The New & Avant-garde Music Store

Critique

Luc Bouquet, ImproJazz, no. 111, January 1, 2005

Les neuf pièces composées par Pierre Labbé ont ceci de réjouissant qu’elles ne semblent jamais verrouillées. Effleurer, arpenter, prendre le temps de l’observation, telles sont, sans doute, les intentions initiales du compositeur, lesquelles n’ont évidemment que faire de la performance et de la compétition. Cette souplesse d’écriture et de styles visités (jazz, improvisation, rock, musique contemporaine…) oscille entre force et fragilité. Les cordes, s’extrayant très souvent de la masse orchestrale, possèdent cette faculté de rebondissement et de stimulation. Elles sont tour à tour lacérées et obsessionnelles, inquiètes ou rassurantes. Reste un leader discret, arrangeur inispiré, saxophoniste parfois convulsif, souvent insaisissable, équilibriste de l’impossible. Bref, un musicien que l’on a envie de retrouver le plus vite possible.

Cette souplesse d’écriture et de styles visités oscille entre force et fragilité.

By continuing browsing our site, you agree to the use of cookies, which allow audience analytics.