The New & Avant-garde Music Store

Blog

«Musique actuelle — Topographie d’un genre»: une musique distincte pour une société distincte

Philippe Renaud, Le Devoir, March 11, 2019
Monday, March 11, 2019 Press

Dans son nouvel ouvrage, Réjean Beaucage, journaliste, critique et directeur général du festival Akousma, tente de cerner, à travers trois événements marquants, la plus singulière contribution québécoise au monde musical contemporain: la musique actuelle. «Il fut un temps où chaque fois qu’on parlait de musique actuelle, les gens disaient: “C’est quoi ça, au juste?” La fameuse définition… C’était presque devenu une blague: qu’est-ce que c’est que la musique actuelle? Ce livre, c’est la réponse en deux cents pages.»

«Je me sens un peu comme un commissaire qui déniche des affaires pour ensuite les montrer aux gens», explique l’auteur, qui a consacré l’essentiel de sa carrière à observer et à analyser le vaste univers des musiques de création «anti-commerciales», pour reprendre la boutade du guitariste René Lussier, cité dans ce passionnant livre paru aux éditions Varia.

Un devoir de mémoire qui a le mérite d’être accessible et pédagogique: en dévorant le livre, on comprend mieux cette étrange créature qu’est la musique actuelle, on apprend surtout comment cette scène musicale a pris racine chez nous, à partir de trois festivals fondateurs.

«Moi, ce que je dis [dans le livre], c’est que la musique actuelle vient du Québec, à partir de 1961». Août 1961, pour être précis. Le compositeur et chef d’orchestre Pierre Mercure organisait la Semaine internationale de la musique actuelle. Cette musique était alors nommée, dans toute son indescriptible diversité, alors que musiques de concert et musiques improvisées étaient mises en scène, en plus de performances de danse, de film expérimental…

Les œuvres de John Cage, Karlheinz Stockhausen, Iannis Xénakis, György Ligeti, Serge Garant ou encore Edgar Varèse étaient au programme (certaines en création), Yoko Ono était aussi invitée à cette fête des musiques étranges.

«L’emblème» de la musique actuelle, selon Beaucage, est Structures métalliques II, composition de Pierre Mercure interprétée sur scène par Armand Vaillancourt le 6 août 1961 au Monument-National. Une improvisation dirigée durant laquelle le sculpteur frappait sur des structures de métal préparées par lui. «Que l’on présente un sculpteur comme soliste, […] c’était un geste pour le moins provocateur», écrit l’auteur, soulignant ici la rupture entre les musiques institutionnalisées et la musique de création spontanée.

Les deux autres jalons de la musique actuelle racontés par Beaucage sont d’abord la naissance du Festival international de musique actuelle de Victoriaville (FIMAV) en décembre 1983 — l’événement célébrera son 35e anniversaire, du 16 au 19 mai — ainsi que l’unique édition montréalaise du festival itinérant New Music America, rebaptisé chez nous Montréal Musiques Actuelles, en 1990. Son programme riche et éclectique mettait en vedette le Kronos Quartet, Les Granules (Derome et Lussier, qui enregistraient sur l’étiquette Ambiances Magnétiques, le socle sur lequel s’est érigée la musique actuelle au Québec), une œuvre de La Monte Young, une performance du groupe industriel Einstürzende Neubauten (chorégraphiée par La La La Human Steps!) et The Residents.

Le souvenir de ces événements, et particulièrement de la semaine de Pierre Mercure, «ne doit pas disparaître», insiste Beaucage, qui parle de l’événement de 1961 comme le big bang de la musique actuelle, au Québec comme ailleurs. «Je cite [le compositeur et saxophoniste] Jean Derome qui dit: “Cette musique-là se fait ailleurs, sous un autre nom, mais chez nous, au Québec, on a développé quelque chose»”. Ailleurs dans le livre, Beaucage cite l’ouvrage Plunderphonics, Pataphysics Pop Mechanics de l’auteur Andrew Jones: «Le Québec constitue une étude de cas illustrant comment un petit réseau de musiciens, promoteurs, critiques et fans dévoués peut favoriser la croissance d’un nouveau genre musical; une musique distincte pour une société distincte».

Beaucage fait aussi un lien entre le travail de ces musiciens de l’avant-garde, ces as improvisateurs, et «un retour au folklore [québécois], notamment avec Lussier et son tapage de pied. Je ne voudrais pas être chauvin et dire que la musique actuelle ne se fait qu’ici et pas ailleurs, mais ce qui est sûr, c’est qu’avec le FIMAV, ça a consolidé [les efforts de la scène]. Et tout arrive en même temps, le festival à Victoriaville, la création d’Ambiances Magnétiques, en plus d’une certaine émancipation des musiciennes» telles que la compositrice et saxophoniste Joane Hétu.

