Blog ›› Archive ›› By Date ›› 2009 ›› December

29 December 2009

We suggest you check out Revue & corrigée #82 by Various artists, the latest addition to our shop.

29 December 2009

The eclectic radio show Délire musical rencently announced the list of 50 discs selected by its team for the year-end show. Two releases ranked well: Migration by Cordâme, and À l’école du ara by Frank Martel and Bernard Falaise. Listen to some audio clips online!

blogue@nouv-9587 nouv@9587
28 December 2009
By Dolf Mulder in Vital #710 (Netherlands), December 28, 2009

Text

The name of Tim Brady regularly appears in the columns of Vital Weekly. This time with his multimedia project My 20th Century, subtitled as a ‘music/video/theatre narrative in 4 works’. CD and DVD contain the same compositions in the identical performance. The dvd has as an extra the beautiful videos from artists Martin Messier and Oana Suteu that were shown during performance. To exclude any misunderstanding, the dvd contains no pictures of the performance. Usually I feel very ambiguous about multimedia-projects. Personally I don’t need pictures if the music satisfies me, nor the other way around. But with each dvd-release like this one, I try to put my prejudices aside. And in this case I have to reconsider my views on this point. Music and the videos are very worthwhile, and I felt no urge to put one of them down. On the other hand, whether the combination of these two media produce something that is bigger then their sum, is still a question for me. BradyBrady started this project in 2003 when the first work was composed. The others followed in 2005. The works are performed by his own ensemble Bradyworks and Quator Molinari. Strumming (for John Lennon) is the most accessible of all four works. It is written for multiple guitars and built from limited musical material. Simple riffs and repeated and alternately textured. Because repetition is a key element is this composition it has a hypnotizing effect. This is underlined by the video that is constructed from pictures of a hand of a person strumming a guitar. Traces is a work for guitar, piano, percussion, saxophone and sampler and brings tribute to another guitarist, namely jazz musician Charlie Christian. Brady deconstructed a guitar solo by Christian hat he played in concert with Bennie Goodman in 1941. By doing this BradyBrady abstracted from jazz and choose a pulsating, tight and severe sounding new music jacket as we know from earlier works by BradyBrady. Hommage à Rosa Luxemburg (Casino Adagio) is written for string quartet plus electronics. The electronic environment is ever changing and full of detail. For this work BradyBrady took inspiration from a painting by Jean-Paul Riopelle, “a work obsessed with ghostly images of birds and nature”. The CD closes with Double Quartet, divided in three sections this ambitious work reflects on the life of Russian composer Dmitri Shostakovich. It features a “virtual string quartet” plus piano, saxophone, percussion and electric guitar. How the collaboration between BradyBrady and video artists Martin Messier and Oana Suteu came about I don’t know. From the pictures I suppose that they were chosen and created in function of the compositions by Brady. Oana Suteu did the video for Hommage à Rosa Luxemburg. Martin Messier made the other three ones. Martin Messier is a composer and performer as well, and the fascination for the relation between sound and images, unites his talents. Oana Suteu is from Romania, where she studied at the Film and Theatre Academy in Bucharest.

blogue@press-4010 press@4010
19 December 2009
By Serge Truffaut in Le Devoir (Québec), December 19, 2009

Text

“Chose certaine, Manivelle est une célébration de la musique, du jazz comme des autres, de la première note à la dernière.”

La semaine dernière, on mentionnait que le Different Dylan du pianiste et chanteur Ben Sidran terminait bien l’année. Il se trouve parfois qu’après certaines terminaisons se cachent aussi des conclusions épatantes. Grâce aux dieux et déesses de la Grèce antique, on en a repéré une. Et une grande.

Bon. Comment dire… Question son du saxophone «taie-nord», vous aimez celui de Ben Webster, Don Byas ou Eddie “Lockjaw” Davis, vous l’aimez épais comme dans dense? Eau quai! Question esthétique, et non école, vous caressez le rêve d’entendre un Ben Webster de notre époque dite post-moderne qui aime bien décaper, qui aime bien s’aventurer là où le bipède souhaite que d’autres s’aventurent pour lui? Eau quai!

