Blog ›› Archive ›› By Date ›› 2015 ›› December

21 December 2015
By Cyrille Lanoë in Revue & Corrigée (France), December 21, 2015

Text

“L’artiste Alexander MacSween s’est inspiré de ce qu’allaient devenir les titres, les durées, la pochette (par Fabrizio Gilardino), pour composer cet album…”

Direction Montréal avec les labels Atrito Afeito et & Records. (…) On change complétement de registre tout en restant à Montréal avec le label & Records. Un label (qui semble ne plus exister) où l’on retrouve un catalogue garni de musiciens et/ou formations déjà bien implantées sur les vingt cinq dernières années ou plus, dans les scènes jazz, impro et jazz-rock: Klaxon Gueule, Philippe Lauzier (voir en fin de chronique), Fortner Anderson (dont on a déjà parlé), Martin Tétreault, Alexandre St-Onge, Sam Shalabi (qui joue ici) ou Michel F Côté (qui produit ici). L’artiste Alexander MacSween s’est inspiré de ce qu’allaient devenir les titres, les durées, la pochette (par Fabrizio Gilardino), pour composer cet album à qui il a remis l’interprétation aux musiciens Corinne René (marimba, vibraphone, percussions), Nicolas Caloia (contrebasse, korg) et Sam Shalabi (guitare électrique et électroacoustique). Alexander MacSween quant à lui est aux samplers, claviers, voix et batterie entre autres. Onze titres qui tournent autour du jazz-rock, ou rock tout court, avec parfois des incursions proches de Robert Wyatt sur Crocodiles, ou Him (projet de Doug Sharin) sur That Gum You Like qui ouvre le disque. D’ailleurs certaines plages un peu world rappellent toujours Him, sur Scarsdale par exemple. Et qui ouvre l’album à des sonorités pour cette deuxième partie du disque, avec une touche «impro» qui ne s’écoutait pas au début. Avec plus de place pour les cordes. Définitivement ma partie préférée, qui rejoint (un peu) le disque dont vous lirez les quelques propos dans notre numéro papier 106 à sortir prochainement, de Philippe Lauzier avec Eric Normand. Avec pour ma part une légère préférence pour ce dernier par rapport à ce Squiggle Game, qui reste néanmoins particulier et intéressant.

blogue@press-5445 press@5445
17 December 2015
By Kate Molleson in The Guardian (UK), December 17, 2015

Text

“The group’s recording of the half-hour piece is beautiful for the up-close, quiet, grainy realness of the string timbres”

Swiss composer Jürg Frey said recently that all good music should be felt in some part of the body, and that his music is intended to be felt just inside of the ear drum. It’s a neat image from the master of calm instrumental textures — a Wandelweiser group composer who explores silence as much as sound and writes egoless music that feels as though it’s always existed. Montréal’s Bozzini Quartet gave a virtuosically still performance of his Third String Quartet at this year’s Huddersfield Contemporary Music festival, and the group’s recording of the half-hour piece is beautiful for the up-close, quiet, grainy realness of the string timbres, every bow hair and every arm quiver audible. It’s an audaciously fragile performance. Also on the disc is an earlier Frey work, Unhörbare Zeit (Inaudible Times), made of danker chords and even longer open vistas.

blogue@press-5618 press@5618
9 December 2015

The holiday season is back and to help celebrate it DAME offers you its yearly Christmas sale! From December 10, 2015 to January 10, 2016, look for the red labels to find 100 titles with 40% discounts, 110 titles with 30% discounts and 35 titles with 15% discounts

blogue@nouv-9936 nouv@9936
1 December 2015
By Guillaume Belhomme in Le son du grisli (France), December 1, 2015

Text

“«Mon art de la composition consiste à choisir les bonnes personnes et à leur demander d’improviser».”

Sur la pochette de ce disque, lire cet aveu d’Evan Parker: «Mon art de la composition consiste à choisir les bonnes personnes et à leur demander d’improviser.» Au 30e Festival de Musique Actuelle de Victoriaville, le 18 mai 2014, le saxophoniste donnait un concert en compagnie de Peter Evans (trompettes), Ned Rothenberg (clarinettes et shakuhachi), Okkyung Lee (violoncelle), Ikue Mori (électronique), Sam Pluta (électronique) et George Lewis (électronique et trombone). «Ceux-là sont les bonnes personnes», précisait-il.

C’est l’électronique qui se chargea d’abord d’arranger l’espace que l’ElectroAcoustic Septet aura tout loisir d’explorer: une forêt de sons brefs sous laquelle ont été creusé combien de galeries. Les musiciens s’y rencontreront, à deux, trois ou davantage, dans un jeu de poursuites ou au gré de conversations affolées. Ainsi aux notes hautes d’Evans et Lee, Rothenberg répondra ici par un motif grave et ramassé; ailleurs, aux imprécations de l’électronique (dont les effets ne se valent pas tous), les souffleurs opposeront un alliage autrement expressif…

Mais à force de frictions, le terrain s’affaisse parfois et les plafonds de la galerie menacent. Et quand les vents ne retrouvent pas le chemin de l’air libre (ici le soprano de Parker, là le trombone de Lewis), les secondes peuvent paraître longues, aussi longues qu’elles sont bien remplies.

blogue@press-5437 press@5437