Blog ›› Archive ›› By Date ›› 2005 ›› August

24 August 2005

Many musicians and ensembles from the Ambiances Magnétiques label will take part in the 12th Guelph Jazz Festival (Ontario), to be held from September 7 — 11, 2005. Acts featured in this forthcoming edition include L’Ensemble Pierre Labbé on September 7; the trio of André Duchesne, Jean René and Pierre Tanguay as well as the Pierre Cartier Ensemble on September 8; Lori Freedman solo and the trio Évidence on September 9; and finally, the Fanfare Pourpour will parade through the city on September 10.

  • Visit the Guelph Jazz Festival presenter web site — Guelph Jazz Festival / 12th Annual: September 7-11, 2005, Guelph, Ontario, Canada
blogue@nouv-7579 nouv@7579
24 August 2005

You are invited to one of Jean Derome’s Canot-camping (“Canoe Camping”) expeditions, each of them a musical composition for ensemble. A system of hand signs is used by Derome to steer the musicians — and the public — into a beautiful and wild adventure. Derome and the Ensemble SuperMusique awaits you on September 24 and 25, 2005 at the King Edward Pier in the Old Port of Montréal.

  • Visit the Les Escales improbables de Montréal event web site — 2e: Rendez-vous des arts sans frontières: Derome, Ensemble SuperMusique…: September 24-25, 2005, Montréal, Québec
blogue@nouv-7580 nouv@7580
23 August 2005
By Renaud Machart in Le Monde (France), August 23, 2005

Text

“… admiré par beaucoup pour sa singularité, sa poésie, sa variété.”

Le compositeur français Luc Ferrari est mort d’une pneumonie à Arezzo, en Italie, où il se trouvait pour des vacances, lundi 22 août. Il était âgé de 76 ans.

Luc Ferrari n’était pas un auteur connu du grand public, mais son travail dans les domaines de la «musique concrète» (un terme inventé par Pierre Schaeffer, en 1948) pour sons enregistrés était admiré par beaucoup pour sa singularité, sa poésie, sa variété.

Né le 5 février 1929, à Paris, Luc Ferrari poursuit d’abord des études de piano. Ses études de composition avec Arthur Honegger et Olivier Messiaen ne le marquent guère. Mais, comme beaucoup de jeunes compositeurs de l’après-guerre, il fréquente les cours d’été de Darmstadt, en Allemagne, le QG annuel de l’avant-garde sérielle: «La grande rencontre musicale, (ce fut) avec John Cage, qui faisait exploser toutes ces idées qui commençaient déjà à devenir un peu institutionnelles.»

Son sens de l’humour et de la provocation, ses interventions dans des champs divers - film, documentaire, radio, théâtre musical -, n’aideront pas à repérer la place précise de ce créateur pris par certains pour un bricoleur de génie. David Jisse, compositeur, homme de radio et actuel directeur du centre de création musicale La Muse en circuit, que Ferrari fonda en 1981, explique: «En fait, la première impression de ‘bricolage’, souvent relevée, est contredite par l’analyse de ses œuvres, qui révèle une précision diaboliquement rigoureuse au service d’un monde abstrait et personnel aux portes du réel. Il était perméable à son temps, mais toujours d’une manière singulière.»

Dans la préface de l’enregistrement de sa très belle pièce de 1999, Far-West News 1, le résultat d’un périple avec un «micro voyageur» dans le sud-ouest nord-américain, le compositeur livre un prière d’insérer applicable à son œuvre entière: «Ce n’est ni un reportage, ni un paysage sonore, ni Hörspiel (pièce à écouter), ni œuvre électro, ni portrait, ni une exposition d’enregistrement du réel, ni une transgression de la réalité, ni une narration impressionniste, ni… etc. C’est une composition. […] Ensuite j’ai appelé ça poème sonore autour d’un voyage réel tant il se peut que la poésie joue avec la réalité comme d’un accordéon, que la composition dans certains cas, surtout dans le mien et progressivement dans ma vie, est un jeu pervers avec la vérité.»

Dissension fondamentale

La brouille entre Luc Ferrari et Pierre Schaeffer, le fondateur du Groupe de recherches musicales, en 1958, sera retentissante et fondée sur une dissension fondamentale: «Schaeffer faisait un travail de recherche presque fondamentale sur le son, il voulait bannir le sens. Ferrari, avec sa première grande composition de musique, dite «anecdotique», Hétérozygote (1963-64), gagnée par des sons du réel, démontait l’idéal schaefférien», déclare Daniel Teruggi, actuel directeur de l’Ina-GRM. «Pour lui, il n’y avait pas de catégories. Tous les sons pouvaient être utiles. Son œuvre est très variée, constituée de petits jardins, qu’il arrosait régulièrement.» Le site du GRM propose une écoute interactive de cette pièce fondamentale.

Luc Ferrari, qui devait écrire d’abord de la musique strictement instrumentale (notamment pour le piano), continuera à associer instruments et sons «concrets». Il écrira aussi de la musique instrumentale «pure», comme en témoigne par exemple son Histoire du plaisir et de la désolation (1979-81), d’une gourmandise (volontiers dévoratrice de la musique d’autrui) et d’une vitalité sonores proprement enthousiasmantes.

Le musicologue et homme de radio Daniel Caux, un proche de Luc Ferrari, souligne: «C’était un créateur passionné par l’observation du réel: les désordres du corps seront la source d’inspiration de ses deux dernières œuvres. Créés [en] juin à La Chaux-de-Fonds, en Suisse, Les Arythmiques prennent en compte ses récents troubles cardiaques tandis que Morbido Symphony explore la gamme des sensations liées à la maladie. Son dernier commentaire sur cette pièce est qu’elle allait être très drôle.»

blogue@press-6021 press@6021
19 August 2005

Down since Wednesday evening August 17, 2005, our website and our emails are again fully operational since Friday evening August 19, 2005. A server attack caused this interruption. If you have tried to join us by email and your message bounced, you can now write again. We are sorry for all these inconvenients, thank you for your comprehension.

blogue@nouv-7574 nouv@7574
18 August 2005
By Mike Meginnis in Splendid E-Zine (USA), August 18, 2005

Text

A Global Taxonomical Machine is fascinating.”

A Global Taxonomical Machine is fascinating. It is unique. It is intelligently, carefully crafted.

However, that doesn’t mean you’re going to enjoy listening to it.

Art with a capital A, this collection of electronic sound collages and vast silences would have been confrontational a decade ago by virtue of its almost total lack of recognizable musical elements. In 2005, most listeners who don’t buy their music at Wal-Mart are at least passingly aware of minimalism and sparse electronica, so Taxonomy aren’t exactly offering a wholly revolutionary concept. It turns out you can get a pretty cool experience without melody or harmony. We already knew that.

Still, if you’re willing to invest the effort it requires and deserves, A Global Taxonomical Machine can be quite absorbing — full of static, fuzz, subliminal clicks and sharp, modem-like sounds. On the rare occasion that something resembling a melody comes into focus, you’ll latch onto it like a long-lost sailor to land.

Still, a few elements, like the five minutes of complete silence that comes midway through the record, are a little too artsy for their own good. Stuff like that is the main reason you can’t expect A Global Taxonomical Machine to provide a conventional reward; what you get out of it will be determined entirely by what you put in.

blogue@press-2859 press@2859
17 August 2005

Part of L’OFF Jazz events in Rimouski (Québec), Martin Tétreault and his French guests Jean-Luc Guionnet and Pascal Battus will play at the Paralœil gallery in Rimouski on August 26, 2005 and at La Capitainerie in Matane on August 27, 2005.

blogue@nouv-7573 nouv@7573