If radio doesn’t appear, it means you haven’t installed the Flash plugin or that your version is too old. You must also activate Javascript.

Radio ›› Fanfare Pourpour
La Pourpour
Ganas de vivir, 4m48s [excerpt]
Track 14 from La Pourpour

Artists ›› Fanfare Pourpour

  • Articles about Fanfare Pourpour

    Record reviews are found in the pages for each disc (via the discography tab).

    16 September 2010
    By Réjean Beaucage in Voir (Québec), September 16, 2010

    Text

    “Les membres de la Fanfare Pourpour retournent à la p’tite école pour un grand projet qui inclut des ateliers avec les enfants, une parade, un disque et un concert!”

    Les membres de la Fanfare Pourpour retournent à la p’tite école pour un grand projet qui inclut des ateliers avec les enfants, une parade, un disque et un concert!

    La Fanfare Pourpour faisait paraître son quatrième disque en mai dernier, mais c’est déjà plus de 30 ans d’histoire qu’ont au compteur certains de ses membres. Au cours de ces années, la Pourpour a beaucoup voyagé. En 2008, c’est à Bordeaux qu’elle était invitée pour participer au Carnaval des 2 rives qu’organise le diffuseur Musiques de Nuit: «C’est une fête qui rassemble les pauvres de la rive droite et les riches de la rive gauche, explique le joueur de grosse caisse Jacques Duguay. On y a donné des concerts, bien sûr, mais on a aussi donné des ateliers en milieu scolaire, et ça nous a donné envie de poursuivre ce genre de travail ici.»

    De retour chez nous, leur attention s’est portée dès l’automne dernier sur l’école élémentaire Champlain, dans le quartier Centre-Sud, et bientôt se sont noués des liens avec le projet «80, ruelle de l’Avenir», un organisme voué aux activités sociales, éducatives et de loisirs en milieu défavorisé. «En mars de cette année, on a commencé à donner des ateliers musicaux à 38 enfants, explique Jacques Duguay, et on a même pu poursuivre avec quelques-uns d’entre eux cet été en camp de jour». Thérèse Lessard, directrice générale de «80…», poursuit: «Il y a eu des activités parascolaires avec la Fanfare, mais surtout des activités intrascolaires, qui impliquaient les professeurs. Ce genre d’activités est excellent pour les élèves, ça augmente, par exemple, leur sentiment d’appartenance à l’école».

    Avec l’aide des élèves, les membres de la Fanfare ont composé une chanson, Unique et fantastique, qui sera lancée en single ce vendredi lors du spectacle que donnera la Pourpour à la polyvalente Pierre-Dupuy. «Plutôt que de faire un party pour la fin des cours, on préfère célébrer la rentrée»! lance Duguay. De plus, ce projet aux multiples facettes comporte aussi un volet radiophonique en collaboration avec Radio Enfant (du 13 au 17 septembre, 24 heures sur 24, au 107,9 FM).

    Et si cet événement a commencé à mijoter à Bordeaux, il était normal d’inviter quelques Bordelais à participer à l’aventure. Deux musiciens se joindront à la Pourpour lors du concert: l’accordéoniste Michel Macias et le slameur Benjamin Porcedda. On pourra entendre quelques-unes de leurs compositions, arrangées par Luzio Altobelli (accordéoniste dans la Fanfare), ainsi que des extraits du dernier disque de la Pourpour, sans oublier une chanson très spéciale, interprétée par un grand chœur de 38 voix!

    blogue@press-4246 press@4246
    29 July 2010
    By Yves Steinmetz in La Voix de l’Est (Québec), July 29, 2010

    Text

    Pourpour, je vous aime.”

    Pourquoi Pourpour et pas Flonflon? Ou Tsointsoin? Ou Boumboum? Je n’ai pas voulu le leur demander. Peut-être pour garder un petit jardin secret entre nous. Un petit coin de mystère. Pour le reste, je suis tombé sous le charme de Pourpour, dont je suis désormais un fan inconditionnel.

    Qu’ont-ils fait, ces gens-là, pour conquérir mon vieux cœur désabusé? Samedi dernier, ils ont secoué Saint-Césaire, mon très sage village dont rien ne vient jamais bousculer la tranquillité. Pourpour est arrivé. Pourpour est descendu dans la rue. Là où se trouvent les gens. Quelle belle idée! Aller chercher le monde pour ensuite le convier au concert. La parade a remué le village, les gens se massaient sur son passage. C’est qui, ça? On leur répondait: Ça? C’est Pourpour. Venez les écouter ce soir.»

    C’est quoi, au fond, une fanfare? De la musique bruyante? Du bruit musical? Les deux, et bien plus. La fanfare, c’est un des rares points de rencontre entre le talent artistique et le plaisir populaire. La fanfare, c’est la musique d’orchestre rendue incontournable à ceux et celles qui n’ont peut-être pas envie de savoir ce qu’est la musique d’orchestre. La fanfare, c’est une forme d’art immédiate. Destinée à celles et ceux qui n’y connaissent rien. Ce qui est mon cas.

    Je suis romancier. Donc intello. Bon. Ça, c’est le matériel de base. Le métier, lui, consiste à écrire pour que tout le monde puisse me lire.

    C’est comme le docteur: il ne t’explique pas la rencontre entre une bactérie et un antibiotique. Il te soigne, point. Et c’est ça, rien que ça, que tu attends de lui.

    Et dans la Fanfare Pourpour, c’est exactement ce qui se passe. Les 16 musiciens que j’ai vus sur scène étaient tous des virtuoses. Et, ce qui ne gâte vraiment rien, ils riaient et s’amusaient autant que le monde dans la salle. La musique passait d’eux à nous sans intermédiaire.

    Ouf! Quelle soirée! Des tangos qui donnaient des fourmis dans les jambes, de suaves bossanovas, des valses, des cha-cha-cha échevelés et, de temps à autre, un petit goût ashkénaze d’Europe centrale, ou de musique country.

    Je devais prononcer un discours de remerciement lors du cocktail VIP, à l’intermission. En tant que président de la Maison de la Culture du Cœur de la Montérégie. Je l’ai réduit à: «Pourpour, je vous aime.» Ce qui était le fond de ma pensée.

    La gérante du groupe, Lou Babin, m’a dit: Viens répéter ça sur scène à la reprise. Je l’ai fait. Ce fut mon meilleur discours.

    blogue@press-4232 press@4232
    26 July 2010
    By Étienne Fortin-Gauthier in La Voix de l’Est (Québec), July 26, 2010

    Text

    “C’est joyeux, c’est festif, c’est extraordinaire!”

    La Fanfare Pourpour a défilé dans les rues de Saint-Césaire, samedi, à la surprise de bien des citoyens. Fidèles à leur réputation, les dix-sept musiciens de ce joyeux orchestre ont brassé la cabane et en ont fait danser plusieurs.

    «C’est joyeux, c’est festif, c’est extraordinaire! Ça fait plusieurs années que je les connais et quand j’ai su qu’ils venaient à Saint-Césaire, j’ai trouvé que c’était un beau cadeau», a confié Lucie Trottier, de Granby. À l’image d’une quarantaine de curieux, elle a suivi le défilé qui a entre autres traversé le centre-ville.

