The New & Avant-garde Music Store

Artists Pierre-Luc Senécal

Pierre-Luc Senécal

Residence: Montréal (Québec)

  • Composer
  • Performer (voice)

Associated Groups

On the Web

Articles Written

  • Pierre-Luc Senécal, Voir, May 10, 2016
    Girard-Charest offre, à nous comme à elle-même, un trip musical généreux qui confirme son talent d’interprète.
  • Pierre-Luc Senécal, Voir, April 15, 2016
    … deux styles très différents d’une musique acousmatique de qualité.

Critique

Pierre-Luc Senécal, Voir, May 10, 2016

«Verser du sang»…

c’est le «fait de souffrir pour une cause que l’on croit juste.» «Verser du SON» est le penchant musical de cet acte engagé. Quand on parle d’un verseur de son, il ne s’agit pas d’un interprète qui joue fort en brutalisant bêtement son instrument, mais bien d’un musicien qui en tire des sons comme s’ils provenaient de sa propre âme. Tout comme le comédien doit incarner son personnage pour toucher son auditoire, le verseur de son se livre à la musique dans l’espoir de ne pas laisser le public indemne, et il faut parfois que le musicien laisse quelques morceaux de lui-même sur scène pour rejoindre les gens dans leurs tripes et leur cœur.

Il y a donc de cette sensation d’offrande dans le travail d’Émilie Girard-Charest. Pour l’album Émilie préfère le chant, la violoncelliste a interprété les œuvres de quatre compositeurs et une de ses propres compositions, nous donnant à écouter un «parcours des extrêmes». Reconnue pour son ardeur et sa fureur de vivre, la jeune femme se revendique d’une musique entre délicatesse et joie sauvage, entre tendresse et violence, entre exubérance et fragilité.

S’offrirÉmilie Girard-Charest

On retrouve de cette fragilité dans S’offrir, une composition de Girard-Charest. Dès les premières minutes de l’album, nous sommes saisis par un sifflement pianississimo au sommet du registre du violoncelle. En désaccordant de façon extrêmement sensible les cordes de l’instrument, la compositrice crée des modulations imperceptibles, donnant à la fois l’illusion d’une immobilité du son, et une impression d’entendre plusieurs violoncelles en même temps! Le résultat est une sorte de «portait musical», de nature morte où se mêlent le souffle de l’archet et le grain du bois. Hormis ces passages tout en texture, l’œuvre contient quelques segments mélodiques et articulés. La pièce, déjà très concise, aurait-elle eu encore plus de poids en épurant même ces contrastes? Une question que je lance…

Altered GreyFredrik Gran

Altered Grey du suédois Fredrik Gran commence en force. La première moitié de cette pièce mixte est prometteuse. Le violoncelle prend peu à peu sa place. Les vides sont comblés par une bande, assez épurée, et la combinaison noise-instrument à corde marche très bien. La partition de violoncelle croît en intensité, et l’on pourrait croire que les quatre premières minutes seront suivies d’un grand boom. Curieusement, la bande ne suit pas. La musique ne lève pas assez pour permettre à l’auditeur de décoller de son siège, d’autant plus qu’il y a un déséquilibre entre la bande et instrument qui nous paraît assez «loin dans le mix».

Detrás de la montañaSergio Castrillón

Avec Detrás de la montaña de Sergio Castrillón, on a affaire à une belle pièce, très convaincante. Dès le commencement, on croirait que le violoncelle est possédé! La forme, sorte de A-B-A’, se résume à des articulations très dynamiques, des mélodies lyriques, et des trémolos en crescendo vers fff. Tout ceci englobe le noyau dur de la pièce, un drone magnifique sur la note de do. Minimaliste à souhait, rappelant distinctement les premières minutes de S’offrir, la pièce nous subjugue pendant les 6 minutes que dure ce passage. À ce sujet, on remarque peut-être un certain débalancement formel, le mouvement central, occupant près du 2/3 du morceau.

Espoir squelettiqueMaxime Corbeil-Perron

Au contraire, Espoir squelettique de Corbeil-Perron, avec sa forme simple, semble tout à fait équilibrée. Quoiqu’un tantinet longue, l’introduction est réussie, et l’on est tenu en haleine jusqu’au moment où la musique s’emporte en une masse de trémolos de violoncelle. Celle-ci se transforme en une trame reposante, lumineuse, et, on peut bien le dire, pleine d’espoir. Pas de doute, on est bien dans le style cathartique du compositeur. Même si elles sont séparées en trois parties, les neuf minutes, très fluides, peuvent être perçues comme un seul geste. En ce sens, Corbeil-Perron aurait pu se permettre de rajouter quelques minutes à son œuvre pour nous en offrir un second.

