The New & Avant-garde Music Store

Gravure d’ombres

Georges Privet, Voir, November 14, 1996

Disons-le d’emblée: La Plante humaine est l’un de ces rares films qui sont si originaux, audacieux et inclassables qu’il est virtuellement impossible de les décrire d’une manière qui leur rende justice. Disons donc que pour son premier long-métrage, après trente ans de carrière dans le cinéma d’animation, Pierre Hébert a choisi de méler gravure sur pellicule et prises de vue réelles au fil d’un film éclaté et extrêmement complexe sur le culte de l’image et la guerre,:la culture orale et le monde moderne. Déroutés? Il y a de quoi…

En fait, La Plante humaine est - comme toute œuvre purement cinématographique - à peu près impossible à décrirè, elle n’existe que dans la rencontre du son et de l’image, vingt-quatre fois par seconde… Essayons tout de même de dire, pour être un peu plus précis, que cette coproduction entre l’ONF et la Franœ (tournée à Montréal, à Paris et au Burkina Faso) nous plonge au centre du maelstrom d’images entourant Monsieur Michel, un veuf qui mène une vie tranquille avec son chien Léonard

Monsieur Michel (qui nous apparaît tantôt sous la forme d’un personnage animé, tantôt joué par l’excellent Michad Lonsdale) est un bibliothécaire récemment retraité. Passant ses journées entre la solitude de son appartement et quelques sorties dàns un voisinage inquiétant, il se réfugie graduellement dans un monde où se mêlent ses souvenirs et ses songes, ses livres et la télévision. Le tout, au fil d’un «zapping» narratif qui mêle la violence de son quartier et les reportages sur la guerre du Golfe, le souvenir d’un vieux conte africain, et une réflexion sur le langage et la communication.

Œuvre extrémement touffue, risquée et ambitieuse, La Plante humaine désarçonne d’abord le spectateur; le mariage entre les scènes animées et les prises de vue réelles, le côté brut, primitif et nerveux de la gravure sur pellicule, ainsi que la complexité narrative (et thématique) de l’ensemble, autant d’éléments qui risquent de dérouter le spectateur. Puis, peu à peu, les éléments de la vaste tapisserie tissée par le superbe scénario de Pierre Hébert et d’Anne Quesemand se mettent en place et le film exerce — lentement mais sûrement—un charme incontestable. Un charme qui doit beaucoup à l’excellente musique de Robert Marcel Lepage, à la trame sonore de Claude Beaugrand, et à un travail remarquable sur le son…

On peut, certes, reprocher à La Plante humaine quelques redites et longueurs, ainsi qu’une ambition excessive qui l’amène parfois à courir trop de thèmes en même temps. Et il est clair que le film de Pierre Hébert risque de décevoir sérieusement ceux qui ont une idée classique de ce qu’est un film d’animation. Les autres, en revanche seront sans doute captivés par ce film original, fascinant et inclassable, qui repousse à la fois les limites du cinéma d’animation et du long-métrage de fiction.

By continuing browsing our site, you agree to the use of cookies, which allow audience analytics.