    «L’objectif est de faire la fête avec des gens qu’on aime!», a lancé Lou Babin, l’âme de la fanfare, pour expliquer ce qui anime le groupe. «On joue surtout sur scène, mais parfois pour faire plaisir aux gens, on sort dans la rue. Le contact avec les gens est bien intéressant. On voit les gens sortir sur les balcons, c’est spontané», s’est-elle réjouie.

    C’est Suzanne Provencher, de la maison de la culture Au cœur de la Montérégie, qui a eu l’idée d’inviter la fanfare à Saint-Césaire. «Je la connais depuis toujours, a-t-elle dit. Elle devait venir dans le cadre du festival Rythmes du monde et percussions et lorsqu’on a su qu’il ne pourrait avoir lieu, je n’ai pas osé l’annuler. C’était un trop beau projet», dit-elle en ajoutant qu’elle souhaite maintenant mettre sur pied un festival de la fanfare dans la municipalité.

    blogue@press-4231 press@4231
    29 June 2010
    in Québec Info Musique (Québec), June 29, 2010

    Text

    La fanfare est un concept musical qui remonte à la nuit des temps, associée d’abord et avant tout aux activités officielles, qu’elles soient militaires ou civiles. Il s’est toutefois trouvé, à différentes époques, des musiciens pour en détourner la pratique et en présenter une version populaire, qui peut sembler anarchique aux oreilles non prévenues.

    Deux des utilisations dérivées les plus célèbres de l’esthétique de la fanfare demeurent le jazz (les fameuses parades mortuaires de la Nouvelle Orléans) et la musique de cirque. À l’époque moderne, on ne peut passer sous silence le faux groupe Lonely Hearts Club Band des Beatles et toute une esthétique héritée des années psychédéliques. C’est dans cette voie que sont nées des expériences comme le Grand Cirque Ordinaire, qui y jouxtait une activité théâtrale, puis l’Enfant Fort et le Pouet Pouet Band, au cours des années 1970.

    On retrouve d’ailleurs des membres de ces deux dernières formations (Benoît Fauteux, Christine Lajeunesse, Claude Vendette) à l’origine de La Fanfare Poupour, qui prenait forme une quinzaine d’années plus tard, en 1995. À ces fanfarons s’ajoutaient aussi des membres de collectifs tels Conventum (René Lussier), Montréal Transport Limité (Lou Babin, Bernard Poirier), Ambiances Magnétiques (Jean Derome) et d’autres musiciens d’horizons divers.

    Un premier album Fanfare Pourpour… Tout le monde est produit sur la nouvelle étiquette DAME / Monsieur Fauteux m’entendez-vous? (MFMV 01), en 1999. Ses membres ont toutefois des occupations multiples, en plus de mener divers projets personnels et ce n’est que cinq ans plus tard qu’on retrouve un second album Le bal. Il sera suivi par deux autres projets, plus rapprochés, en 2007 et 2010.

    Maintenant composée de vingt musiciens, dont une majorité de compositeurs, La Fanfare Pourpour propose avec Danse des breloques un éventail de leurs différentes écritures, qu’il s’agisse de musiques sautillantes comme la pièce titre ou Le retour de Pelle, de valses expressives telles que Transport Suzanne, voire de flirts avec la musique western, Partir ou bien la pop Croise le pont. L’éclatement de la scène musicale actuelle ferait-il mentir le verdict porté sur Montréal Transport Limité en 1984, prouvant que, oui, en 2010 «Le monde est prêt pour La Fanfare Pourpour»?

    blogue@press-4209 press@4209
    4 June 2010
    By Josée Blanchette in Le Devoir (Québec), June 4, 2010

    Text

    “La Pourpour, c’est ça, rien à moitié. De la musique de bonne humeur, […] de la joie de vivre à écouter en plein air ou dans un film italien.”

    Luc et Lou disent «la Pourpour» comme on évoque «la Bolduc» ou «la Poune». Et on les appelle «Luc et Lou» comme on disait «Bonnie and Clyde» ou «Johnny and June» (Cash), une rime comme une autre. Les légendes ne brillent pas toujours sur les marquises de théâtres huppés. Celle de Luc (Proulx) et Lou (Babin) est à leur mesure, une histoire d’amour entre la musique et eux, entre la discrétion et la générosité, entre la marge et la liberté.

    Je le pratique depuis quelques années, ce duo membre d’un orchestre de 20 musiciens qui caracole le long des routes entre la Gaspésie, l’Europe, Montréal et l’Estrie, une guitare et un accordéon dans les caissons. Ne leur manque qu’une fleur au chapeau et une rime à la boutonnière.

    Je les ai vus chanter dehors par moins 30 °C, au ras du poele dans des cabanes à sucre, sur scène lorsque Lou pousse ses magnifiques interprétations country de Dolly Parton, Linda Ronstadt et Emmylou Harris (sur son disque fétiche — et le mien — Trio). Je les ai entendus interpréter des reels pour faire danser des skieurs gelés avec leurs bottines aux pieds.

    Je croise ces deux routards de loin en loin depuis cinq ans en me disant chaque fois: faudrait bien que je parle d’eux. Ce ne sont pas des vedettes, ce sont des artistes, nuance. Normal que leur parcours se fasse en retrait des médias de masse.

    Le lancement du quatrième disque de la Fanfare Pourpour, le bébé pieuvre à 38 bras et 19 têtes que Lou Babin berce de ses maternelles attentions depuis plusieurs années, n’est qu’un prétexte pour vous raconter leur histoire d’amour qui rime avec toujours, même s’ils ne se connaissent que depuis 34 ans et s’aiment depuis bientôt 20. «On s’aimait pis on le savait pas, constate Luc. Éros n’était pas encore au rendez-vous.»

    Sans tambour ni trompette

    Ils se rencontrent durant l’été 1976 grâce à la Pourpour, cette fanfare de rue un peu foraine, totalement contre-culture, digne du Temps des gitans, née un samedi de 1974 sur les trottoirs du Plateau Mont-Royal. Quelques potes voulaient sortir leurs trompettes et leurs tambours dans la rue. Le samedi suivant, ils étaient encore plus nombreux à suivre la fanfare improvisée; la Pourpour était née.

    «Toi tu sortais avec Ben la Barouette, moi je revenais de la Gaspésie. J’avais 25 ans, t’en avais 20…», se rappelle Luc, 59 ans, qui n’a rien perdu de son look de poete et de son physique d’acteur. Ces jours-ci, il interprète le père de Gerry Boulet dans le film qui lui sera consacré. Luc a aussi fait partie de la troupe Carbone 14 durant sept ans. On le voit souvent dans des téléromans (Providence, Bouscotte) mais il n’est jamais autant lui-même qu’avec Lou et au sein de la Pourpour. «Ils m’ont accepté même si je ne suis pas un grand guitariste», convient Luc.