Émilie préfère le chantJoane Hétu

L’album se conclut avec la pièce Émilie préfère le chant, une composition de Joane Hétu dédiée à la violoncelliste. L’œuvre est un mélange comique d’exubérance, de mélodies simples et d’arco grain féroces. Pour son interprétation en concert, Girard-Charest s’élance sans aucune hésitation. Les veines de son cou se tendent pendant qu’elle rudoie son instrument à coups d’archet, à tel point qu’elle est forcée de replacer ses lunettes qui ne cessent de glisser. La musique ressemble aux errements en zigzag d’une pensée, en particulier lorsque la violoncelliste se met à fredonner des airs. Certains auditeurs seront peut-être même déconcertés quand ils entendront l’interprète pousser des rires et des cris. Il y a de la sorcellerie dans cette pièce, de l’inquiétante étrangeté…

En somme…

Girard-Charest offre, à nous comme à elle-même, un trip musical généreux qui confirme son talent d’interprète. Les questionnements ou réserves que l’on peut avoir seront par rapport aux compositions, dont les petites imperfections (quelle pièce n’en a pas?) seront très certainement réglées par leurs compositeurs, la plupart encore très jeunes, au fil du temps et de l’expérience. C’est ainsi qu’il sera possible de trouver l’équilibre juste au milieu des contrastes et des extrêmes.

Girard-Charest offre, à nous comme à elle-même, un trip musical généreux qui confirme son talent d’interprète.

Concert électrochocs: poésie musclée

Pierre-Luc Senécal, Voir, April 15, 2016

Jeudi soir, une cinquantaine de personnes s’étaient réunis dans la Salle multimédia du Conservatoire de musique de Montréal pour apprécier la musique de deux de ses professeurs. Enseignant tous deux la musique électroacoustique au Conservatoire, Louis Dufort et Martin Bédard offraient une programmation de quatre pièces, rassemblant deux styles très différents d’une musique acousmatique de qualité.

Champs de fouilles occupe une place particulière dans le catalogue de Martin Bédard. Cette commande pour le 400e anniversaire de la Ville de Québec, la plus saluée de toutes ses compositions, était l’occasion pour le compositeur d’avoir une approche moins abstraite que ce qu’il fait à l’habitude. Inspiré par les fouilles archéologiques menées à Québec durant sa visite, Bédard a intégré dans sa pièce des sons enregistrés dans la ville (marteaux-piqueurs, train de passage, vol des oies blanches) mais aussi des échantillons d’une pièce de Monteverdi datant de 1608, année de la fondation de Québec. Une fois ces sons transformés par des outils numériques et assemblés dans un logiciel, ce n’était pas une carte postale sonore qui était offerte, mais plutôt une métaphore musical, sorte de Québec rêvé. Très gestuelle, cette musique est marquée par des «croustillements» de métal, des blocs de sons virevoltant sur les haut-parleurs, des trames pesantes qui se subliment en vapeur d’harmonie, comme si l’on découvrait des trésors sonores enfouis sous la terre.

Avant de présenter Kissland, Bédard mentionnait, lors d’une conférence d’avant-concert, sa pièce Métal fatigue, composée en 2012. Il partageât avec nous les apprentissages découlant de cette pièce qui, malheureusement, pêchait par son excès de sons. Dans Kissland toutefois, en création ce soir-là, les gestes musicaux sont plus épurés et clairs. La musique respire et la ré-écoute confirmerait sans doute que l’œuvre a réussi là où Métal fatigue a manqué. Plus d’un aura remarqué le niveau de diffusion assez conservateur de la part de Bédard, de même que des graves plutôt envahissantes.

À l’inverse, Louis Dufort a opté pour un niveau sonore assourdissant mais des basses ciblées avec précision. Dans Into the forest my wounded arms wide open, Dufort met la table en nous malmenant avec un rythme de basse fantastique. Cet héritier de la musique électronique nous fait taper du pied énergiquement avec ses beats couillus, jusqu’à ce qu’un geste énorme et déchirant, comme un tutti d’orchestre, nous plonge dans un torrent d’instruments à cordes, de cui-cui d’oiseaux et de chuintements bruités. Ça éclate. Ça arrache. Ça sature, mais ce fou du son s’en fout. Ce soir, avec Dufort, on ne fait pas dans la dentelle!

2e preuve à l’appui: Tombeau de Claudio Monteverdi, sa seconde pièce de la soirée. Inspiré par les œuvres de Monteverdi, compositeur du XVIe-XVIIe siècle, Dufort présentait une pièce électronique rappelant la proposition de Necropolis — City of the Dead, composée par le suédois Åke Parmerud. Dans les deux cas, les compositeurs se sont plus à passer dans le hachoir des extraits de pièces classiques afin de les ré-arranger et se les ré-approprier. Ainsi, avec des mélodies de synthétiseur bien cheesy à la Tron et des coups de kick viandeux, Dufort nous concocte un cheeseburger techno facilement digérable et surtout très satisfaisant. La fin, plus douce, repose sur des rythmes de voix fragmentées. Apprêté à la sauce électronique moderne, ce segment respire, se superposant avec d’autres trames éthérées qui rappellent justement l’écriture contrapuntique propre à la musique de la Renaissance et du baroque.

… deux styles très différents d’une musique acousmatique de qualité.

By continuing browsing our site, you agree to the use of cookies, which allow audience analytics.