The New & Avant-garde Music Store

St-Jak Monk

Serge Truffaut, Le Devoir, July 5, 2001

Pierre St-Jak doit être un surnom. Un paravent identitaire utilisé pour mieux camoufler la réalité, celle qui gravite entre l’âme et le coeur. Ce diable d’homme a ceci de faussement étrange qu’il ne porte pas son nom. Il n’est pas Pierre St-Jak, simple pianiste et bon citoyen, mais bel et bien Pierre Monk. Mieux! À l’image…

À l’image de la poupée russe, il a l’identité éclatée, donc très riche. Question droit de vote et devoir fiscal, il est St-Jak, Pierre; ceci précisé, passons à l’essentiel, aux vérités qui composent ou habitent le poète des trottoirs musicaux. Il est Pierre Monk et Pierre Mingus, «Felonious» Monk et Art Ensemble of Montréal, il est faussement chef pour mieux être l’habile alchimiste des émotions musicales des autres. Évidemment, il possède le sens de l’histoire des notes noires, mais n’en abuse pas. Il n’est pas tout et rien, mais bien tout sans être rien.

Lors de la nuit du Off, la nuit de L’Alizé, point de chute par excellence, et occupée, du Off Festival de jazz, il a signé une prestation magique. L’ennui avec ce mot, c’est que son utilisation abondante lui a ôté bien de cette sève qui faisait son sens. Toujours est-il que l’on a eu de la magie. À preuve, on s’est pincé. Non pas pour ralentir le processus de lévitation que ne manquent pas de provoquer les musiques de Ayler St-Jak, mais bien pour s’assurer que l’on n’était pas sous l’emprise de la berlue.

St-Jak Chaplin a amorcé le tout sous l’égide de l’humour, l’éclaté et non le timide. Puis peu à peu, lui et ses prodigieux complices… L’ennui avec ce mot, celui qui constate le prodige, c’est que… Oùkonez? Ah oui… Ses complices? Jean Derome aux saxes et à la flûte, Claude Vendette au ténor, Némo Venba, le fils de ce dernier, à la trompette, Francis Grandmont à la guitare, Normand Guilbeault à la contrebasse et Pierre Tanguay à la batterie.

Peu à peu donc, Soul St-Jak a introduit le gospel. Lequel? Euh… celui que Mingus composa dans l’heure qui suivit l’annonce du décès du président Young, celui qui s’appelle Goodbye Pork Pie Hat. Si ce n’était pas exactement celui-là, mettons que c’était son jumeau, soit ce gospel cher à Mahalia Jackson mais encanaillé par Albert Ayler.

En fait, pendant deux fois plus d’une heure, le capitaine St-Jak a décliné tout ce qui fait la richesse de cette musique qu’on nomme d’une béquille baptisée jazz. Il lançait un coup de bluespunk là qu’aussitôt Derome prolongeait et que Vendette, l’homme au son plein, l’homme qui a du savant en lui, achevait. Il, lorsqu’il était BuenaVista St-Jak, proposait une gamme de communiste infidèle que Grandmont reprenait à son compte et que Tanguay détaillait dans des rythmes tribaux.

Lorsque Buena Vista St-Jak décidait de tuer les Besame Mucho, c’était pour mieux plonger dans la liberté la plus totale. Là, Guilbeault, par contrebasse interposée, poussait les autres dans leurs moindres retranchements pour mieux marquer cet attachement aux valeurs exposées et mises à jour par les Coltrane, Dolphy, Bley et autres libertaires des années 60 à l’origine de la October Revolution.

Quand ce n’était pas ceci, quand c’était blues, alors c’était blues pas à peu près. C’était blues sans fioritures. C’était très profond et donc très touchant. En fait, ce show fut à l’image de son principal animateur: une mosaïque musicale conçue par un bonhomme qui a ceci de singulier qu’il est un touche-à-tout aussi ingénieux que courageux.

Ce spectacle a eu ceci de magique qu’il nous a remis sur le droit chemin, celui des traverses. À preuve, une fois rentré on s’est empressé d’écouter les contes ouverts de l’Art Ensemble of Chicago, notamment le Charlie M, pour maintenir l’état de lévitation en éveil.

By continuing browsing our site, you agree to the use of cookies, which allow audience analytics.