The New & Avant-garde Music Store

Danielle Palardy Roger More from the Press

In the Press

Les Poules

Réjean Beaucage, Voir, August 16, 2001

Il y a bien longtemps que l’on a vu ce trio sur une scène à Montréal. Bien longtemps aussi que leur seul disque — vinyle, bien sûr —, est épuisé. Paru en 1986 entre deux albums de Wondeur Brass, celui des Poules sera réédité cet automne dans la foulée du 10e anniversaire de DAME. La compilation Ambiances Magnétiques volume 5: Chante! 1985-2000 parue l’année dernière, nous a permis de redécouvrir Les Poules, caquetant sur La chanson du pain. Hé bien Les Poules sont de retour! Le concert du dimanche 19 août nous ramènera le trio en mode improvisation alors qu’elles nous présenteront des variations sur les projets personnels de chacune des trois musiciennes compositrices. C’est qu’il en a coulé de l’eau sous les ponts depuis 1986! Chacune de ces pionnières de la musique actuelle montréalaise a participé à plusieurs projets d’autre membres du collectif Ambiances Magnétiques en plus de proposer des projets solos: Joane Hétu (saxophone, voix) avec Seule dans les chants, Diane Labrosse (échantillonneur, claviers, voix) avec son Petit traité de sagesse pratique et Danielle Palardy Roger (percussions, voix) avec Voyage en aphasie mineure, entre autres. Après les avoirs vues séparément ou ensemble dans les projets les plus variés, ça fera plaisir de revoir ensemble ces trois super-mémés.

Après les avoirs vues séparément ou ensemble dans les projets les plus variés, ça fera plaisir de revoir ensemble ces trois super-mémés.

Une symphonie hors du commun

Metro, March 5, 2001

La dernière œuvre présentée était celle de la compositrice Danielle Palardy Roger. Les sirènes de neuf bateaux amarrés dans le port, les sifflets de deux locomotives et le carillon de la basilique Notre-Dame ont été sollicités pour générer cette œuvre musicale. Des musiciens ont grimpé jusqu’aus sirènes afin de les manipuler pour en faire sortir de nouveaux sons.

Review

Frank Rubolino, Cadence, no. 27:2, February 1, 2001

Léandre is very much at home in the duet setting having used this format on several recent recordings with different partners and instrumentation. On, she and drummer Roger speak in very personal tones that bring out the esthetic beauty of their two instruments. Léandre initiates the action with a vigorous display of arco playing, to which Roger simultaneously responds with a deft, sensitive drum touch. Roger uses bells cymbals, and other percussion devices to establish a serene mood. This state is temporary for she becomes more aggressive in response to the physicality displayed by Léandre. The bassist moves gracefully from bowing to plucking and back again, projecting hugely rich tones containing muscular strength and power. In step, Roger shrouds the output with quickly emerging splats of brush and stick work to set a galloping pace for the two women.

The program consists of nine exercises in bass/ drum intercommunication. Either artist is likely to set the direction. On Jeux de mains, Roger uses her hands and palms to rub abrasive textures into the song, which causes Léandre to become somewhat percussive herself as she aggressively taps the strings The rhythm patterns are not completely atonal. An occasional tangible beat will suddenly emerge and then flee as quickly as it appeared. On au clair de lune, Léandre plays a mournful strain while Roger is in complete contrast with spontaneous and rapid spitfires of sound. Throughout, the music is cloaked in density and weightiness. The foreboding overtones give way to hopefulness and then recede back in an undercurrent of darkness. Léandre vocally injects the spirit of the Native American on Coupes blanches, and the ethnic beat of Roger matches. These duets represent two very talented artists. painting a formidable picture of intense audibility. There is no need for any other instrument on this set. Léandre and Roger say it all.

These duets represent two very talented artists.

Critique

Luc Bouquet, ImproJazz, no. 71, January 1, 2001

Première rencontre? Rien ne nous l’indique, si ce n’est cette force des premières fois, tellement perceptible ici. À Joëlle la terre, l’enracinement, le terreau constructif. À Danielle la fausse fragilité, la légèreté céleste. L’une navigue entre jazz affranchi, improvisation radicale et musique contemporaine. L’autre surfe entre rock d’avant-garde, musique improvisée et conte musicale. L’une est autodidacte, l’autre pas. L’une voyage beaucoup, l’autre moins. Mais de cela, l’auditeur n’a cure et il a raison. Pas de spectaculaire ici mais de la présence avant tout. L’archet rapide, les balais tournoient, Joëlle cite un clair de lune, un chant tribal indien surgit, l’imprévue s’invite, ce vieil inattendue est encore au rendez-vous. C’est l’histoire des rencontres, des combats menés contre vents et marées. C’est l’histoire des décalages horaires, des fatigues et des courbatures. C’est l’histoire d’une musique (et de ces musiciens) qu’aucun marchand ne pourra jamais pervertir. C’est la rencontre de deux musiciennes qui jouent et tissent ensemble. Nous en sommes ici les témoins privilégiés.