    Lou dit la même chose de son talent d’accordéoniste, elle qui est passée du piton au piano sans jamais perdre ses bretelles. L’humilité de ces deux-là est un souffle frais dans un instrument à vent.

    Leur esprit communautaire aussi. Issus de grosses familles, 16 enfants chez Luc, 9 chez Lou, ces deux nomades réunissent la Pourpour à leur maison de campagne, tout près de Saint-Fortunat, pour les pratiques de l’orchestre déjanté. Luc, en gars de la campagne qui sait tout faire, a construit la maison à la sueur de ses deux mains. Les grandes tablées ne leurs font pas peur. «On se booke quatre jours et on part là-bas avec les conjoints et les enfants, on répète trois heures le matin, trois heures l’après-midi, on fait bistrot le reste du temps et ça parle politique autour des tables; c’est vivant et on aime partager», raconte Lou.

    Quand le disque est terminé, ils vont se faire entendre tambour battant à la salle municipale de Saint-Fortunat. «On offre une répétition publique et on passe le chapeau. C’est ma façon de m’impliquer dans la société, de redonner, de faire danser les gens», confie Lou, qui administre ce groupe autogéré. Y a pas juste les demandes de subventions dans la vie, y a aussi la vie.

    La liberté n’est pas une marque de yogourt

    Usée à l’underground, Lou ne fait pas de concessions. «J’avais pas assez le goût du mainstream. Je suis libre, ça se paye!» Luc renchérit: «La musique québécoise sonne toute pareille. Ça se ressemble, le format radio. Faut que ça passe chez Monique Giroux

    «Toute mon énergie va à la Pourpour, ajoute Lou. C’est devenu ma famille de musique, un clan. Et peu à peu, les enfants des musiciens embarquent. Comme dans “Cent ans de solitude”, la Pourpour va continuer.» Son fils Némo, 29 ans, joue de la trompette avec la fanfare aussi. «Les jeunes qui embarquent dans la Pourpour on fait le Conservatoire alors que la première génération était autodidacte. Ça rehausse le niveau… mais la chicane pogne jamais. On s’entraide. On est libres, on a du fun, on est déjà allés deux fois à Bordeaux et on fera peut-être le tour du monde!»

    Lundi dernier, sur la scène du Lion d’Or, au lancement de Danse des breloques, c’était la fête au village. Leur dernier disque laisse transpirer des accents de swing, klezmer, tango, jazz, d’Europe de l’Est. Lou clamait dans le micro que la Pourpour existerait encore dans 300 ans. Elle semblait à moitié sérieuse. La relève Pourpour porte une casquette pour se donner un genre, la vieille garde pour cacher sa calvitie.

    Dans la salle bondée, on entendait le klaxon du tuba et la sonnette d’un vélo; ne manquait que le singe pour passer le chapeau. Tout ça, gratuitement, comme un élan. «On ne va pas seulement jouer trois tounes, assure Luc. On fait le disque au complet!» La Pourpour, c’est ça, rien à moitié. De la musique de bonne humeur, me suis-je dit. De la joie de vivre à écouter en plein air ou dans un film italien.

    En revoyant Luc et Lou à l’avant-scène, j’ai pensé aux derniers mots de notre entrevue. Luc l’a regardée amoureusement en lançant: «Je t’invite à prendre une bière?» Une demi-heure plus tard, je les vois passer sur l’avenue du Mont-Royal, bras dessus, bras dessous, comme deux compères complices, seuls au monde. Ne manquait que l’accordéon et la guitare pour signer la musique d’un film dont la première scène serait jouée par une chanteuse country qui pleure en coupant un oignon et son coloc qui tombe en amour avec la larme en chute libre le long de sa joue.

    ***

    Loué: le film Le Party de Pierre Falardeau, dans lequel Lou Babin joue une chanteuse country qui vient donner un spectacle à des prisonniers. Luc Proulx est également de la distribution. Lou m’a fait pleurer. «Le plus difficile, ç’a été d’apprendre à sacrer! Luc m’a coachée», dit celle que Falardeau a encensée dans son livre La liberté n’est pas une marque de yogourt.

    Noté: les apparitions publiques de la Pourpour, dirigée par Jean Derome. Visez surtout l’extérieur, leur élément, le vendredi 11 juin, angle de Bullion et Mont-Royal, le samedi 12 juin, Place Dufresne, le reste sur leur site avec le disque: www.fanfarepourpour.com.

    (…)

    «Il y a de ça trente ans. La première édition de la fanfare Pourpour. À l’époque, il n’était pas nécessaire de savoir bien jouer. Il suffisait d’aimer être ensemble. J’avais remarqué une adorable petite femme qui y jouait du cor. J’ai donc appris un peu de trombone pour être plus près d’elle. J’ai eu un enfant d’elle. Aujourd’hui, l’orchestre joue merveilleusement bien. Viva Pourpour!»

    Richard Desjardins

    «C’est ça Lou Babin. Aller au bout. Travailler en équipe sans faire chier personne. Donner. Donner encore. Se donner.»

    Pierre Falardeau, La liberté n’est pas une marque de yogourt

    blogue@press-4196 press@4196
    3 June 2010
    By Emilie Russo in Le Plateau (Québec), June 3, 2010

    Text

    “Aujourd’hui, la Fanfare joue plus souvent sur scène que dans la rue, mais n’a rien perdu de sa fraîcheur et de sa spontanéité.”

    Le clan Pourpour et sa joyeuse bande de musiciens ont lancé le 31 mai dernier leur quatrième disque, Danse des breloques, au Lion d’Or. Pour son 15e anniversaire, la célèbre fanfare du Plateau-Mont-Royal offre 15 pièces originales composées par les musiciens de la Pourpour.

    «On est le pire orchestre de marche au monde en quête de beauté», a dit Claude Vendette, joueur de saxophone et l’un des fondateurs de la fanfare.

    En effet, la Pourpour n’a rien de militaire. Son nouvel album puise dans un répertoire varié et dansant, aux sonorités klezmer (6250 la track), western (Partir), arabes (Croise le pont), et gitanes (Danse des breloques). Outre les cuivres, on y entend des instruments variés comme la scie musicale, l’accordéon et le banjo, de même que les jolies voix des musiciens en chœur.

    Ce quatrième album se démarque de son précédent, dédié à la musique de Lars Hollmer. Il rassemble une palette de dix compositeurs, tous des musiciens de la fanfare. «Tous les membres y mettent leur épice quand on fait de nouvelles chansons», illustre Némo Venba, trompettiste de la fanfare, compositeur et arrangeur musical. «Il y a une grande liberté dans notre orchestre, n’importe qui peut amener une pièce. Tu n’as même pas besoin de savoir écrire la musique pour composer pour la fanfare», ajoute Pierre Emmanuel Poizat, clarinettiste, également compositeur et arrangeur musical.

    Le résultat n’en est pas moins professionnel. Sur les 20 musiciens que compte la fanfare, plusieurs ont reçu une solide formation au Conservatoire de musique ou sont reconnus sur les scènes de jazz et de musiques actuelles, mais il y a également plusieurs musiciens autodidactes. Dans cet orchestre sans chef d’orchestre, chacun apporte son bagage et contribue à la musique. «C’est plus un clan qu’un groupe de musique», dit Luc Proulx, à la fois acteur, danseur, chanteur et guitariste de la fanfare.

