La boutique des nouvelles musiques

Chants et danses du monde inanimé Robert Marcel Lepage, René Lussier

Chants et danses du monde inanimé de René Lussier et Robert Marcel Lepage est paru pour la première fois en 1984, la réédition sur disque compact comprends une trentaine de minutes de musiques inédites enregistrées en 1996. Chants et danses du monde inanimé c’est une surprenante suite de duos énergiques. Les thèmes, en partie composés, en partie improvisés, s’appuient sur des rythmes rock trafiqués et offrent des qualités passant de l’introspectif au comique. La musique est richement texturée, percée de toute part de sonorités pénétrantes. Elle est issue de considérations aigües sur les rapports qu’il ya entre la musique et la société d’une part, et les pieds et le nez d’autre part.

Chants et danses du monde inanimé

Robert Marcel Lepage, René Lussier

Quelques articles recommandés

La presse en parle

  • François Couture, Monsieur Délire, 30 mai 2010
    Du grand art, du grand Lussier et possiblement le disque le plus exigeant de Lepage, au style habituellement plus léger.
  • François Couture, actuellecd.com, 16 mars 2004
  • Chris Kelsey, Cadence, no 23:5, 1 mai 1997
  • AR, Octopus, no 6, 1 avril 1997
  • Dan Maryon, Option, no 73, 1 mars 1997
    The pairing of Lepage’s sax and clarinet wails with Lussier’s dry, percussive guitar is at once playful and skilled. […] typically, what sounds at first like a random noise becomes a theme that is built up and then destroyed. I can imagine the smiles on their faces as they recorded this.
  • Pierre Durr, Revue & Corrigée, no 31, 1 mars 1997
    … ce monde n’est pas si «inanimé» que le titre le laisse entendre…
  • John L Walters, The Wire, no 156, 1 février 1997
  • Rafa Dorado, Margen, no 8, 1 décembre 1996
  • GC, Minimal, no 13, 13 novembre 1996
  • Jim Little, Hour, 17 octobre 1996
  • GC, Megafon, no 1, 1 septembre 1996

Journal d’écoute

François Couture, Monsieur Délire, 30 mai 2010

J’avais le vinyle depuis des lustres, mais pas la réédition CD de 1996. J’ai profité du passage de René Lussier au FIMAV pour me la procurer. Ce disque de 1984, le tout premier officiellement paru chez Ambiances Magnétiques, est un excellent exemple de ce qu’on appellera «musique actuelle» québécoise. Lepage aux clarinettes multiples, souvent multipistes; Lussier à la guitare et la podorythmie, un peu de daxophone aussi je crois. Une séquence de courtes pièces semi-improvisées aux textures rêches comme le béton, dissonantes comme le trafic en ville, mais pleines de vie, une vie résolument urbaine. La réédition rajoutait une nouvelle séance enregistrée en 1996 (au prix d’éliminer une pièce de l’album original, Beyrouth, à défaut d’être mort — pourquoi diantre je ne sais pas), tout aussi folle et créative. Du grand art, du grand Lussier et possiblement le disque le plus exigeant de Lepage, au style habituellement plus léger.

Du grand art, du grand Lussier et possiblement le disque le plus exigeant de Lepage, au style habituellement plus léger.

Le folklore actuel

François Couture, actuellecd.com, 16 mars 2004

Lorsqu’on m’a demandé de plonger dans le catalogue de DAME à la recherche de points d’intersection ou de thèmes récurrents qui esquisseraient des chemins de découvertes, le filon folklorique s’est imposé de lui-même, non seulement par l’importance de la musique traditionnelle dans le développement de la musique actuelle au Québec, mais aussi parce que les disques qui s’y rattachent s’adressent à nous d’une façon qui sera plus immédiate pour certains néophytes.

Cela peut paraître paradoxal, mais folklore et innovation font bon ménage. Quand les artistes avant-gardistes d’une culture cherchent à outrepasser les diktats de l’industrie musicale, ils se tournent souvent vers les racines, les leurs et celles des autres, à la recherche de nouvelles voies à explorer. Les musiques folkloriques cachent souvent des trésors de liberté et d’improvisation. De plus, leur aspect souvent festif rend l’acceptation de nouveaux paramètres (rythmiques, mélodiques, improvisationnels) plus facile. C’est ce qui s’est passé et continue de se passer au Québec. Voici une piste d’écoute en trois temps, trois approches novatrices du folklore chez DAME: les folklores revisité, réinventé et fantasmé.

