The New & Avant-garde Music Store

Blog

Critique

Benjamin Goron, La Scena Musicale, February 11, 2019
Thursday, April 4, 2019 Press

Cette récente parution rassemble des œuvres de la compositrice canadienne établie à Londres Cassandra Miller, écrites entre 2008 et 2015. Le Quatuor Bozzini, qui en a créé la plupart, est sans doute le mieux placé pour nous ouvrir la porte de cet univers délicat. Les quatre œuvres au programme révèlent la manière de Cassandra Miller qui, à l’image de l’écrivain puisant son inspiration dans des coupures de journaux, est à l’affût du matériau musical ambiant comme base de son travail de composition. Ainsi, Warblework part de chants d’oiseaux pour nous offrir un univers aux textures changeantes avec un traitement du silence et des intervalles justes d’une remarquable efficacité. About Bach, qui a remporté le prix Jules-Léger en 2016, reprend des motifs d’une chaconne à travers une évolution linéaire empreinte de nostalgie, superposition d’une lente plainte au violon dans les suraigus et d’un socle stable et durable dans les graves.

Si la compositrice appose son empreinte grâce à ses emprunts, elle nous propose un univers aéré, méditatif et sensible. Elle arrive, en peu de notes, à capter toute notre attention et à nous plonger dans sa perception du temps. Le Quatuor Bozzini épouse cette musique avec un naturel déroutant. La subtilité des nuances et la cohésion du groupe sont des éléments essentiels pour traduire fidèlement le discours de Cassandra Miller. Si l’absence de livret est regrettable dans une optique de transmission et de médiation, Just So reste une très belle réussite et une invitation à repenser le temps et l’écoute musicale.

Le Quatuor Bozzini épouse cette musique avec un naturel déroutant.

Critique

Claude Colpaert, Revue & Corrigée, no. 119, March 1, 2019
Wednesday, April 3, 2019 Press

On en redemande.

Critique

Pierre Durr, Revue & Corrigée, no. 119, March 1, 2019
Wednesday, April 3, 2019 Press

Just So permet de plonger l’auditeur dans une musique relativement déroutante…

Critique

Pierre Durr, Revue & Corrigée, no. 119, March 1, 2019
Wednesday, April 3, 2019 Press

La multiplication des pistes […] permet aux quatre musiciens du quatuor de renforcer l’effet drone de la pièce.

By continuing browsing our site, you agree to the use of cookies, which allow audience analytics.