Blog

17 June 2017
By Guillaume Belhomme in Le son du grisli #116-117 (France), June 17, 2017

Text

“La frappe mesurée du batteur invite ainsi à un jeu courtois que respectent les feedbacks maîtrisés du guitariste comme les allers et retours turbulents de son médiator, les grands mouvements d’archet du contrebassiste comme ses fabuleux accrocs.”

C’est dans un autre trio guitare / basse / batterie que celui qu’il forme avec Chris Burns et Nicolas Caloia — récemment entendu sur Live: Taking a Shot, cassette Small Scale Music — que l’on trouve ici John Heward. Le temps de quatre improvisations enregistrées en Nouvelle-Écosse en juillet 2013 avec Arthur Bull (la guitare) et Adam Linson (la basse).

Et ce trio diffère de l’autre, au gré d’intentions délicates qui n’imposent pas à l’improvisation l’allure forcée d’un jazz qu’on aimerait libre. C’est sans doute là l’expérience des intervenants, qui s’est forgée auprès de partenaires de taille: Steve Lacy, Lori Freedman, Malcolm Goldstein ou Joe McPhee pour Heward, Derek Bailey, Roscoe Mitchell ou Roger Turner pour Bull, John Butcher ou l’association Axel Dörner / Rudi Mahall / Paul Lytton pour Linson.

La frappe mesurée — retenue, même, parfois — du batteur invite ainsi à un jeu courtois que respectent les feedbacks maîtrisés du guitariste comme les allers et retours turbulents de son médiator, les grands mouvements d’archet du contrebassiste comme ses fabuleux accrocs. Sur la deuxième improvisation, la plus longue (une douzaine de minutes), le ton montera quand même, pour permettre peut-être au contraste de parachever le tableau.

blogue@press-5716 press@5716