Folklore revisité

Fin des années 70: le Québec vit un renouveau folklorique grâce à une nouvelle génération de musiciens (on pense à La Bottine Souriante, au Rêve du Diable, à l’Engoulevent). Parmi ces groupes, dont plusieurs endisquent pour la défunte étiquette Tamanoir, se trouve un collectif de jeunes fous, des guitaristes qui pervertissent le reel et le folk par leurs inventions mélodiques et leurs poèmes post-modernes. Conventum compte dans ses rangs André Duchesne et René Lussier, qui co-fonderont le collectif Ambiances Magnétiques un peu plus tard (les deux albums de Conventum, À l’Affût d’un complot et Le Bureau central des utopies, sont malheureusement discontinués).

Au sein d’Ambiances Magnétiques, René Lussier a poursuivi sa relecture de l’histoire musicale du Québec et d’ailleurs. Sa discographie est parsemée de pièces folkloriques remises à nu et à neuf. Dans les trois albums des Granules (avec Jean Derome), il exacerbe son caractère dionysiaque (Le Boudin de Noël sur Soyez vigilants, restez vivants ou encore La Chicaneuse sur Au Royaume du silencieux). Avec Le Trésor de la langue, il s’est tourné vers notre folklore historique, transformant les mots de René Lévesque, du FLQ et des gens de la rue en un nouveau «Cahier de la bonne chanson». Sa récente collaboration avec le guitariste américain Eugene Chadbourne marque un retour aux sources — leur album L’Oasis sur étiquette Victo revisite plusieurs airs traditionnels des deux côtés de la frontière.

Folklore réinventé

Le folklore d’une nation n’est pas qu’un corpus, c’est aussi un état d’esprit, un substrat dont on s’inspire à la recherche d’un nouveau folklore. Plusieurs artistes du catalogue DAME puisent à cette source et réinvente notre folklore (et parfois même celui des autres). Sur La Boulezaille, Pierre Tanguay et Pierre Langevin (eux-mêmes maîtres des musiques traditionnelles européennes dans le groupe Strada) mélangent instruments traditionnels et modernes à la recherche d’un folklore actuel, dépoussiéré du carcan dans lequel aimerait l’enfermer les traditionalistes de tout acabit. Des groupes comme Interférence Sardines et la Fanfare Pourpour donnent à leur pièces originales une forme qui rappelle ici la fougue du violoneux du diable et là la musique des fêtes de rue (la musique du peuple, folklorique par définition). Si sa Musique d’hiver n’a rien de festif, Joane Hétu y redéfinit néanmoins le folklore hivernal québécois, avec beaucoup plus de précision et de force d’évocation que le poème de Nelligan.

Folklore fantasmé

Le folklore réfère à une musique instinctive, créée hors des institutions et de leurs codes, la musique du quotidien, du carnavalesque selon Bakhtine. Et quand on veut sortir du quotidien? Il est toujours possible d’inventer le folklore, de faire de la folklore-fiction. René Lussier et Robert Marcel Lepage établissent leur musique actuelle, mélange d’impro libre à l’européenne et de relents traditionnels, comme le folklore d’un monde futuriste, dernière énigme d’un univers déshumanisé. Même chose chez Les 4 Guitaristes de l’Apocalypso-Bar d’André Duchesne qui incarnent le rock traditionaliste du futur (un futur post-apocalyptique d’ailleurs). Dans le cas des Chants rupestres de Bruire, Michel F Côté et ses acolytes cherchent à travers l’impro libre les traces de la musique folklorique des hommes des cavernes. Si nous sommes maintenant loin des airs faussement naïfs de Conventum, il s’agit encore dans l’esprit d’un retour aux sources primaires de l’expression musicale. Il y a plus d’une façon de swinger la baquèse dans le fond d’la boîte à bois.