A Joëlle la terre, l’enracinement, le terreau constructif. A Danielle la fausse fragilité, la légèreté céleste.

Portrait de femme avec tambours sans trompette

François Tousignant, Le Devoir, July 22, 2000

Musique, peinture, danse, littérature, théâtre: sans lieu qui permette à l’esprit créateur de s’épanouir, ces mots demeurent des catégories, sans doute commodes pour le classement mais qui attendent d’eAtre habités par les œuvres Elles ne tardent pas à venir tant le génie du lieu renvoie aussi à ce que deux ou trois Grecs reveurs ont appelé l’inspiration. Pendant tout l’été, nous vous invitons à entrer dans les coulisses de la création en visitant l’atelier, la chambre, le loft ou le studio de quelques artistes du Québec choisis dans différentes disciplines. Soyons modernes: ces lieux sont éclatés, taut à la fois espaces mentaux et cadres physiques. On les trouvera aussi bien dans la rue, dans tel café où l’on a ses habitudes. Pour la percussionniste Danièle P. Roger, c’est un sous-sol minuscule, bas de plalond, rempli de cymbales, et son ordinateur, dans une pièce qui donne sur le chantier des usines Angus.

Une femme batteuse. Pas battue: batteuse, comme dans «qui joue de la batterie». Elle est doublée d’une compositrice qui est aussi productrice dans la boîte Productions Super-Mémés. Une femme à l’excentricité tranquille.

Cela commence d’abord par un cul-de-sac. «A la fin des années 70, alors que j’évoluais dans le monde des arts visuels, j’ai senti que je n’allais plus nulle part. Que tout cela était utile, pas fait pour moi.» La suite, c’est un coup du hasard. «Pour dépanner, littéralement, des amis qui étaient dans une fanfare, on m’a demandé de remplacer un musicien.» Pourtant, Danièle P. Roger, même si elle a bien fait un peu de piano toute petite, ne connaît pas vraiment la musique. Par camaraderie—et aussi un peu par défi—, elle accepte et se retrouve avec… une grosse caisse entre les bras. De celles qui font boum boum dans les défilés ou les kiosques le dimanche. Éclair de plaisir, coup de foudre. «J’ai découvert un territoire complètement vierge. La musique, pour moi qui n’étais pas restreinte par ,les exigences d’un apprentissage académique de cette discipline, s’est révélée être un lieu où je pouvais exblorer et m’exprimer.»

Nous sommes au tournant aes années 80. Un vent nouveau souffle sur le monde musical contemporain, un peu sulfureux. Le phénomène, baptisé musiques actuelles, se révolte contre l’intellectualisme de la musique contemporaine et la rigidité de la musique écrite. Les créateurs retournent au sous-sol, se souviennent du rock’n’roll et se lancent sans filet dans les trapèzes de l’improvisation. Le décor est maintenant campé, Danièle P. Roger entre en scène.

Les débuts l’enthousiasment.«Moi qui étais habituée à la solitude de l’atelier, je me retrouvais avec des femmes qui, comme moi, inventaient le plaisir de travailler en groupe. L’échange oui, ce fut vraiment important, et c’est cette communication combinée a une inouïe possibilité d’ouverture que m’apportait la musique qui m’a accrochée.» Le groupe se trouve un nom: Wonder Brass. Premier clin d’œil revendicateur. C’est une sorte de big band de free jazz où elle s’assoie à la batterie.

Période bénie: «On surprenait le public, on nous écoutait.» Mieux encore: «Ce qui nous a le plus surprises, ce furent les encouragements de musiciens que nous respections infiniment. De sgens tels Fred Frith ou Chris Cutler manifestaient leur appréciation de notre travail. On était vraiment stimulées.»

Une batterie pour dire

Un leitmotiv dans les paroles de Danièle P. Roger: «La batterie, c’était un territoire vierge [ce mot là, elle le répète comme si elle avait une soif sans fin de la page blanche]. Elle m’a donné envie d’explorer le son, de le créer, voire de déformer le matériau.» Tout de suite s’impose une ligne directrice. Ce travail ne se compare en rien à l’image du créateur isolé. «Je fais de la musique pour moi, c’est vrai, mais je le fais aussi avec et pour des musiciens, et surtout pour le public.»

