Blog ›› Archive ›› By Date ›› 2001 ›› December

27 December 2001
By Kathleen Lavoie in Le Soleil (Québec), December 27, 2001

Text

“Sans la passion de ses artisans, la seule survivance tiendrait de l’utopie.”

Parler de DAME, la maison de disques québécoise de musique actuelle, c’est comme parler de la marge dans la marge. Sans la passion de ses artisans, la seule survivance tiendrait de l’utopie. DAME n’en demeure pas moins, depuis 10 ans, le canal de distribution privilégié des musiques dites, elles aussi, de la marge. Musicienne et fondatrice de la compagnie, Joane Hétu est celle qui prenait le pari, en 1990, de donner à la musique actuelle son point d’ancrage dans le paysage musical québécois.

«J’avais décidé de mon propre chef de fonder une maison de disques selon les règles du marché. De toute façon, avec Ambiances Magnétiques, l’une des étiquettes de DAME, on fonctionnait déjà en collectif depuis huit ans…» se rappelle la saxophoniste.

Ce noyau solide allait constituer le cœur de DAME (Diffusion Ambiances Magnétiques Etc.) qui compte aujourd’hui, outre ce label, les étiquettes Monsieur Fauteux m’entendez-vous ?, OHM Éditions et AMIM.

«DAME est le prolongement d’Ambiances Magnétiques, mais c’est aussi devenu un chapeau pour plusieurs étiquettes. Quand je me suis lancée là-dedans il y a 10 ans, j’avais le goût d’offrir l’expertise d’Ambiances Magnétiques à d’autres groupes. C’est ce que j’ai fait», explique la directrice, fière de voir son entreprise traverser les années.

Le dixième anniversaire de DAME revêt donc une importance particulière pour la musicienne, qui organisait l’événement Superboom, au début du mois de décembre, pour souligner ce jalon. Pendant cinq jours, du 27 novembre au 1er décembre, 16 artistes apparaissant au catalogue de la maison se sont produits au Théâtre La Chapelle de Montréal. Parallèlement, neuf nouveautés discographiques, dont celle d’Interférence Sardines, ont été lancées.

«C’est un bon moment pour regarder en avant et en arrière. Je me suis aperçue que nous possédons un catalogue vraiment fantastique, des artistes chevronnés et une relève qui nous arrive avec de nouvelles propositions… De plus en plus, des jeunes s’identifient à notre façon de faire de la musique. J’ai longtemps eu l’impression qu’en musique actuelle, ça se passait en communauté. Là, je sens que ça grandit et se régénère. Je trouve ça très motivant», s’exclame la directrice, qui ne cache pas sa satisfaction devant la vigueur du genre musical.

Ce constat enchante Joane Hétu qui se fait, plus que jamais, un devoir d’encourager les démarches singulières. Selon elle, même les œuvres les plus anciennes inscrites au catalogue de DAME sentent le neuf.

«Superboom m’a permis de réentendre cette musique. Je me suis rendu compte de sa qualité. Ça tombe bien : DAME tient à la créativité et à l’imagination de ses artistes. C’est très vivant, raffiné. C’est une musique très accessible», soutient encore la directrice.

En plus de valoriser la musique actuelle, DAME représente une force de frappe, estime Joane Hétu, notamment devant les organismes subventionnaires.

La maison continuera de remplir ce mandat et tentera, du même coup, de se mettre au diapason de l’industrie du disque. Son prochain défi.

«DAME n’a pas fait son temps, mais devra s’adapter à la transformation d’un milieu en mutation.»

Heureusement, le public est de plus en plus curieux et les succès de DAME se multiplient, principalement en Europe, où ses productions trouvent un écho certain. L’avenir est prometteur.

Parmi les artistes qui ont enregistré sur étiquettes DAME depuis 10 ans se trouvent plusieurs grands noms de la musique actuelle, dont Jean Derome, René Lussier, Pierre Tanguay, Normand Guilbeault, Interférence Sardines et Fred Frith.

blogue@press-2002 press@2002
22 December 2001
By Pierre Boulet in Le Soleil (Québec), December 22, 2001

Text

Aussi réjouissant qu’angoissant, revoici donc le rituel annuel de l’arrachage de cheveux. Les 10 meilleurs ? Allons donc ! Il me suffit de penser à ce que j’ai dû discarter (Nick Cave et Mara Temblay, notamment) pour me concentrer sur mon petit potager de jazz, de musique actuelle et d’échos du monde. Et si je me permets, à l’occasion, d’aller pigrasser dans les plates-bandes de mes colocs, je dois avouer que 2001 s’est montrée fort généreuse dans ma portion de jardin. Alors j’irai tout simplement de coups de cœur en surprises.

En accouchant enfin de Zucchini après quatre ans de silence discographique, les Sardines confirment qu’on peut faire une musique typiquement québécoise qui soit en même temps complètement ouverte sur le monde. Une vraie musique d’identité collective, brûlante d’actualité. Ça nous brasse d’est en ouest, d’aujourd’hui en demain. D’une originalité désarmante et, souvent, désopilante. Ça touche à tous les genres au point d’en devenir un. Et ça s’écoute comme on regarde un film. Un cadeau!

blogue@press-1983 press@1983
6 December 2001
By Catherine Perrey in Ici Montréal (Québec), December 6, 2001

Text

“Dix-huit grands succès, dont aucun n’aura tourné sur les ondes sourdes des radios sans âme.”

