Blog ›› Archive ›› By Date ›› 1998 ›› December

14 December 1998
By George Zahora in Splendid E-Zine (USA), December 14, 1998

Text

“… very cool stuff.”

This is the closest you’ll ever get to an Ambiances Magnetiques “B-Sides and Rarities” compilation — a bunch of otherwise-unavailable works from the nine artists who make up the Amb-Mag collective. The artists — Jean Derome, René Lussier and Martin Tétreault among them — should be familiar to regular Splendid readers, and the pieces are an intriguing assortment of concrete and disjointed sonic conceptualizations. Their impact is lessened, somewhat, by the looser context of the compilation format, but this is still very cool stuff.

blogue@press-1070 press@1070
10 December 1998
By Michael D Hogan in Ici Montréal #2:12 (Québec), December 10, 1998

Text

“Une merveille.”

L’année 1998 a été un cru exceptionnel pour cette étiquette fondée sur la base de l’aventure et de l’amitié. Ceux qui s’y frottent sont aussitôt gagnés par la contagion. Le bassiste Pierre Cartier, qui s’intéresse aux textures de la voix depuis plusieurs années, a créé là des musiques qui transportent voluptueusement la poésie sombre et inmressionniste d’Yves Bonnefoy. Une merveille

blogue@press-1211 press@1211
10 December 1998
By Michael D Hogan in Ici Montréal #2:12 (Québec), December 10, 1998

Text

“Trop peu d’attention a été accordée à ce petit bijou humoristique et envoûtant. […] Splendide.”

Trop peu d’attention a été accordée à ce petit bijou humoristique et envoûtant. Tom Walsh (trombone et échantillonneur) et Pierre Tanguay (percussions) colligent depuis des années des éléments sonores qu’ils ont su marier presque entièrement en direct, tout en donnant l’impression qu’il s’agit d’un travail complexe de studio. Ambiances aériennes, aqueuses, telluriques. Splendide.

blogue@press-1217 press@1217
10 December 1998
By Nicolas Tittley in Voir (Québec), December 10, 1998

Text

Quatre parutions en un an, ça méritait d’être souligné. Surtout pour un artiste aussi étrange et avant-gardiste que Martin Tétreault, ce manipulateur de tables tournantes qui utilisait la friture de vinyle comme base rythmique bien avant que le trip-hop n’en fasse une mode. Tétreault n’est pas un DJ au sens conventionnel du terme, bien que son approche s’apparente à celle de ceux qu’on appelle les «turntablists». À quelques rares exceptions (son travail sur Callas avec Lepage) près, Tétreault n’est pas un adepte de la citation musicale: ses pick-ups antiques grincent, mordent et pincent comment autant d’instruments bruitistes. Les machines et les disques sont soumis à des manipulations extremes où l’aléatoire semble tenir une place de choix, mais Tétreault est visiblement le seul maitre à bord. Sur son disque en solo, paru sur l’étiquette belge Lowlands, Tétreault a su montrer toute l’étendue de sa sensibilité et de sa vision artistique dans ce paysage sonore digne d’un film de science fiction soviétique, Tétreauit emprunte aussi bien à Pierre Henry qu’aux rythmes africains et tisse une toile musicale carrément hypnotique.

blogue@press-1757 press@1757
1 December 1998
By Annie Landreville in Mouton Noir (Québec), December 1, 1998

Text

Jazz, improvisations et funk débridés pour une musique des plus urbaines et exubérantes. Les joyeux fous de l’Orkestre des pas perdus qui compte dans ses rangs les, entre autres, tromboniste Claude St-Jean et le batteur Rémi Leclerc, ont concocté un deuxième album bourré d’énergie, de mélodies et d’éléments inusités qui arrive à la fois à surprendre, à intriguer et à amuser. Jouissif.

blogue@press-1084 press@1084
1 December 1998
By Pierre Durr in Revue & Corrigée #38 (France), December 1, 1998

Text

On les a souvent entendu comme partenaires des créations des «figures de proue» du collectif québécois, tels Lussier ou Derome. Le duo qu’ils nous proposent dans cet enregistrement témoigne d’une certaine créativité. Leur musique, à base de trombone, d’échantillonnage, de percussions et d’objets divers est dense, vivante, séduisante et très construite. En effet, la où l’auditeur, à la lecture de l’instrumentation, s’attendrait a une forme de musique improvisée, il découvrira un travail cohérent et construit qui, sans être des plus innovants, renouvelle agréablement l’esthétique du label canadien, non sans se départir d’un humour quelque peu retenu.

blogue@press-1242 press@1242