The New & Avant-garde Music Store

Charles Collard, La Scena Musicale, no. 11:7, April 1, 2006

Depuis son arrivée à Montréal en 2003, le batteur Isaiah Ceccarelli ne semble pas en manque de travail. Bien qu’on s’attendait à rencontrer un musicien pressé entre deux répétitions, on a découvert un jeune homme au verbe posé et d’une bienveillance manifeste. Né en Colombie-Britannique de parents d’origine russe et italienne, ce musicien de talent déclare d’emblée n’avoir aucun lien de parenté avec le batteur français André Ceccarelli. C’est à neuf ans, en 1987, qu’il est piqué par la musique, au moment où sa famille s’installe en Californie. Tenté d’abord par la trompette, il se rend compte que les tambours seront sa voie. Il suivra une formation bien classique (jouant comme timbalier d’orchestre), mais le jazz correspond davantage à ses envies, intérêt qui le mènera à étudier avec Ed Shaughnessy. Après quatre années de cours privés avec son mentor, il aura acquis les bases techniques pour entamer une carrière professionnelle. Pourtant, en 1997, il s’inscrit à la Berklee School of Music, occasion de rêve pour connaître des musiciens de toutes les provenances, dont le guitariste français Antoine Polin, avec qui il enregistre deux albums. Cette rencontre le mènera vers l’Ancien Continent, puis à un autre stage d’études au Conservatoire national de Paris, auprès du grand batteur Daniel Humair et du bassiste Ricardo Del Fra. Il multiplie les expériences, question de ne pas se cantonner dans un style trop défini. De retour en Amérique, à New York cette fois-ci, il enregistre un album en quartette avec le saxo Joshua Rifkin, ex-confrère de Berklee, mais ne s’attend pas à ce que la Grosse Pomme lui accorde une consécration. Peu avant ce passage, Isaiah débarque à Montréal et se sent immédiatement interpellé par la richesse de notre scène locale, qui lui permet d’avoir les coudées franches et de former un groupe pour jouer ses compositions. Côté influences, il nomme volontiers Tony Williams, Paul Motian et Ed Blackwell, mais dans un tout autre genre, il mentionne le percussionniste Lè Quan-Ninh, dont l’art le touche peut-être encore plus. Quant à son jeu, on y entend une invention généreuse qui trahit ses sources d’inspiration américaine et européenne, deux pôles qui se complètent en offrant le meilleur de ces deux mondes. En sideman, il compte plusieurs disques à son actif (dont la parution récente Désir — Effendi Ballades), mais son premier enregistrement en leader devrait paraître l’automne prochain (un quintette avec Jean Derome et Frank Lozano, chez Ambiances Magnétiques). Musicien polyvalent s’il en est, Isaiah Ceccarelli est un beau fleuron pour la scène montréalaise et sa présence se fait sentir sur plusieurs fronts à la fois.

Musicien polyvalent s’il en est, Isaiah Ceccarelli est un beau fleuron pour la scène montréalaise et sa présence se fait sentir sur plusieurs fronts à la fois.

By continuing browsing our site, you agree to the use of cookies, which allow audience analytics.