Blog ›› Archive ›› By Date ›› 1997 ›› December

21 December 1997
By Ireneusz Socha in Studium #10 (Poland), December 21, 1997

Press Clipping

blogue@press-3232 press@3232
21 December 1997
By Ireneusz Socha in Studium #10 (Poland), December 21, 1997

Press Clipping

blogue@press-3233 press@3233
21 December 1997
By Ireneusz Socha in Studium #10 (Poland), December 21, 1997

Press Clipping

blogue@press-3234 press@3234
20 December 1997
By François Couture in All-Music Guide (USA), December 20, 1997

Text

“… Maison douce maison is thoroughly enjoyable toe-tapping brass funk. Fun for the whole family.”

Maison douce maison is a literal translation of “Home Sweet Home.” On this second album, L’Orkestre des Pas Perdus’ sound has crystallized into something more powerful, driving and accessible. A better sound, a tighter rhythm section, a enhanced in-your-face approach, and more focused writing from leader Claude St-Jean all make this CD superior to the band’s first effort. The recipe remains essentially the same: a cross between fanfare instrumentation and hot funk licks. The more avant-gardist elements found on T’auras pas ta pomme have been rerouted to St-Jean’s other outfit Les Projectionnistes. Rémi Leclerc’s drumming is inventive and precise, Jean Sabourin has better control over his sousaphone (not the easiest instrument to establish a groove). Each track will get you on your feet, but when the music’s over, you probably won’t remember a single melody from it. That’s because all tunes sound pretty much alike. Nevertheless, Maison douce maison is thoroughly enjoyable toe-tapping brass funk. Fun for the whole family.

blogue@press-2077 press@2077
11 December 1997
By Jean-Christophe Laurence in La Presse (Québec), December 11, 1997

Text

Après un automne-plutôt chargé à écrire pour le théâtre (Combat de nègre et de chiens au TNM) et la danse (Giselle avec la troupe Brouhaha Danse) le compositeur/percussioniste Michel-F. Côté revient sur scène au Théâtre de La Chapelle avec ses groupes Bruire et Klaxon Gueule. Nouveaux concerts, nouveaux concepts: I’artiste explique le pourquoi et le comment de ce double projet où il sera question de peintures rupestres et de free rock «électrolyptique».

On le rencontre dans un café du plateau, aussi jasant que le titre du premier disque de Klaxon Gueule, Bavards qui doit justement être lancé ce soir. Fébrile, Michel F Côté en a beaucoup à raconter. Bruire, Klaxon Gueule, Klaxon Gueule, Bruire: malgré leur caractère très distinct, les deux projets, qui seront présentés conjointement jusqu’à samedi, finissent par s’entremêler dans la bouche du musicien, qui passe de l’un à l’autre comme on passe du coq à l’âne.

On est évidemment curieux d’en savoir plus sur ces Chants rupestres, qui s’annoncent comme le plat de résistance de la soirée. Avec Bruire, Côté s’inspirera de l’art paléolithique, des fameuses fresques des cavernes, pour créer un univers musical au registre grave à la fois improvisé et organisé. Outre Côté aux percussions, Jean Derome sera au sax Baryton, Normand Guilbault à la contrebasse et Martin Tétrault reproduira l’effet du stylet avec les aiguilles de ses vieux pick-up.

«Il y a eu beaucoup d’études sur la peinture des premiers hommes», observe Côté, qui est anthropologue de formation. «C’est, dit-il, un puzzle fascinant à décoder… Mais, sur la musique on ne sait rien. On imagine quelque chose de trés rythmique, de très mimétique aussi. Les musiciens de la préhistoire devaient sûrement imiter le bruit du tonnerre ou le son d’une pluie forte…

«L’idée dans ce spectacle n’est pas d’arriver déguisés en Flinstones avec des perruques et des fausses roches! ajoute-t il en riant. C’est de rendre hommage à l’imaginaire des premiers musiciens, aux hommes et aux femmes qui ont un jour commencé à faire de la musique, en interprétant les peintures des cavernes comme s’il s’agissait de partitions ouvertes…»

Pour recrééer I’espace rituel de la caverne, Bruire n’a rien laissé au hasard. Le groupe jouera dans un théâtre sans gradins, avec public au niveau du sol, sous des éclairages faibles, sombres comme celui d’une grotte. «Je veux que les gens fassent partie du show, lance Côté. Que les sons leur rentrent dedans… Sans intermédiaire.» En première partie, dans un esprit nettement plus «free music et alliage électrolyptique» (dixit le communiqué de presse!), Klaxon Gueule balancera quelques «intempéries sonores-» tirées de son premier disque. Le batteur parle d’un show «beaucoup plus rock… instinctif… qui ne part de rien… sans idée poétique à priori… donné dans l’esprit du power trio… très différent de Bruire… ’, Avec Bernard Falaise à la guitare électrique et Alexandre St-Onge à la basse électrique, on risque en effet de flyer à plusieurs années-lumière de l’âge paléolithique.

blogue@press-1809 press@1809
10 December 1997
By Manon Guilbert in Le Journal de Montréal (Québec), December 10, 1997

Text

Michel F Côté mène toujours quelques projets de front. Au théâtre en ce moment dans Gilselle ou la maudite amour sale, il prépare pour le Théâtre la Chapelle les événements musicaux Bruire et Klaxon Gueule.

Le premier disque du trio Klaxon Gueule sera par ailleurs lancé, le soir de la première, le 11 décembre. Compositeur et percussionniste, Michel F Côté met en scène deux ensembles radicalement différents. Le premier Klaxon Gueule se laisse aller dans une musique complètement improvisée. Le trio existe depuis près de trois ans et réunit Bernard Falaise à la guitare électrique, Alexandre St-Onge à la basse et Michel F Côté à la batterie.

«C’est très rock, explique Côté nous faisons en sorte que notre musique ait l’air le moins improvisée possible. Ça se passe bien entre nous et Klaxon Gueule a même quelques propositions pour se faire entendre en Europe.» Bavards, premier disque du groupe sera lancé à l’occasion de ce spectacle. Il est la 52e parution de l’étiquette Ambiances Magnétiques. Dans un deuxième temps, Bruire, formation polyvalente qui existe depuis une dizaine d’années et dirigée par Michel F Côté, requiert cette fois la collaboration musicale de Jean Derome au saxophone baryton, Normand Guilbault à la contrebasse et Martin Tétreault: au tourne-disques et pick-up.

À chaque nouveau spectacle de Bruire, Michel F Côté, qui en est le seul membre permanent, choisit les musiciens en fonction des objectifs musicaux. Cette fois, Bruire s’inspire de l’art rupestre, ces peintures éblouissantes retrouvées dans les grottes. «Les gens de la préhistoire étaient de véritables artistes. J’ai voulu donner un écho musical à ces œuvres. Les pièces possèdent une structure dans laquelle les musiciens peuvent s’exprimer.» Chacun d’eux étant un maître ils deviennent tour à tour solistes. Bruire se rapproche davantage du jazz, mais d’avant-garde. La batterie de Michel F Côté adopte un caractère lyrique, presque mélodique, qu’on ne reconnaît généralement pas à son instrument. Le saxophone de Jean Derome devient pour sa part plus rythmi que. «C’est fascinant de faire sortir les instruments de leurs rôles traditionnels.»

Pour l’occasion le Théâtre La Chapelle a été transformé pour ressembler à une grotte. Les musiciens et le public seront très près l’un de l’autre, créant ainsi l’interaction rêvée. Les deux parties de ce spectacle seront captées par la radio de Radio-Canada et diffusées ultérieurement.

blogue@press-1810 press@1810