Puisque c’est le cas, alors Pierre Labbé est votre homme. Si sa géographie professionnelle se confond avant tout avec le territoire montréalais, sachez que sa musique, par ses qualités, ses beautés, ses interrogations, ses ponctuations, fait de Labbé comme de Jean Félix Mailloux, Jean Derome ou Normand Guilbeault un musicien du monde-mondial. Bon ou bien, c’est au choix.

Intitulé Manivelle, cet album a été publié par Ambiances Magnétiques. Bien. Labbé, pour interpréter SES compositions, car entre autres qualités il écrit tous les morceaux, a fait appel aux diverses maîtrises musicales du guitariste Bernard Falaise, du contrebassiste Clinton Ryder et du batteur Isaiah Ceccarelli. Bon.

Dès l’amorce de Manivelle, il s’agit de Pour le moment, on est saisi, capté, ébloui, par l’ampleur du son de Labbé et par la mélodie. Ça se siffle. Attention! Ça se siffle dans le bon sens du verbe. Certains morceaux, on pense à Fès, mettent en relief les lenteurs des langueurs. Pas celles du spleen ou du mal de vivre à gogo, mais bien les langueurs des chaleurs. D’autres régalent comme étonnent parce qu’elles nous déstabilisent quelque peu. Chose certaine, Manivelle est une célébration de la musique, du jazz comme des autres, de la première note à la dernière. Chapeau!

blogue@press-4009 press@4009
17 December 2009

Pierre-Yves Martel and Philippe Lauzier will perform with dancers Kelly Keenan and Kira Kirsche, on Saturday and Sunday December 19 and 20, 2009 at Studio 303 in Belgo building located at 372 rue Sainte-Catherine Ouest in Montréal.

blogue@nouv-9586 nouv@9586
17 December 2009
By Stanley Péan in Voir (Québec), December 17, 2009

Text

Berthiaume a décidément plus d’une corde à son arc et aime faire flèche de tout bois.”

Dans la foulée de son projet “folk instrumental” Rodéoscopique, le guitariste et compositeur Antoine Berthiaume remonte en selle et lance Small Tease.

Joint au téléphone le lendemain du lancement de Small Tease à la Casa del Popolo, le compositeur et guitariste Antoine Berthiaume semblait relativement satisfait de sa performance, malgré les habituelles réserves du perfectionniste que l’on sait. “J’avais mal mesuré le défi que représentait le fait de monter seul sur scène, me confie-t-il candidement. Ça faisait au moins six ou sept ans que je ne m’étais pas produit en solo; et contrairement à cette fois-là, il s’agissait de compositions plutôt que d’improvisation. Évidemment, j’étais le seul à entendre mes petites erreurs puisque j’étais le seul à connaître ces morceaux.” Approfondissement du sillon creusé avec le projet Rodéoscopique (en lice pour trois Félix au plus récent Gala de l’ADISQ), le récent opus présente Berthiaume en alternance seul à la guitare, au banjo ou au dobro, ou au sein de combos de tailles diverses auxquels contribuent le vétéran guitariste Rick Haworth, le contrebassiste Rémi-Jean Leblanc et le batteur Stefan Schneider, sans oublier ce trio de cordes qui fait quelques apparitions remarquables. “J’avais envie d’un album dénudé, qui mettait davantage l’accent sur la composition et expressément écrit pour la guitare et les instruments à cordes”, explique le virtuose. Cette nouvelle excursion en territoire de l’inouï ne dépaysera pas trop ceux qui ont pris coutume de suivre Berthiaume sur les différentes avenues qu’il aime emprunter depuis son émergence sur la scène musicale. “J’ai longtemps évolué en jazz, c’est vrai, mais je me suis beaucoup intéressé à la musique contemporaine ces dernières années, affirme-t-il en rappelant qu’il a rencontré partout en province des publics curieux et ouverts à cette musique. “Je ne traverse pas des étapes ou des périodes dans ma carrière; j’aborde chaque projet individuellement, sans que l’un annule celui qui l’a précédé”, ajoute celui qu’on pourra aussi réentendre bientôt en trio avec le contrebassiste Michel Donato et le percussionniste Pierre Tanguay. Comme quoi Berthiaume a décidément plus d’une corde à son arc et aime faire flèche de tout bois.

blogue@press-4017 press@4017