    La famille de la Pourpour ne cesse de s’agrandir depuis ses débuts, mais continue de rajeunir. Les musiciens comme Némo et Pierre Emmanuel prennent la relève aux arrangements, à la composition et à la direction musicale. «Il y a une transformation à savoir que la deuxième génération de musiciens s’affirme de plus en plus, et a un niveau musical plus élevé. Ça se complète mieux», avance Lou Babin, accordéoniste et fondatrice de la fanfare.

    Déjà, les enfants des musiciens joignent la fanfare. «On est 20, je prédis que d’ici 5 ans on sera 30, et ça nous prépare à notre projet de faire une fanfare à 100 musiciens un jour, mais ça, c’est une autre histoire!», lance Némo.

    La tradition des fanfares sur le Plateau

    Tout a commencé autour d’une caisse claire et d’une trompette, quelque part sur le Plateau, en 1974.

    Arrivée à Montréal à l’âge de 20 ans, Lou Babin a fait la connaissance d’une «gang d’hurluberlus»: François Gourd, Christine Lajeunesse et Benoit Fauteux. Ils sont sortis tout bonnement, un samedi en après-midi, pour jouer dans la rue. La parade est vite devenue une tradition qu’ont suivie des dizaines de personnes armées de casseroles. La fanfare de l’Enfant fort était née. «Certains savaient jouer, d’autres non!», explique Lou Babin. «L’idée c’était de rencontrer les gens dans un esprit de fête. Ça a duré deux ans, puis on est partis en tournée.»

    Le goût de jouer sur scène et d’interpréter des pièces plus travaillées a mené à la création de la Pouet Pouet Band en 1978. Deux ans plus tard, le fils de Lou, Némo, naissait. Puis, plusieurs membres de la fanfare se sont dispersés.

    Seize ans plus tard, le goût de faire de la musique est revenu. La Fanfare Pourpour a vu le jour en 1995 et a lancé son premier album quatre ans plus tard. Aujourd’hui, la Fanfare joue plus souvent sur scène que dans la rue, mais n’a rien perdu de sa fraîcheur et de sa spontanéité.

    Spectacles à venir

    C’est sur une scène qu’il faut voir la Fanfare Pourpour pour saisir son énergie et sa poésie.

    «Quand on est là, il y a un événement qui se produit. Un gros orchestre comme ça qui joue, ce n’est pas anodin. Il y a un effet de masse!», avance Pierre Emmanuel Poizat.

    blogue@press-4197 press@4197
    31 May 2010
    By Alain Brunet in La Presse (Québec), May 31, 2010

    Text

    “C’est un projet familial et humain avant tout.”

    Signé Dyane Raymond, un portrait élogieux publié aux éditions Varia a déjà nommé le multi-instrumentiste et compositeur Jean Derome «l’homme musique». Et pour cause, parmi ses innombrables interventions, dont une participation prochaine au Festival international de jazz de Montréal avec ses Dangereux Zhoms, Derome est directeur musical de la Fanfare Pourpour. Cet ensemble d’une vingtaine de musiciens lance aujourd’hui un quatrième album: Danse des breloques.

    Rappelons que Pourpour s’inscrit dans une longue tradition contre-culturelle. Dans les années 60 et 70, des musiciens européens et nord-américains avaient entrepris de régénérer le concept de fanfare en lui conférant des répertoires beaucoup plus déjantés que ce à quoi on pouvait s’attendre alors. À Montréal, on ne faisait pas exception à la tendance, qui se prolonge jusqu’en 2010.

    «Pour faire la genèse de la Fanfare Pourpour, raconte Jean Derome, il faut remonter à L’Enfant Fort, qui jouait jadis dans les rues du Plateau. Benoît Fauteux et Christine Lajeunesse, qui ont été parmi les fondateurs de la Fanfare Pourpour, étaient de cette première aventure. Dans la même lignée est né ensuite le Pouet Pouet Band, puis la Fanfare Pourpour. Pendant un bon moment, le compositeur principal en était Bernard Poirier, que j’ai remplacé à la direction musicale après avoir été invité spécial de l’orchestre.»

    Depuis son accession à la direction musicale de Pourpour, Jean Derome a notamment transposé la musique de l’accordéoniste scandinave Lars Hollmer autour de laquelle la Fanfare a consacré son album précédent.

    «Ce qu’il y a de nouveau avec Danse des breloques, souligne notre interviewé, c’est qu’il y a une dizaine de compositeurs qui participent. Pour plusieurs d’entre eux, d’ailleurs, c’est la première composition enregistrée. Ces pièces inédites ont été arrangées par eux-mêmes ou avec l’aide d’autres membres comme le clarinettiste Pierre Emmanuel Poizat (PEP) et le trompettiste Nemo Venba — qui étaient tous deux dans les Faux Monnayeurs de Tomas Jensen

    Tango, flamenco, reggae, musiques des Balkans et autres genres variés se déploient ainsi dans le répertoire original de la Fanfare Pourpour. Jean Derome complète l’observation: «Nous jouons de plusieurs styles mais nous ne faisons pas dans la reprise. Nous sommes très ouverts même si nous conservons une touche foraine.»

    Le directeur musical insiste en outre sur le caractère multigénérationnel de la Fanfare Pourpour.

    «On garde nos vieux piliers, mais il y a beaucoup de musiciens plus jeunes. Benoît Fauteux a joué jusqu’à l’âge de 71 ans, il s’est retiré depuis quelques années. Nemo Venba a commencé à l’âge de 18 ans, il en a 29. L’accordéoniste Luzio Altobelli (Sagapool), Guido Del Fabbro (Pierre Lapointe) sont aussi parmi les jeunes de l’orchestre. C’est donc la rencontre de générations et d’horizons musicaux différents. Certains d’entre nous, par ailleurs, ne sont pas professionnels de la musique.

    «La performance technique, insiste Jean Derome, n’est pas un objectif important de la Fanfare Pourpour. Les partitions sont taillées sur mesure sur le potentiel de chacun. C’est un projet familial et humain avant tout. Une tribu! Ce qui est frappant avec les années, toutefois, c’est que le groupe s’améliore. L’intonation, le jeu d’ensemble… on arrive à quelque chose de vraiment bien.»

    Jean Derome met de l’avant le caractère autogéré de l’ensemble. «En ce sens, la chanteuse et accordéoniste Lou Babin est l’âme de la Fanfare. C’est elle qui en assume la gestion administrative et la coordination. Tout le monde peut donner son avis et Lou recueille sans cesse les points de vue de chacun. C’est très démocratique comme fonctionnement, mais ça ne marcherait pas si Lou ne faisait pas ce travail formidable. La Fanfare s’engage, d’ailleurs, dans plusieurs causes sociales et humanitaires, comme par exemple l’Action terroriste socialement acceptable. On arrive parfois à générer quelques revenus, mais c’est bien peu par rapport au travail accompli.»

    blogue@press-4186 press@4186
    13 June 2008
    By Serge Truffaut in Le Devoir (Québec), June 13, 2008

    Text

    “Toujours est-il que les fondateurs de cette phalange ont malaxé les folklores du monde avec les rythmes du globe pour accoucher de cette musique aussi fraîche qu’heureuse.”