Réjean Beaucage définit ainsi cette musique actuelle à travers les festivals parce que «c’est dans un festival que se rencontrent toutes les influences musicales. À la première édition du FIMAV, il y avait l’Orchestre symphonique de Montréal, suivi d’une performance d’un percussionniste brésilien, puis Margie Gillis qui offrait une performance solo. Toutes sortes d’affaires étranges mises ensemble, certaines plus grand public, comme l’OSM, et d’autres complètement bizarres. C’est ça, la musique actuelle, d’un bout à l’autre du spectre musical, mais ensemble».

Le Québec constitue une étude de cas illustrant comment un petit réseau de musiciens, promoteurs, critiques et fans dévoués peut favoriser la croissance d’un nouveau genre musical; une musique distincte pour une société distincte.

Review

Ken Waxman, The WholeNote, no. 24:6, March 1, 2019
Thursday, March 7, 2019 Press

… he’s crafty enough to compose pieces that harmonize with the French composer’s ideas.

Review

Stuart Broomer, The WholeNote, no. 24:6, March 1, 2019
Thursday, March 7, 2019 Press

This recording […] testifies to their willingness to take on challenges to find new musical ground.

Review

Stuart Broomer, The WholeNote, no. 24:6, March 1, 2019
Thursday, March 7, 2019 Press

The work’s special character is apparent from the beginning…

Best of Bandcamp Contemporary Classical: February 2019

Peter Margasak, Bandcamp Daily, February 28, 2019
Tuesday, March 5, 2019 Press

Montréal’s peerless Quatour Bozzini uses overdubbing to adapt two typically intense works by Phill Niblock, originally scored for orchestra, illuminating the inherent psychoacoustic effects with breathtaking power. Disseminate was written in 1988 for Petr Kotik’s S.E.M. Ensemble; it opens with a crushing, buzzing unison, as the stacked microtonal intervals suggest a chorus of bagpipes blaring through a wall of Marshall amps. Dazzling beating and machine-like throbs surround the listener, but the unison begins to fall apart almost immediately, with painstakingly slow shifts. Like so much of the composer’s music, you don’t notice the change until you’ve reached the next location. Still, there are moments when some tonal shifts are greater and there’s no missing the stark developments, as when a few strings emit a wonderfully glassy screech around 20 minutes in. The title piece was composed for the Janacek Symphony Orchestra with the Ostrava banda in 2011. It begins with what sounds like a conventional chord spiked with dissonance, and its lengthy descent to B-flat begins with a mixture of B-sharps and C-sharps. The downward motion is inescapable and exhilarating, with tonal effects that sparkle and groan simultaneously, an impossibly thick, viscous drag that suddenly feels celebratory when the final notes disintegrate.

… inescapable and exhilarating, with tonal effects that sparkle and groan simultaneously, an impossibly thick, viscous drag that suddenly feels celebratory when the final notes disintegrate.

Review

Howard Stelzer, Vital, February 11, 2019
Thursday, February 14, 2019 Press

For his latest solo album, a sequel to his similarly-constructed Snipettes! from 1992, Montréal’s premier turntable-destroyer Martin Tétreault takes hundreds of clips from cassettes and reel tapes and mashes them all together into 31 short collage works. Most pieces hover around the two-minute mark, but some fly past in a matter of seconds and only one breaks the seven-minute barrier. All 31 pieces run together into what sounds like a single piece, though, their flow and unity belying the disparate nature of the source material. As you might expect, the familiar crackle of vinyl surface noise and record skipping plays a prominent role here, but the artist’s dry sense of humour takes the starring role. Plus de Snipettes!! begins with an emcee announcing the band about to play: ladies and gentlemen, out your hands together for… Tangerine Dream?! This jokey fake-out slides into rapidly-cut-up pop songs, mechanically stuck off-rhythms, recognizable short clips of melodies and the occasional discernible lyrical fragments. The relatively epic America takes some patriotic blues and grinds it against a noisy beat that’s eventually overtaken by gauzy muck. The competing buzzers and smooth-voiced 60’s radio-pitchmen of Désarme are more open and dramatically spacious. Other tracks are quick blurts which splice jazz records and slather them in skips and fuzz, thwacking familiar moods with rude bumps and prickly static. All the pieces here are compact and song-like, getting a lot of mileage out of making well-produced recordings out of intentionally lousy-sounding source material. The songs fly by at a clip, not letting a moment pass without attention to shifting density and juxtaposing pace. Those who you who enjoy the sound of a warped tape (raise your hands, people!) will be charmed by Tétreault’s rough segues and full-throttle information-overload.

Those who you who enjoy the sound of a warped tape (raise your hands, people!) will be charmed by Tétreault

By continuing browsing our site, you agree to the use of cookies, which allow audience analytics.