The New & Avant-garde Music Store

C’est le nom d’une fanfare. Et pas n’importe laquelle!

Yves Steinmetz, La Voix de l’Est, July 29, 2010

Pourquoi Pourpour et pas Flonflon? Ou Tsointsoin? Ou Boumboum? Je n’ai pas voulu le leur demander. Peut-être pour garder un petit jardin secret entre nous. Un petit coin de mystère. Pour le reste, je suis tombé sous le charme de Pourpour, dont je suis désormais un fan inconditionnel.

Qu’ont-ils fait, ces gens-là, pour conquérir mon vieux cœur désabusé? Samedi dernier, ils ont secoué Saint-Césaire, mon très sage village dont rien ne vient jamais bousculer la tranquillité. Pourpour est arrivé. Pourpour est descendu dans la rue. Là où se trouvent les gens. Quelle belle idée! Aller chercher le monde pour ensuite le convier au concert. La parade a remué le village, les gens se massaient sur son passage. C’est qui, ça? On leur répondait: Ça? C’est Pourpour. Venez les écouter ce soir.»

C’est quoi, au fond, une fanfare? De la musique bruyante? Du bruit musical? Les deux, et bien plus. La fanfare, c’est un des rares points de rencontre entre le talent artistique et le plaisir populaire. La fanfare, c’est la musique d’orchestre rendue incontournable à ceux et celles qui n’ont peut-être pas envie de savoir ce qu’est la musique d’orchestre. La fanfare, c’est une forme d’art immédiate. Destinée à celles et ceux qui n’y connaissent rien. Ce qui est mon cas.

Je suis romancier. Donc intello. Bon. Ça, c’est le matériel de base. Le métier, lui, consiste à écrire pour que tout le monde puisse me lire.

C’est comme le docteur: il ne t’explique pas la rencontre entre une bactérie et un antibiotique. Il te soigne, point. Et c’est ça, rien que ça, que tu attends de lui.

Et dans la Fanfare Pourpour, c’est exactement ce qui se passe. Les 16 musiciens que j’ai vus sur scène étaient tous des virtuoses. Et, ce qui ne gâte vraiment rien, ils riaient et s’amusaient autant que le monde dans la salle. La musique passait d’eux à nous sans intermédiaire.

Ouf! Quelle soirée! Des tangos qui donnaient des fourmis dans les jambes, de suaves bossanovas, des valses, des cha-cha-cha échevelés et, de temps à autre, un petit goût ashkénaze d’Europe centrale, ou de musique country.

Je devais prononcer un discours de remerciement lors du cocktail VIP, à l’intermission. En tant que président de la Maison de la Culture du Cœur de la Montérégie. Je l’ai réduit à: «Pourpour, je vous aime.» Ce qui était le fond de ma pensée.

La gérante du groupe, Lou Babin, m’a dit: Viens répéter ça sur scène à la reprise. Je l’ai fait. Ce fut mon meilleur discours.

Pourpour, je vous aime.

By continuing browsing our site, you agree to the use of cookies, which allow audience analytics.