Review

Chris Kelsey, Cadence, no 23:5, 1 mai 1997

The most interesting thing about this CD of mostly free improvisation is the opportunity it affords us to monitor the artists’ progress from 1984, when the first seven tracks were recorded, to 1996, when cuts 8 through 16 were laid down. In ’84, both Lussier and Lepage were well on their way to developing their own voices, though both were still manifestly groping. Lussier’s style was a mechanistic abstract-expressionism; his timbres were harsh, his lines jagged, his melodies and hammonies of little consequence given his extreme textural freedom. By ’96, the guitarist has his materials under control. The rough edges are leH that way purposely; they are no longer perceived as accidents. Lussier’s increased skills have given his work a more humane cast- ironic, perhaps, given this album’s stated intent, which is as a parody of our mechanized consumer society. Lepage’s development is similar. Where in ’84 he was searching - playing two saxes simultaneously, manipulating his tone and articulating in an extreme and sometimes clumsy manner - by’96 his chops are together. The harshness is leavened by a control that wasn’t there twelve years earlier. The mature Lepage concentrates on clarinet, upon which he has a comprehensive technique; hence, his lines are informed by a melodic sense that was far less pronounced on the earlier date. The duo benefits from the individual evolution of the piayers. Where, in the first recordings, the improvising moves in a more parallel direction - the players’limitations prohibit a more integrated, interactive perfommance - the later tracks are far more well-coordinated. The’84 cuts were made by a pair of talented students; the recent tracks by mature fine artists. Consequently, we have one-half of a very fine album - enough, I think, for me to recommend it.

Critique

AR, Octopus, no 6, 1 avril 1997

Même accompagné, ce dernier excelle. En compagnie de Robert Marcel Lepage, il forme un duo — clarinette, saxophone et guitare — d’une «espece en voie d’exception», celle des folkloristes urbains. Echappant au conditionnement culturel, privilégiant le ludique et l’aléatoire, nos deux compères artisans «artbrutistes» se livrent à un étrange rituel mécaniste où des danses singulières aux titres énigmatiques sont â un train d’enfer les unes aux autres emboîtées. Le moins que l’on puisse dire est que René Lussier (il a entre autre enregistré avec Fred Frith, Jean Derome, Chris Cutler et son Trésor de la Langue reste une inépuisable source d’émerveillement) ne se prend pas au sérieux, préférant ne pas définir sa musique à l’humour décapant. Ou plutôt non. S’il devait la décrire, nul doute qu’il parlerait de «nouille-age woolworth best électroencaustique». Autant dire que ce pataphysicien mériterait d’étre decoré de l’Ordre de la Grand Gidouille

Review

Dan Maryon, Option, no 73, 1 mars 1997

This reissue of the 1984 album, one of the first on Ambiances magnétiques, adds another album’s worth of music recorded in 1996 that is true to the original and every bit as fun. Lepage and Lussier are standouts in the noise-and-sound avant-garde that has grown over the years with the success of the annual Victoriaville music fest. The pairing of Lepage’s sax and clarinet wails with Lussier’s dry, percussive guitar is at once playful and skilled. The pieces are presented as exercises in style prompted by les influences mécanistes, the juncture of the mechanical age with the age of technology. And while the album notes take on a nearly academic tone (albeit with tongue in cheek), the music ranges from accessible (playing with canned rock riffs or referencing wellknown themes) to intensely freeform. While at first I found this nearly headacheinducing, with a little time and more focused attention I began to enjoy the conversational style of these duets. They require attention—typically, what sounds at first like random noise becomes a theme that is built up and then destroyed. I can imagine the smiles on their faces as they recorded this.

The pairing of Lepage’s sax and clarinet wails with Lussier’s dry, percussive guitar is at once playful and skilled. […] typically, what sounds at first like a random noise becomes a theme that is built up and then destroyed. I can imagine the smiles on their faces as they recorded this.

Critique

Pierre Durr, Revue & Corrigée, no 31, 1 mars 1997

Non, ce n’est pas à proprement parler une réédition. D’ailleurs, le thème principal -en durée- de l’édition vinyl, Beyrouth, à défaut d’être mort n’y figure pas! Il sera inclus, retravaillé, sur un enregistrement ultérieur (de Lepage? de Lussier?), il s’agit plutôt d’un rappel (collection 1984), à confronter à une nouvelle série de pièces (collection 1996)

Première approche, non auditive:moins de préoccupations d’ordre politique (Beyrouth justement mais la collection 1984 comprenait aussi -et maintient- Chiens de garde culturels, États asservis… ) alors que l’intitulé des pièces récentes à un côté satiesque ou pataphysique Berceuse pour un petit bidon, L’art de remplir des boîtes, et autre L’ablation des sinusoïdales.

