The New & Avant-garde Music Store

Une cuvée magnétique

Mario Cloutier, Le Devoir, May 24, 1997

Micro et macro musique, implosion et explosion, voyage intérieur et périple extra-planétaire, autant d’influence moussorgskienne que pinkfloydienne, la musique qu’a composée Robert Marcel Lepage pour le très beau film de Pierre Hébert, La Plante humaine, célèbre d’abord et avant tout le pouvoir évocateur des contrastes.

Cette trame musicale agit telle une extension du film et de ses images mais contient en elle-même des pièces qui «extensionnent» le propos, le contenu, la forme, l’une de l’autre. En deux mots, Robert Marcel Lepage a de la suite dans les idées. La stridence d’un violoncelle amène à celle d’une guitare hard rock; l’expérimentation se marie à la mélodie; le bruit prolonge l’harmonie. À cet égard, le mariage Lepage-Claude Beaugrand, magnifique concepteur sonore s’il en est un déjà remarqué dans le film Les Pots cassés de François Bouvier, continue de donner des fruits savoureux. Car le jeu et l’humour de Lepage ne se cachent jamais loin derrière le mystère, la peur ou la colère qu’il sait susciter en musique.

Aidé en cela par un big band actuel magistral, dont l’inimitable Pierre Tanguay, maître des baguettes qui peut soutenir n’importe quelle orchestration, qu’elle privilégie les cordes pincées ou frottées comme dans la magnifique pièce La Poursuite du sens. Seul hic, la durée de ces morceaux de choix. Le cinéma veut du court et varié. On aurait aimé voir se prolonger Gog et Magog, Babel et Vous devez trouver le temps long? … Non, M. Lepage, on en redemande.

By continuing browsing our site, you agree to the use of cookies, which allow audience analytics.