The New & Avant-garde Music Store

Artists Ipso Facto

This text is unavailable in English.

La musique d’Ipso Facto se veut avant tout une musique expressive. On y retrouve à la fois la sensibilité des compositeurs classiques, la liberté des jazzmen et la folie émouvante des musiques du monde. Le quintette se distingue par ses métissages uniques de rythmes latins, de mélodies gitanes et juives et d’improvisation jazz. L’instrumentation du groupe, composée uniquement d’instruments acoustiques, est exploitée au maximum: cordes pincées, frottées, frappées, percussions des quatre coins du monde…autant d’éléments qui donnent à la musique d’Ipso Facto une couleur riche, une saveur raffinée et une texture unique. Les cinq musiciens prennent un malin plaisir à naviguer à travers les genres en restant toujours bien accrochés au son du groupe. Bref, en explorant les langages musicaux des différentes cultures, Ipso Facto s’est créé une nouvelle musique universelle.

Ipso Facto

Montréal (Québec)

  • Performer

ipso@monsieurfauteux.com

On the Web

Main Releases

In the Press

  • George Zahora, Splendid E-Zine, November 22, 2002
    … they’ve done a laudable job of capturing the spirit of their hybridized gypsy jazz.
  • Élian Mata, BavART, June 1, 2002
    … dès la première écoute, l’essence et la complicité qui les animent sont vite palpable.
  • Nicolas Houle, Voir, May 30, 2002
    … une rigueur d’écriture évidente et une légère touche d’improvisation…

Review

George Zahora, Splendid E-Zine, November 22, 2002

Hot damn! After digging through what seems like a thousand discs of half-hearted indie-rock blandness, I’ve found some gypsy improv jazz.

Ipso Facto, part of the fledgling (I believe) Monsieur Fauteux, m’entendez-vous? street musician collective, are apparently authentic Quebec gypsies. I can’t honestly claim to know what this signifies; for all I know, they live in wooden caravans parked on the darkened backstreets of Montréal as opposed to, say, shacking up in a big old polluted loft space with eight of their closest friends. It doesn’t matter. The quartet’s music — a jaunty, sometimes ribald mix of violin, acoustic guitar, contrabass and percussion — sounds like classic gypsy tunes, rooted in the rich mystery and wanderlust of Eastern European musical tradition, but also channels the passion and uncertainty of modern exploratory jazz.

Prohibition-era hot jazz borrowed liberally from gypsy and Jewish music, particularly its use of violin as primary “voice”. Ipso Facto compresses all of those approaches into a single aesthetic. Violinist Chantal Bergeron is the group’s driving force, and her instrument defines each song’s emotional standpoint: she pushes Attention Zingaro in a rollicking and dangerous direction, fills Yiddish Meshugass with a dark and mildly mocking air of mystery, empowers Soleil Rouge’s mournful tango, helps to bring Voltapük to a jazzy boil and heads down south for the country swing of Crazy Cowboys. And let’s not forget Kosmos Klezmer, in which Bergeron’s violin functions as a time-honored stand-in for the traditional clarinet.

Guitarist David Bussières connects Bergeron’s dots — which, on album, relegates him to something of a secondary role. That’s ironic, given that he wrote all but one of these pieces (Y fait frette à Madrid, for which Bergeron shares credit). Bussières picks and plucks his way around the fretboard rather than sloshing through endless barre chords, but his nimbled-fingered performance, which owes more to classical guitar compositions and certain noodly-guitar-intensive strains of jazz than rock ’n roll, is initially overshadowed by the violin. On a few tracks, his work stands out immediately — see the mournful Alchimie and the gloriously twisting Kosmos Klezmer; elsewhere, his details will only be revealed over the course of repeat listens.

Simon Dolan (bass) and Francis Roberge (percussion), as the rhythm section, have significant control over the group’s direction. Dolan’s steadfast, thrumming rhythms ride herd on every tempo; hear him hold Yiddish Meshugass in syncopated check, slow L’Affaire Mendoza to a distraught crawl, and spur Crazy Cowboys onward in a jazzy two-step. Roberge, meanwhile, is the group’s stylistic anchor, pinning each tune to a specific mood. Through Roberge, Yiddish Meshugass acquires its endearing woodblock rhythm, Kosmos Klezmer gains the brush-, shaker-, bongo- and tambourine-driven electricity of a free jazz workout, and Voltapük careens jazzily (and a bit disjointedly) through a grab-bag of percussion concepts.