Deuxième approche: s’il s’agit toujours d’un dialogue de deux instrumentiste, on sent une différence d’approche: en 1984, les rythmes saccadés, les sonorités grouillantes, ou stridentes de la guitare semblait surtout constituer des supports fluctuant à un jeu parfois déstructuré, mais plus ample qu’un saxophone; dans la collection 1996, cette impression de deux niveaux a disparu: les deux instrumentiste évoluent sur le même plan, se partageant les rôles sur ce qu’on pourrait qualifier de «devant du son». Les deux démarches aboutissent également à la constitution de petites cellules sonores évolutives… Ce monde n’est pas si «inanimé» que le titre le laisse entendre…

… ce monde n’est pas si «inanimé» que le titre le laisse entendre…

Soundcheck Review

John L Walters, The Wire, no 156, 1 février 1997

Chants et danses du monde inanimé features Robert M Lepage playing clarinet and alto sax in (I think) largely improvised duos with Lussier’s guitar. There are seven pieces from 1984 and nine from last year with titles such as Tutti frottis and L’art de remplir des boîtes. The lengthy sleevenotes by Lepage look as though they might be very funny, but my French isn’t good enough.

Las nuevas ediciones de…

Rafa Dorado, Margen, no 8, 1 décembre 1996

Otra producción de René Lussier, en este caso del año 84 y junto a Robert Marcel Lepage, es Chants et danses du monde inanimé un duelo interpretativo entre los clarinetes y saxo alto de Lepage y las manipulaciones guitarreras de Lussier. En este trabajo, toma cuerpo la obsesion más recurrente del compositor canadiense, la relación enfermiza y casi siempre peligrosa entre la composición y la improvisación. Una sólida producción, a menudo divertida y. Ias más de las veces, caracterizada por una gravedad ceñuda apoyada por el elemento impros isatorio. redondea este disco que incluye 30 minutos de material nuevo grabado en el 96.

Review

GC, Minimal, no 13, 13 novembre 1996

Integrado numa colecção temática sugestivamente baptizada com a expressão ’espèces en voie d’exception’ (espedes em vias de excepção), este oisco regista para a posteridade duas séries de cantares e dancas, concebidos como indidos de expressão artistica de ficticias tribos sobreviventes à era da máquina. A primeira série, Collection 1984, em vias de’exceprção’mais acentuada, reedita as gravacoes originais que ilustraram a inRuência das máquinas sobre as concepções musicais. A segunda, Collecton 1996, acrescenta novas composições e tecnologias que, nesta fantasia antropologica, estendem o humor e a versatlidade dos instrumentos de Robert Marcel Lepage (clarinetes, saxofone alto) e René Lussier (guitarra, podocussões).

Spins

Jim Little, Hour, 17 octobre 1996

This reissue of an album originally recorded in 1984 by clarinettist (and alto sax player) Robert Marcel Lepage and guitarist René Lussier is fleshed out by nine tunes done in ’96. The intimacy of the duo contrasts sharply with the shards of actuellism, creating a vaguely disturbing bun challenging recording in a kind of homage to the anomie of the age of the machine. Lussier’s occasionally industrial-sounding guitar effectively displaces and re-contextualizes Lepage’s sometimes more inside, sometimes more outside, playing. 3/5

Review

GC, Megafon, no 1, 1 septembre 1996

Integrado numa colecpao temática sugestivamente bapbzada com a expressáo «espèces en voie d’exception» (espécies em vias de excepçáo), este aisco regista para a posteridade duas séries de cantares e danças, concebidos como indicos de expressáo artistica de ficticias tribos sobrevrventes à era da máquina. A primeira serie, Collection 1984, em vias de’excepçäo’mais acentuada, reedita as gravapoes originais que ilustraram a innuencia das maquinas sobre as concepçòes musicais. A segunda, Colleckon 1996 acrescenta novas composigoes e tecnologias que, nesta fantasia antropologica, estendem o humor e a versatilidade dos instrumentos de Robert Marcel Lepage (clarinetes. saxofone alto) e René Lussier (guitarra, podocussoes)

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.