    La joyeuse troupe malaxe les folklores du monde avec les rythmes du globe

    Rien de mieux que de donner le coup de pied d’envoi à la 9e édition de L’OFF Festival de jazz de Montréal dans la porte de la bonne humeur, des contrepèteries musicales et des blagues de potaches. Et oui, ce soir, la vingtaine d’Oulipiens du jazz qui forment la Fanfare Pourpour occuperont la scène du Lion d’Or à compter de 20h.

    Ces fanfaristes ont poussé l’audace jusqu’à inviter un spécimen unique. Qui donc? Un Suédois qui rigole. Un concitoyen de Ingmar Snif, Snif Bergman, jumeau de Stig Dagerman, auteur du titre de livre le plus tristounet dans l’histoire de la littérature: Notre besoin de consolation est impossible à rassasier. Ah bon? Un verre de rosé ou de pastis, c’est au choix, ça fait amplement l’affaire. S’étant égaré, on se recentre.

    Bien. La Fanfare Pourpour a un ancêtre: le Pouet Pouet Band. Lui-même avait plusieurs ancêtres éparpillés entre La Nouvelle-Orléans, le Vieux Continent et celui du milieu. Toujours est-il que les fondateurs de cette phalange ont malaxé les folklores du monde avec les rythmes du globe pour accoucher de cette musique aussi fraîche qu’heureuse. Musique qui s’avère également et surtout une contradiction aux sanglots longs des violons de l’automne qui nous escagassent à la puissance ISO 9000.

    À leur actif, des centaines de spectacles et quatre compacts distribués par [DAME / actuellecd.com]. Parmi ses membres les plus anciens, on retiendra les noms des sœurs Babin. Lou est accordéoniste et chanteuse en plus d’être la fondée de pouvoir, la plénipotentiaire de la troupe. En clair, elle est la gérante. Suzanne est également accordéoniste. Elle joue aussi de la clarinette, elle danse, elle récite.

    Jean Derome, Claude Vendette, Némo Venba, Jean Sabourin, Marie-Soleil Bélanger, Normand Guilbeault, Pierre Tanguay et autres maîtres des contes musicaux composent cette troupe unique dans son genre. En un mot, la Fanfare Pourpour, c’est les exercices de style de Raymond la Quenouille revus et peaufinés au son du clairon, de la caisse claire et du solitaire, soit le saxophone basse.

    Cela étant, l’autre bonne nouvelle est que… Radio-Canada et CBC Radio vont enregistrer pas moins de cinq spectacles à l’affiche de L’Off. Autre nouvelle significative, la vente des billets va bien, pour ne pas dire mieux que les années passées.

    Il est fort probable que si l’Off Festival bénéficie d’une impulsion plus marquée que lors des années antérieures, c’est grâce au changement de dates. Pour la première fois, la tenue de cet événement indispensable à la bonne santé de la scène musicale, celle versée en improvisations, en jazz qui danse et en poésie, est largement attribuable au fait qu’il ne se déroule pas en même temps que le «gros». Espérons que les subventions accordées par le CALQ, Patrimoine canadien, le Bureau des festivals de la Ville de Montréal ainsi que le Conseil des arts de Montréal seront non seulement maintenues, mais augmentées.

    blogue@press-3582 press@3582
    12 June 2008
    By Stanley Péan in Voir (Québec), June 12, 2008

    Text

    “As a prelude to the MIJF, the OFF Jazz Festival [of Montreal] proposes, for the ninth consecutive year, substantial programming that is more resolutely jazz-oriented than the eclecticism-favouring big event. Watch for the Septet of pianist Marianne Trudel…”

    […] En prélude au FIJM, L’OFF Festival de Jazz [de Montréal] propose, pour une neuvième année consécutive, une programmation consistante et plus résolument jazz que celle du grand événement qui privilégie l’éclectisme. Ce «purisme» des programmateurs de L’Off, eux-mêmes musiciens pour la plupart, n’exclut pas un désir de partager avec le public un amour sincère du jazz, sous toutes ses formes, dans quatre lieux propices: le Lion d’Or, le Dièse Onze, La Sala Rossa et le Pub Saint-Ciboire. À surveiller: l’oratorio jazz Riel du contrebassiste Normand Guilbeault, le lancement du nouveau CD du saxophoniste Chet Doxas, le septuor de la pianiste Marianne Trudel, le quintette du saxophoniste Mario Allard, l’accordéoniste et compositeur suédois Lars Hollmer en compagnie de la Fanfare Pourpour et surtout, surtout, le retour à Montréal de la formation-culte Sun Ra Arkestra, une co-présentation avec le festival Suoni Per Il Popolo. Du 13 au 21 juin prochains.

    blogue@press-3584 press@3584
    12 June 2008
    By Christophe Rodriguez in Ici Montréal (Québec), June 12, 2008

    Press Clipping

    blogue@press-3585 press@3585
    29 May 2008
    By Patrick Baillargeon in Voir (Québec), May 29, 2008

    Text

    “For the many who feel that the [Montreal International] Jazz Festival doesn’t give enough visibility to the local jazz scene, or perhaps to jazz as a whole, the OFF [Jazz Festival (of Montreal) ] has been filling this need for nine years already! Not to be missed[…] the Sun Ra Arkestra, the Marianne Trudel Septet.”

    […] Pour les nombreux qui estiment que le Festival de Jazz ne donne pas assez de visibilité au jazz local, si ce n’est au jazz tout court, L’OFF vient combler ce manque depuis neuf ans déjà! Cette année, l’événement ne chevauchera pas le FIJM. Ainsi, du 13 au 21 juin, les jazzophiles pourront s’en mettre encore une fois plein les oreilles lors des 32 concerts présentés au Pub Saint-Ciboire, au Dièse Onze, au Lion d’Or ainsi qu’à la Sala Rossa. À retenir: l’accordéoniste suédois Lars Hollmer accompagné de la Fanfare Pourpour, le Sun Ra Arkestra (présenté par le festival Suoni Per Il Popolo), le septuor de Marianne Trudel, le projet Riel de Normand Guilbeault et Chet Doxas qui lancera son nouvel album. […]

    blogue@press-3587 press@3587
    24 May 2008
    By Serge Truffaut in Le Devoir (Québec), May 24, 2008

    Text

    Enfin! Bravo! Merci aux organisateurs de L’OFF Festival de Jazz de Montréal d’avoir accompli un retournement temporel. La neuvième édition de cet événement ne se tiendra pas simultanément à l’autre, le «gros», si l’on peut se permettre. Après s’être rendu compte que l’offre musicale se confondait avec hyperinflation au début de l’été, les responsables de l’Off ont décidé de devancer les dates. Bref, il se déroulera du 13 au 21 juin.