There’s a flaw here, but it’s unavoidable. Simply by committing their music to tape, Ipso Facto rob themselves of much of the unpredictability that must be unleashed, full force, during their live performances. That also means that La spirale de l’escargot isn’t as “improvisational” as it could be; each of the disc’s twelve pieces allows room for the quartet to stretch, but their explorations seem fairly structured as a matter of necessity. We’re therefore spared the sometimes painful moments, amply documented on a few of parent label DAME’s more envelope-pushing releases, in which group members stretch for a sonic convergence that’s clearly beyond their reach — but we’re also denied the truly transcendent serendipity of an eight-minute jam session in which everything clicks. Fair enough; this is Ipso Facto’s first album, and they’ve done a laudable job of capturing the spirit of their hybridized gypsy jazz. Don’t be surprised, however, if after a few listens, you’re dying to see the group play around a forest campfire — as free from rules, obligations and limitations as they gypsies whose blood they claim to share.

… they’ve done a laudable job of capturing the spirit of their hybridized gypsy jazz.

Portrait: Ipso Facto

Élian Mata, BavART, June 1, 2002

Un nom évocateur et imagé pour le premier album du groupe Ipso Facto. En janvier 2002, grâce à une subvention du Conseil des Arts du Canada ainsi qu’une bourse de la Fondation du Maire de Montréal pour la jeunesse, Ipso Facto concrétise un rêve: la production de leur premier enregistrement sonore. Il faut bien avouer que ce projet n’aurait pas vu le jour sans l’engouement et la volonté de ses protagonistes. Et dès la première écoute, l’essence et la complicité qui les animent sont vite palpables.

La spirale de l’escargot, premier opus du groupe, comporte 12 pièces instrumentales qui transporteront l’auditeur dans des univers tous plus étonnants les uns que les autres. Ayant puisé à la lisière de leur imaginaire, les quatre membres d’Ipso Facto offrent un voyage à travers la musique gitane endiablée au klezmer remanié en passant par le tango et le bluegrass ludique. Le guitariste David Bussières qui compose la majorité des pièces, a pu compter sur l’interprétation enthousiaste de la violoniste Chantal Bergeron, du contrebassiste Simon Dolan et du percussionniste Francis Roberge. Un premier album enivrant, rêveur et avec lequel l’auditeur découvrira une musique pure et loyale faite sans compromis.

À l’image de l’escargot qui poursuit son chemin tranquillement mais sûrement, l’écoute de l’album est un voyage agréable ponctué d’escales imagées et inspirées. Subtile et nomade, La spirale de l’escargot a un certain goût d’intemporalité ce qui fait de cet album un petit investissement que l’on appréciera encore dans 5 ou même 10 ans.

En profondeur

La musique d’Ipso Facto se veut avant tout une musique expressive. Inspiré à la fois par la sensibilité des compositeurs classiques, la liberté des jazzmen et la folie émouvante des musiques du monde, le quatuor se distingue par ses métissages uniques de rythmes latins, de mélodies gitanes et juives et d’improvisation jazz. Le groupe exploite au maximum le caractère acoustique qui prédomine dans leur instrumentation: cordes pincées, frottées, frappées, percussions des quatre coins du monde… Là où Ipso Facto se distingue, c’est dans la texture, la sonorité qu’ils ont savamment remaniée donnant ainsi une couleur riche et une saveur de modernité à leurs inspirations souvent classiques. Les quatre musiciens prennent un malin plaisir à naviguer à travers les genres en ayant réussi à se les approprier et à y donner leurs propres couleurs. Bref, en explorant les langages musicaux des différentes cultures, Ipso Facto a créé une nouvelle musique universelle.

