Blog ›› Archive ›› By Date ›› 2011 ›› August

29 August 2011
By Dolf Mulder in Vital #795 (Netherlands), August 29, 2011

Text

“Just beautiful.”

These four new releases from Ambiances Magnetiques and the Malasartes sub label introduce works from relatively new as well as well-known musicians. The CDs of Vertical Squirrels and Irem Bekter satisfied me most. But not only because their names are new to me. Vertical Squirrels is a quartet consisting of Ajay Heble (piano, melodica, percussion), Daniel Fischlin (guitars, effects, percussion, flute, provencale), Lewis Melville (bass, baritone, banjo bass, percussion, radio frequencies, grand organ) and Rob Wallace (drums, percussion, vocals). They are on the road since 2008. All four gathered lots of experience in all corners. Combined in this line up this proves to be a fruitful combination. Very diverse, and fresh music is the result. All pieces originate from collective improvisations but are very diverse, with a fine sense of humor. The cd opens with a grooving piece Spunk in your Funk which is great fun. In contrast the next piece is a very open improvisation abstracting from beat, rhythm, etc. Also the pieces that follow are free exercises of somehow rock-based improvisations. Danse des araignées mécaniques opens with a fine solo by Heble on what seems a self-prepared piano. La mnémologie / Amnesiaville is a delicious free rock jam. Pierre Labbé also incorporates many influences in his new work. He tries the bigband-format for his new cd. For this ambitious project Labbé composed a suite of contemporary music and avant-jazz and rock, performed by a 13-piece big band, in a way that reminds me sometimes of the belgian Flat Earth Society. Labbé is known for his work with Les Projectionnistes, L’Orkestre des pas perdus and Papa Boa, a band who sadly made only one cd. Also under his own name you can find some releases. The opening track plays with bluesy and funky motives. Further on Labbé touches on many other styles and idioms. Although I often enjoy a playful style of composing and arranging as Labbé is practicing here, this time it failed to impress me. That brings us to another one from the trio Derome-Guilbeault-Tanguay. Their first release contained music composed by Derome only. The second one contained old standards for the most part. On their new one we have a balance between standards and compositions by Derome. Besides five compositions from Derome, they interpret compositions by jazz giants as Ellington, Kirk, Dolphy, Strayhorn and Mengelberg. So it’s an exercise as we have heard earlier form this trio. Another celebration of their love for jazz. It will surely appeal to those we are into jazz. Ah yes, it has Derome singing in one track, I’m Checking Ou’t, good bye. Singing in all tracks, is what Irem Bekter is doing on her Primero by the Irem Bekter Quintet. Singer, dancer and actress Bekter was born in Istanbul and grew up in England. She feels very attracted to Argentine folklore, especially the “zapateo” (Argentinian podorythmy) and folk dances. Since 2003, Montréal is the place to be for her. With Montréal-based musicians she started to explore traditional Argentine folklore fruitfully combined with classical and jazzy influences. First results are reflected on this CD. Just beautiful.

blogue@press-4530 press@4530
4 August 2011
By Josianne Desloges in Le Soleil (Québec), August 4, 2011

Text

“«On rappellera les 10 ans du Sommet des Amériques, de la destruction du toit du mail Saint-Roch et on évoquera les attentats du 11 septembre», souligne Erick d’Orion, qui s’occupe de la création sonore.”

Les artistes Martin Bureau, Erick d’Orion et Jean-François Dugas utiliseront la façade de l’église Saint-Roch comme écran pour composer en direct une projection architecturale. Le Soleil les a rencontrés dans la nuit d’hier, alors qu’ils faisaient les premiers essais au grand air. Puisque ces dernières semaines, ils peaufinaient leurs images sur une maquette de six pieds de haut dans un petit studio de montage, ils avaient bien hâte de voir le résultat.

«On a vu un peu ce qui avait été fait dans le temps des Fêtes, et on savait qu’il fallait créer des images très contrastées. Il a aussi fallu tenir compte de la surface, qui est assez ingrate», indique Jean-François Dugas, en charge du volet vidéo de La kyrielle des chiens. Une kyrielle désigne à la fois un chant liturgique et un exercice de style littéraire où chaque vers débute par la syllabe qui terminait le vers précédent (comme dans La ballade des pendus de François Villon et la comptine Trois petits chats). Quant aux chiens, Saint-Roch est leur patron.

