The New & Avant-garde Music Store

Post

Critique

Luc Bouquet, ImproJazz, no. 111, January 1, 2005
Saturday, January 1, 2005 Presse

La fusion des formes (ici, percussions sud-indiennes, improvisation et musique contemporaine) ou le risque de sombrer dans le plus petit dénominateur coinmun. Les trois premières plages de Speaking in tongues ne nous rassurent guère: rythme, coloriage, frontières bien protégées, refus de la subversion. Bref plus de craintes que d’intrigues. C’est à partir de la quatrième improvisation (RaMa) que les doigts se libèrent et s’abandonnent: l’acier vibrant, jusqu’à présent trop discret de Rainer Wiens, trouve sa place et s’immisce dans les fissures d’une musique de plus en plus emportée. Le violon de Malcolm Goldstein (jusqu’ici grinçant, déroutant, nerveux et prolixe, ce qui, ou en conviendra, n’est pas rien) espace le silence et s’abandonne corps et âme à l’instant. Plus tard, les percussions de Ganesh Amandan oublieront le rythme au profit de la seule impulsion. Les timbres pourront s’entrelacer, les énergies se lier. La musique sera collective, partagée, résolue, déroutante. L’aventure peut continuer.

Les timbres pourront s’entrelacer, les énergies se lier. La musique sera collective, partagée, résolue, déroutante.

By continuing browsing our site, you agree to the use of cookies, which allow audience analytics.