Un peu d’histoire

Ipso Facto naît en 1996 du désir du jeune guitariste David Bussières, compte trois membres et se donne pour mission de donner vie à des compositions et des projets musicaux. Une chimie se crée rapidement entre les trois artistes et donne naissance à un désir de se produire en concert et d’aller ainsi jusqu’au bout de leurs ambitions.

Une participation au concours Cegeps en spectacle donne au trio l’opportunité de se produire en public pour la première fois. La formule simple et acoustique ainsi que la sonorité nouvelle du groupe exerce un engouement immédiat auprès des spectateurs. Pendant cette première prestation, on assistera aux premiers balbutiements de ce qui deviendra bientôt le groupe Ipso Facto. Cet engouement ne sera pas sans conséquences. En effet, le groupe se rendra jusqu’à la finale nationale du concours Cegeps en spectacle et sera le récipiendaire du stage de perfectionnement en France offert par l’OFQJ (Office franco-québécois pour la jeunesse). La réponse du public français face à la musique métissée, à l’ambiance intimiste et à l’interaction constante des trois musiciens incite le trio à poursuivre sa voie.

Le rapprochement qu’impose la convergence des idées artistiques au sein du groupe crée certains bouleversements. La rencontre d’un nouveau musicien ouvert aux mêmes passions que le trio intensifie la relation entre Ipso Facto et sa musique. Un choix s’impose: un nouveau contrebassiste prendra la place de l’ancien.

Les réalisations se multiplient, la musique semble avoir trouvé sa propre sonorité et les musiciens n’ont jamais été aussi proches les uns des autres. C’est donc en 1998 qu’Ipso Facto en est à sa version définitive et s’apprête à plonger au coeur du milieu artistique.

En octobre 1998, le nouveau trio fait une performance à l’émission Le plaisir croît avec l’usage, diffusée à Télé-Québec. Cette participation sera un élément clé pour la visibilité du groupe. S’en suivront plusieurs performances autant sous forme de concert que sous forme de divertissement. Ipso Facto a en effet cultivé une polyvalence qui en fait un groupe aux multiples facettes.

En octobre 2000, Ipso Facto croise un percussionniste talentueux, créatif et dynamique. Quelques répétitions et quelques spectacles plus tard, Ipso Facto devient officiellement un quatuor. Une énergie supplémentaire alimente alors la fougue du trio, si bien que tous deviennent de vrais bêtes de scène.

Dans l’avenir

Ipso Facto qui aime le contact immédiat avec son public, espère jouer souvent sur scène et ainsi acquérir une certaine renommée montréalaise.

Effectuer une tournée nationale ou internationale est un projet qu’Ipso Facto envisage et affectionne particulièrement. Le quatuor aime croire que rien n’est impossible.

Récapitulatif

Toujours en évolution, rien n’est acquis ni figé pour Ipso Facto, l’exploration de nouveaux horizons, de nouvelles sonorités est un domaine où ils excellent. La polyvalence dont ces musiciens jouissent, leur permet de s’aventurer toujours un peu plus loin et ce, pour le plus grand bien de leur musique.

Pour goûter aux plaisirs de l’escargot, rien ne sert de courir, présentez-vous chez votre disquaire, il devrait s’y trouver!

… dès la première écoute, l’essence et la complicité qui les animent sont vite palpable.

Critique

Nicolas Houle, Voir, May 30, 2002

Premier album du quatuor Ipso Facto, La spirale de l’escargot regroupe une douzaine de pièces instrumentales qui se veulent autant d’incursions en territoire world. Avec une rigueur d’écriture évidente et une légère touche d’improvisation, la troupe s’essaie autant au klezmer qu’au reggae ou aux musiques latines. Faisant la part belle au violon de Chantal Bergeron, les titres mettent également en relief les guitares acoustiques de David Bussières, la contrebasse sobre de Simon Dolan et les percussions discrètes de Francis Roberge. Bien qu’un peu trop guindé et n’exploitant pas toujours les maintes possibilités du quartet, La spirale de l’escargot compte de bons moments. À rapprocher, dans un format moins complexe et moins hyperactif, des plus récentes élucubrations de Volapük.

… une rigueur d’écriture évidente et une légère touche d’improvisation…

Blog

By continuing browsing our site, you agree to the use of cookies, which allow audience analytics.