de Noël et l’Armée du Salut.

Soyez vigilants, restez vivants…

Les Granules

Jean Derome, René Lussier

Quelques articles recommandés

La presse en parle

Review

François Couture, AllMusic, 1 octobre 2000

Soyez vigilants… restez vivants! (Stay Alert Don’t Get Hurt) wasn’t Montréal reed player Jean Derome and guitarist René Lussier’s first collaboration, but it was the first to find its way on record. The two had been working together since 1982 as the duo Ambiances magnétiques (which has been at the origin of the label’s inception) and in numerous film music projects. While their next LP Le Retour des Granules will be more focused (using the term loosely), this one is more of a mixed bag. Still, the Les Granules (they will release their third album on CD in 1992 under this name) sound is already firmly in place: a blend of rock, improvisation, contemporary music, found sound, miscellaneous instruments like bird calls and French-Canadian traditional music. The album includes the first recording of Derome’s Oiseaux, (Birds) which will get a bigger treatment on his album Confitures de Gagaku (Disques Victo, 1988). I a collaboration between Lussier and ex-{Conventum mate André Duchesne, is a beautiful progressive rock piece reminiscent of their old band, but also of early Maneige and of Canterbury prog rock. The totally far-out/almost comedy music style of the duo is found in Le Boudin de Noël (The Christmas Blood Pudding), a deconstructed folk song supposed to depict a Christmas dinner, including an actual recipe and a vocal trio. Chante ta chanson (Sing Your Song) and P’tit Pain (Bun) address the sociocultural reality of French Canadians, a theme that will resurface in René Lussier’s seminal recording Le trésor de la langue. The LP included a lyric sheet with liner notes in French and in English.

Catalogus

Lowlands, no 2, 1 mars 1993

Lussier en Derome werken samen sinds 78. Intussen traden ze meermaals in duet en waren tot dusver goed voor drie releases. Centraal staat de vraag near de traditionele rol van de muziek die wordt veruitwendigd in een zoektocht naar de balans van akoestische en elektrische instrumenten, stem,opgenomen omgevings geluiden en zeligemaakte instrumenten. ln Soyez vigilants brengen de twee multi-instrumentalisten een hommage aan as, zand, kaf en kruimels. Levensloze materie die door het duo tenug tot leven worden gewekt. Un son est si vite arrivé… De krulmels (Granules) zetten hun exploratie verder in het tweede deel, er valt immers steeds wat te ontdekken als men de rijkdom aan geluiden in kaart wil brengen. De verschillende stukken zijn steeds gestructureerd maar laten ruimte voor verassingen en improvisatie. Onlangs verscheen de derde opoame in de reeks onder de titel Au royaume du silencieux. In het rijk van de zwijgenden hebben de inwoners schrik om te praten, alweer een verwijzing near de immer woedende tealstrijd. Het duo nam deze CD live op in de studio. De resulterende klank is ongetwijfeld een stuk ruiger dan op de vorige platen. Maar nog steeds tulmelen we van de ene muzikale stijl in de andere en wordt er heel wat afgelachen. Moet er nog zand zijn!

Plus que de l’ambiance

Maurice Lachance, Spirale, 1 mai 1987

Dans une de ses chansons, le groupe Les Poules s’exprime ainsi: «je suis dérangeante et j’habite à Montréal». Cette phrase pourrait bien servir de formule publicitaire à la collection de disques Ambiances Magnétiques qui regroupe des musiciens montréalais dérangeants. Il y a effectivement un désir de leur part de faire une musique différente qui s’éloigne considérablement de la musique commerciale, sans toutefois être hermétique. C’est d’ailleurs un aspect étonnant de leurs créations. Ne pas être «commercial» ne veut pas dire être difficile d’écoute. C’est une musique qui, dans l’ensemble, utilise des structures de composition simples. Les pièces sont assez courtes. Il y a de l’humour, de l’ironie, de la parodie. Rien, somme toute, qui fasse peur aux inconditionnels de Paul Piché ou de Michel Rivard. Et très vite on en arrive à cette constatation: les musiques d’Ambiances Magnétiques font une utilisation nouvelle de tout ce qui constitue la musique commerciale. Que ce soit dans les sons électriques, les rythmes, les solos ou dans l’architecture générale d’une pièce, il y a constamment référence à quelque chose que l’on a déjà entendu. Ceci est principalement dû au fait que ces compositeurs sont issus d’une génération qui a expérimenté bien des genres de musiques et qui a écouté de tout. La radio peut être un réservoir culturel énorme si on sait l’écouter et Ambiances Magnétiques offre en quelque sorte l’envers de la radio. Cet environnement sonore nous est formulé autrement. C’est là surtout que réside leur différence.