    La deuxième modification apportée est géographique. Adieu le Patro Vys, bonjour le Dièse Onze, qui a ceci de bien qu’il est un club de jazz à l’année. Jazz et resto situé au 4115 A du boulevard Saint-Denis, pour être précis. Les autres points de chute sont les mêmes que ceux de l’édition antérieure: le Lion d’or et le Pub Saint-Ciboire. Auxquels s’ajoutent cette année…

    … La Sala Rossa. Et là, si l’on peut dire, c’est l’autre bonne nouvelle de cette année. Voici de quoi il s’agit: les organisateurs de l’Off se sont associés à ceux du festival Suoni per il popolo, qui se tiendra du 1er au 30 juin. Cette alliance, selon les confidences de Jean-Jules Pilote, cheville ouvrière de l’Off, devrait s’étoffer au cours des prochaines années.

    C’est à espérer. Car au cours des prochaines semaines, ce duo d’organisateurs va proposer deux spectacles à La Sala Rossa: le Sun Ra Arkestra, dont on a parlé la semaine dernière, le 14 juin, et le Barnyard Drama, le quartet Lauzier, Myhr, Martel, Tétreault ainsi que Gordon Allen le 15 juin. Prix du billet de Sun Ra: 25$, alors que celui du lendemain se détaille entre 14 et 16$.

    Puisqu’on décline les histoires d’espèces sonnantes, il faut insister sur un fait économique fondamental. C’est sérieux, très sérieux même. Le rapport qualité/prix inhérent aux shows de l’Off est REMARQUABLE! Le coût d’entrée des spectacles à l’affiche du Dièse Onze est de 8$. Ceux du Pub Saint-Ciboire sont gratuits. Ceux du Lion d’or: 20$ en prévente ou 25$ à la porte pour deux shows ou 15$ pour celui débutant à 21h30. Pour les détails, on peut se renseigner au lofffestivaldejazz.com

    Bon. Après lecture du programme, six des shows au Lion d’or sont à retenir: la Fanfare Pourpour, qui aura l’accordéoniste et chanteur suédois Lars Hollmer pour invité. Cette fanfare à la veine humoristique indéniable est toujours dirigée par l’immense Jean Derome. Quoi d’autre? Il suffit d’écouter leur album paru sur étiquette Ambiances Magnétiques pour s’apercevoir que les membres de cette grande formation excellent dans l’alchimie des folklores du monde.

    Le 18 juin, le saxophoniste et clarinettiste Chet Doxas va proposer un spectacle propre à aiguiser toutes les curiosités: Le Mur de Jean-Paul Sartre. Doxas a composé une série de thèmes inspirés, donc, de ce chef-d’œuvre littéraire qu’il interprétera en compagnie de Stéphane Allard et Zoé Dumais aux violons, de Jean René à l’alto, de Sheila Hannigan au violoncelle, de Zack Lober à la contrebasse, de son frère Jim à la batterie, tous sous la direction de Jon Sapoway.

    Le même soir, mais après Doxas, les musiciens phares des labels DAME et Ambiances Magnétiques vont occuper la scène pour improviser à tout va. Autour de Derome, on retrouvera Joanne Hétu au saxo, Charity Chan au piano, Diane Labrosse à l’échantillonnage, Lori Freedman à la clarinette basse, Guido Del Fabbro au violon, Rainer Wiens à la guitare et l’incontournable Pierre Tanguay à la batterie.

    Le 20 juin, le très courageux, le musicien essentiel, le contrebassiste battant Normand Guilbeault va décliner ses compositions retraçant la vie de Louis Riel. Il sera flanqué de quatorze musiciens, narrateurs et projectionnistes. C’est au Lion d’or le 20 juin à 20h. La veille, au même endroit, on aura droit à l’accouplement jazz et poésie avec José Acquelin, Renée Gagnon, Hélène Monette, Carole David et Jean-Marc Desgent.

    Enfin, le 21 juin, l’affiche est alléchante parce que… parce que… le saxophoniste Janis Steprans a réuni trois autres saxos autour de lui pour clôturer cette 9e édition. André Leroux sera au soprano, David Bellemare au ténor, Jean Fréchette au baryton et Steprans, bien entendu, à l’alto. Simon Lévesque à la contrebasse et Dave Laing à la batterie vont rythmer le tout.

    Les billets sont en vente à L’Oblique, à L’Échange, à L’Articulée ainsi qu’à la Casa Del Popolo et à Cheap Thrills pour les shows du 14 et du 15 juin.

    blogue@press-3578 press@3578
    22 May 2008
    By Alain Brunet in La Presse (Québec), May 22, 2008

    Text

    À son tour, L’OFF festival de jazz de Montréal a dévoilé sa 9e programmation: la Fanfare Pourpour, le projet de Normand Guilbeault consacré à Louis Riel, les improvisateurs d’Ambiances Magnétiques, le quatuor de saxophones mené par Janis Steprans, Chet Doxas inspiré par Jean-Paul Sartre ou encore le doué jeune bassiste Rémi-Jean Leblanc s’inscrivent dans cette plus que trentaine de concerts.

    Du vendredi 13 au samedi 21 juin, donc plus tôt que les années précédentes, ces concerts de l’Off se déclineront quotidiennement dans quatre salles: le pub Saint-Ciboire, le Lion d’Or, le Dièse Onze et La Sala Rossa.

    «Ce festival est mené par une équipe de bénévoles musiciens. Chaque année, nous essayons de représenter le plus fidèlement possible la scène montréalaise dans le milieu du jazz et de la musique créative. Nous portons une attention particulière à la présentation de projets originaux, tous d’une grande qualité artistique», explique le contrebassiste Christophe Papadimitriou, président de l’Off.

    «Également, poursuit-il, nous avons la grande joie d’accueillir des musiciens étrangers et des musiciens canadiens issus de plusieurs provinces qui viennent collaborer avec les musiciens québécois. Nous aimons beaucoup cette dimension de l’échange.» L’Off, aurons-nous déduit, n’est pas une simple tapisserie de jazz local. On y fait des choix artistiques bien au-delà d’une simple idéologie de représentativité.

    Au Lion d’Or, donc, la Fanfare Pourpour y présente son projet réalisé de concert avec l’accordéoniste suédois Lars Hollmer, le «quartetski» du contrebassiste Pierre-Yves Martel (prix François-Marcaurelle l’an dernier) s’y consacre à Érik Satie, le quartette de la trompettiste torontoise Lina Alemano s’amène avec notamment le très singulier saxophoniste Brodie West.

