Blog

1 April 2012
By Annie Landreville in La Scena Musicale #17:7 (Québec), April 1, 2012

Text

“Il y a beaucoup d’émotions senties dans ces propositions de voyage où on décolle sans peine pour atterrir en douceur. Enveloppant.”

Madrid, Buenos Aires, Madagascar, Riga ou Brest, voilà des endroits bien réels dont le contrebassiste Jean Félix Mailloux s’est inspiré. Pourtant, ces lieux lui sont aussi totalement imaginaires puisqu’il n’y a jamais mis les pieds, mais cela ne l’empêche pas de s’en imprégner pour mieux les imaginer.

Pour son troisième disque, Cordâme revient à ses sources, soit la formule du trio à cordes (violon, violoncelle, contrebasse). Le compositeur, fin mélodiste et arrangeur, nous transporte avec lui dans ses bagages. Alors que Vancouver lui inspire un tango, le flamenco incontournable de Madrid évite quand même la facilité des clichés par son rythme et sa mélodie, tous deux rendus par les cordes expressives. Par ailleurs, ces portaits de lieux imaginés ne sombrent pas dans le piège de la référence obligée au folklore local, l’inspiration et l’évocation s’avérant plus pertinentes qu’une approche compositionelle relevant du simple pastiche ou de l’exercice de style.

Pourtant, une note produite par-ci évoque une flûte, un jeu en pizzicato nous rappelle un effet de percussion par-là et, un plus loin, une mélodie semble émaner d’un erhu, ce violon chinois à deux cordes. L’acoustique de l’église du Gesù sert très bien le trio, le son résultant étant plein, riche et chaleureux. Il y a beaucoup d’émotions senties dans ces propositions de voyage où on décolle sans peine pour atterrir en douceur. Enveloppant.

blogue@press-4643 press@4643