Les premières réalisations sont «exaltantes, apportant une sensation de liberté et d’innocence incroyable». Parallèlement, il lui faut se rendre à une cruelle évidence: si la musique ne nourrit pas son homme, elle ne nourrit pas sa femme non plus. Alors, je me suis fait libraire pour gagner ma vie». Une activité qu’elle a depuis abandonnée pour devenir responsable d’une maison de production de concerts, les Productions Super-Mémés.

Wonder Brass fait son temps; le public commence à déserter une fois le choc de la nouveauté passé. C’est le début d’un long cautionnement. Avec des amies, elle fonde les Justines (quel modèle!). «Là aussi, au début, les gens venaient nous entendre, mais on s’est mises à radicaliser le propos, et peu à peu, les salles se sont vidées.» Comme Danièle P. Roger a soif de communication autant que de création, elle tente de tendre la main. C’est ainsi qu’elle réussit le tour de force d’offrir une série de quatre concerts sur le thème des saisons l’année dernière au centre culturel Calixa-Lavallée. «On voulait-retrouver l’esprit de la fête, cette joie que procure la musique et la recherche de sons nouveaux, de nouvelles manières de la faire et de la présenter.»

La vie offre parfois de mauvaises surprises. A une époque où Danièle P. Roger commence à s’interroger sur les difficultés de toujours travailler «en collectif» son père est victime d’un ACV dont les séquelles qui la touchent le plus sont l’aphasie qui en résulte pour lui. La batterie de Danièle P. Roger devient alors un prolongement de son corps, de ses sentiments, de sa langue même. Elle se sent un peu com me son père: enfermée, isolée, sachant quoi dire mais dans l’impossibilité de l’énoncer. De ce problème de communication entre deux individus, causé par la maladie, elle tire un parallèle cinglant entre la difficulté du compositeur à communiquer avec son public.

Sa batterie se fait donc extension de son corps, lieu d’une action qu’elle nomme «lac de générosité où je retrouve l’importance de l’enfance, où la musique, pour moi, devient véritablement organique». Pour accentuer davantage l’urgence de son propos, elle n’hésite même pas à recourir à des textes exploréens de Claude Gauvreau pour monter un spectacle (et il faut comprendre que, chez elle, cela veut dire créer une œuvre) qui traitera de ce sujet.

C’est qu’avec sa batterie et sa voix, elle se cherche un interlocuteur, le «public», ce public qu’elle a choisi par son art comme interloeuteur privilégié. L’expérience est rude: «Quand j’ai vu qu’il y avait si peu de gens dans la salle alors que je donnais le meilleur de moi, je me suis sentie profondément et désespérément isolée.»

Malgré ce découragement, elle ose poursuivre. Danièle P. Roger s’engage de plus en plus dans le milieu musical. Pour elle qui fait sait partie de l’organisation de La Symphonie du millénaire, il faut tout tenter pour vaincre cette «incapacité qu’ont créateurs et public[s] à se rencontrer».

Et l’avenir?

On a tous, quelque part, une image stéréotypée du créateur qui 3 souffre. Pas elle. «Je n’ai absolument aucun, mais strictement aucun atome crochu avec le modèle de l’artiste qui souffre. La création me colle à la peau; je ny peux rien, je suis faite comme cela, c’est ma façon d’étre. Hier c’était les arts visuels, aujourdh’ui, c’est la musique. Demain, je ne sais pas, je verrai. Je n’ai aucune inquiétude en ce sens.»

Arrivée à la cinquantaine, elle se sait philosophe au point où elle ne veut modestement pas le dire. D’un rien, elle cherche le tout. D’abord la paix dans l’existence. Le jardin de sa petite maison peinte en orange est assez éloquent à ce sujet. La couleur, cela influence! Dans son sous-sol, son armada de cymbales qu’elle fait vibrer en est la preuve.

Tout comme ses intérêts actuels. «Je m’amuse beaucoup en ce moment avec ma grosse caisse. En mettant toutes sortes d’objets sur sa peau—cymbales, timbre, main, cailloux.»—, on arrive à la faire chanter. C’est tellement beau…» Comme quoi l’imagination a des voix qui offrent plus de détours que de méandres. C’est ainsi que son visage tout à coup s’illumine. «Je cherche plus de légèreté, je veux maintenant plus de légèreté, dans les objets comme dans la musique», dit-elle, presque sereine.

La création de l’avenir, pour Danièle P. Roger, est-ce que ce sont ces œuvres et ses concerts? Pas vraiment; c’est, pour l’instant, la musique. Cela reste, pour toujours et à jamais, la vie.

By continuing browsing our site, you agree to the use of cookies, which allow audience analytics.