    Aussi au menu principal, on retient l’ambitieux sextuor du contrebassiste Miles Perkins, un concert du trio du saxophoniste Chet Doxas avec quatuor à cordes (et inspiré par ses lectures de Jean-Paul Sartre), une soirée Ambiances Magnétiques consacrée à l’improvisation (sous la direction de Jean Derome). On suggère aussi Cantouque du contrebassiste Joel Prenovault qui évoque l’œuvre du violoneux Louis «Pitou» Boudreault, on reprend le concept jazz et poésie (animé par l’écrivain José Acquelin), on emprunte La 5e route bleue (arabo-occidentale) de la compositrice Katia Makdissi-Warren avec notamment le contrebassiste autrichien Peter Herbert, on relance le Projet Riel du contrebassiste Normand Guilbeault, sans compter le quintette du contrebassiste Dave Watts, le septuor de la pianiste Marianne Trudel ou le Quatuor du Nord, ensemble de saxophones de Janis Steprans.

    À la Sala Rossa, l’Off se joint aux Suoni per il Popolo pour y coproduire le Sun Ra Arkestra, le groupe Barnyard Drama (mis de l’avant par le batteur Jean Martin et la chanteuse Christine Duncan), le jazz électroacoustique du saxophoniste Philippe Lauzier, le trio du trompettiste Gordon Allen.

    Au Dièse Onze, on compte attirer les nuitards avec le Soundclash du saxophoniste Eric Hove, l’ensemble Ka Noo du saxophoniste Jason Sharp, le quartette du contrebassiste Alex Bellegarde, les Jazz Warriors du batteur Adam Miller, le sextuor du batteur Isaiah Ceccarelli, l’ensemble de la chanteuse Sonia Johnson et du contrebassiste Frédéric Alarie, le groupe du jeune bassiste Rémi-Jean Leblanc (prochain Alain Caron?), le quintette du contrebassiste Dave Watts.

    Prévue de 17h à 19h, la série du pub Saint-Ciboire privilégie les jeunes loups de la scène locale, sauf exception: le quartette de la saxophoniste Anna Weber, le quintette du saxophoniste (alto) Mario Allard, l’ensemble CLH, le quartette du pianiste Malcolm Sailor, le trio du violoniste Robin Bouliane, le quartette du guitariste Carlos Jimenez, le trio du guitariste Greg Amirault, le trio Turtle Boy.

    blogue@press-3579 press@3579
    1 June 2007
    By Dave Lynch in AllMusic (USA), June 1, 2007

    Text

    Quebec’s circusy big band Fanfare Pourpour have their roots in a number of musical and artistic groupings dating back to the mid-’70s through the early ‘80s, including L’Enfant Fort, a Saturday-afternoon Montréal street band; the Pouet Pouet Band, which incorporated theatrical and cabaret elements into their mix; and Montréal Transport Limité, an underground cabaret and progressive pop group. The musicians all went their separate ways until the summer of 1995, when their love of playing and performing brought them together as the Fanfare Pourpour. Their street band attitude gives the Fanfare Pourpour a ramshackle charm, and their open and friendly embrace has seemingly welcomed to the fold any friend or family member who can toot on a horn or whack a caisse claire, as long as the proper spirit is maintained. Since the band’s “formal” founding in 1995, however, the Fanfare have grown into a tight and formidable outfit, with no diminution of the raucous spirit that has always been central to their, well, raison d’être.The band’s first album, released in 1999 on their Monsieur Fauteux m’entendez-vous? label, was entitled Tout le monde — the CD featured an 11-piece core ensemble, notably featuring Montréal singer/accordionist Lou Babin, supplemented by a handful of high-profile guest musicians from Quebec’s jazz and musique actuelle scenes on selected tracks, including saxophonist Jean Derome and guitarist René Lussier. On follow-up CD Le Bal from 2004, the group’s ranks had swelled to 15 with an additional six guest musicians scattered here and there; by now Derome had taken on musical direction responsibilities and penned five of the album’s 16 tracks. On these two releases the ensemble members proved highly capable on practically any and every musical instrument imaginable, including accordion, clarinet, saxophones, violin, flute, guitar, banjo, trumpet, euphonium, sousaphone, harmonica, darbouka, bass, drums, and percussion, playing exuberant music that blended brass band and New Orleans classic jazz traditions with elements of Québécois folk and avant-garde musics.In 2004 Swedish composer, accordionist, and keyboardist Lars Hollmer (Samla Mammas Manna, Accordion Tribe) was invited to Quebec to appear with the Fanfare Pourpour at the Festival International de Musique Incroyable, and this successful encounter was followed up with additional rehearsals and a second festival appearance at the Festival International de Musique Actuelle de Victoriaville in 2005. The following year Hollmer was back in Quebec with the Fanfare yet again, this time to record the album Karusell Musik in a Montréal studio. By now it would appear that the distinction between full-fledged Fanfare bandmembers and invited guests had been erased, and the 19-piece ensemble supporting Hollmer included such notable Montréal and Quebec artists as Babin; other longstanding Fanfare members such as violinist Guido Del Fabbro and trumpeter Némo Venba (also members of avant-proggers Rouge Ciel), guitarists Luc Proulx and Roy Hübler, saxophonists Claude Vendette and Stéphane Ménard, clarinetist Pierre Emmanuel Poizat, and euphonium player Christine Lajeunesse; musical director/orchestrator/multi-instrumentalist Derome, bassist Normand Guilbeault, and percussionist Pierre Tanguay from the swinging Trio DGT and numerous other jazz/musique actuelle projects; sousaphonist Jean Sabourin from the impossibly tight brass band L’Orkestre des Pas Perdus; and violinist Marie-Soleil Bélanger, former member of the long-lived and ever-challenging Miriodor. So when it came to negotiating Hollmer’s sometimes tricky rhythms, emphatic backbeats, and multi-layered arrangements with the proper balance of roughness and precision, it would prove hard to top the Fanfare Pourpour. Karusell Musik was released in March 2007, with a CD launch concert by Hollmer and the band held that month at Montréal’s Lion d’Or.

    blogue@press-3340 press@3340
    16 March 2004
    By François Couture in actuellecd.com (Québec), March 16, 2004

    Text

    When I was asked to dive into DAME’s catalog in search of intersecting points or recurring themes that would sketch discovery trails, the trad connection stood out immediately. Not only because of the importance of traditional folk music in the development of avant-garde music in Quebec, but also because the albums belonging to this line usually speak to us in a more immediate way and are easier to grasp.

    It may seem a bit paradoxical, but tradition and innovation often go together hand in hand. When a culture’s avant-garde artists look for ways to overstep the rules of the music industry, they often turn their attention to roots — theirs and others — to find new paths to explore. Traditional folk music often holds at his core treasures of stylistic freedom and improvisation. Furthermore, its festive outlook can make it easier for an audience to accept and appreciate the introduction of new rhythmic, melodic or improvisational parameters. That’s what happened and continues to happen in Quebec. Here’s a listening trail in three parts, three original ways DAME artists approach the tradition: revisited, reinvented, and made-up folk.

    Revisited folk

    Late 1970s: a trad folk revival is sweeping the Province of Quebec, thanks to a new generation of musicians (groups like La Bottine Souriante, Le Rêve du Diable, and L’Engoulevent). Among these groups, many of which recording for the label Tamanoir, is a collective of crazy youngsters, guitarists who deprave reels and folk tunes with their melodic inventions and post-modern poetry. Among Conventum’s regular members are André Duchesne and René Lussier, who will later rank among the founding members of the collective Ambiances Magnétiques (sadly, Conventum’s two albums, À l’Affût d’un complot and Le Bureau central des utopies, are out of print).