Soirée canadienne

Le disque Soyez vigilants, restez vivants (AM 005) du duo Jean Derome/René Lussier est un bon exemple de ce qui vient d’être dit. Plusieurs pièces font référence à des événements ou des réalités de notre culture. Dans Hante ta chanson, c’est la danse carrée qui est à l’honneur. Ce qui aurait pu être une parodie facile de notre folklore musical devient une agréable danse. Danse aux paroles ironiques qui, au lieu de célébrer les joies des retrouvailles, dénoncent le Québécois moyen et sa situation politique («Saluez vot’compagnie avant qu’a part’à Toronto»). Le reel prend une signification nouvelle joué avec des instruments modernes. n change de contexte et cette peau neuve lui va bien. Le dernier glacier est une complainte à la mémoire du peuple montagnais. Encore là, plutôt que de faire entendre la musique traditionnelle d’un peuple, ce sont des musiques hétéroclites qui se superposent. Bien sûr, il y a des battements de tambour, mais aussi des accords de guitare électrique, des bruits de la ville, une clarinette en détresse. Cet amoncellement est un des procèdés intéressants du duo. Derome et Lussier ne travaillent pas nécessairement à créer des liens logiques entre des sonorités différentes. Il laissent plutôt celles-ci s’imposer, à l’instar de la société qui laisse courir une multiplicité de sons discontinus apparaissant et disparaissant de façon arbitraire.

Derome Lussier une longue collaboration

Alain Brunet, La Presse, 14 décembre 1986

Bien connus dans le petit monde de la musique improvisée et progressive (Nébu, Conventum, Jonas, Éboulements, etc. ), Jean Derome et René Lussier n’en sont pas à leur premier travail d’équipe. Pas moins de huit ans de collaboration à leur actif ont conduit à la concrétisation de leur premier 33 tours.

Le flûtiste-saxophoniste et compositeur Derome fait la genèse du duo: «Notre premier atelier de travail remonte à 1978 à la Grande Passe. Depuis lors, on a monté nombre de projets, dont plusieurs musiques de films. Alors on a décidé de développer plusieurs pièces en chantier, sans avoir de véritable projet de disque… pour satisfaire notre simple plaisir. On a fait une liste de 30 pièces; en commun puis on en a chosi 11 pour fins d’enregistrement.». C’est à partir de là que le projet de disque est né; un album double devait sortir cet automne, mais le manque d’argent a retardé la sortie du deuxième… Ce qui n’empêche pas le duo de garder le moral et d’intituler son album Soyez vigilants, restez vivants!

Et la résultante? Pétante de santé. «Parfois, y a des côtés chaotiques, ethniques, traditionnels, jazz ou pop, etc. Chaque pièce est parente avec un style, un esprit, sans toutefois sauter à pieds joints dedans», raconte Lussier, qui exprime assez clairement l’éclectisme de cet album.

Un produit effectivement très varié, qui saute subrepticement d’une recette musicale du boudin de Noël (savoureux!) à un reel ultra-moderne, en passant par les plus contemporaines des structures sonores. La qualité de l’instrumentation y est excellente, révélant un travail compositionnel extrêmement serré. En certains moments, on peut se rappeler quelques textures de feu-Conventum, peut-être à cause de la griffe du guitariste compositeur André Ducbesne, qui y signe une des pièces. On y a aussi invité l’excellent ventiste Robert Lepage, le fin contrebassiste Pierre Cartier, ainsi que le faiseur d’ambiances Claude Beaugrand. En somme, un produit trés intéressant qui manifeste une maturité certaine dans ces élucubrations.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.