Le thème de la catastrophe

D’une image et d’un son à l’autre, le trio arrimera trois anniversaires qui ont modifié l’architecture urbaine et l’expérience humaine. «On rappellera les 10 ans du Sommet des Amériques, de la destruction du toit du mail Saint-Roch et on évoquera les attentats du 11 septembre», souligne Erick d’Orion, qui s’occupe de la création sonore. Initiateur du projet, le peintre et dessinateur Martin Bureau s’intéresse depuis longtemps au thème de la catastrophe dans ses œuvres. «Paul Virilio n’est jamais bien loin», indique l’artiste, pour qui les écrits de ce penseur de la fin du monde sont une source d’inspiration constante. Il a utilisé pour la première fois une tablette graphique pour réaliser ses dessins, qui auront un look très «crayonné». Jean-François Dugas a puisé dans ses images d’archives (et dans celles de Patrick Boivin de Phylactère Cola, qui donnera une conférence à Méduse samedi) pour compléter le volet visuel. Avions, étoiles, satellites, chiens, explosions, caméra de surveillance, pompe à pétrole, grues et images de foule défileront sur la façade de l’église. Quelques images de jeux vidéo ont aussi été utilisées. Partant de la vision et du matériel des trois artistes, Lumenistudio, une compagnie de Québec créée par Dominique Grenier, a rendu la projection architecturale concrète. La firme a notamment travaillé sur le Moulin à images et sur la projection de Spider-Man sur l’édifice Beenox. La kyrielle des chiens permettra de dégager le thème de la compétition de ce troisième Bivouac. Pendant 48 heures, dans le campement créatif de la place de l’Université-du-Québec, les concepteurs inscrits créeront des jeux vidéo, des courts-métrages d’animation ou des peintures d’environnements numériques (concept art). Le public pourra tester les créations dimanche après-midi.

blogue@press-4516 press@4516
1 August 2011
By Pierre Durr in Revue & Corrigée (France), August 1, 2011

Text

“… il y d’abord des pièces qui interroge l’homme, à la fois dans son positionnement dans la société, que part rapport à lui-même.”

Le quatuor à cordes québécois nous gratifie pour ce premier semestre 2011 de deux nouvelles productions (au moment où cette chronique est rédigée, paraît un 3e enregistrement, Aberrare) bien que l’une des pièces du dernier, la composition de Daniel Rothman ait été enregistrée il y a déjà 4 ans. Au-delà de la diversité des auteurs (après Reich, Tenney, Skempton, Goldstein, Vivier et quelques autres, les quatre musiciens se sont d’abord adressés à deux activistes d’Ambiances Magnétiques, un compositeur allemand et un dernier, Daniel Rothman qui œuvre dans la mouvance des enregistrements Lovely), il y d’abord des pièces qui interroge l’homme, à la fois dans son positionnement dans la société, que part rapport à lui-même. Mensonge, identité, sens, absence. Il y a comme une complémentarité entre les deux réalisations. Seul, peut-être la composition d’Ernstalbrecht Stiebler Sehr langsam (très lentement) échappe à ces questionnements, tout en mettant en jeu la capacité d’écoute, des notions de patience, parfois inhérentes à la recherche de sens, tandis que l’absence — d’un être souvent — peut être lié à une incapacité d’écoute ou à un manque de patience…

Structurellement, et musicalement, il y a toutefois deux approches. Le mensonge et l’identité privilégie plutôt le dynamisme, le mouvement, l’éclatement pour une pièce qui met en jeu le rapport de l’individu (les musiciens, du 2e mouvement au 3e, s’individualisent progressivement) à la communauté (le 1er mouvement privilégie l’entente, le regroupement). Sens(e) Absence par les deux titres qu’il propose joue plutôt sur le mode minimaliste et l’intériorisation.

Dans la composition de Jean Derome et Joane Hétu, les cordes virevoltent, grincent, jouent tantôt en unisson, tantôt en opposition et se démarquant l’une de l’autre (même physiquement, l’enregistrement donnant à attendre les bruits de pas…), usant des diverses techniques de jeu des cordes. L’intervention de la voix, récitée, citant tel ou tel auteur (Hubert Reeves, l’actrice Brigitte Poupart, Françoise Giroud…), faisant tel ou tel constant sur l’état du monde, affirmant des certitudes voire mentant et conjuguée tantôt en allemand, tantôt en français, parfois en anglais voire en italien participe de cette individualisation, (rappel des suites de la tour de Babel?). Un enregistrement tourbillonnant et plutôt passionnant.

Sehr langsam, la pièce de Ernstalbrecht Stiebler, élève dans les années 50 de Stockhausen, se présente comme un drone qui s’écoule pendant près d’une demi-heure, montrant les affinités du compositeur avec l’univers d’un — par exemple — La Monte Young (trio for strings). Sans être foncièrement originale, la qualité de l’enregistrement met en évidence le jeu complémentaire des trois registres de cordes (violon, alto, violoncelle). Sens(e) Absence semble être la suite logique. La composition de Daniel Rothman use aussi du drone, mais elle présente de subtiles variations de tonalité, comme si alternativement chacun des registres des cordes prenait l’avantage pour se fondre dans un processus qui intègre quelques interruptions et silences (10 à 15 secondes), avant de reprendre avec des sonorités parfois plus proches de l’univers électronique. Un second enregistrement qui nécessite une approche différente de l’auditeur.

blogue@press-4517 press@4517