    In Ambiances Magnétiques, René Lussier has continued to explore a rereading of Quebec’s music history. His discography is peppered with folk tunes stripped naked and dressed anew. On his three albums with Les Granules (a duo with Jean Derome) he exaggerates the Dionysian character of the music (Le Boudin de Noël - or The Christmas Blood Pudding - on Soyez vigilants, restez vivants and La Chicaneuse on Au Royaume du Silencieux rank among the finest examples). With Le Trésor de la langue, he focused on our historical folklore, turning the words of René Lévesque, the FLQ, and people on the street into a new “Cahier de la bonne chanson” (a music book of old folk tunes that rested on the piano of many Quebec families in pre-television days). His recent collaboration with American guitarist Eugene Chadbourne signals a return to these roots — their CD L’Oasis released on Victo presents many revisited tunes from both sides of the border.

    Reinvented folk

    The folklore of a nation is not limited to a body of songs, it is also a state of mind, a substratum from which many artists in DAME’s catalog dig to reinvent our traditional folk music (and others too). On La Boulezaille, Pierre Tanguay and Pierre Langevin (masters of many European folk music in the group Strada) mix up traditional and modern instruments in search of a new, “actuel” folk freed from the cage in which all kinds of traditionalists would like to preserve it. Groups like Interférence Sardines and La Fanfare Pourpour shape their original pieces in ways that bring to mind the Devil’s fiddler or street fair music (music of the people, the prime definition of “folk” music). Joane Hétu’s Musique d’hiver doesn’t have that festive side to it, but it nevertheless redefines the folklore of our Quebec winters with much more precision and evocative strength then Nelligan’s famous poem.

    Made-up folk

    Traditional folk music refers to an instinctive form of music-making, music created outside the institutions and their codes, everyday music. And what if one wants to step out of the everyday? There is always the possibility to create folk out of nothing, to make folk-fiction. René Lussier and Robert Marcel Lepage establish their “musique actuelle” - a blend of free improvisation and reminiscences of trad - as the folk music of the future, the last enigma of a dehumanized world. The same goes for André Duchesne’s Les 4 Guitaristes de l’Apocalypso-Bar, the band being presented as trad rockers from the future (a post-apocalyptic future, mind you). And with Bruire’s Chants rupestres, Michel F Côté and his friends attempt to recreate through free improvisation the folk music of prehistoric men. We may have ventured far from the falsely naive tunes of Conventum, but this music still stems from a desire to go back to the roots of music expression. And in the end, there are many ways to call a square dance.

    blogue@press-3045 press@3045
    25 November 2003
    By François Couture in actuellecd.com (Québec), November 25, 2003

    Text

    The Holidays are closing in. Are you wondering what gifts to buy this year? You’re looking for the original gift, the one that will surprise and please? Why not expand the musical horizons of a loved one, a colleague at work, or a cousin you haven’t seen since last Christmas? Here’s my highly personal selection of gift ideas to introduce someone (or yourself, you’re allowed to indulge from time to time!) to the wonderful world of "musique actuelle."

    That good ol’ song

    It may seem a bit easy, but everyone likes a good song. That said, we don’t all have the same definition of what a good song is. And the artists in DAME’s catalog take some liberties with this format — that’s what makes things exciting. But Geneviève Letarte’s Chansons d’un jour will please anyone looking for songs with intelligent, accessible melodies and poetic lyrics. The soft melancholy of Chants des adieux, chants de la solitude will profoundly move dreamers in search of a different voice (Lou Babin’s, irresistible).

    You don’t understand French? The lyrics of Jerry Snell’s album Life in the Suicide Riots will make you think hard about the world we live in. And the chugging guitar riffs of André Duchesne ’s Locomotive will catch the attention of any rock fan, even one deaf to French. Speaking of rock, the deconstructed rock of the all-female group Justine can keep you busy for a while, lyrics or no lyrics. Their first album (Suite) is a powerful mixture of progressist rock, while their second Langages fantastiques leans more toward improvised songs. If you want a taste of what songwriting avant-garde artists can come up with, try the compilation album Chante! 1985-2000, a wide and wild selection of unusual songs.

    Party time

    A time for celebrating, letting off steam, and disobedience, the party when applied to music can give way to a distortion of admitted rules. L’Orkestre des pas perdusinjects a new form of circus life into fanfare music, an infectious R ’n’ B (rhythm ’n’ brass, of course) that will refresh any parade. Its cousin Les Projectionnistes (both bands are led by Claude St-Jean) trades circus for rock and the brass section transforms from funny fanfare to frenetic funk. Taking a different approach, the Fanfare Pourpour leaves the official parade attire behind to favor the spontaneity of a street fanfare. It’s music for "everyone" (Tout le monde, the title of their first album) without dropping to the lowest common denominator.

    In a similar spirit, but adding an East-European flavor and an incredible dose of energy is the group Interférence Sardines, which features two members of the neo-trad group Les Batinses. Jean Derome et les Dangereux Zhoms walks a jazzier road, but its frivolous side easily becomes delightfully exuberant. The group’s three albums are all highly recommended, but Carnets de voyage remains an excellent place to start. And I find the same spirit of excessiveness and raw emotion in La boulezaille (Pierre Langevin and Pierre Tanguay) and Plinc! Plonc! (Jean Derome and Pierre Tanguay), two albums where world music, jazz and free improvisation collide.

    And to boldly go where few have gone before

    Maybe you would like to go further and hook someone on a kind of "musique actuelle" that is more daring and abstract. Here are a few key albums from DAME’s catalogue in improvised and electronic music.

    Martin Tétreault is one of the most fascinating experimental artists right now. His technique at the turntable spins 45 questions per minute. His recent album with Diane Labrosse, Parasites, puts disquieting quiet sounds under the microscope. And Studio — Analogique — Numérique, his fresh collaboration with the Japanese mastermind Yoshihide Otomo, proposes cutting-edge sonic research in very original packaging: a box set of three 3" CDs.

    A pillar of the avant-garde music scene since the early ‘70s, Fred Frith remains the favorite of many connoisseurs. The two albums by the Fred Frith Guitar Quartet (with René Lussier, Nick Didkovsky and Mark Stewart) are essential listens. DAME also distributes the titles released by Frith’s own Fred Records.

    One of the first groups from the DAME stables to have explored electroacoustic improvisation, the Klaxon Gueule trio revels in noisy textures and demanding pleasures. Their last two albums Muets and Grain met critical acclaim. And I also want to mention the Ohmix compilation album, a daring electronic project where select artists (including Martin Tétreault, David Kristian, John Oswald, Terre Thaemlitz, and Ralf Wehowsky) remix the albums of the label Avatar.

    Finally, instead of sending out the usual Christmas cards, consider the sound post cards produced by the label Ouïe-Dire. These are regular post cards accompanied by 3" CDs from French experimental artists. And happy Holidays!

    blogue@press-3046 press@3046