La musique actuelle, c’est aussi une façon toute particulière d’envisager la chanson. Aux antipodes des univers plates et ronronnants, voici des chansons naïves, des chansons trash, des chansons tordantes et même des chansons romantico-ravagées, qui cohabitent sur ce disque haut en couleur. Dix-huit grands succès, dont aucun n’aura tourné sur les ondes sourdes des radios sans âme.

blogue@press-2039 press@2039
6 December 2001
By Réjean Beaucage in Voir (Québec), December 6, 2001

Press Clipping

blogue@press-2868 press@2868
4 December 2001
By George Zahora in Splendid E-Zine (USA), December 4, 2001

Text

“… domUSticks IDEOTRONs delivers a pleasingly immersive experience.”

As last week’s review of Eltractor’s Elradio made clear, a plain-old audio CD doesn’t do this group justice; while it’s an adequate medium for spotlighting the efforts of audio wizards David Michaud and Fabrice Montal, improvisational video artist Boris Firquet is left in the cold. DomUSticks IDEOTRONs attempts to redress that balance, offering four of the group’s audio-visual compositions for computer-based viewing.

This actually works quite well, though it helps to have some experience with CD-ROM-based interactive material, as domUSticks IDEOTRONs lacks a clearly-delineated navigational system; indeed, finding the videos is a challenging pixel-hunt the first time around. The four videos themselves make it worthwhile, yielding more than half an hour of quick-cut imagery and animation, combined with music that has more in common with IDM, and the work of video-improv pioneers like EBN, than with the rest of the OHM/Avatar stable. The images fly past — bats, hummingbirds, cataract surgery, electrical schematics andall sorts of animation, all of them decontextualized and heavily effected. Of the four, the best piece is probably Steno-Bongo, which pairs a vigorous bleep-blip workout with a constantly moving, morphing series of diagrams.

Assuming that you don’t mind using your computer as a source of non-interactive entertainment rather than a work tool, domUSticks IDEOTRONs delivers a pleasingly immersive experience.

blogue@press-2019 press@2019
1 December 2001
By Jean-Christophe Camps in Revue & Corrigée #50 (France), December 1, 2001

Text

“Redonner du baume au cœur aux arabophones maghrébins, et aussi aux expérimentateurs délicats.”

En 94, Isabelle Bassil et Laurent Grappe rentrent du Liban. Isabelle a déjà quitté le Liban en 1984 pour vivre en France; lui vient de passer quelques temps dans ce pays qui se recherche, après ces années de guerre, un bonheur d’avant les combats. L’avion quitte Beyrouth et une discussion commence: «La réflexion, finalement, c’est un luxe!»

Et ils vont se mettre en route pour une musique, mais surtout pour mettre en route tant d’autres choses vitales.

Alors le travail en studio commence, I’été 95. Laurent enregistre les poésies arabes, lues par Isabelle. Elle, expliquant ses intonations et ses timbres; lui suggérant des intentions, expérimentant des prises de sons. Chemin qui va, pour l’un vers la compréhension d’une pratique, d’une technique, et pour l’autre vers la connaissance d’une culture, d’une histoire. Et chacun a redécouvert ses propres actes pour immédiatement les déplacer de leur place antérieure. Isabelle se redecouvrant dans la langue Arabe se découvre «diseuse» publique. Lui affinant toujours plus ses gestes sonores et ses contrepoints, sort de l’acousmatique concertante pour une «petite forme»:

Petite forme - pour petits lieux - théâtrale, où Isabelle chante, dit en Arabe les poèmes, de Khalil Gibran, Najib Mahafouz, et des contes populaires, au milieu de haut parleurs projetant une bande électroacoustique, foisonnante de mouvements, brillante d’espaces, rutilante de morphologies, et profonde. Car c’est d’une forme spectacle qu’il s’agit à l’origine (une metteuse en scène est même intervenue, Jude Anderson), récital, lecture, conte, pièce mixte pour chanteuse et haut-parleurs, salon philosophique? c’est justement peu définissable.

Là est la merveille!

Car ce que cette musique transpire c’est surtout le chemin l’un vers l’autre, non pas pour que l’un se perde et se dilue dans l’autre, mais faire naitre une forme inédite. Tous les sons le transmettent.

Ensuite le regret, aprés l’avoir vu trois fois au regretté bar associatif le Vendémiaire (96), puis sous le chapiteau du cirque clandestin (2000), et au festival musique et quotidien sonore (2001), que d’autre gens ne l’entendent pas. Cela pourrait aussi servir d’antidote à la propagande raciste d’aujourd’hui. Redonner du baume au cœur aux Arabophones Maghrébins, et aussi aux expérimentateurs délicats.

Alors ce disque, je l’ai attendu. Il tardait à venir.

Laurent Grappe a réussi le passage de cette proposition au disque, recherchant les durées nouvelles, les espaces adéquats, les nouvelles ruptures nécessaires pour ces 50 minutes devenues acousmatiques. La mise en disque (réalisation pour l’écoute seule) est là. Je prends plaisir inouï au casque, à plonger encore plus profondément dans cette intimité sonore.

Je pense que même sans avoir vécu ce parcourt privilégié, ce disque reste délicieux, et indispensable dans le mouvement de vitalité de la musique concrète actuelle. En hors phase avec la mode actuelle, minimale et monodique.

blogue@press-464_6 press@464_6